Dossier d’œuvre architecture IA77000667 | Réalisé par
Förstel Judith
Förstel Judith

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
gare
Copyright
  • (c) http://delage.balloide-photo.com

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Meaux
  • Commune Meaux
  • Adresse place de la Gare
  • Cadastre 2000 BP 5

Les premiers projets pour établir une liaison ferroviaire entre Paris et Meaux remontent à 1839-1840 et sont donc de peu postérieurs à l'ouverture du canal de l'Ourcq en 1830, dont certains pensaient du reste utiliser une voie de halage pour implanter le chemin de fer. La proposition qui retint tout d'abord l'attention de la ville et du département était celle de l'ingénieur des ponts et chaussées Alphonse Baude, qui amenait la ligne en plein cœoeur de Meaux, sur la place du Marché. Toutefois, ce plan qui impliquait de coûteuses expropriations ne fut pas réalisé. En fin de compte, un autre tracé fut adopté, dans le cadre d'un programme désormais passé de l'échelon local à l'horizon national : celui de la ligne Paris-Strasbourg. Meaux se situe au cœoeur d'une grande boucle qui voit la ligne, arrivant du sud parallèlement au canal de l'Ourcq, s'orienter vers l'est en traversant le faubourg Saint-Faron puis la plaine de la Varenne. La gare fut implantée juste avant la boucle, non loin de la place La Fayette. Elle fut inaugurée le 2 septembre 1849 par le président de la République, futur Napoléon III. La gare se trouvait donc proche du centre ville, mais aussi de l'extrémité du territoire communal. Ce choix devait susciter par la suite de virulentes critiques. En 1880, le conseiller général Dumont écrivait : « La gare est étranglée entre la Marne et le canal de l'Ourcq, elle est insuffisante pour le service des voyageurs et des marchandises. On ne peut vraiment s'empêcher de regretter que ceux qui dirigeaient nos affaires, il y a trente ans, n'aient pas fait tous leurs efforts pour obtenir que la gare fût placée vers l'entrée du grand déblai de la Varenne, entre Meaux et Trilport. Dans le vaste espace qui se trouve de ce côté, toutes les industries possibles auraient trouvé place. » De fait, ce fut plutôt vers la commune voisine de Villenoy que se tourna l'industrie à partir de 1850. La première gare était une simple construction en bois due à l'ingénieur Hachette. Des travaux d'aménagement et d'agrandissement y furent menés en 1879. Un bâtiment d'octroi fut construit devant la gare en 1886-1887. La gare actuelle fut réalisée par l'entreprise Coulaud fils d'Epernay, adjudicataire des travaux le 3 mars 1889, et fut inaugurée le 28 novembre 1890.

La façade principale de la gare donne vers la Marne et la place La Fayette. Les quais se trouvent à l'arrière, vers l'ouest. L'édifice se compose d'un bâtiment principal de plan carré bordé de deux ailes latérales. Le bâtiment central est plus large et plus haut : il présente un étage et un comble, il est couvert d'une croupe brisée. Les deux ailes sont en rez-de-chaussée. L'unité de l'ensemble est assurée par les arcades cintrées formant galerie, tout le long de la façade.

  • Murs
    • fonte
    • fer
  • Toits
    zinc en couverture, ardoise
  • Étages
    étage de comble, 1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation ordonnancée
  • Couvertures
    • croupe brisée
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
Date d'enquête 2012 ; Date(s) de rédaction 2014
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil général de Seine-et-Marne
Förstel Judith
Förstel Judith

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.