Logo ={0} - Retour à l'accueil

Atelier du peintre d'Isaac Celnikier (Varsovie, 1923-Paris, 2011), situé dans l'ensemble de logements "Jeanne-Hachette"

Dossier IA94000595 réalisé en 2018

Fiche

Dénominationsimmeuble à logements
Aire d'étude et cantonIle-de-France
AdresseCommune : Ivry-sur-Seine
Adresse : 103 rue, Georges Gonnat,

A la fin des des années 1950, la ville d’Ivry est confrontée au problème de l’insalubrité des bâtiments anciens du centre-ville et à des difficultés de circulation liées aux deux principaux axes routiers qui se croisent en son centre. La municipalité communiste, qui fait du logement social une priorité, désigne en 1961 l’OPHLM comme organisme rénovateur du centre-ville et confie le projet à l’architecte Renée Gailhoustet. Le projet constitue alors pendant plus de 20 ans un laboratoire d’expérimentation urbaine. Le programme prévoit de créer 2460 logements dont 1080 HLM, des locaux artisanaux, commerciaux, industriels, ainsi que des bureaux et 3555 places de parking. En 1970, ces différents objectifs sont complétés par un ambitieux programme de centre culturel. Il s’agissait de ménager un espace central, permettant la liaison entre différentes équipements, un théâtre de plein air, une bibliothèque, un marché couvert, des salles de réunion, etc., mais le projet est rapidement abandonné, faute de moyens. Le premier bâtiment, la Tour Raspail, est livré en 1968. Il suscite de nombreux débats qui se cristallisent autour de la manière dont peuvent s’articuler l’expression des individualités et la préservation de la vie collective. C’est dans ce contexte que la ville fait appel à Jean Renaudie, en 1969, lui donnant ainsi la possibilité de mettre en œuvre ses conceptions architecturales et urbanistiques. Sa contribution devient officielle avec la commande de l’immeuble de logements sociaux de l’avenue Danielle Casanova, qu’il livre en 1972 (source Cité de l'Architecture et du Patrimoine).

L'architecte Jean Renaudie a conduit plusieurs opérations mixtes à Ivry-sur-Seine, en collaboration avec Renée Gailhoustet, architecte en chef du projet de rénovation d'Ivry en 1969 (Jean Renaudie devient co-architecte en chef en 1970) . La première, l’opération Danièle-Casanova de 1972 intègre la mixité des activités et des terrasses plantées pour la plupart des logements. L’opération Jeanne-Hachette de 1972 également, regroupe un ensemble de 40 logements ainsi que des commerces et équipements collectifs distribués sur plusieurs niveaux. Les appartements sont en décroissant vers l’étage supérieur ce qui donne sa forme pyramidale. On peut ajouter également l’opération de la Cité du Parc, l’opération Einstein et Le Liégat.

Les ensembles Danielle Casonova et Jeanne Hachette sont destinées à abriter des logements sociaux. C'est dans l'ensemble Jeanne Hachette en 1982 Isaac Celnikier et Anne Szulmajster. Leur logement comprend deux chambres, un salon, une cuisine et un grand atelier indépendant des pièces d'habitation.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Renaudie Jean
Jean Renaudie (1925 - 1981

Né dans le Limousin, Jean Renaudie (1925-1981) intègre en 1946 l’Ecole nationale des beaux-arts. Deux ans plus tard, il intègre l’atelier d’Auguste Perret puis de Marcel Lods. Il rencontre Renée Gailhoustet en 1952, avec laquelle il partage une existence commune jusqu’en 1968. Diplômé DPLG en 1958, il travaille entre 1960 et 1968 dans l’Atelier de Montrouge (ATM) avec ses associés Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean-Louis Véret. En 1968, suite à des désaccords, il quitte brutalement l’ATM et fonde son propre atelier à Ivry. Bien que séparé de Renée Gailhoustet, architecte en chef du projet de rénovation du centre-ville d’Ivry Sur Seine en 1969, il poursuit sa collaboration avec elle et devient co-architecte en chef en 1970.

Les projets ultérieurs prolongent cette recherche : rénovation du centre du vieux Gisors (à partir de 1974), la ZAC de Villetaneuse (1974-1981), le centre-ville de Saint Martin d’Hères (1975-1982). En 1978, il obtient le Grand Prix national d’architecture du ministère de la culture. Il meurt en 1981.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Personnalité : Celnikier Isaac
Isaac Celnikier (1923 - 2011

Isaac Celnikier, né à Varsovie en 1923 et mort à Paris en 2011, est un peintre et graveur. La formation artistique d'Isaac Celnikier commence à l'orphelinat de Janusz Korczak, où il réalise le décor de théâtre d'un des éducateurs. A la Maison de la Création du Peuple de Bialystok, il se rapproche du groupe de peintres juifs ZTKSP et se lie avec Abraham Frydman (1906-1941) et sa femme Gina, qui disparaitront tous les deux dans des camps (Gina deviendra Judith la combattante dans certaines peintures de Celnikier). C'est à Minsk en 1941 qu'il participe à sa première exposition collective, ensuite sa pratique de l'art se forge dans les camps où il est interné et où on lui fait réaliser des copies de tableaux de maîtres anciens. A Auschwitz III, il est affecté à l'atelier de peinture Malerkommando 78 Siemmens. Après-guerre, détenu au camp soviétique de Sumperk (République Tchèque), il est chargé de peindre des slogans et des portraits des héros soviétiques à des fins de propagande. C'est à Prague que Celnikier décide de suivre ses études (1946-1951), à l’École supérieure des arts appliqués, et décide de s'engager dans un travail mémoriel, dont Ghetto est l'une réalisation les plus marquantes. Cette œuvre est exposée à Varsovie en juillet 1955, à l'Arsenal dans une manifestation baptisée "Contre la guerre, contre le fascisme", qui est à l'origine du mouvement artistique polonais L'Arsenal. A la fin de l'année 1957, Celnikier rejoint Paris et la Cité des Arts où il obtient un atelier et un logement. C'est là qu'il rencontre Anne Szulmajster avec laquelle il s'installe dans un atelier-logement dans une HBM rue Ricaud dans le XIIIe arrondissement. Puis, c'est en 1982 que le couple s'installe au 103 rue Georges Gonnat à Ivry-sur-Seine. Approfondissant le thème de la Shoah, Celnikier approfondit son œuvre de graveur et réalise en 1990 un album La Mémoire gravée (Paris, Atelier Georges Leblanc, 1990) constitué de 24 gravures débutées en 1969. Parallèlement, il reprend des thèmes déjà abordés pendant sa formation : paysages, natures morts, portraits dont de très nombreux de sa femme Anna., en citant et détournant les grands maîtres de la peinture. Collectionné et exposé par de nombreux musées, en France et à l'étranger, Isaac Celnikier élabore une œuvre puissante à la forte charge émotionnelle, où le témoignage n'est jamais documentaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre attribution par travaux historiques

La rénovation du centre urbain d'Ivry s'échelonne sur une dizaine d'années et a métamorphosé tout le cœur de la ville. Sur la place de la République, se trouve la tour d’habitation Jeanne Hachette (R Gailhoustet Arch.1975) complétée par l’opération des terrasses Marat (R Gailhoustet Arch.1986) qui abritent logements, commerces , 40 ateliers d'artistes et dont la conception étagée permet de créer entre 2 rues un cheminement public diversifié.

Longeant l’avenue Georges Gosnat, se trouve l’opération Jeanne Hachette. Dans la partie de la rénovation urbaine imaginée et développée par Jean Renaudie (ici 40 logements, commerces, bureaux et salle d’exposition, conçus entre 1970-1975) l’imbrication des différents types d’espaces est très développée à l’opposé du modèle reproductible ou de la systématisation. A l’angle de la rue Marat, les escalators relient le métro au niveau supérieur de la dalle ou sont implantés les commerces, des chemins piétonniers à l’abri des voitures desservent le cœur d’ilot vers les entrées d’immeubles.Au même niveau que le centre commercial sur la dalle couvrant les parking se trouve la promenée piétonne vers le Théâtre d’Ivry. La diversité des parcours piétonniers possibles est une des richesses de cette rénovation urbaine, chaque habitant peut ainsi pratiquer la ville à sa manière.

Avec les opérations Danielle Casanova et Jeanne Hachette, Jean Renaudie explore de nouvelles typologies. Il substitue au parcellaire ancien un ensemble de «collines» faites de constructions à terrasses, disposées de manière pyramidale. Construits sur un système structurel de poteaux, leurs volumes s’appuient sur des géométries triangulaires. Leurs arêtes vives, qui forment des angles aigus de 45°, créent une volumétrie insolite, aisément reconnaissable et constituent un véritable manifeste contre la monotonie des tours et des grands ensembles construits dans les années 60. Libéré des angles droits, le bâtiment donne ainsi la sensation de voir des pointes jaillir des bâtiments.

On retrouve ce parti-pris à l’intérieur : Jean Renaudie propose des appartements tous différents les uns des autres, chaque plan de niveau prenant l’allure d’un puzzle : à un niveau ou en duplex, leurs pièces épousent des formes originales liées à la géométrie à angle aigu. Ils offrent une grande perméabilité entre l’intérieur et l’extérieur grâce à l’importance des baies vitrées, la multiplicité des orientations sur l’extérieur, l’existence de jardins privatifs. Sans vis-à-vis, ils ouvrent sur des terrasses jardins, la terrasse de l’un étant le toit de l’autre en formant de véritables jardins suspendus.

L'atelier d'Isaac Celnikier se trouve au 103 avenue Georges Gonnat, au 3e étage. Il se compose d'une partie dédiée à l'habitation (2 chambres, une cuisine, un salon, une salle de bain) reliée à l'atelier par un étroit couloir. L'atelier, exposé XXX, offre une surface au sol de XXXm2, agrandie par la réalisation d'une mezzanine en bois (postérieur à la livraison du logement). Une vaste verrière offre un éclairement constant et stable. Les trois murs de l'atelier, en béton coffré laissé brut, sont recouverts d’œuvres et des meubles à plans ont été disposés le long du mur parallèle à la verrière pour ranger les toiles de petit format.

Sous la mezzanine, à la quelle on accède par une échelle de bois, se trouve un divan recouvert de tissus, sur lequel Anne Szulmajster a souvent posé.

Statut de la propriétépropriété de la commune, L'ensemble de logements "Jeanne-Hachette" est géré par l'Office public d'habitat d'Ivry-sur-Seine.
Intérêt de l'œuvremaison d'homme célèbre
Précisions sur la protection

Les ensembles Danielle-Casanova et Jeanne hachette ont été été labellisés Patrimoine XXe en 2008.

Références documentaires

Bibliographie
  • Valdimir Halperin, Max Gallo, Isaac Celnikier, catalogue d'exposition Arsenal de Pratifori,1950 Sion, Suisse, 8 novembre-20 décembre 1994.

  • Société historique et littéraire polonaise, Isaac Celnikier, registres de vie, Catalogue d'exposition à la Bibliothèque polonaise, Paris, 2018

  • Patrice Goulet et Nina Schuch, Jean Renaudie, la logique de la complexité, éd. Institut français d'urbanisme / Edizioni Carte Segrete, Paris, 1992, 315 p.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Sol Anne-Laure
Anne-Laure Sol

Conservateur du patrimoine, service Patrimoines et Inventaire, Région Ile-de-France.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.