Logo ={0} - Retour à l'accueil

ancienne auberge et "Hôtel du Nord", 23 rue du Maréchal Leclerc

Dossier IA95000463 réalisé en 2016

Fiche

Malgré son aspect très transformé, cet ensemble constitue un élément significatif du patrimoine d'Ecouen, car il s'agit de l'une des anciennes auberges qui s'élevait le long de la route de Paris.

Dénominationsauberge
Aire d'étude et cantonEcouen
AdresseCommune : Écouen
Adresse : 23-25 rue
du Maréchal Leclerc
Cadastre : 2014 AH 189-190

La façade sur la rue du Maréchal Leclerc, avec notamment ses garde-corps et son appui de fenêtre du XVIIIe siècle au n°23, témoigne de l'ancienneté du bâti malgré les nombreux remaniements qui l'ont affecté. Construit le long de la route de Paris à Amiens, cet édifice a servi d'auberge et d'hôtel durant tout le XIXe siècle. En 1830, il appartenait au traiteur Pierre Richer. Dans les années 1860-1870, il était exploité par M. Ginovès, sous le nom d'"Hôtel du Nord". Une description de l'édifice en 1869 permet de connaître la disposition d'ensemble : le principal corps de bâtiment, donnant sur la route, présente une entrée par porte cochère, et une distribution sur trois niveaux (rez-de-chaussée, étage et grenier) surmontant deux berceaux de caves. A l'arrière s'étend une cour, qui comprend un puits. Cette cour est bordée sur les côtés par d'autres corps de bâtiments : à droite, une écurie avec salle de bal au-dessus ; à gauche, trois écuries avec grenier dessus. Au fond de la cour, se trouvent les lieux d’aisance et des cabanes à lapins, ainsi qu'une écurie et une remise. La carte postale qui représente l'Hôtel du Nord vers 1900 correspond parfaitement à la façade ainsi décrite. En revanche, dans son état actuel, l'ancien établissement a perdu ses lucarnes et la moitié nord du corps principal a fait l'objet d'un profond remaniement dans les années 1960, avec notamment la pose d'un enduit ciment et la transformation des garde-corps.

Période(s)Principale : 18e siècle , (?)
Dates

L'ensemble du bâti, aujourd'hui divisé en deux propriétés distinctes (n°23 au sud, n°25 au nord), s'organise selon un plan en U. Le corps de logis principal donne sur la rue du Maréchal-Leclerc. Il compte un étage, qui a conservé au n°23 un appui de fenêtre chantourné ainsi que deux garde-corps en serrurerie du XVIIIe siècle ; une carte postale prise vers 1900 montre que ces éléments se retrouvaient alors sur l'ensemble de la façade, y compris au n°25 (où ils ont disparu par suite d'une reprise de façade dans les années 1950-1960). Au n°25, cet étage carré est surmonté d'un étage de comble, qui a conservé les deux lucarnes déjà présentes vers 1900. Le rez-de-chaussée est occupé par des commerces et un logement (à droite) ainsi que par un passage cocher, qui donne accès à une cour pavée. Le long de cette cour, à gauche, s'élève un autre corps de logis avec un escalier extérieur. Au nord, derrière la façade du n°25, s'élève un troisième corps logis qui présente une façade presque aveugle le long de la cour commune voisine (n°27 de la même rue).

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile mécanique
Étages1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Techniquescéramique
ferronnerie

Précision représentations

Les garde-corps, les linteaux des fenêtres et le portail présentent des ornements caractéristiques du début du XXe siècle.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Val d'Oise, 2E4 332 : bail de l'Hôtel du Nord, 14 novembre 1869.

Bibliographie
  • AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND, Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan : Diane Bétored.

    p. 53
Périodiques
  • Annonce parue dans L’Echo Pontoisien, 3 décembre 1869 : aux termes d’un procès-verbal dressé par Me Reine le 14 novembre 1869, l’établissement de pâtisser-restaurateur et d’hôtel dit du Nord, que M. Charles Ginovès faisait valoir à Ecouen, route impériale de Paris à Amiens n°7, ensemble la clientèle et le matériel en dépendant et le droit au bail des lieux où s’exploite ledit fonds, ont été adjugés à MM. Jacques Freyburger, palefrenier, et Jules Caquet, garçon pâtissier, demeurant tous deux audit Ecouen. Entrée en jouissance fixée au 15 novembre 1869.

  • Annonce parue dans L’Echo Pontoisien, 9 décembre 1869 : aux termes d’un contrat passé devant Me Reine le 30 novembre 1869, M. Jules Caquet, demeurant à Ecouen, a cédé à M. Jacques Freyburger, demeurant au même lieu, les droits lui appartenant dans l’établissement de pâtissier-restaurateur, marchand de vin et d’hôtel dit du Nord, qu’ils exploitaient en commun à Ecouen, route impériale de Paris à Amiens, n°7, et le droit au bail de la maison où s’exerce ledit commerce.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.