Dossier d’œuvre architecture IA92000554 | Réalisé par
Sol Anne-Laure (Rédacteur)
Sol Anne-Laure

Conservateur du patrimoine, service Patrimoines et Inventaire, Région Ile-de-France.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Van Eynde Salomé (Contributeur)
Van Eynde Salomé

Étudiante de l'École du Louvre et diplômée d'une licence de philosophie (université Sorbonne-Paris IV), Salomé Van Eynde est l'auteur d'un mémoire, soutenu en juin 2017, sur l'enseignement d'Hervé Baley à l'École Spéciale d'Architecture (1968-1990). Elle réalise un stage au sein du service de l'Inventaire de la région Ile-de-France en mai et juin de la même année, stage au cours duquel elle seconde la conservatrice du patrimoine Anne-Laure Sol dans ses recherches sur Hervé Baley (1933-2010) et Dominique Zimbacca (1928-2011).

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • enquête thématique régionale, oeuvre des architectes Baley et Zimbacca
Résidence Bellevue, Clamart
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Laurent Kruszyk, Région Île-de-France

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Ile-de-France
  • Commune Clamart
  • Adresse 71-73 rue de Fontenay
  • Cadastre 2015 000 AI 01 179
  • Précisions

Cette réalisation, la plus ambitieuse de l'atelier Architecture et Aménagement a connu plusieurs avant-projets, très différents du projet final comme l'indiquent les documents d'archives retrouvés. Son étude est particulièrement intéressante. En effet, la disposition retenue pour les trois corps de bâtiments et chacun des appartements qui s'y superposent, annonce un modèle proliférant et un principe de disposition "en étoiles" qui seront ensuite exploités par Jean Renaudie (1925-1981) dès 1970 pour des immeubles d'habitations d'Ivry-sur-Seine, opérations Danièle Casanova et Jeanne Hachette entre 1970 et 1975 (Val de Marne) et à Givors (Rhône) entre 1974 et 1981.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1967, daté par travaux historiques
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Baley Hervé, Michel, Marie
      Baley Hervé, Michel, Marie

      Hervé Baley est un architecte français actif principalement en région parisienne à partir des années 1960. Élève de Georges-Henri Pingusson (1894-1978), puis à partir de 1954 de Jean Faugeron (1915-1983), il étudie dans les ateliers libres d'architecture de l'École des beaux-arts de Paris, où il rencontre son premier associé, Dominique Zimbacca (1928-2011). Tous deux fondent l'Atelier d'Architecture et d'Aménagement (A.A.A.) entre 1959 et 1960, et Hervé Baley entame alors une carrière d'architecte-décorateur. Il aménage en effet un certain nombre d'appartements parisiens, et construit principalement des maisons individuelles en Ile-de-France. Daniel Ginat (1936- ) et Alain Marcoz (1932- ) sont alors devenus ses deux principaux associés. Sa ligne créatrice est profondément inspirée de Frank Lloyd Wright (1867-1959), qu'il admire beaucoup pour ses qualités spatiales intérieures, comme pour son souci de développer un rapport harmonieux avec le site extérieur dans lequel s'implante l'architecture.

      L'agence d'Hervé Baley connaît par la suite une baisse d'activité, à mettre en lien avec les débuts en tant que professeur à l'École Spéciale d'Architecture (ESA). À la rentrée 1968, l'architecte est en effet recruté comme chef d'atelier dans cette école, et dirigera pendant plus de vingt ans, jusqu'en 1990, l'atelier Sens et Espace. Dans celui-ci, il s'attache à sensibiliser ses élèves aux principes de l'architecture organique héritée de Frank Lloyd Wright et développe une pédagogie basée sur l'expérimentation spatiale qui lui est propre. Lorsque l'enseignant se voit obligé de fermer son atelier d'architecture, Hervé Baley retrouve son activité exclusive d'architecte. La difficulté à obtenir de nouvelles commandes le pousse au milieu des années 1990 à partir s'installer à Marrakech, où il s'éteint en 2010, après avoir construit dans la région plusieurs villas.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte signature
    • Auteur :
      Marcoz Alain
      Marcoz Alain

      Alain Marcoz est architecte DPLG en 1962, après avoir suivi durant plus de dix ans les cours de l'École Nationale Supérieure de l'École des Beaux-Arts (ENSBA), à Paris. Élève de Pierre Vivien, d'Henri Larrieu, puis de Xavier Arsène-Henry, il rejoint l'agence d'Architecture et d'Aménagement d'Hervé Baley quelques années après l'obtention de son diplôme. Avec Daniel Ginat comme troisième associé, ils réalisent jusqu'à la fin des années 1960 plusieurs projets, principalement des habitations individuelles ou collectives, en Ile-de-France. Alain Marcoz quitte par la suite l'agence d'Hervé Baley, et réalise plusieurs projets en son nom propre, comme la clinique des Charmilles à Arpajon (Essonne).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte signature
    • Auteur :
      Ginat Daniel
      Ginat Daniel

      Daniel Ginat, architecte DESA (1958), est un des principaux associés d'Hervé Baley (1933-2010) au sein de l'agence l'Atelier d'Architecture et d'Aménagement. Créé entre 1959 et 1960 par Hervé Baley et Dominique Zimbacca (1928-2011), cet atelier connaît plusieurs changements d'associés au cours des années 1960 et 1970, mais Daniel Ginat demeure le compagnon de route le plus fidèle d'Hervé Baley. Associés avec Alain Marcoz jusqu'à la fin des années 1960, ils réalisent tous trois plusieurs constructions en Ile-de-France, dont la plupart se destinent à une fonction résidentielle, individuelle ou collective. Daniel Ginat, entré en 1963, quitte l'agence bien plus tard, au début des années 1980 et construit par la suite quelques projets personnels : un immeuble d'habitations à Viroflay, mais aussi sa propre maison de vacances à Brignogan, village familial de sa femme, Maryvonne, qui n'est autre que la sœur de la femme d'Hervé Baley, Françoise.

      Daniel Ginat multiplie les voyages très tôt. Après avoir passé son baccalauréat en mathématiques au collège Sainte-Barbe à Paris, le futur architecte part dans un premier temps en Grèce, puis rentre à l’École Spéciale d'Architecture (ESA). Un stage organisé sur les bords de la mer Noire en Turquie lui suffit pour tomber amoureux de la culture turque et du Moyen-Orient de manière générale. À l'ESA, il fait également la connaissance de Farah Diba (née en 1938), aussi étudiante en architecture. Des liens d'amitié se tissent, et tous deux entreprennent un voyage de la Turquie jusqu'à l'Afghanistan, sur les traces des villes zoroastres. Il sera également un des compagnons de voyage de son futur beau-frère, Hervé Baley, en 1963, lorsque tous deux partent avec le Dr Frédérick Leboyer aux États-Unis, durant un mois, sur les traces de Frank Lloyd Wright. Par la suite, Baley et Ginat se rendent à de nombreuses reprises à Konya, lors des cérémonies annuelles soufies turques.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte signature
    • Auteur :

La résidence Bellevue épouse le dénivelé d'une pente, orientée Nord-Ouest, qui offre une vue imprenable sur le paysage urbain de Paris. L'ensemble de dix-huit logements, de deux, trois, ou quatre pièces, se répartit en trois corps de bâtiment étagés dans la pente. Deux premiers bâtiment mitoyens, côté rue, forment une aile de retour par rapport au troisième bâtiment, plus en contrebas. Les étages de ce bâtiment se prolongent vers les deux autres bâtiments, ce qui donne à la résidence Bellevue un plan général en L.

La résidence Bellevue s'étage sur cinq niveaux : un sous-sol, un rez-de-chaussée, puis trois étages. Le troisième corps de bâtiment, en contrebas, voit son élévation décalée par rapport aux deux autres corps de bâtiments mitoyens. Ses trois étages se prolongent donc sur la pente pour retrouver les corps de bâtiment côté rue. Ainsi, par le jeu du dénivelé, se rejoignent les rez-de-chaussée des bâtiments hauts, et le troisième étage du bâtiment bas.

Dans chaque corps de bâtiment, les appartements sont distribués de façon hélicoïdale autour de l'escalier en vis central. Un hall d'entrée au rez-de-chaussée des deux bâtiments, donnant sur la rue de Fontenay, offre un espace d’accueil assez vaste, où les boîtes aux lettres, encastrées dans les parois maçonnées de l'édifice, ont été dessinés par les architectes eux-mêmes. Les trois étages de chaque corps de bâtiment se développent ensuite en quinconce autour de l'escalier, et offrent en façade un subtil jeu de décalages.

Chaque logement dispose d'une double orientation, peu importe son emplacement. Les terrasses triangulaires avec angle à 90° offrent une vue dégagée, et opèrent un retrait au fur-et-à-mesure de leur superposition, ce qui permet aux terrasses des étages les plus bas de recevoir tout de même un ensoleillement optimal. Pour l'aménagement intérieur, chaque appartement dispose d'une cheminée, mais aucune distribution ne se ressemble d'un logement à l'autre. Les premiers occupants des lieux ont en effet choisi eux-mêmes la disposition de leurs cloisons. Ainsi, se retrouvent dans la résidence Bellevue plusieurs traits caractéristiques de l'agence d'Hervé Baley : le goût de la géométrie et du triangle (qui reste tout de même à angle droit pour ne pas perdre de l'espace), le souci d'une architecture intégrée au site (terrain en pente, ouverture sur le paysage), et une attention aux besoins individuels de ses futurs occupants.

  • Murs
    • béton parpaing de béton enduit
  • Toits
    béton en couverture
  • Plans
    plan régulier en L
  • Étages
    sous-sol, 3 étages carrés
  • Couvrements
    • dalle de béton
  • Couvertures
    • terrasse
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
  • Autres organes de circulation
    ascenseur
  • Énergies
  • Techniques
    • maçonnerie
  • Mesures
  • Statut de la propriété
    propriété d'une société privée