Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 68 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • faubourg Saint-Rémy
    faubourg Saint-Rémy Meaux
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Titre courant :
    faubourg Saint-Rémy
    Appellations :
    Saint-Rémy
    Illustration :
    L'avenue Gallieni, ancienne "chaussée de Paris", vue depuis le sud. On est ici à l'entrée du faubourg Saint-Remy. IVR11_20127700871NUC4A l'emplacement des fossés bordant la fortification de la fin du Moyen Âge. Sa partie courbe, à droite de la photo , est bordée par un bel ensemble de maisons de ville du 19e siècle. IVR11_20147700272NUC4A
  • dalle funéraire de  Guillaume de Saint-Remy
    dalle funéraire de Guillaume de Saint-Remy Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    gist reverent maistre et discret feu (?) Guillaume de Saint-Remy jadiz (?)...(lequel trespassa l'an de transmise par une gravure du 19e siècle. Inscription latine sur le livre : "Quomodo dilexi lege(m) tuam d extraits du Psaume CXVIII). Inscription latine sur le phylactère : "Lex Dei ejus in corde ipsius et non
    Historique :
    de Saint-Rémy (vers 1340) doit être rajeunie car le nom du défunt apparaît encore dans les "Rotuli la comparer à la dalle funéraire de Geoffroi Lavenant, docteur en théologie, maître au collège du Plessis à Paris, mort en 1385 (H. Verlet, "Epitaphier du Vieux Paris", t. 12, 1999, p. 412), ou à celle de
    Représentations :
    spécifique, liée à la fonction du défunt : Guillaume de Saint-Remy donne un cours à ses étudiants. De taille et une baguette. Le livre ouvert devant le professeur porte deux versets du psaume 118 (97-98). Au -dessus de sa tête, surgit une main divine qui déroule un phylactère portant un extrait du psaume 36
    Titre courant :
    dalle funéraire de Guillaume de Saint-Remy
    Appellations :
    de Guillaume de Saint-Remy
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,77,Meaux,salle basse du Musée Bossuet
    Texte libre :
    La dalle funéraire de Guillaume de Saint-Rémy (14e siècle) est l'une des plus célèbres de la
    Illustration :
    Dalle déposée dans les salles basses du Musée Bossuet. Vue d'ensemble. IVR11_20127700705NUC4A
  • chapelle Jean Rose
    chapelle Jean Rose Meaux - 65 rue Saint-Remy - - Cadastre : BP 122
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'administrateur de l'hôpital Rémy du Bocquet. Les quatre travées occidentales de cette chapelle datent de 1636
    Précisions sur la protection :
    Chapelle : classement par arrêté du 10 septembre 1913.
    Représentations :
    Flagellation du Christ Le décor des clés de voûte du choeur rappelle la titulature de l'hôpital par la représentation des instruments de la Passion et de la Flagellation du Christ.
    Description :
    La chapelle s'élève le long de la rue Saint-Remy. C'est un édifice de plan très simple : un
    Auteur :
    [commanditaire] Bocquet, du Rémy
    Localisation :
    Meaux - 65 rue Saint-Remy - - Cadastre : BP 122
    Illustration :
    Photographie ancienne du portail nord, vers la rue Saint-Remy, avec la statue de l'Ecce homo Plan dressé par Charles Genuys, en 1913. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077 longitudinale et transversale. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077/2019, document n°81975 Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire : le Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire ; retirage Vue extérieure : élévation sud, vue du sud-est. IVR11_20127700973NUC4A Détail du pan coupé nord de l'abside. IVR11_20127700976NUC4A Détail de la clé de voûte de l'abside : la Flagellation du Christ (XVIe siècle Détail d'un culot sculpté abritant trois roses, armoiries du fondateur de l'hôpital (XVIe siècle
  • maison dite 'du boulet russe'
    maison dite 'du boulet russe' Meaux - 24 rue du Commandant-Berge - - Cadastre : 2014 BO 72
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'inscription peinte sous la corniche : " Au boulet russe du 27 février 1814 ". L'artillerie russe a en effet
    Référence documentaire :
    p. 154 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 2 : Le quartier du Marché Guy. Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 2 : Le quartier du Marché, Meaux
    Description :
    "rocailles", comparables à d'autres maisons meldoises du 18e siècle, place Henri IV ou rue Saint-Remy. La maison s'élève sur le côté nord de la place du Marché, entre la rue de la Halle et la rue rue du Commandant Berge. Sa façade principale, sur la rue du Boulet russe, compte quatre travées. Sur les côtés, la maison présente deux travées à l'ouest, sur la rue de la Halle, et trois à l'est, sur la rue du
    Localisation :
    Meaux - 24 rue du Commandant-Berge - - Cadastre : 2014 BO 72
    Titre courant :
    maison dite 'du boulet russe'
    Illustration :
    Façade sur la rue du Commandant-Berge. IVR11_20127700722NUC4A Façade sur la place du Marché, avec le boulet incrusté et l'inscription "Boulet russe du 27 février
  • maison du peintre Arnoux, 33 rue Paul Lorillon
    maison du peintre Arnoux, 33 rue Paul Lorillon Écouen - 33 rue Paul Lorillon - Cadastre : 2014 AH 248
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Sur le cadastre de 1827, la parcelle, qui n'est pas encore construite, porte le n° C 486. Lors du
    Référence documentaire :
    , Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin
    Représentations :
    sont représentés des putti : à gauche, ils font du vin, à droite, ils pêchent.
    Description :
    La maison se distingue nettement du bâti qui l'entoure, plutôt rural, à la fois par sa taille et un décor en stuc moulé, avec notamment deux tablettes représentant des angelots, dans le style du
    Titre courant :
    maison du peintre Arnoux, 33 rue Paul Lorillon
    Texte libre :
    naturalistes, installés dans le bourg pendant la seconde moitié du XIXe siècle. Elle se distingue en outre par raffinement du décor architectural, malheureusement en assez mauvais état aujourd'hui.
    Illustration :
    Détail d'un des bas-reliefs en stuc de la façade : putti faisant du vin, sur la travée de gauche
  • maison du peintre Seignac, 12ter rue Colette Rousset
    maison du peintre Seignac, 12ter rue Colette Rousset Écouen - 12ter rue Colette Rousset - Cadastre : 2014 AH 160
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    ", rassemblement d'artistes installés à Ecouen dans la seconde moitié du XIXe siècle. En 1878, Seignac agrandit son
    Référence documentaire :
    , Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin , son épouse, demeurant à Paris, 25 rue de la Jussienne, une maison bourgeoise à Ecouen, ruelle du Gué -dessus du 1er étage, très vaste grenier et deux chambres lambrissées, dont une avec cheminée, cave sous Elargissement de la ruelle du Gué (aux dépends de la propriété Seignac), 1889. AD Val d'Oise , 2O58/14 (voierie communale, 1824-1905). Elargissement de la ruelle du Gué (aux dépends de la propriété
    Titre courant :
    maison du peintre Seignac, 12ter rue Colette Rousset
  • maison de notable Le château écossais, 3 avenue du Château-écossais
    maison de notable Le château écossais, 3 avenue du Château-écossais Enghien-les-Bains - 3 avenue du Château-écossais - en ville - Cadastre : 1995 AH 199
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'édifice est construit vers 1845, tantôt surnommé château écossais ou citadelle du lac par Emile Bocquet d'où parfois le nom de donjon de M. Bocquet. Le château écossais figure fréquemment dans les guides et ouvrages sur la ville durant tout le 19e siècle, comme un élément important du paysage lacustre enghiennois. L'aspect du bâtiment est aujourd'hui altéré par une couche d'enduit qui a supprimé l'aspect
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    courrant néogothique du milieu du siècle.
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 3 avenue du Château-écossais - en ville - Cadastre : 1995 AH 199
    Titre courant :
    maison de notable Le château écossais, 3 avenue du Château-écossais
    Illustration :
    Vue d'ensemble des communs situés au 9 de l'avenue du Château écossais. IVR11_20089500118NUC4A
  • dalle funéraire de Jean de Pierrepont
    dalle funéraire de Jean de Pierrepont Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    représentaient un pont de pierre de marbre blanc sur du noir.
    Historique :
    trouvait à l'origine dans le sanctuaire de la cathédrale, au nord du maître-autel. Lors du réaménagement du nord du déambulatoire. Elle fut à nouveau enlevée à l'occasion des travaux de restauration du chevet de la cathédrale, au XIXe siècle. C'est pourquoi elle est aujourd'hui visible dans les salles basses du Musée Bossuet, comme la dalle de Guillaume de Saint-Remy (IM77000395). Le tombier qui a réalisé cette
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,77,Meaux,salle basse du Musée Bossuet
    Illustration :
    Dalle déposée dans les salles basses du Musée Bossuet. Vue d'ensemble. IVR11_20127700706NUC4A
  • séminaire, aujourd'hui lycée Henri Moissan
    séminaire, aujourd'hui lycée Henri Moissan Meaux - 20 cours de Verdun 65 rue Saint-Rémy - Cadastre : BP 122
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précisions sur la protection :
    Façades et toitures du bâtiment sur la rue Saint-Remy : inscription par arrêté du 17 décembre 1943
    Description :
    rue Saint-Rémy, percée de deux beaux portails du 18e siècle. A l'ouest s'élève, dans le prolongement le Cours de Verdun et la rue Saint-Remy. L'entrée principale se situe au 20 cours de Verdun, dans le bâtiment contemporain qui forme toute la partie méridionale du lycée. Les bâtiments plus anciens, seuls
    Localisation :
    Meaux - 20 cours de Verdun 65 rue Saint-Rémy - Cadastre : BP 122
    Illustration :
    La façade de la rue Saint-Remy : la travée du portail oriental. IVR11_20127700830NUC4A La façade de la rue Saint-Remy : le fronton au-dessus du portail central, avec les trois roses Carte postale, vers 1900 : la cour intérieure du grand séminaire. (AD Seine-et-Marne. 2 Fi 4497 Vue d'ensemble de la façade sur la rue Saint-Remy, depuis le nord-ouest. IVR11_20127700829NUC4A La façade de la rue Saint-Remy : le portail central. IVR11_20127700831NUC4A (armes du fondateur de l'hôpital Jean-Rose). IVR11_20127700832NUC4A Revers de la façade de la rue Saint-Remy : la serrure de la porte occidentale Aile sud de l'ancien séminaire : élévation sud (vue prise du sud-ouest, depuis la grande cour du Aile sud de l'ancien séminaire : élévation sud (vue prise du sud-est, depuis la grande cour du La façade du lycée sur le cours de Verdun. IVR11_20137700278NUC4A
  • hôtel Macé de Montoury
    hôtel Macé de Montoury Meaux - 36-38 rue Saint-Remy - - Cadastre : 2000 BT 0031
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel particulier fut construit dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, sur un terrain contigu seconde moitié du XIXe siècle.
    Précisions sur la protection :
    31) : inscription par arrêté du 2 décembre 1987.
    Description :
    postérieure : à l'origine, l'hôtel présentait un plan en L. L'escalier se trouve dans l'angle nord-est du corps de logis et présente une belle rampe en ferronnerie avec les initiales du commanditaire (PAM historique (1772 et les initiales du propriétaire : M.D.M.) et deux anciennes fontaines assuraient
    Localisation :
    Meaux - 36-38 rue Saint-Remy - - Cadastre : 2000 BT 0031
    Illustration :
    Détail du heurtoir de la porte cochère. IVR11_20127700738NUC4A Détail de la rampe de l'escalier d'honneur : les initiales du commanditaire, au premier étage
  • fortification d'agglomération
    fortification d'agglomération Melun
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    menée sous la direction de Jean Fontaine et Rémy Collin, maître des oeuvres des bâtiments du roi. Des Au 4e ou 5e siècle, un castrum de refuge est construit dans l'île Saint-Etienne. Au début du 13e ingénieurs : Garnier pour l'île et la clôture du bourg du côté de Bière (= la paroisse Saint-Ambroise ), Guillaume de Flamenville et maître Gautier pour le bourg qui se trouve au-delà du petit pont (= la paroisse la porte du Marché de Melun. Les trois enceintes médiévales sont renforcées à la fin du 16e siècle , d'abord par les Ligueurs puis par l'ingénieur du roi Ambroise Bachot après la prise de la ville par Henri . L'ensemble des fortifications est peu à peu démantelé par les habitants qui, dès la deuxième moitié du 17e dans la première moitié du 19e siècle. A l'heure actuelle, seuls quelques vestiges de murailles
    Description :
    Le rempart du Bas-Empire, autour de l'île Saint-Etienne, est une fortification en pierre de petit monumentale de l'agglomération du Haut Empire. Les fortifications du 13e siècle sont des murs en calcaire fin du 16e siècle par des éperons au nord (porte des Carmes) et au sud (porte de Bière), ainsi que sur
    Auteur :
    [architecte] Collin Rémy
    Illustration :
    Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle). Huile sur toile Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle), détail : la porte sitadelles de Melun, du cappitaine Ambroise, representer par alfabe. L'en 1597. Vue d'ensemble du plan Détail du plan de Melun par Ambroise Bachot, 1597 : la citadelle. Parchemin aquarellé. (BM Melun la ville depuis le nord-ouest, par Claude Chastillon. Début du XVIIe siècle. (BNF, Département des Projet d'ouverture des fortifications du quartier Saint-Ambroise au niveau de la tour Richard 1768 (avec quelques annotations du XIXe siècle). Encre sur papier, 18e siècle. (AM Melun. 1 Fi 790 Plan d'une partie des fortifications du quartier Saint-Aspais. Encre sur papier, 18e siècle. (BM Maison construite sur les fortifications du bord de Seine, dessin, 19e siècle. ""D'après un dessin Vestiges des fortifications au niveau du quai Pasteur, et débouché de la promenade du boulevard
  • fortification d'agglomération
    fortification d'agglomération Meaux - Cadastre : BS 101-102, 119, 255, 298 BT 67 BP 122 BO 355 BM non cadastré BN non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    hectares. Ce "castrum" élevé vers la fin du IIIe siècle est longtemps demeuré la seule fortification maçonnée attestée à Meaux, mais il a été agrandi vers l'est et vers l'ouest à la fin du Moyen Âge. Par « Ville » et le « Marché » est longtemps resté très prégnant. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, pour quartier du Marché a peut-être été édifié un fort dès 1562. Dans le dernier quart du XVIe siècle, la disparu mais que les récentes fouilles archéologiques menées à l'angle du cours Raoult ont remis d'orillons ronds, complété par une vanne qui permettait de réguler le débit du Brasset. Ce bastion et la tour « du Bourreau » voisine permettaient de flanquer le pont du Marché et la muraille orientale de la ville , parallèle à la rue du Tan ; cette dernière, peu épaisse, fut renforcée en 1594 par des levées de terre. En Franciscains. Le dispositif défensif de la « Ville » fut également complété au nord, avec la fortification du appelé le « fort Adam » flanquait cette terrasse vers le pré-aux-mortiers. Dès le milieu du XVIIe siècle
    Précisions sur la protection :
    Les restes de l'enceinte gallo-romaine servant de soutènement à la terrasse du jardin de l'évêché ont été classés par arrêté du 15 juin 1910.
    Description :
    fortifications. Le rempart du Bas-Empire est toujours présent en élévation au nord des jardins du palais parcellaire et surtout il a généré un exhaussement du sol, lié au processus d'accumulation des sédiments, qui est plus important à l'intérieur qu'à l'extérieur du rempart. Les rues Bossuet et Tronchon correspondent ainsi à la partie intérieure du castrum, tandis que les rues Longpérier et des Ursulines sont situées à l'emplacement du fossé supposé bordant la fortification. On peut en outre connaître le tracé de , sans doute à la fin du Moyen Âge. Les fossés entourant cette enceinte élargie ont été convertis en donc la limite de la « ville close » de la fin du Moyen Âge. Plusieurs tours de cette enceinte de tuile l'an 1487 » ; l'une de ses salles fut accordée en 1563 à la compagnie du jeu d'arc et urbain sont découvertes et partiellement arasées : la tour du Bourreau dans l'angle sud-est de l'enceinte , la tour Bourgeoise (ou tour de la Halle) dans le jardin du 2 place Saint-Maur, la tour de la
    Illustration :
    Plan du "castrum" et coupe est-ouest, montrant l'accumulation des sédiments à l'intérieur de . Gravure de Claude Chastillon, début du 17e siècle. On distingue les éperons rajoutés récemment aux Profil de la ville de Meaux", par Israel Silvestre, gravure, milieu du XVIIe s. La vue est prise La "Ville", sur la rive droite de la Marne. Restitution du "castrum" par le curé Pierre Janvier , XVIIe s. Dessin, fin du 17e siècle. Tiré de : "Fastes et annales des évêques de Meaux", tome II /P Janvier, XVIIe s. Dessin, fin du 17e siècle. Tiré de : "Fastes et annales des évêques de Meaux", tome II Plan du Brasset aux abords de la porte Saint-Nicolas, 16 nivôse an VIII. Papier aquarellé. (AD Plan géométrique de la partie des fossés de la ville de Meaux à partir de la porte Saint-Remy Le "castrum" du Bas-Empire, vu depuis le boulevard Jean-Rose. IVR11_20127700238NUC4A Vue panoramique prise depuis un ballon captif sur l'angle nord-ouest du castrum
  • école primaire Saint-Alphonse, aujourd'hui école Notre-Dame
    école primaire Saint-Alphonse, aujourd'hui école Notre-Dame Draveil - centre - 2 place du Docteur-Rouffy - en ville - Cadastre : 1983 AP 203
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , au sein du lotissement du parc Granger. La quasi totalité du financement étant assuré par une d'Alphonse Couvreux, son mari, entrepreneur de travaux publics et propriétaire du château de Vigneux. L'école
    Localisation :
    Draveil - centre - 2 place du Docteur-Rouffy - en ville - Cadastre : 1983 AP 203
    Illustration :
    Vue sur la cour de récréation. La légende porte à tort le nom d'école Saint-Rémy. Carte postale Vue du corps de bâiment central. IVR11_20069100471XA
  • hôtel-Dieu
    hôtel-Dieu Meaux - 2-14 rue Martimprey 1-23 rue Saint-Remy 1-7 rue des Vieux-Moulins - - Cadastre : 2000 BR 28-31, 34, 51, 54-58, 128-129, 138, 146-148, 163-167
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Saint-Remy) construits par l'entrepreneur meldois Barigny vers 1845. Derrière le portail du n°13, le rez , le chapitre unit la cure de Saint-Remy à cet hôtel-Dieu, qui disposait ainsi d'un lieu pour les pauvres et les malades. Il possédait aussi un pressoir de l'autre côté des murs du castrum, dans la rue de 7 rue des Vieux-Moulins. Enfin, du côté nord, s'élèvent deux immeubles de rapport jumeaux (13-17 rue
    Description :
    rue des Vieux-Moulins, la rue Saint-Remy at la rue du Château (aujourd'hui rue de Martimprey). Les chapelle, le long de la rue Saint-Remy (aujorud'hui détruite). Perpendiculaire à cette chapelle, et
    Localisation :
    Meaux - 2-14 rue Martimprey 1-23 rue Saint-Remy 1-7 rue des Vieux-Moulins - - Cadastre : 2000 BR
    Illustration :
    Plan des bâtiments et dépendances de la salle d'asile de Meaux, rue du Tribunal, signé Savard et
  • cathédrale Saint-Etienne
    cathédrale Saint-Etienne Meaux - place Charles-de-Gaulle rue Saint-Etienne - - Cadastre : 2000 BT 67
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    appartenant sans doute au chevet du 10e siècle : ces éléments ont été mis au jour par l'archéologie dans les années 1960. Dans le dernier quart du 12e siècle, la cathédrale fut reconstruite dans un style fortement influencé par les premiers édifices gothiques du nord-est de la France et notamment par Notre-Dame de chantier commença par les parties orientales et se poursuivit vers l'ouest, avec la construction du transept et de deux travées de nef dans le premier tiers du 13e siècle. En 1253, l'évêque Pierre de Cuisy plus lumineux. Dans le dernier quart du 13e siècle, les travaux se poursuivirent sur le transept avec la reconstruction de la façade du bras sud puis celle du bras nord, au tout début du 14e siècle. Puis construction commença vers 1317 (date de la concession du terrain par le roi). En 1331, le riche marchand Jean Rose fonda la chapelle du Saint-Sacrement sur le côté sud de la nef, où figure toujours sa dalle travaux furent interrompus par la Jacquerie de 1358. Le chantier reprit vers la fin du 14e siècle, mais
    Description :
    , allant du gothique classique soissonnais dans certaines parties du vaisseau central de la nef et du bras nord du transept (1er quart 13e siècle), jusqu'au flamboyant dans la tour nord et la partie ouest de la l'élévation des travées droites du choeur : la présence de "fausses tribunes" comme dans certaines cathédrales normandes. Le revers des façades du transept est particulièrement raffiné. On notera enfin la présence de la
    Auteur :
    [commanditaire] Drac, du Jean
    Illustration :
    Plan du chevet par Villard de Honnecourt, 13e siècle. (BNF. ms. fr. 19093, folio 15 La cathédrale au 19e siècle, vue du nord-ouest. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et La flèche centrale de la cathédrale, détruite au XVIIe siècle. Dessin, fin du 17e siècle. Tiré de Plan du choeur et du chevet avec indication des travaux, par Danjoy (13 juin 1850). Encre sur papier, 13 juin 1850. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077/1014, document n° 081837 La cathédrale vers 1850, vue du sud-ouest. Dessin. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et La cathédrale au 19e siècle : la façade occidentale, vue du sud-ouest (1851). Gravure. (BNF Le sanctuaire de la cathédrale lors de l'ouverture du cercueil de Bossuet, le 14 novembre 1854 La cathédrale au 19e siècle : la façade occidentale et le parvis, vus de la rue Saint-Rémy, en 1856 La cathédrale au 19e siècle, vue du nord-ouest (depuis la cour de l'évêché). Gravure. (BNF
  • maison de maître, 1 avenue Gallieni
    maison de maître, 1 avenue Gallieni Meaux - 1 avenue Gallieni - - Cadastre : 1850 G 77 2000 BP 51
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La maison a été édifiée dans le 2e quart du 19e siècle aux dépends de la place Saint-Remy, près de l'auberge du Cheval rouge. L'emplacement était encore inoccupé sur le plan d'alignement de la rue Saint-Remy second quart du 19e siècle. La famille Vesseron étant entrepreneur en bâtiment, on peut lui attribuer la
    Référence documentaire :
    p. 230 Meaux. Patrimoine urbain, collection "Cahiers du patrimoine", 2013. FÖRSTEL, Judith, et al . Meaux. Patrimoine urbain. Collection « Cahiers du patrimoine », n° 104. Paris : Somogy éditions d’art
    Texte libre :
    Cette maison est représentative du style néo-classique en vogue à Meaux dans la première moitié du
  • Relais de poste
    Relais de poste Écouen - 20-22 rue du Maréchal Leclerc - Cadastre : 2014 AD 372-376
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    attestée depuis le début du XVIIe siècle. La première mention de ce relais est fournie par une lettre du 19 de la perquisition de votre paquet perdu, sinon que la faute procède du maitre de la poste d'Escouan relais se trouvait à Sarcelles, si l'on en croit l'"Etat des Postes assises pour le service du roi Henri détruit peu après, à l'occasion de la rectification du tracé de la route : seules en subsistent une dépendance correspondant à l'actuelle petite maison au 16 rue du Maréchal Leclerc et une écurie en fond de cour. Le relais de poste fut alors déplacé légèrement en contrebas (actuels n°20-22 rue du Maréchal sise à Écouen, sur le passage de la grande route de Paris à Amiens au centre du village et connue sous souvenir du relais de poste est matérialisé par le panneau en fonte apposé sur la façade de l’autre côté de
    Référence documentaire :
    , Rémy Guadagnin). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France
    Description :
    cour, ouvrant sur la rue du Maréchal-Leclerc par un passage couvert. Cette disposition générale était tardives. En revanche, l'ensemble des enduits a été totalement refait lors de la rénovation générale du début du XXIe siècle, lorsque l'édifice a été reconverti en zone d'activités. La façade sur rue est plusieurs bâtiments. Du côté nord (à gauche en entrant), on trouve, de l'ouest vers l'est : une sorte de gabarit mais sans lucarne, et plus récent (parcelle 372). Du côté sud s'élèvent aussi trois bâtiments. Le premier est un logis secondaire appartenant à la parcelle voisine (18 rue du Général Leclerc). Plus à
    Localisation :
    Écouen - 20-22 rue du Maréchal Leclerc - Cadastre : 2014 AD 372-376
    Texte libre :
    recherches en archives, l'ancien relais de poste d'Ecouen, en activité entre le dernier quart du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle. Il rappelle le rôle important de la route royale (puis nationale ) reliant Paris à Amiens : cet axe routier a longtemps structuré l'organisation de la partie orientale du
    Illustration :
    la butte d’Écouen, en face de l’ancien relais de poste, sur la façade la Pharmacie du Château
  • faubourg Saint-Rémy
    faubourg Saint-Rémy Meaux
    Dossier :
    L'avenue Gallieni, ancienne "chaussée de Paris", vue depuis le sud. On est ici à l'entrée du faubourg Saint-Remy. faubourg Saint-Rémy
  • lavoir
    lavoir Écouen - 4 rue de la Grande Fontaine - Cadastre : 2014 AH 92
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    D'après une lettre du sous-préfet de Pontoise, en date du 26 mai 1818 (ADVO, 2 O 58 / 10), ce
    Référence documentaire :
    Protestation du propriétaire voisin contre le lavoir, 1817-1818. AD Val d'Oise, 2 O 58 /10 : protestation du propriétaire voisin contre le lavoir, 1817-1818. , Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin
    Description :
    Le lavoir se trouve en haut de la rue de la Grande-Fontaine, un peu en retrait et en dessous du niveau de la rue. Il est alimenté par l’une des nombreuses sources qui sourdent au flanc du coteau
    Texte libre :
    Le lavoir de la rue de la Grande-Fontaine est l'un des témoins du bourg rural d'Ecouen, tel qu'il Joyeux, où la « Fontaine noire » jaillissait un peu au-dessus de la place du Ponceau, mais ils ont aujourd'hui disparu du paysage urbain.
    Illustration :
    Vu du haut. IVR11_20169500120NUC4A
  • grand ensemble dit le Domaine de Villiers
    grand ensemble dit le Domaine de Villiers Draveil - Villiers - avenue Henri-Barbusse rue de Châtillon - en ville - Cadastre : 1983 AR 5, 76-79, 82, 100-104, 108, 109, 111, 113, 114, 116-120, 200, 296, 297, 299, 303-309 1983 BC 54, 211, 218, 234, 24, 260-262, 265, 266, 268-272, 276, 278
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Opération réalisée par la SCIC dans les 39 ha du domaine de Villiers (dont 7 ha de parc), acquis architectes Jacques Warnery et Jean Saubot s'attache à maintenir le caractère privé du parc, sans toucher aux masses boisées ni modifier le modelé du sol. La première tranche (permis de construire du 23 mars 1956 collectifs de 2 étages (298 logements du type plan Courant) livrés en 1957-1958, la plupart réservés par des administrations et entreprises qui les ont financés au titre du 1% patronal. Pour la seconde tranche de 460 logements lancée en 1959 (permis de construire du 10 septembre 1958), les mêmes architectes conçoivent des le Parc Saint-Rémy (entre les rues Libéral-Bruant et François-d'Orbay). Les travaux sont achevés le
    Description :
    Au nord du château, le respect des masses boisées a conduit les architectes à disposer les bâtiments en périphérie du terrain, le long d'une route fermée par une place en cul-de-sac limitant la former écran au bruit et à la vue. Au sud du château le terrain libre traversé par l'allée des Tilleuls ne comporte que des bâtiments collectifs, implantés en bordure du boulevard Henri-Barbusse ou
    Annexe :
    , 131 W 14 : acquisition du domaine du château de Villeirs par la Caisse des Dépôts et Consignations , 1969. . A. M. Draveil, dossier non coté : acquisition du domaine du château de Villiers par la SCIC . Draveil, dossier non coté : acquisition du domaine du château de Villiers par la SCIC, permis de construire : plans, 1952, 1954. III. Bibliographie - Draveil, chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 212-214. -Reysset Bernard. Draveil 1945-1944. Du village
    Illustration :
    Les immeubles de la place Saint-Rémy (2e tranche du Domaine de Villiers) et l'un des bâtiments de Vue de l'un des immeubles en bordure du boulevard Henri-Barbusse. Carte postale, vers 1960. (AD Plan-masse figurant sur un panneau situé à l'entrée du domaine. IVR11_20079101254XA Immeubles le long du boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079100851XA Vue de l'immeuble situé à l'angle de l'avenue de Villiers et du boulevard Henri-Barbusse Autre vue d'ensemble du même immeuble (à l'angle de l'avenue de Villiers et du boulevard Henri L'allée des Tilleuls, la prairie et l'immeuble situé à l'angle de l'avenue de Villiers et du Immeubles (n° 21 à 27, 2 à 6 et 8 à 12) le long de la route située en périphérie du parc boisée, à l'arrière du château. IVR11_20079101255XA Parc boisé du domaine : immeuble en bordure de la route périphérique. IVR11_20079101258XA
1 2 3 4 Suivant