Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • lotissement rue Despatys
    lotissement rue Despatys Melun - rue du Président-Despatys - en ville - Cadastre : 1985 AK 248-250, 252-253, 452-453
    Historique :
    Le lotissement d'un terrain situé derrière le collège est organisé en 1930 (cf. plan du géomètre Bocahu). 7 lots sont découpés sur une surface d'environ 3000 m². Ces parcelles sont rapidement occupées par des pavillons construits dans les années 1930 sur les plans d'architectes également actifs dans d'autres secteurs de la ville, comme Paupe et Leroux. Le découpage parcellaire prévu en 1930 est toujours
    Observation :
    Melun dans les années 1930. L'extension de l'habitat pavillonnaire vers le nord se poursuivra dans les
    Illustration :
    Façade du pavillon construit pour M. Régnier sur les plans de l'architecte Leroux (1936 Façade du pavillon construit pour M. Lagarenne sur les plans de l'architecte Paupe (1936
  • lotissement Augereau
    lotissement Augereau Melun - Cadastre : 1985 AV 99 à 108, 125 à 148, 157 à 158, 275 à 276 1985 AW 66 à 119
    Historique :
    A partir de 1905, le quartier de cavalerie de la rive sud étant désaffecté (voir dossier IA77000437 , et en octobre 1906, on adjuge les travaux de terrassement. Le découpage des lots est mené par Padrona , voyer-conseil de la ville. Le plan des nouvelles voies à percer est approuvé par arrêté préfectoral le . Le lotissement fournit donc un bel échantillon d'architecture des années 1910, où se rencontrent des
    Description :
    Le lotissement couvre toute la zone auparavant occupée par la caserne, soit plus de 6 ha. Il s'étend la rue Saint-Ambroise à l'ouest, la rue Dajot à l'est, la rue de la Rochette au sud et le quai de de célébrités locales : le peintre Armand Cassagne, les sculpteurs Chapu et Godin, le bienfaiteur melunais Charles Gay et le général Augereau, en écho à la caserne disparue. Certains de ces axes (boulevard des lots sont volontairement de petite taille pour éviter l'accaparement par le grand commerce, seule
    Illustration :
    Projet pour le lotissement de l'ancien quartier Augereau. Crayon de couleur sur calque, janvier Projet pour le lotissement de l'ancien quartier Augereau. Crayon de couleur sur calque, 1er février Projet pour le lotissement de l'ancien quartier Augereau. Crayon de couleur sur calque, 1906. (AM construit pour M. Marchegay sur un lot acquis le 31 août 1907. IVR11_20037700160VA projets. Vue d'ensemble du document (pour le détail des deux plans : Doc. 6 et 7). Papier, 1906. (AM Melun Plan de lotissement des casernes, avec création d'un pont sur la Seine (projet non réalisé). Papier Projet pour le lotissement de l'ancien quartier Augereau. Papier aquarellé, 25 juin 1906. (AM Melun Plan du lotissement au 7 août 1906. (AD Seine-et-Marne. Op 273) IVR11_20067700340XA Plan du lotissement au 31 décembre 1907. Gravure, 22 février 1908. (AD Seine-et-Marne. Op 273 Etat des ventes de terrains au 31 décembre 1907. (AD Seine-et-Marne. Op 273) IVR11_20067700398XA
  • lotissement
    lotissement Meaux - 3-15 rue Courteline - - Cadastre : 2014 BT 15, 87, 17, 92, 19-20, 101
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le banquier Dumont acheta l'ensemble des jardins de l'ancien hôtel Crignon et y fit édifier six
    Description :
    , entre le n° 7 et le n°9, donne accès à l'arrière du lotissement. Ces maisons présentent une façade soignée, avec une marquise et un décor sur enduit, conservé sur la plupart d'entre elles.
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le nord-est. IVR11_20147700297NUC4A Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest. IVR11_20147700298NUC4A
  • Lotissement dit Résidence du Bouzet
    Lotissement dit Résidence du Bouzet Mantes-la-Jolie - 59-61 rue Saint-Bonaventure 4-24 rue de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 401 2014 AD 403-412 2014 AD 476 2014 AD 479-480
    Description :
    la cage d'escalier. Des bandeaux saillants courant tout le long de la façade soulignent chacun des étages. Sur la cour, la façade de cet immeuble présente des balcons fermés sur un côté. Les onze pavillons, élevés d'un étage, sont regroupés deux à deux sauf les trois qui donnent sur la rue des Coteaux
    Texte libre :
    partie des deux campagnes de construction d'habitat groupé, des années 1950, réalisées dans le quartier
    Illustration :
    Façade principale tournée sur le jardin. IVR11_20167800429NUC4A Façade sur rue de l'immeuble avec entrées et travées d'escalier. IVR11_20167800426NUC4A
  • lotissement des Castors des Capucins
    lotissement des Castors des Capucins Melun - 13 à 22 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 210 à 214, 229 à 233
    Historique :
    La coopérative des Castors des Capucins obtient des permis de construire pour 10 pavillons le 16 mai 1953. La société achète un terrain de 6000 m² le 15 septembre 1953. Le plan-type de cet ensemble suivi pour les pavillons déjà construits dans la même rue (cf. notice IA77000490). Le prix de revient de chaque pavillon est estimé à 3 millions de francs. Le plan-type de Thomas est assez fidèlement suivi par
    Description :
    Pavillons en rez-de-chaussée surélevé (le soubassement sert de garage) et étage de comble , profitant d'une toiture à longs pans dissymétrique. La porte piétonne se trouve sur l'élévation latérale , seul le garage a son accès en façade.
    Illustration :
    Pavillon au n°20 rue des Castors : façade sur rue. IVR11_20037700636X
  • lotissement des Castors de Melun nord
    lotissement des Castors de Melun nord Melun - 3 à 12 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 209, 234 à 238
    Historique :
    pavillons, sur les lots n°3 à 12 de la rue des Castors, selon l'implantation et le plan-type définis en La Société des Castors de Melun nord obtient le 2 juin 1953 un permis de construire pour 10 . Les travaux sont déclarés achevés le 10 novembre 1954.
    Description :
    Pavillons en rez-de-chaussée surélevé (le soubassement sert de garage) et étage de comble
    Illustration :
    Vue d'une série de maisons, sur le côté nord de la rue des Castors. Au premier plan, au n°10 : pavillon réalisé par la société des Castors de Melun nord, entre 1953 et 1954. Le n°12, au second plan
  • lotissement, 4-10 rue des Béguines
    lotissement, 4-10 rue des Béguines Meaux - Faubourg Saint-Nicolas - 4-10 rue des Béguines - - Cadastre : 2014 BD 119-120, 199, 132
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    le cadre d'un petit lotissement. Les édifices sont déjà présents sur le plan cadastral de 1850 L'unité architecturale qui règne sur ces quatre maisons conduit à replacer leur construction dans
    Description :
    L'élévation de ces quatre maisons se caractérise par son unité, avec notamment le choix d'un parti (n° 6 et 4) se distinguent par la présence d'un second bandeau, entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Elles sont assorties mais non jumelles : le n°6 compte une travée supplémentaire.
  • lotissement du Pierris
    lotissement du Pierris Meaux - 2-36 rue du Pierris - - Cadastre : AX 15-17, 20-23, 92-94, 173, 183-184, 207-208, 212-213
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    s'est développé dans le quartier "du Pierris" avant la construction de la Pierre-Collinet plus au sud ville vers le sud-est, laissant encore une grande place à la construction familiale, encouragée par le
    Description :
    lotissement s'étend sur le côté sud de la rue (numéros pairs) mais trois immeubles et deux maisons se trouvent Le long de la rue du Pierris se trouve un lotissement des années 1950, constitué de maisons côté nord (n° 3 à 11). Tous les immeubles suivent le même modèle, avec une entrée placée dans un petit avant-corps en saillie côté nord, sauf le n°8, dont l'élévation est un peu différente (pas d'avant-corps
    Illustration :
    Groupe d'immeubles d'habitations (au premier plan, le n°20). IVR11_20097701101NUC4A
  • lotissement et immeubles à logements de l'opération
    lotissement et immeubles à logements de l'opération "Centre-Gare" Cergy - Grand'place - Cadastre : 2010 AX 43 ou non cadastré ?
    Historique :
    A la fin des années 1970, le quartier de Cergy-Préfecture n'était toujours pas achevé. Le boulevard de l'Oise séparait irrémédiablement la dalle en deux entités : la préfecture au sud-ouest et le grande opération nommée « centre-gare » se plaça en rupture avec le fonctionnalisme des débuts. Sa et de tous les commerces. Alors que trois architectes étaient chargés d'élaborer les plans-masses, le promoteur des logements fit finalement appel à Ivan Seifert (1926-2008) qui avait déjà construit dans le quartier l'ESSEC en 1973 et le Centre de formation des Banques Populaires en 1976.
    Description :
    géométriques bichrommes formés de graviers colorés comme pour l'Essec et le Centre de formation des banques
    Illustration :
    Vue d'ensemble des immeubles sur le square donnant sur la Grand'Place. IVR11_20129500323NUC4A Vue d'ensemble des immeubles sur la Grand'Place. IVR11_20129500319NUC4A Vue d'ensemble du parvis donnant sur la Grand'Place. IVR11_20129500324NUC4A
  • lotissement de l'Ermitage
    lotissement de l'Ermitage Melun - Avenue Général Leclerc (du) - en ville - Cadastre : 1985 AY 23-36, 41-43, 47, 54-66, 68-69, 71-84, 87-101, 120-121, 123-127, 129, 146, 162, 167, 170-175, 184-185, 217-219
    Historique :
    installé dans le parc de l'Ermitage (sur la commune de la Rochette) vers 1936. Les deux architectes les plus actifs sur le lotissement de l'Ermitage, Paupe et Labrousse, travaillent également à la même époque sur le lotissement de Voisenon. D'autres constructeurs interviennent de façon plus ponctuelle Le lotissement de l'Ermitage est créé dans les années 1930, à cheval entre le sud de Melun et le nord des communes limitrophes, La Rochette et Dammarie-lès-Lys. Le plan général du lotissement est fourni par l'architecte Adolphe Dervaux. L'esprit est celui des cités-jardins : le règlement précise que dans la plupart des lots il est interdit à perpétuité de construire sur une grande partie de la surface Melun. La plupart sont élevés entre 1936 et 1940, sur les plans de trois architectes locaux : Henri villas dans la partie orientale, et quelques immeubles de rapport dans la partie nord. Le lotissement a
    Description :
    Le lotissement de l'Ermitage a été conçu selon une trame bien structurée, encore lisible jardin (notice IA77000470). Le long de l'ancienne route de Fontainebleau (actuelle avenue du général
    Illustration :
    principale sur avenue, 12 septembre 1941. Papier, 1941. (AM Melun. 1 Fi 2312) IVR11_20047700544NUC Le cinéma du Parc, détruit pendant la Seconde guerre mondiale. Photographie, vers 1944. (AM Melun Ensemble de trois pavillons des années 1930, au début de la rue Corot. Le n° 2 (à droite) porte la plaque de ""Verdeaux"". Le n°4 (au centre) est signé ""Labrousse"" et correspond au Doc. 4 (1936). Le n°6 (à gauche) a aussi été construit en 1936, sur les plans de L. Jacquier (voir Doc. 5 Petit immeuble au 6, rue Daubigny, construit en 1938 sur les plans de l'architecte Henri Labrousse Maison au 19, rue Daubigny, construite sur les plans de l'architecte Maxime Verdeaux (voir Doc. 15 Maison au 20, rue Daubigny, édifiée en 1939 sur les plans de l'architecte Labrousse (voir Doc. 14 Maison au 25, rue Daubigny, édifiée en 1939 sur les plans de l'architecte Léon Paupe (voir Doc. 11
  • lotissement Charles X
    lotissement Charles X Melun - rue Louviot rue Saint-Louis - en ville - Cadastre : 1985 AI 121-146, et 166-167
    Historique :
    que les architectes Solente et Dupont conduisent sur des terrains vagues acquis par eux dans le lotissement, appelé par ses auteurs le quartier Charles X, concerne toutes les parcelles donnant sur la rue En 1824, une nouvelle rue est ouverte au nord de la rue des Fossés, pour desservir le lotissement quartier Saint-Barthélemy. En février 1826, le roi Charles X accepte que son nom soit donné à cette rue Louviot, ainsi que plusieurs parcelles de la rue Saint-Louis (ancienne rue des Galériens). Le découpage années 1825-1830 sont préservés. Ce sont essentiellement de grosses maisons bourgeoises alignées sur rue
    Illustration :
    terrain sur lequel a été construit le quartier Charles X par Mrs Solente et Dupont, architectes. Papier Façade de l'immeuble 5 rue Louviot, vue depuis le sud-est. IVR11_20037700251V
  • lotissement de la Villa-Draveil
    lotissement de la Villa-Draveil Draveil - Villa-Draveil - boulevard du Général-de-Gaulle rue de Châtillon quai des Dames - en ville - Cadastre : 1983 BE, BH
    Historique :
    effet ces bords de Seine accessibles depuis Paris. Sur le plan annexé au cahier des charges du 23 mai Le quartier de la Villa est le premier lotissement de Draveil. Formant un triangle délimité par Ormes). Le lotissement progresse peu entre 1870 et 1890 (une trentaine de maisons seulement sont facilitant l'accès à la rive droite de la Seine. Le premier syndicat des propriétaires de la Villa-Draveil , qui a pour objet la mise en état de viabilité et l'entretien des voies, est constitué le 28 mars 1897 . Il regroupe alors 31 propriétaires (dont 16 habitent sur place) et 56 en 1904. Dès 1900, la majorité remblayées de la Cie des Sablières de la Seine et de la société Morillon et Corvol, le quartier est à par le conseil général de Seine-et-Oise et les ministères des travaux publics et de l'intérieur, ce
    Illustration :
    Maison, 57-59 avenue Libert. Vue des façades sur le quai des Dames. IVR11_20079101731XA Maison, 9 avenue Libert. Vue du portail d'entrée sur le quai des Dames. IVR11_20079101774XA Maison située au 19, avenue Libert : l'escalier édifié sur le talus du chemin de contre-halage souvent précédé le pavillon en dur construit ultérieurement sur la parcelle. IVR11_20089100154NUC4A syndicale de la Villa-Draveil après les inondations de 1924. Le syndicat des propriétaires demande la création ou le renforcement de digues autour des fouilles en exploitation. En rouge le tracé des digues à Villas en bord de Seine, le long du quai des Dames, et terrasse du restaurant de Gibraltar. Carte Le boulevard des Ormes, l'une des plus anciennes voies, avec l'avenue de Bellevue, de la Villa Le boulevard des Ormes, l'une des plus anciennes voies, avec l'avenue de Bellevue, de la Villa Villas le long de l'avenue de Bellevue. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière
  • lotissement de la porte des Carmes
    lotissement de la porte des Carmes Melun - Rue Contrescarpe (de la) Rue Général de Gaulle (de) Rue Epéron (de l') - en ville - Cadastre : 1985 AS 96-102, 105, 197-203, 269
    Historique :
    Cette opération de lotissement est dessinée à la fin du XVIIIe siècle sur le terrain jusque là occupé par la Porte des Carmes et ses fossés (voir le dossier fortifications d'agglomération, IA77000417 ). Le projet est attesté dès 1793, avec la volonté d'ordonnancer la place marquant le début du faubourg Plâtrière à l'ouest. La place des Carmes est quant à elle mise en oeuvre selon le projet initial, quatre immeubles à pan coupé marquant le carrefour des rues qui s'y croisent (rue du Général-de-Gaulle, rue Saint
    Illustration :
    Cimetière et celle de la Porte de Paris. Ce plan, dressé par Jollain en 1793, montre notamment le projet de , rüe des Fossés à la place de la Reunion et places vagües. Partie supérieure du document : le Plan pour servir de renseignement à la demande en alignement présentée par le sieur Jannotin de Carte postale montrant le pan coupé à l'entrée du lotissement, vers 1907. Carte postale. (Musée Alignement des façades bordant la rue de la Contrescarpe (depuis le n°1, au fond, jusqu'au n° 5
  • lotissement des Castors Hirondelles
    lotissement des Castors Hirondelles Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Historique :
    de la rue des Castors, sur un plan-type défini par Edouard Thomas en juin 1953. Le montant des . Cette dernière obtient le 7 juillet 1953 l'autorisation de construire 10 pavillons, dans la partie nord
  • ensemble de 3 lotissements de Castors
    ensemble de 3 lotissements de Castors Melun - 3-32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 219, 224 à 238
    Historique :
    , qui ont construit les 30 pavillons de cette artère entre 1953 et 1957, en s'appuyant sur les plans ) vers le nord (1957). Chacun des trois ensembles est étudié en sous-dossier.
1