Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Résultats 1 à 20 sur 32 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • grand ensemble dit le Domaine de Villiers
    grand ensemble dit le Domaine de Villiers Draveil - Villiers - avenue Henri-Barbusse rue de Châtillon - en ville - Cadastre : 1983 AR 5, 76-79, 82, 100-104, 108, 109, 111, 113, 114, 116-120, 200, 296, 297, 299, 303-309 1983 BC 54, 211, 218, 234, 24, 260-262, 265, 266, 268-272, 276, 278
    Historique :
    par la Caisse des Dépôts et Consignations le 30 juin 1954. Le programme initial prévoit la construction de 702 logements en deux tranches (432 et 270 logements). Le plan d'ensemble élaboré par les architectes Jacques Warnery et Jean Saubot s'attache à maintenir le caractère privé du parc, sans toucher aux masses boisées ni modifier le modelé du sol. La première tranche (permis de construire du 23 mars 1956 le Parc Saint-Rémy (entre les rues Libéral-Bruant et François-d'Orbay). Les travaux sont achevés le 21 décembre 1960. Deux écoles primaires correspondant à chaque phase de la construction desservent le grand ensemble. En même temps que l'allée des Tilleuls, le château utilisé par un service social de la
    Description :
    Au nord du château, le respect des masses boisées a conduit les architectes à disposer les bâtiments en périphérie du terrain, le long d'une route fermée par une place en cul-de-sac limitant la hameaux reliés par des sentiers piétonniers. Les petits collectifs à 2 étages sont situés sur la voie pour former écran au bruit et à la vue. Au sud du château le terrain libre traversé par l'allée des Tilleuls , chacun possédant son escalier intérieur. Les collectifs comportent deux ou trois étages sur rez-de
    Titre courant :
    grand ensemble dit le Domaine de Villiers
    Appellations :
    Domaine de Villiers (le)
    Illustration :
    Plan d'ensemble (décompte des logements), 22 décembre 1954. Le nombre total de logements est de 704 Le groupe scolaire. Carte postale, vers 1960. (AD Essonne, 2 Fi 63) IVR11_20059101640XAB Plan-masse figurant sur un panneau situé à l'entrée du domaine. IVR11_20079101254XA Immeubles le long du boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079100851XA Immeubles entre l'allée des Tilleuls et le boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079100853XA Immeubles (n° 21 à 27, 2 à 6 et 8 à 12) le long de la route située en périphérie du parc boisée, à Façade sur rue de l'immeuble n° 62 à 68. IVR11_20079101257XA Pavillons semi-individuels de 4 et 2 logements dans le parc du domaine. IVR11_20079101262XA 2e tranche du Domaine de Villiers : la tour, le centre commercial et les deux immeubles encadrant La tour d'habitation et le centre commercial (rez-de-chaussée) de la seconde tranche du Domaine de
  • cité dite Grand Ensemble de Massy-Antony ou Le Grand Ensemble, actuellement Massy-Opéra
    cité dite Grand Ensemble de Massy-Antony ou Le Grand Ensemble, actuellement Massy-Opéra Massy - Massy-Opéra - avenue du Président Kennedy avenue du Maréchal Leclerc avenue du Maréchal Koenig rue de Londres rue Jean Mermoz rue de Longjumeau - Cadastre : 1955 OK OL OM ON OO
    Historique :
    lance le projet de construction d'un grand ensemble sur les communes de Massy (Seine-et-Oise) et C'est en 1956 que le Commissariat à la construction et à l'urbanisme pour la région parisienne d'Antony (Seine). Le terrain est propice à l'urbanisation puisqu'il s'agit d'un plateau cultivé de 300 1958, l'architecte Pierre Sonrel, nommé par le ministère de la Reconstruction, devient pilote du projet , assisté de Jean Duthilleul. Cette opération d'urbanisation s'impose donc aux deux communes ; le problème , sous la direction de Francis Boot. Le plan masse est adopté le 29 mai 1959. En août 1959, le site est l'habitat, le plan masse prévoit l'aménagement de la voirie, la création d'îlots de verdure entre les Martin, elle est destinée à assurer la production d'eau chaude et le chauffage pour la totalité du grand expression. Ainsi, il dote le grand ensemble d'équipements collectifs, à l'échelle du grand ensemble et à administratif construit au début des années 1970, tout comme le centre omnisports. Le projet initial prévoyait
    Description :
    Ce grand ensemble est situé dans le quadrilatère formé à l'ouest par le centre-ville de Massy, au communale avec Antony et départementale avec les Hauts-de-Seine, à l'est avec le Petit Massy, et au sud avec la D188 et le parc urbain Georges Brassens. L'ensemble est construit en îlots autour d'un centre : la place d'ascenseurs à l'époque de la construction. Néanmoins, on dénombre quelques tours sur plan carré R pierre de taille) et les couvertures sont toutes en terrasse. Le procédé constructif le plus employé est depuis sa construction. En effet, celui-ci est doté de quatre parcs : le parc Descartes à l'est, le parc de la Corneille au nord, le parc de la Blanchette et le parc urbain Georges Brassens au sud. De plus arbustives. Le stationnement est de plusieurs types : des parkings en sous-sol, réservés à une opération de le long des voies de circulation, perpendiculaires aux voies et en nappes à l'intérieur des îlots ". Ainsi, le maillage est composé de grands axes de circulation réservées aux véhicules et dessinant les
    Titre courant :
    cité dite Grand Ensemble de Massy-Antony ou Le Grand Ensemble, actuellement Massy-Opéra
    Appellations :
    Grand Ensemble de Massy-Antony ou Le Grand Ensemble, actuellement Massy-Opéra
    Illustration :
    La place de France et le centre commercial. En arrière-plan, les barres de l'ensemble n°3 dit Vue aérienne du grand ensemble. Au premier plan, le parc urbain Georges Brassens. Photographie, 01 Vue aérienne du nord-est du grand ensemble: le parc Descartes au premier plan. Photographie, 01/01 Le château d'eau entouré des barres de l'opération Robert. Photographie, 1965. (Ministère de Le centre commercial Les Franciades et les trois barres de l'opération Mikaelian-Sonrel-Duthilleul L'opéra et le centre commercial Les Franciades. IVR11_20109100030NUC4A Le centre commercial Les Franciades. IVR11_20109100032NUC4A Les deux barres R+16 réhabilitées vues depuis le centre commercial situé place de France. La Le centre commercial Les Franciades depuis l'avenue Saint-Marc. IVR11_20109100097NUC4A Duthilleul vue depuis le parvis piétonnier de l'opéra. Détail de la toiture du parvis (charpente métallique
  • cité jardin
    cité jardin Champigny-sur-Marne - en ville - Cadastre : 1974 BI 1 A 6, 35, 40
    Localisation :
    Champigny-sur-Marne - en ville - Cadastre : 1974 BI 1 A 6, 35, 40
    Aires d'études :
    Champigny-sur-Marne
    Illustration :
    Vue des entrées du groupe scolaire Albert-Thomas. Carte postale. (AM Champigny-sur-Marne postale. (AM Champigny-sur-Marne) IVR11_20069400515XB Vue du groupe scolaire depuis les cours. Carte postale. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny 571 Vue d'un immeuble Carte postale, vers 1932. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny 502 Vue des bâtiments, habitations des gardes mobiles. Carte postale. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny Intérieur d'une cage d'escalier du groupe scolaire Albert-Thomas, rue Karl-Marx. Le sol et une Buste d'Albert-Thomas, placé devant l'école du même nom, réalisé par le sculpteur campinois, en
  • grand ensemble Montaigu
    grand ensemble Montaigu Melun - avenue Antoine de saint-Exupéry square de Lorient square Blaise Pascal square Franços Couperin square Prosper Mérimée avenue Charles Péguy square Stéphane Mallarmé square Honoré de Balzac rue de Montaigu - en ville - Cadastre : 1985 AD 1 à 15, 17 à 18, 20 à 26, 28, 31, 33 à 43, 114 à 118, 129 à 130, 150 à 160, 164 à 170, 172 à 175, 178, 205 à 206, 211 à 213 1985 AK 54
    Historique :
    1140 logements et d'une école sur le site de Montaigu, au nord de Melun. L'opération est pilotée par de deux barres en L de 9 étages, construites à partir de panneaux de béton armé préfabriqués sur le opération constitue le plus vaste secteur aménagé sur le plateau nord de Melun dans les années 1960. Une En 1957, l'Office départemental de HLM de Seine-et-Marne prévoit la construction d'un ensemble de Louis Arretche, architecte chef de groupe. Elle est menée par le BECIB : Bureau d'étude coordination 3 étages, sont construits avenue Saint-Exupéry par l'Office départemental des HLM, sur les plans de d’œuvre) square de Lorient, sur les plans de Louis Arretche, auquel est associé R. Karasinski. Il s'agit HLM de type D, répartis sur 11 barres). En 1963-1964, sont élevées deux tours de 14 étages comportant , pour lesquelles un permis de construire est délivré le 5 décembre 1962 : les travaux sont réalisés par
    Auteur :
    [commanditaire] office départemental des HLM de Seine-et-Marne
    Illustration :
    Unité résidentielle Montaigu : façade nord de la barre donnant, au sud, sur le square François OPDHM Seine-et-Marne. Groupe de Montaigu, Melun. Plan de masse provisoire. Ech 0.0005 p.m. Papier O.P.D.H.L.M. de Melun : plan pour le plateau de Montaigu. Tirage d'architecte, 1964. (AM Melun. 1 Les deux barres de 208 logements EMO (Arretche et Karasinski, 1959-1961), vues depuis le nord-ouest
  • cité dite Résidence du Bon Puits
    cité dite Résidence du Bon Puits Massy - Massy-Opéra - avenue Nationale allée de Suède allée de Norvège - Cadastre : 1955 ON 349, 395 OO168, 169, 172, 470
    Historique :
    . Il réalisera une opération identique à Vaires-sur-Marne (77) à partir de 1967. Les travaux s'achèvent 1963. Jacques Beufé est nommé architecte d'opération, il réalise les plans en mai 1963. Le permis de construire de la Résidence du Bon Puits est délivré le 26 septembre 1963. L'architecte met en 'uvre un le 14 juin 1967. A l'origine destinés aux officiers de l'armée et aux professions libérales, les
    Description :
    parkings externes en nappes. Le procédé constructif mis en 'uvre est celui de refends et de portiques porteurs en béton armé avec un noyau central. Les murs de soubassement ont été coulés sur place dans des présence d'éléments en saillie protégeant les façades. Le toit terrasse est recouvert d'une étanchéité en dalle de béton. Le procédé de la Compagnie Saint Gobain a permis de réaliser des façades en murs rideaux constitués de barreaudage d'acier et d'éléments en béton. Un muret toute hauteur, sur un des côtés, sépare
    Illustration :
    Les barres E et F. La structuration verticale du batiment est organisée à partir de box fermé sur une rue située contrebas de l'immeuble,d'un rez-de-chaussée sur pilotis accédant à des parking en rez La barre F depuis le rez-de-chaussée de la barre E. IVR11_20109100094NUC4A Le rez-de-chaussée de la barre F. IVR11_20109100095NUC4A La barre J vue depuis le parking. IVR11_20109100090NUC4A
  • grand ensemble la Prairie de l'Oly
    grand ensemble la Prairie de l'Oly Vigneux-sur-Seine - rue Pierre-Brossolette rue des Peupliers - en ville - Cadastre : 1983 AK 547 2011 AK 574, 575, 581, 582
    Historique :
    1966. Entre 1978 et 1990, le quartier a bénéficié d'interventions sur le bâti et les espaces extérieurs La cité est située à cheval sur les communes de Montgeron et Vigneux. Construite par la société d'HLM la Seimaroise entre 1965 et 1967, elle comporte 1229 logements répartis sur 11 ha, mais de façon fait de ce terrain une zone verte inconstructible : en juillet 1964, le ministère de la Construction correspondant intégralement à la partie de la cité située sur Vigneux, en complément de l'opération réalisée à Montgeron. La Société auxiliaire d'entreprises (SAE) obtient le marché des travaux de gros-oeuvre le 24 juin , dans le cadre des opérations Habitat et Vie Sociale, et du Développement social des Quartiers. En 1996 , le ministre à la Ville inscrit l'Oly comme quartier prioritaire à restructurer. En 1998 la société ORU (Opération de Rénovation Urbaine) en 2000. En 2003, le projet est présenté à l'ANRU, avec laquelle
    Description :
    Le grand ensemble est bordé sur trois côtés par des zones pavillonnaires et souffre de son façade ; les pignons extérieurs et les murs de façade non porteurs ont été préfabriqués selon le procédé Tracoba I. Les planchers sont constitués par des dalles en béton armé coulés sur des tables coffrantes . Les corniches au pourtour des toitures-terrasses forment auvent. Des garages occupent le soubassement . Le projet ANRU prévoit la réhabilitation de 910 logements, pour lesquels la mission de maîtrise d'oeuvre urbaine est confiée à l'équipe Castro-Denissof, et la reconstruction de 387 autres : 172 dans le quartier et 215 dans d'autres quartiers de Montgeron et de Vigneux. Les démolitions permettront d'ouvrir le grand ensemble, qui sera traversé par de nouvelles voies. Sur l'espace laissé libre par les démolitions
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - rue Pierre-Brossolette rue des Peupliers - en ville - Cadastre : 1983 AK 547
    Annexe :
    Montgeron /Vigneux-sur-Seine, 2005. - L’Oly, un projet qui prend forme. In Le Petit Vigneusien, journal Vigneux-sur-Seine, la Prairie de l'Oly. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives municipal d’information, n° 64, mars 2007, p. 13. - Montgeron-Vigneux. Le quartier de la Prairie de l’Oly en travaux jusqu’en 2009. In Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, 29 juillet 2005.
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Plan d'implantation (commune de Vigneux-sur-Seine). Les 9 bâtiments totalisent 546 logements HLM La rue Marcel-Cachin bordée à droite par le groupe scolaire Pablo-Neruda. IVR11_20089100292NUC4A Vue de l'immeuble implanté en bordure de la rue des Edelweiss (n° 4-12) ; le rez-de-chaussée est
  • cité
    cité Massy - Massy-Opéra - rue des Anglais square Jean Bouin - Cadastre : 1955 ON 334, 335, 336
    Historique :
    Le promoteur Lafont et Cie ' SEPIC lance un projet de construction de trois bâtiments en 1963. Les architectes Philippe Hambert et O. Ranson sont chargés de l'opération et réalisent le plan masse le 15 mai 1963. Le permis de construire est délivré le 4 juin 1963. Cette opération jouxte le coeur du grand
    Description :
    L'ensemble est composé de 140 logements, de une à cinq pièces, en trois barres R+4 implantées le lac de la Blanchette, de pelouses et haies arbustives ou taillées le long des immeubles et de bouquets d'arbres. Le procédé constructif mis en 'uvre est celui de murs de façades et de refends porteurs, et
    Illustration :
    Sous-porche d'entrée du bâtiment 3 avec vue sur le parc de la Blanchette en arrière-plan Façades principales de la barre A donnant sur les parkings. IVR11_20109100089NUC4A constitue la retour du L marqué par le décrochement au niveau du balcon de droite. La façade est rythmée verticalement par les refends porteurs qui se prolongent horizontalement sur les balcons et verticalement pour jouer le rôle de pilotis. L'alternance de la pierre de Saint-Maximin et de la mosaïque bleue rythme la le décor réalisé en mosaïque de grès cérame bleu. Décrochement du balcon situé au rez-de-chaussée Détail d'un sous-porche traversant : l'entrée de l'immeuble peut se faire par le parking (square matériaux : pierre brute, ardoise, mosaïque de grès cérame, bois verni, donne le parti pris décoratif de
  • cité du Foyer familial
    cité du Foyer familial Melun - avenue du Général Patton avenue de Corbeil - en ville - Cadastre : 1985 AE 186-197, 200-255, 344, 346
    Historique :
    En 1931, la ville de Melun aliène à la société Le Foyer familial (fondée en 1925) un terrain de 21 maisons individuelles destinées à la location, dont 50 sont réservées aux militaires de carrière. Le plan de ces maisons se conforme strictement à la législation sur les HBM.
    Description :
    avenues de Corbeil et du Général-Patton et le square Alexandre-Ribot. La plupart des maisons sont de
    Illustration :
    Vue d'une série de maisons, sur le côté nord de l'avenue de Corbeil. IVR11_20027700987X Vue d'une série de maisons, sur le côté nord de l'avenue de Corbeil. IVR11_20027700988X Le Foyer familial. Melun. HBMO. Type V.. Calque, s.d. (AM Melun. 1 Fi 1914) IVR11_20047700506NUC Le Foyer familial. Melun. HBMO. Type 1.. Calque, s.d. (AM Melun. 1 Fi 1915) IVR11_20047700507NUC
  • grand ensemble Beauregard
    grand ensemble Beauregard Melun - square de Beauregard square Alphonse de Lamartine boulevard François-René de Chateaubriand - en ville - Cadastre : 1985 AE 1-12, 492
    Historique :
    Beauregard (234 logements HLM D, répartis sur 5 barres). Le permis de construire est délivré le 11 décembre Dans le cadre de l'urbanisation du plateau nord de Melun, le secteur dit des deux-Routes, entre la 1960, liée au programme des rapatriés d'Algérie. Comme pour les autres parties du plateau, le responsable de l'opération est Louis Arretche. Les travaux sont effectués par le groupement d'entreprises R . Hanny (Vert-Saint-Denis). La construction s'effectue en deux phases. La première concerne le square 1962, le programme comprend 106 appartements pour 3 personnes et 128 appartements pour 4 personnes. Ces première tranche concerne les 247 logements HLM D du boulevard Chateaubriand : le cahier des charges établi par Arretche le 22 septembre 1964 prévoit un coût de 3, 8 millions de francs. La deuxième tranche est 1965 et 1969. Le groupe scolaire reçoit une sculpture de Mircea Milcovitch en 1975.
    Description :
    Le secteur Beauregard est compris entre l'avenue du Général-Patton, l'avenue Georges-Pompidou et le contournement nord de Melun. Il comprend deux ensembles de logements collectifs, le long du square Beauregard (à
    Auteur :
    [commanditaire] office départemental des HLM de Seine-et-Marne
  • grand ensemble les Briques Rouges
    grand ensemble les Briques Rouges Vigneux-sur-Seine - avenue Henri-Barbusse rue Henri-Charon rue du Commandant-de-Courcel - en ville - Cadastre : 1983 AS 546, 548-550 1983 AR 183-185
    Historique :
    lui aurait donné les moyens nécessaires à l'achat des terrains sur lesquels est implanté le grand logements au lieu-dit la Patte d'Oie, sur un terrain de 26 970 m2 situé dans l'angle formé par l'avenue Barbusse et la rue Charon, site prévu pour le nouveau centre administratif communal. L'opération fait suite , sur un terrain lui appartenant, ce programme HLM dont 70% des logements sont réservés aux habitants de % supplémentaires à des candidats de Vigneux). Le contrat passé avec les d'architectes d'opération date du 15 décembre 1960. A la demande du maire de Vigneux, le programme initial de 213 logements est augmenté de 60 logements en 1962. Les pouvoirs publics qui privilégient le projet de construction de 2600 logements par la demande d'accord préalable, mais le permis de construire des 5 immeubles de la première tranche est accordé le 10 juillet 1962, celui de la deuxième tranche (2 immeubles) le 29 juin 1964. La réalisation de l'aménagement général du grand ensemble de la Croix-Blanche dont le périmètre englobe le terrain de la Patte
    Description :
    desservis extérieurement par une cour anglaise, le sous-sol du bâtiment C accessible de plein pied est prévu béton banché. Sur une ossature en béton armé, les pignons et extrémités de façades, côté loggias, des résultant de la suppression des cours anglaises. Le terrain, contigu à celui des 213 logements, se trouve de
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - avenue Henri-Barbusse rue Henri-Charon rue du Commandant-de-Courcel - en
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, les Briques Rouges. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives : construction de 213 logements (1ère tranche), 1960-1962. . A. M. Vigneux-sur-Seine, 80 W 21 et 37 : cahier témoins et acteurs de leur temps. Le logement social, moteur de l’innovation, 1850-2006. Union sociale
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Plan-masse de la Patte d'Oie, 12 septembre 1969. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 266) IVR11_20079101107X Plan-masse de l'opération de 213 logements (1ère tranche de 5 immeubles). (AM Vigneux-sur-Seine, 80 Opération de 213 logements (1ère tranche) : plan d'implantation des 5 immeubles. (AM Vigneux-sur Opération de 60 logements (2e tranche de 2 logements) : plan-masse. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 37 carrés. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 21) IVR11_20079101110X carrés. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 21) IVR11_20079101111X -sur-Seine, 80 W 21) IVR11_20079101113X Deux des trois immeubles situés le long de l'avenue de la Concorde. Les murs pignons ont été isolés visible sur la photo, et n° 165-169, perpendiculaire à l'avenue). IVR11_20089100273NUC4A Vue de l'immeuble R+3 situé le long de la rue de la Commune de Paris. Le pignon ne présente plus
  • cité dite Résidence Ile-de-France
    cité dite Résidence Ile-de-France Massy - Massy-Opéra - rue de Moscou rue d' Espagne avenue Nationale allée d' Autriche - Cadastre : 1955 ON 342, 343
    Historique :
    Lauréats d'un concours de logements primés à 6 francs, le promoteur immobilier Bâti-Service et les partir de 1963 ; le chantier se terminera en septembre 1966. Située dans le quadrilatère formé par la rue réhabilitation sont en cours, notamment le remplacement des menuiseries en bois, à l'identique.
    Description :
    et des escaliers hélicoïdaux, préfabriqués et ouverts sur les paliers. Le toit terrasse est couvert l'autre en "U", implantés le long des voies avec un retour perpendiculaire formant deux cours en partie ou trois pièces, l'autre de deux appartements de quatre pièces. Le système constructif choisi consiste à mettre en place des voiles porteurs en béton armé sur toute l'épaisseur du bâtiment d'une étanchéité sur dalle béton. Les rez-de-chaussées accueillent des halls traversants permettant l'accès aux cours extérieures aménagées en espaces verts: bouquets d'arbres, pelouses le long des
    Illustration :
    distingue deux panneaux pleins et panneaux de loggia avec balcon dont le garde-corps est également Vue d'ensemble des façades sur jardin : les halls traversant permettent un accès à l'avenue Les logements sont construits autour de pelouses et massifs plantés formant un espace semi-clos. Le Façades sur jardin de la barre située rue de Moscou. Les espaces verts ont été préservés et pour les garde-corps des balcons et le parement créent une unité dans la façade. IVR11_20119100108NUC4A Vue d'un hall d'entrée permettant le passage entre l'avenue Nationale et les espaces verts Détail de panneaux de fenêtres. Préfabriqués selon le procédé Raymond Camus, les fenêtres sont placées à gauche ou à droite du panneau ce qui permet de jouer sur la composition de la façade, ici les
  • cité dite Résidence Etats-Unis & Japon
    cité dite Résidence Etats-Unis & Japon Massy - Massy-Opéra - rue des Etats-Unis allée du Japon avenue Nationale rue d' Australie - Cadastre : 1955 ON 346, 347, 348, 350, 351, 352, 482 OO 170, 171
    Historique :
    Lauréat d'un concours de logements primés à 6 Francs, le promoteur immobilier Anjou Promoteurs . La signature du permis de construire s'effectue le 26 septembre 1963. Le certificat de conformité est délivré le 15 janvier 1969 mais l'occupation des bâtiments n'est effective qu'à partir de 1977. Les tours
    Description :
    la façade avec effet sur le pignon, et des trames de 5,40 m et 2,70 m environ. On observe deux types L'ensemble est composé de trois tours R+13 alignées sur rue, et de quatre barres R+3 et R+4 formant un îlot ouvert, et deux cours reliées entre-elles avec des passages piétons dans les angles. Le terre, des îlots arbustifs disséminés et des haies taillées devant les rez-de-chaussée habités. Le environ. Les tours sont quant à elles construites sur un plan écartelé et décalé par rapport au noyau de pierre plaquée sur les pignons, les poteaux et les entrées. Les façades sont constituées de balcons en porte-à-faux avec garde-corps métallique, et séparés entre appartements par le débordement du refend, de loggias avec fenêtres toute hauteur coulissantes, et de fenêtres en bande, coulissantes sur l'intérieur et à l'extérieur des halls, halls lambrissés sur murs et plafonds et lambris aussi en entrée
    Illustration :
    apparaître le refend porteur en pierre perpendiculaire à la façade. IVR11_20119100129NUC4A Le hall d'entrée de la barre F, résidence Etats-Unis et Japon. IVR11_20109100104NUC4A Le hall d'entrée de la barre F. IVR11_20109100103NUC4A
  • grand ensemble de la Croix Blanche
    grand ensemble de la Croix Blanche Vigneux-sur-Seine - La Croix Blanche - avenue Henri-Barbusse avenue Henri-Charon - en ville - Cadastre : 1983 AR 1983 AT 2 à 4, 31 à 33, 35 à 42, 45, 49, 123 à 126, 142, 152, 153, 156, 157, 165, 166
    Historique :
    remplacement par des petits collectifs R+5 sur le modèle de la cité-jardin dans le secteur Concorde et dans le Le grand ensemble occupe un terrain de 44 ha environ situé aux lieux-dits la Garenne et la Croix Blanche, sur d'anciennes sablières exploitées jusqu'aux années trente et remblayées. Son plan masse a été . L'opération, réalisée en 3 tranches réparties sur 5 ans (1963 - 1967) comporte la construction de 2648 , 840 logements (7 tours) par le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille (FFF). Cette répartition est construire sont déposés dans le cadre d'un accord préalable général qui a été obtenu le 22 mars 1962. Le résidentialisation sur les espaces extérieurs et une réorganisation viaire, ainsi que la reconstruction des
    Description :
    hauteurs, les tours signalant le nouveau centre de la commune. Une voie principale à double circulation bordée d'arbres traverse le groupe depuis la RN 448 jusqu'à la gare ; une voie transversale recoupe cette voie principale sur laquelle viennent se greffer des voies transversales secondaires. Les tours sont verts. Ceux-ci sont complétés par la coulée de verdure qui traverse le groupe d'est en ouest, le long de équipements sociaux regroupés sur la rue principale. Une chaufferie collective est implantée sur un terrain de 5719 m2 au nord du grand ensemble. Le principe de construction adopté pour l'ensemble de l'opération est le suivant : refends transversaux porteurs, plancher dalle pleine, façades légères par panneaux menuiserie. Le procédé Foulquier est utilisé pour les 90 bâtiments bas (refends porteurs transversaux et dalles de plancher coulés sur place dans des banches métalliques à grandes dimensions, pièces secondaires préfabriquées) et le procédé Tracoba 1 (préfabrication totale des éléments de gros oeuvre) pour les bâtiments
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - La Croix Blanche - avenue Henri-Barbusse avenue Henri-Charon - en ville
    Annexe :
    vont battre à Vigneux-sur-Seine ! In Le Petit Vigneusien, journal municipal d’information, n° 50 Vigneux-sur-Seine, grand ensemble de la Croix Blanche. Sources et bibliographie DOCUMENTATION -sur-Seine, quartier La Croix Blanche : présentation du projet, décembre 2005. - Deux nouveaux cœurs
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4) IVR11_20079101119XA Plan d'implantation générale. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4) IVR11_20079101117XA , social, administratif et commercial. 16 juillet 1961. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4 tours. 1961-1962. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4) IVR11_20079101122XA , 28 novembre 1967. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4) IVR11_20079101121XA Photographie de la maquette du grand ensemble. S.d. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3 Plan de localisation des équipements et commerces ; septembre 2000 (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4 ; septembre 2000 (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 3-4) IVR11_20079101208XA -sur-Seine, 80 W 3-4) IVR11_20079101204XA Plan de situation des trois groupes scolaires dans le grand ensemble : groupe scolaire n° 2 (Paul
  • cité
    cité Massy - Massy-Opéra - allée de Savoie rue du Périgord allée de Béarn square de Camargue rue du Languedoc - Cadastre : 1955 OL 344, 345, 346, 347, 348, 349, 398, 399, 400, 401, 402, 403, 404
    Historique :
    Le chantier de construction de l'opération à l'est du grand ensemble débute en 1959. Les architectes Raymond Gravereaux et M. Prévert, et le bureau d'étude Omnium Technique (O.T.H.) sont chargés de opération quasi-identique réalisée par les mêmes architectes à Athis-Mons. Le chantier se déroule en trois Baticoop en 1961 ; puis une troisième tranche, Massy VI, de 170 logements pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille (F.F.F. puis 3F) , barres B et E, et le Comité Interprofessionnel Du Logement de la
    Description :
    au T5, par palier. Le toit est en terrasse, non accessible et recouvert d'une étanchéité sur dalle de L'ensemble se compose de treize barres R+4 rectilignes, implantées le long des voies. Le stationnement s'effectue le long des voies et en nappes. Des haies taillées sont aménagées le long des immeubles préfabrication lourde pour construire ces 648 logements : poteaux en béton armé coulés sur place, murs porteurs poutres préfabriquées sur murs transversaux porteurs et façades en poutres allèges en béton armé fenêtres en bande sur toute la longueur des barres. Des volets pliants et basculants, montés sur une
    Illustration :
    Façade sur le passage traversant au rez-de-chaussée permettant l'accès au parking de l'allée du Une barre vue depuis le parc Descartes, les quatre étages sont caractérisés par des fenêtres en Le pignon d'une barre R+4. Contrairement aux façades composées de fenêtres en bande, le pignon est constitués de panneaux pleins avec un jeu sur la couleur d'un des panneaux que l'on retrouve sur plusieurs Une entrée d'immeuble. L'entrée étroite et désaxée est délimité sur un côté par un muret en granito
  • cité dite 1ère opération Ilot de la Bourgogne
    cité dite 1ère opération Ilot de la Bourgogne Massy - Massy-Opéra - avenue du Président Kennedy avenue de Bourgogne allée de Bordeaux avenue de France - Cadastre : 1955 OK 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186, 187, 188
    Historique :
    autour du groupe scolaire Nicolas Appert, construit avant même le lancement du grand ensemble. Cette Générale de Constructions Industrialisées prend en charge le chantier de 1959 à 1961. Une première tranche
    Description :
    bacs plantés. Le stationnement se fait à l'extérieur, le long des voies et en nappes. La structure est , recouverte d'une étanchéité sur dalles en béton. Les rez-de-chaussées surélevés comportent des halls étroits
    Illustration :
    Vue générale de l'opératio. Au premier plan : le groupe scolaire Nicolas Apper. Photographie, 1961 Le chantier de construction. Photographie, 1960. (Ministère de l'Ecologie, MRU 35652 Le plot A et et la barre D. IVR11_20109100041NUC4A Le plot A avec la double rampe d'accès. IVR11_20109100039NUC4A volute sur les côtés. IVR11_20119100188NUC4A
  • grand ensemble dit L'Orée de Sénart
    grand ensemble dit L'Orée de Sénart Draveil - Mainville - rue du Marais rue Pierre-Brossolette - en ville - Cadastre : 1983 AL 83
    Historique :
    Un permis de construire est délivré le 5 avril 1962 à Paul Champin, entrepreneur de travaux publics et propriétaire du domaine de la Folie, pour la construction dans le parc du château (6, 4 ha) d'un ). Après la vente le 25 juin 1963 d'une partie du terrain et du droit de construire à la Société civile immobilière l'Orée de Sénart constituée à cet effet, le plan masse est remanié et des immeubles de standing . Le permis de construire est délivré le 17 février 1964. La déclaration d'achèvement des travaux , réalisés en 3 tranches, est prononcée le 16 décembre 1966. Une parcelle de 12 000 m2 a été cédée
    Description :
    Les 18 immeubles disséminés dans le parc dont ils n'occupent qu'une faible superficie sont reliés 14 coulés sur coffrage contreplaqué et surfacés au moulage. Divers éléments de béton sont cérame recouvrant les trumeaux à rez-de-chaussée des bâtiments bas en façade principale. Le petit centre commercial ouvre sur la place carrée entourée des 4 bâtiments R+8. La piscine se situe au centre de la
    Illustration :
    Un des 4 immeubles R+8 : vue de la façade sur le parc. IVR11_20069100791VA Un des 4 immeubles R+8 en forme de barre : détail de la façade sur le parc. IVR11_20069100793XA Un des 4 immeubles R+8 en forme de barre : détail des balcons de la façade sur le parc Vue d'ensemble d'un des 14 immeubles de plan carré à quatre étages sur re-de-chaussée
  • grand ensemble dit de l'Orme des Mazières
    grand ensemble dit de l'Orme des Mazières Draveil - rue du Port-aux-Dames rue Ferdinand-Buisson - en ville - Cadastre : 1983 AZ
    Historique :
    En 1952 le Comité d'aménagement de la Région parisienne est saisi par la société anonyme d'HLM la demande de construction d'un groupe de 2000 logements sur l'ancienne sablière en partie remblayée des établissements Morillon et Corvol (61 ha acquis par la MAC le 23 décembre 1952). Le Comité donne son accord sous réserve d'une réalisation de par tranches et limite provisoirement le nombre de logements à 1000. Le 14 octobre 1952 le MRU autorise la mise en chantier d'une première tranche de 300 logements HLM. Différents organismes prennent part à l'opération : la MAC, maître d'ouvrage de cette première tranche, le MRU, qui août 1952 sur l'initiative de la MAC) pour la construction de 300 logements d'un standing plus élevé artisanal, est confiée à l'architecte Eugène Beaudoin, le MRU souhaitant appliquer àr ce chantier les toutefois ne voit pas le jour, et un autre lui est substitué en 1959 ; il prévoit la construction, par la du 1er groupe sont adjugés le 18 décembre 1959 à l'entreprise Génie civil et Bâtiment, qui commence
    Description :
    La construction a été effectuée sur le pourtour du terrain (partie la plus élevée), tandis que l'espace central occupé par le Centre sportif de l'Orme des Mazières (CSOM) forme un parc de 49 ha dont 16 ha d'étangs, qui s'étend en bordure de la Seine sur une longueur de 850 m. Les 771 logements sont répartis en 11 immeubles, de R+4 à R+8. Les 90 logements de la première tranche, groupés dans le bâtiment A à la catégorie A bis. Les 7 immeubles de la dernière tranche sont réalisés suivant le procédé de
    Illustration :
    Le centre commercial au pied d'un immeuble le long de la rue du Port-aux-Dames. IVR11_20079101252XA Un immeuble le long de la rue du Port-aux-Dames. IVR11_20089100281NUC4A Immeuble perpendiculaire à la rue du Port-aux-Dames, donnant sur la grande pelouse qui s'étend
  • cité
    cité Massy - Massy-Opéra - allée Marcel Cerdan square Yves du Manoir place d' Allemagne allée d' Autriche avenue Saint-Marc - Cadastre : 1955 ON 338, 341, 344, 345, 436, 438, 439, 440, 441, 442, 443
    Historique :
    Massy-Antony. Cette opération est lancée par trois maîtres d'ouvrage: le Foyer du Fonctionnaire et de la D et E). Jean Ginsberg réalise les plans en mai 1963. Le bureau d'étude Omnium Technique (O.T.H.) et l'entreprise Ganier et Petetin sont chargés de la réalisation. Le chantier de construction débute en 1964 pour s'achever en 1967. Un réhabilitation récente des huisseries en PVC a été réalisée sur la barre A.
    Description :
    hauteur sur un côté ; le garde-corps, réalisé en grillage à 45°, est monté sur un châssis métallique avec R+9, quatre barres R+4 et deux plots R+4, implantés le long des voies ou perpendiculaires aux voies îlots arbustifs recouvrant le parking souterrain, et le parc aménagé autour du lac de la Blanchette . L'ensemble bénéficie d'un parking souterrain (square Yves du Manoir) et de parkings externes le long des voies et en nappes. Le système constructif employé est celui de refends porteurs en béton banché et de panneaux préfabriqués selon le système Tracoba, recouverts de mosaïque de grès cérame gris clair 1X1 cm. On de loggias, panneaux à ouverture horizontale, panneaux à ouverture en T ou panneaux à une imposte sur un montant central. Les toits terrasse sont couverts d'une étanchéité sur dalle béton, et surmontés
    Illustration :
    édicules sur les toits terrasse constitués des machineries d'ascenseurs. IVR11_20119100099NUC4A Vue du plot H. façade avec trois type de moduls : balcon sur séjour, fenêtres doubles ( l'une Vue du plot G. Façade avec deux type de module : balcon sur séjour, fenêtres doubles ( l'une Pignon de la barre située le long de l'avenue Saint-Marc : les deux modules aux extrémités sont Façade sud d'un des trois immeubles du square Yves du Manoir qui bénéficie de la vue sur l'étang et le parc de la Blanchette. La façade symétrique depuis le hall d'entrée, se construit avec quatre type Détail d'une combinaison de panneaux sur une partie de façade, l'autre moitié de la façade reprend exactement le même assemblage de panneaux. IVR11_20119100096NUC4A Les balcons caractérisés par un muret toute hauteur sur un seul côté, ils organisent la symétrie de Détail de l'entrée d'un immeuble square Yves-du-Manoir. Le hall traversant permet l'accès au
  • cité de la Muette
    cité de la Muette Drancy - quartier de la Muette - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui - en ville - Cadastre : BZ104 BZ154 BZ54 BZ52 BZ103
    Historique :
    Envisagé sur le terrain de la Muette, acquis en 1925 par l'Office public d'HBM de la Seine (OPHBMS en about réparties sur le terrain dans une composition très étudiée. En 1933, un immeuble de 4 étages ), le projet débute en 1929, confié aux architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods. Ils sont remarqués industrialisée sur place avec l'ingénieur Eugène Mopin, et allient structure métallique et parement de béton pour 800 logements. Pour les 1.250 logements de la cité de la Muette, le chantier est rationalisé au maximum et les usines de préfabrication sont édifiées sur place. Ils renouent avec Mopin et font appel à crise économique dans sa réalisation. Le gouvernement gèle les crédits de la Caisse des dépôts et cultuels attendus, seul le groupe scolaire est maintenu grâce au soutien de la nouvelle municipalité . Mal-aimés et loués relativement cher dans le contexte de crise, « les premiers gratte-ciel de la . En juin 1940, Le fer à cheval, ou U, est transformé en camp pour des prisonniers de guerre français
    Illustration :
    Tour1, 4ème étage, façade ouest, escalier secours donnant sur grande pièce. Campagne photographique Bâtiment A - Façade nord sur rue Auguste Blanqui. Campagne photographique, lors de la destruction Bâtiment A - Façade sur vue Henri Martin (Arthur Fontaine). Campagne photographique, lors de la Bâtiment A - Façade sud sur cour (cour est). Campagne photographique, lors de la destruction du Bâtiment A - Cour ouest, façade nord du portique sur cette cour. Campagne photographique, lors de Vue de l'aile dont les huisseries ont été changées en 1999, avant le classement Monument historique Vue générale depuis le Mémorial de Drancy en cours de chantier. IVR11_20119300080NUC4A Vue rapprochée depuis le Mémorial de Drancy en chantier. IVR11_20119300081NUC4A Vue rapprochée depuis le Mémorial de Drancy en chantier. IVR11_20119300082NUC4A Vue de la partie arrière du Mémorial national des déportés de France : le wagon et les rails
  • cité dite Grand Ensemble des Aunettes
    cité dite Grand Ensemble des Aunettes Sainte-Geneviève-des-Bois - Les Aunettes
    Historique :
    Jusqu'à la fin du XIXème siècle, le territoire de Sainte-Geneviève-des-Bois était essentiellement hameau le long de la route de Corbeille dont il ne reste aujourd'hui que l'église et l'ancienne mairie -école. Plus loin, se situe le hameau de Liers, l'un des mieux conservé de la commune aujourd'hui et vers l'ouest le long de l'ancienne route de Montlhéry le hameau du Perray. Il existe encore quelques vieilles sur les allées franciliennes. Cette réalisation de la S.C.I.C préconisait lors de son lancement, en 1963, un programme plus ambitieux que celui finalement réalisé. Des 5 000 logements prévus, dont le que 1 735 unités en deux projets distincts. Une première tranche de 1 006 HLM a été conçue par le même les architectes Michel Andrault et Pierre Parat. Puis viendront les Fées et les Bois clairs. Le reste sur un secteur plus étendu et actuellement en cours d'élaboration.
    Description :
    La morphologie urbaine actuelle de Sainte-Geneviève-des-Bois est structurée sur deux pôles : le , le plateau d'une altitude moyenne de 80m sur lequel est implantée au sud-ouest la cité des Aunettes existante construit sur un terrain plat adossé au « Bois des Trous ». Le quartier est isolé de la trame antérieur à 1950 hérité des tracés forestier et sur lequel est venu se greffer le pavillonnaire ; ces tracés urbaine originelle. Le plan masse de Charles Gustave Stoskopf se caractérisait par une entité indépendante axée sur un centre commercial d'intérêt régional projeté au nord-est de l'ensemble et un axe urbain dans lequel étaient également répartis les équipements collectifs. Entre cette couronne et le parc piétonnes. La frontière avec la ville de Morsang-sur-Orgeest aujourd'hui matérialisée par des jardins familiaux. Le quartier des Aunettes est composé de plusieurs entités : les copropriétés dont font parties les programmes des Fées et des Bois clairs, le quartier Pergaud composé d'HLM et d'ILN, l'intérieur du
    Illustration :
    Affiche de la préfecture de l'Essonne relative à l'avis d'enquête sur la chaufferie du Grand Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant orientée Sud, d 'un bâtiment donnant sur Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant d 'un bâtiment donnant sur la place en U sur la place en U. IVR11_20119100032NUC4A Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant d 'un bâtiment donnant sur la place en U cité dite Résidence Pergaud. Vue générale avec le percement de la rue devant permettre le formant colonnes ou alvéoles en relief, parement apparent en béton blanc polissable et autolavable. Sur les cuisines, on a un mur rideau. Sur les pignons on a un parement en béton banché décoré en stries devant permettre de désenclaver le quartier. IVR11_20119100323NUC4A et devant permettre de désenclaver le quartier. IVR11_20119100324NUC4A