Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • calice de Jean-Vincent Huguet, vers 1770
    calice de Jean-Vincent Huguet, vers 1770 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître poinçon de charge poinçon de décharge Le calice porte 4 poinçons : le poinçon de l'orfèvre (IVH avec un calice, surmonté d'une fleur de lys entre deux points : poinçon de Jean-Vincent Huguet), le poinçon de charge de Paris 1768-1774 (lettre A à l'anglaise, couronnée), le poiçon de décharge correspondant (tête de femme de profil dans un rond), et la lettre-date : F couronné (lettre-date de Paris, 1769-1770). Ces poinçons se trouvent sur poinçon de décharge.
    Historique :
    Ce calice a été exécuté en 1769-1770 par l'orfèvre parisien Jean-Vincent Huguet, actif de 1745 à 1786. Cet orfèvre est surtout connu pour la manufacture de cuivre doublé d'argent qu'il dirigea de 1769
    Référence documentaire :
    p; 380-382 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Représentations :
    Le pied ainsi que les deux collerettes portent un décor de rubans. La terrasse du pied, le noeud et la fausse-coupe sont ornés de roseaux, de gerbes de blé et de pampres de vigne.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Le calice se compose d'un pied, d'une tige pourvue de deux collerettes et d'un noeud ovoïde, et d'une coupe avec fausse-coupe (dont certains éléments en fort relief, comme les grains de raisin, sont
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice de Jean-Vincent Huguet, vers 1770
    Illustration :
    Détail des poinçons : le poinçon de l'orfèvre Jean-Vincent Huguet, la lettre-date (Paris, 1769-1770 ) et le poinçon de charge (Paris, 1768-1774). IVR11_20097701747NUC4A
  • calice de Porcher, vers 1762
    calice de Porcher, vers 1762 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de décharge qu'une tête de chien, poinçon de décharge pour Paris, or et menus ouvrages d'argent, des années 1762-1768 , et sur le rebord du pied, une rose épanouie, poinçon de décharge pour Paris, destiné aux gros ouvrages d'argent, des années 1762-1768. Ni la lettre-date de Paris, ni le poinçon d'orfèvre ne sont visibles. Mais une inscription gravée sous le rebord du pied nous donne le nom de l'orfèvre : « PORCHER
    Historique :
    Les poinçons de décharge indiquent que le calice a été fabriqué à Paris entre 1762 et 1768. La signature gravée sur le pied indique qu'il est l'oeuvre de "Porcher". Mais quatre Porcher sont actifs entre 1762 et 1768, Alexis Porcher et ses trois fils : Jean, joaillier, actif de 1759 à 1780 ; Louis-Claude , spécialisé dans le bijou de fantaisie de 1762 à 1791, et enfin Charles, actif de 1761 à 1776, qui s'était taillé une réputation dans l'orfèvrerie d'église. Ce calice est probablement à mettre à l'actif de père, qui l'hébergeait. Ce calice se rapproche de plusieurs autres, contemporains, réalisés par l'artiste, et aujourd'hui conservés à Bar-sur-Aube (Aube), à Saint-Laurent-de-Gosse (Landes), ou encore à
    Référence documentaire :
    p. 379-381 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    du pied, assez prononcé, est formé de trois plaques sur lesquelles sont rapportés les médaillons représentant le Croix, l'Agneau de Dieu et le Pélican mystique, et trois têtes d'angelot en haut relief, le tout maintenu par des rivets. Sur la doucine, sont ciselées des grappes de raisin et des gerbes de blé . Le nœud, original, est rehaussé par trois volutes végétales d'où tombent des guirlandes de laurier souffrant, entouré de la Vierge de douleur et de saint Jean, rappelant le Calvaire du Golgotha.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice de Porcher, vers 1762
  • calice de Pierre-François Grandguillaume, vers 1758
    calice de Pierre-François Grandguillaume, vers 1758 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître poinçon de ville Trois poinçons sont insculpés sous le pied : le poinçon de l'orfèvre (PF, alérion, et GG) ; le poinçon de reconnaissance de Besançon (deux C tête-bêche, couronné) ; la lettre-date J (poinçon de jurande de Besançon, 1758-1759). La coupe et la fausse-coupe, en revanche, ne portent pas de poinçon.
    Historique :
    (une centaine d'oeuvres) mais plutôt localisée dans l'est de la France. On ignore comment ce calice, à bisontin, Pierre François Grandguillaume. Actif de 1725 à 1771, celui-ci a laissé une production abondante la patène égarée, est entré dans le trésor de Meaux.
    Référence documentaire :
    p. 383-384 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Sur un pied chantourné à talon rehaussé, au riche décor ciselé de grappes de raisin et de canaux , une tige, ponctuée d'un nœud en forme de vase Médicis entre deux collerettes ciselées de rubans l'ornementation du pied et l'augmente de joncs.
    Titre courant :
    calice de Pierre-François Grandguillaume, vers 1758
1