Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 61 à 80 sur 89 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • passerelle, dite pont de Maincy
    passerelle, dite pont de Maincy Melun - Chemin Menereaux (des) - en ville - Cadastre : 1985 AN non cadastré
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Coudrais), a été peinte par Cézanne lors de son séjour à Melun en 1879-1880 : c'est le célèbre Petit Pont ou Pont de Maincy (conservé au Musée d'Orsay). La passerelle a été récemment reconstruite à
    Description :
    Petite passerelle de bois reposant sur des culées en moellons.
    Titre courant :
    passerelle, dite pont de Maincy
    Illustration :
    Passerelle sur l'Almont, reconstituée d'après le tableau de Cézanne : ""Le Pont de Maincy
  • maison boulevard Gambetta
    maison boulevard Gambetta Melun - 2 boulevard Gambetta - en ville - Cadastre : 1985 AR 1
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de colonnes ioniques et corniche denticulée.
    Observation :
    Bel exemple d'architecture de villégiature, en rive de Seine et en périphérie de la ville (lors de
    Description :
    comme la rotonde. Cette dernière a reçu l'essentiel de l'ornementation, élaborée dans une veine
    Illustration :
    La porte du jardin, en ferronerie à motif de grecques. IVR11_20047700253X
  • immeubles jumeaux
    immeubles jumeaux Melun - 8, 10 rue Louviot - en ville - Cadastre : 1985 AI 143, 142
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Solente, parent de l'architecte Nicolas Nicaise Solente à qui l'on peut donc attribuer la réalisation de ), ouvrant à cet effet une carrière de pierre dans les environs. La formule ici choisie d'immeubles jumeaux
    Description :
    Les deux immeubles présentent une organisation originale gouvernée par un axe de symétrie situé au milieu du bâtiment des communs, au centre. Chaque corps de logis est composé d'un rez-de-chaussée surmonté de deux étages carrés. Un passage cocher le sépare du bâtiment annexe, lequel présente un pignon (postérieur à la construction) est différent. L'immeuble au n° 8 a reçu un décor de plâtre assez sobre, avec chaînes d'angle et encadrement des baies. Le décor est beaucoup plus riche au n°10 : parement de briques
    Illustration :
    Vue générale de l'un des immeubles jumeaux (le n°10), depuis le nord-ouest. La façade sur rue porte un décor de céramique. IVR11_20037700253VA
  • villa rue du château
    villa rue du château Melun - 27 rue du Château - en ville - Cadastre : 1985 AV 14
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette villa inspirée de l'architecture palladienne a été construite dans les années 1830. La maison était à l'origine au centre d'un parc arboré, dans lequel se trouvait la tour de César, vestige du château royal, qui abritait la salle de billard. Ce parc a aujourd'hui disparu, et la villa, actuellement
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Dessin de François-Julien Decourbe représentant le quai de la Reine Blanche en 1884, avec la villa dans son parc et la ""tour de César"", ultime vestige du château royal. Fusain et estompe sur papier . (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.235) IVR11_20027700945X Vue du quai de la reine Blanche,vers le début du 20e siècle. La villa étudiée est au centre , entourée de son jardin. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.105) IVR11_20017700141XA Eélévation sur le quai de la Reine-Blanche, au début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.144) IVR11_20017700164X Vue du front de Seine, avec les bâtiments adjacents (la médiathèque à gauche, l'ancienne trésorerie Façade sur jardin de la villa néo-palladienne remaniée après la Seconde guerre mondiale pour abriter la Coopérative agricole de la Brie. L'édifice est aujourd'hui occupé par les bureaux de
  • maison avenue Thiers
    maison avenue Thiers Melun - 16-20 avenue Thiers - en ville - Cadastre : 1985 BC 410
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    s'inscrit dans l'urbanisation de la partie sud de la commune, le long de la route de Fontainebleau. Son plan , ses matériaux (ardoise et enduit fausse pierre) et la délicatesse de son décor la rangent dans la catégorie des maisons remarquables de l'avenue.
    Description :
    La maison s'organise autour d'un corps central plus élevé, entouré de deux ailes sans comble. La imitant la pierre de taille, bandeau orné de rinceaux, et frise végétale autour de la porte centrale
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    maison de maître
    Illustration :
    jardinet antérieur la sépare de la rue. IVR11_20037700062X
  • tableau : Portrait du président Despatys
    tableau : Portrait du président Despatys Melun - 43 rue du Général de Gaulle - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    portrait (juge, assis, lettre, livre, décoration) ; Portrait de M. Despatys en costume de président du tribunal de Seine-et-Marne, avec la Légion d'Honneur. L'homme, âgé, est représenté assis dans un distingue une petite bibliothèque couverte de livres et de papiers.
    Localisation :
    Melun - 43 rue du Général de Gaulle - en ville
  • Maison de notable (vestiges)
    Maison de notable (vestiges) Mantes-la-Jolie - rue de l' Abbé-Hua - en ville - Cadastre : 2014 AB 764, 747
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette propriété s'étend sur la plate forme où se trouvait l'ancien château de Mantes. Elle comportait une maison de notable construite vers 1820 et une autre maison de style néo-régionaliste datant de 1910 avec ses annexes pittoresques. Le jardin était aménagé avec une pergola, permettant de dominer le panorama très vaste, et des statues de style asiatique. En 1945 l’ensemble était encore intact et a fait l'objet d'une expertise en vue de l'acquisition par la ville. Il était alors question d'y reconstruire l'hôtel de ville. La maison de notable a été détruite par la suite. La propriété a été transformée en
    Référence documentaire :
    Projet d'acquisition de la propriété Fayard AD Yvelines. 1290W 866. Projet d'acquisition de la
    Précision dénomination :
    de notable
    Description :
    La maison de notable (détruite) comportait un étage carré et un étage de comble. Elle était construite en moellons de calcaire et de meulière et couverte en ardoise. La seconde maison a elle aussi un étage carré et un étage de comble, elle est en meulière apparente et brique avec des pans-de-bois en sapin et couverte en tuile de style néo-normand.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue de l' Abbé-Hua - en ville - Cadastre : 2014 AB 764, 747
    Titre courant :
    Maison de notable (vestiges)
    Illustration :
    Vue de l'escalier extérieur. Contrairement à ce qu'il n'y paraît, la maison à l'arrière ne fait pas partie de la propriété. Elle est de l'autre côté de la rue. IVR11_19777800607X Vue de l'escalier extérieur. IVR11_19777800810X Vue de face de l'escalier extérieur. IVR11_19777800808X Vue de l'entrée principale de la propriété, place du château. IVR11_20157800262NUC4A Vue d'ensemble de la propriété sur l'emplacement de l'ancien château. IVR11_20157800250NUC4A Vue de l'emplacement de la maison de notable détruite. IVR11_20157800254NUC4A la plate-forme sur laquelle se trouvait la maison de notable détruite. IVR11_20157800253NUC4A L'escalier extérieur est le seul vestige de la maison de notable détruite. IVR11_20157800249NUC4A Vue de l'escalier extérieur en fer à cheval qui enserre une ancienne fontaine
  • Eglise paroissiale Saint-Gervais, Saint-Protais
    Eglise paroissiale Saint-Gervais, Saint-Protais Bry-sur-Marne - 4 Grande rue Charles de Gaulle - en ville - Cadastre : 1981 S 67
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    charpente plâtrée et reconstruction de la sacristie. Façade occidentale restaurée en 1900 avec arc en
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Bry-sur-Marne - 4 Grande rue Charles de Gaulle - en ville - Cadastre : 1981 S 67
    Illustration :
    Plan et élévation antérieure, 1811. (Archives de Paris. DO3 45) IVR11_19869400510X Façade occidentale. Photographie ancienne, 1898. . (Archives de Paris. DO3 45) IVR11_19869400511XB Vue prise du sud-ouest. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie française Façade occidentale. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie française Vue de la nef et du choeur. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie Vue générale prise de l'ouest. IVR11_19869400190V
  • Pont de Bry
    Pont de Bry Bry-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Pont construit en 1830, détruit lors de la guerre de 1870 et reconstruit en fer en 1872. Remplacé
    Titre courant :
    Pont de Bry
    Appellations :
    Pont de Bry
    Illustration :
    Vue prise d'amont. Dessin aquarellé, 1885. (AD Val-de-Marne. Série Fi) IVR11_20069400657XA Vue prise de la rive droite (entre 1872 et 1937). Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue de l'inauguration du pont en béton le 9 juin 1938. Carte postale. (Collection particulière
  • Pont de Champigny
    Pont de Champigny Champigny-sur-Marne - Cadastre : 1974 AX 3
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Pont reconstruit en 1842 à 5 arches en charpente ; détruit en partie lors de la guerre de 1870
    Murs :
    pierre de taille
    Titre courant :
    Pont de Champigny
    Appellations :
    Pont de Champigny
    Illustration :
    Vue partielle du pont depuis la rive droite de la Marne, partiellement détruit lors de la guerre de
  • Cimetière
    Cimetière Champigny-sur-Marne - 12 rue du Cimetière - en ville - Cadastre : 1974 AC 11
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , portail, construction du logement du conservateur et érection de l'ossuaire monument aux morts par
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Vue générale de la partie nord. IVR11_19869400379X Monument sépulcral de la famille Belin, 12e division (début XXè siècle). IVR11_19869400384X Monument sépulcral de la famille Echalie-Pichon, 10è division (fin XIXè siècle). IVR11_19869400387X Chapelle funéraire de la famille Fossier, 10è division (vers 1894). IVR11_19869400381X Chapelle funéraire de Henri Hébert et de Marie-Antoinette Guiot (vers 1860). IVR11_19869400382X Monument sépulcral de M. L. Lepage, 10è division (vers 1898). IVR11_19869400386X Monument sépulcral de la famille Mériot, 10è division (fin XIXè siècle). IVR11_19869400385X Monument sépulcral de J. L. Pelletier (fin XIXè siècle). IVR11_19869400383X Vue d'ensemble de la maison du gardien construite par l'architecte municipal Julien Heulot en 1923 Tombeau de Marguerite Gombert (1910-1927) représentant en bas-relief une jeune femme terrassant un
  • tableau (diorama)
    tableau (diorama) Bry-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    reprise de l'antériorité
    Description :
    Toile pouvant être éclairée par réflexion et par réfraction pour suggérer l'impression de
    Illustration :
    Vue d'ensemble du diorama. Gravure, d'après les croquis de M. Thiollet, père. (BNF. Estampes, topo
    Structures :
    support et surface de même forme rectangulaire vertical
  • tableau : nymphes dans une barque
    tableau : nymphes dans une barque Bry-sur-Marne - Place Mairie (de la) - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Tableau représentant des nymphes dans une barque offert à la commune par Adrien Mentienne maire de Bry (de 1868 à 1881), réalisé par Louis Edouard Rioult (peintre) en 1835.
    Localisation :
    Bry-sur-Marne - Place Mairie (de la) - en ville
    Structures :
    support et surface de même forme rectangulaire horizontal
  • couvent d'ursulines, puis collège, aujourd'hui lycée
    couvent d'ursulines, puis collège, aujourd'hui lycée Meaux - 2 rue Georges-Courteline - Cadastre : 2000 BV 169
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    francs. La nature du terrain a imposé de descendre jusqu'à 5 mètres de profondeur pour les fondations des établissement comme Georges Renard, professeur au Collège de France, et le dramaturge Georges Courteline, qui matériaux furent en partie « empruntés » aux murailles avoisinantes. De cette campagne, en cours en 1687 là après la Révolution. En effet, à la suite de la désaffectation du couvent, la ville récupéra les transformèrent profondément l'édifice. L'architecte de la ville Savard éleva une chapelle en 1824 et dirigea une salle de gymnastique lui fut accolée en 1872. Une seconde extension, plus considérable, fut menée de entrepreneurs Lacosse et Salisse le 2 août 1887 et furent achevés en 1889, pour près de quatre cents mille nouveaux bâtiments : des puits forés ont été remplis de béton et reliés par des arcs en meulière. A l'occasion de ces travaux, lors de la démolition de l'ancienne façade du collège, fut retrouvée une plaque en collège destiné aux jeunes filles est créé dans les locaux de l'ancien séminaire, rue Saint-Remy. Les deux
    Description :
    Ursulines, la rue Courteline et le cours de l'Arquebuse. L'établissement conserve trois côtés du cloître à essentiellement du 19e siècle. Ils ont été conçus pour abriter des classes et salles d'étude au rez-de-chaussée , et de grands dortoirs ou chambres aux étages. L'entrée s'effectue par le « pavillon principal » à pan coupé situé au sud-est, à l'angle de la rue des Ursulines et de la rue Courteline. Cette façade est particulièrement magnifiée : c'est la seule partie de l'édifice à être construite en pierre de en pavillon surmonté d'un clocheton et bordé de hautes souches de cheminée en briques de Bourgogne , et enfin elle porte un abondant décor. Au-dessus de la porte d'entrée, le balcon du bureau du principal est surmonté du blason sculpté de la ville de Meaux. Le programme de l'Instruction publique est affirmé au fronton, exécuté en 1892 par le sculpteur Louis Lanne : de part et d'autre de l'horloge entourée d'une couronne de lauriers sont représentées les sciences et les mathématiques, symbolisées par le
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Plaque en l'honneur des anciens élèves morts pour la France de 1854 à 1928 (hors Première guerre Collège, pavillon en prolongement de l'aile sur le couchant ( 2 élévations, 2 coupes, 2 plans Agrandissement du collège par Delaire, 1887 : plan du rez-de-chaussée. Document sur papier. (AD Vue de la cour d'honneur. Photographie, 1911-1912. (Médiathèque Luxembourg, Meaux. Fonds Endrès La salle de gymnastique. Photographie, 1911-1912. (Médiathèque Luxembourg, Meaux. Fonds Endrès Vue intérieure de la chapelle. Photographie, 1911-1912. (Médiathèque Luxembourg, Meaux. Fonds Vue d'ensemble de la façade, depuis la rue des Ursulines. IVR11_20107700107NUC4A La façade, à l'angle de la rue des Ursulines et de la rue Courteline. IVR11_20107700108NUC4A Revers de la façade à l'angle de la rue Courteline et de la rue des Ursulines : vue prise depuis la Détail du porche en revers de façade. IVR11_20127700985NUC4A
  • tableaux des autels du jubé : sainte Céline et saint Faron
    tableaux des autels du jubé : sainte Céline et saint Faron Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    La signature et la date sont peintes sur les deux tableaux. Sur "Sainte Céline" : "P.L. De Laval 1839", en bas à droite. Sur "Saint Faron" : "P. L. De Laval 1838", en bas à gauche.
    Historique :
    somme de 22000 francs (le coût d'un des tableaux étant quant à lui pris en charge par le Département en Les deux tableaux sont dus au peintre Pierre-Louis Delaval (ou "De Laval"), peintre d'histoire, de genre et de portraits, élève de Girodet. Ils sont datés l'un de 1838, l'autre de 1839 ; l'artiste les déclarait "à peu près terminés" dans une lettre adressée à l'évêque de Meaux en décembre 1839. Ils
    Représentations :
    L'un des tableaux représente sainte Céline recevant le voile des mains de sainte Geneviève ; l'autre, saint Faron rendant la vue à un jeune aveugle en lui donnant le sacrement de confirmation.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Les deux tableaux se trouvent dans l'escalier de l'hôtel Marquelet de la Noue (aujourd'hui Direction des affaires culturelles de la ville de Meaux). Ils ont perdu leur encadrement de bois mais leur
    Emplacement dans l'édifice :
    sur les autels de l'ancien jubé
    Annexe :
    descriptive sur la cathédrale de Meaux, Meaux : Le Blondel, 2e éd., 1871, p. 36. ALLOU (Auguste), La cathédrale et le palais épiscopal de Meaux. Extrait de la notice publiée en 1871, Meaux : Le Blondel, 1884, p -Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 304 et 312. JOUY (E .), « Saint Faron et sainte Céline, tableaux de l’avant-chœur de la cathédrale de Meaux », Bulletin de la conférence d’histoire et d’archéologie du diocèse de Meaux, 1899, n°2, p. 129-135. Sur l’ancien jubé : Voir le dossier de présentation des objets mobiliers de la cathédrale, IM77000251, et celui sur les
    Déplacement :
    lieu de dépôt 77,Meaux,Direction des affaires culturelles de la ville,rue des Vieux Moulins
    Texte libre :
    A la fin du Moyen Âge, le choeur de la cathédrale était séparé de la nef par un jubé. Détruit par attribuées par la tradition à Germain Pilon. Au XVIIIe siècle (1729-1732), le cardinal de Bissy, dans le de peintures de Hallé et Restout. A la Révolution, cette clôture disparut et ne fut remplacée qu'en 1835. C'est alors qu'on réalisa, sur les plans de l'architecte Dupont, deux nouveaux autels, en style compagne de sainte Geneviève native de la ville, et saint Faron, évêque de Meaux au VIIe siècle.
    Illustration :
    "Façade des autels et principale entrée du choeur de l'église cathédrale de Meaux", gravure représentant le jubé mis en place sous le cardinal de Bissy (1729-1732). Gravure. (BNF. Département des Les autels du jubé avant leur réfection en style néo-gothique. Dessin de l'architecte Dupont, 10 mars 1835. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077/2017, document n° 081949 Projet de l'architecte Dupont pour l'un des autels néogothiques à établir devant les piliers de l'entrée du choeur, 10 mars 1835. 1835. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077/2017 Vue d'ensemble des deux tableaux provenant du jubé de la cathédrale, aujourd'hui déposés dans la cage d'escalier de l'hôtel Marquelet de la Noue (Direction des affaires culturelles de Meaux). OEuvres de Delaval, 1838-1839. IVR11_20127700249NUC4A Détail de la signature sur le tableau de "Sainte Céline" : "P.L. De Laval 1839
  • ornement rouge, 1837
    ornement rouge, 1837 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Un crédit de 4993 francs accordé par le ministère, initialement destiné à l'achat d'un ornement pontifical blanc, fut employé en 1837 par la fabrique de la cathédrale à l'acquisition d'un ornement en damas IM77000356). Cet ornement rouge est toujours conservé dans le grand chapier de la cathédrale, aujourd'hui installé dans le Vieux-Chapitre. Le même modèle a été acheté pour la cathédrale de Montpellier, ainsi qu'en
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    L'ornement se compose de 9 chapes, 6 dalmatiques, une chasuble, 6 manipules, 3 étoles, un voile de calice et une bourse de corporal. Le fond de l'ornement est un damas de soie rouge à motifs floraux (vase , blé, fleurs...). Les orfrois sont en lampas de soie rouge et fil d'or. Sur la croix de la chasuble et sur les chaperons des chapes figurent en outre des motifs rapportés en léger relief : l'Agneau de Dieu moire de soie rouge différent du reste de l'ornement mais apparemment utilisé avec lui.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le chapier de la petite sacristie
    Dimension :
    h = 108, la = 121 (dimensions de la chasuble). Hauteur de la chape : h = 137 cm.
    États conservations :
    Ornement restauré en 2010 par l'atelier Chevalier conservation, sous la direction de Montaine
    Illustration :
    Vue de la chasuble (état avant restauration). IVR11_20097700429NUC4A Détail de la chasuble : Agnus Dei au centre de la croix (état avant restauration Détail de la mise en oeuvre du chaperon. IVR11_20097700433NUC4A
  • temple
    temple Meaux - 5 place du Temple - Cadastre : 2014 BE 101
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le temple s'élève sur le site de l'ancien prieuré Sainte-Céline, fondé vers la fin du 7e siècle sur la tombe de cette sainte (morte en 530). A partir du 14e siècle, le collatéral nord de la nef fut affecté au service de la paroisse, avec un autel dédié à saint Nicolas. Le prieuré était en outre flanqué de dépendances : logis du prieur, ferme avec colombier... En 1793, l'église fut fermée et tous les construit en 1847-1848 par l'architecte de la ville Pierre Savard, sur l'emplacement de l'ancienne ferme priorale. Les protestants bénéficièrent ainsi d'un lieu de culte plus vaste que l'ancienne église Saint
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le temple de Meaux est un édifice néo-classique empreint de simplicité mais au décor soigné. De néo-classique (corniche, pilastres). Une petite abside en cul-de-four occupe le fond de cet espace. A
    Illustration :
    la plus ancienne de France". IVR11_20127700937NUC4A Plan de l'ancienne église Saint-Thibaut, rue Saint-Faron, convertie en temple dans la première moitié du 19e siècle et désaffectée à la suite de la construction du temple actuel. Document dressé par l'architecte de la ville Savard, le 27 septembre 1850. calque, encre noire. (AD Seine-et-Marne. 4 Op 284/6 Vue d'ensemble de la façade. IVR11_20127700841NUC4A Détail de la façade. IVR11_20097700109NUC4A Vue de la chaire pastorale. IVR11_20127700935NUC4A Plaque commémorative au revers de la façade : "Constituée en 1546, l'Eglise Réformée de Meaux est Tableau commémoratif en l'honneur des Martyrs de 1546, au revers de la façade Tableau commémoratif en l'honneur des membres de l'Eglise réformée de Meaux morts pendant la
  • maison
    maison Meaux - Faubourg de Chaage - 13 rue de Chaage - - Cadastre : 2014 BW 312
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Ce bâtiment était présent sur le cadastre de 1850, mais pas sur celui de 1817. En 1850, il était seconde moitié du 19e siècle s'y installa une école de jeunes filles avant de redevenir plus tard une
    Observation :
    Cette maison a été sélectionnée en raison de la la conservation des décors d'origine et de son ancienne fonction d'école de filles.
    Référence documentaire :
    p. 90 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique de la Brie, 1999.
    Description :
    moderne, offre un décor de pierre feint, une inscription presque illisible rappelant son ancien usage d'école de filles, et un décor de fleurs stuquées sous la corniche moulurée.
    Localisation :
    Meaux - Faubourg de Chaage - 13 rue de Chaage - - Cadastre : 2014 BW 312
    Destinations :
    école de filles
    Illustration :
    Détail de l'inscription, encore en partie déchiffrable, peinte sur le bandeau : "ECOLE DE FILLES
  • maison de maître, 1 avenue Gallieni
    maison de maître, 1 avenue Gallieni Meaux - 1 avenue Gallieni - - Cadastre : 1850 G 77 2000 BP 51
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    La maison a été édifiée dans le 2e quart du 19e siècle aux dépends de la place Saint-Remy, près de l'auberge du Cheval rouge. L'emplacement était encore inoccupé sur le plan d'alignement de la rue Saint-Remy importante étant celle-ci. Le décor néo-classique de la façade s'accorde bien avec une datation dans le construction. La propriété est ensuite passée au notaire Lucy (1877). Le décor de la façade est bien conservé mais la maison souffre aujourd'hui d'un environnement bruyant, entre trafic routier et chemin de fer.
    Référence documentaire :
    p. 31 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique de la Brie, 1999. AM Meaux. Etat de sections, 1850. AM Meaux (non coté). Etat de sections, 1850.
    Murs :
    pierre de taille pierre de taille
    Description :
    Maison de maître à décor néo-classique : niches centrales, corniche denticulée, faux appareil. Ce
    Titre courant :
    maison de maître, 1 avenue Gallieni
    Illustration :
    Vue de la façade, depuis l'est. IVR11_20137700238NUC4A
  • église paroissiale Saint-Nicolas
    église paroissiale Saint-Nicolas Meaux - 11 rue du Faubourg Saint-Nicolas - - Cadastre : BC 657
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    , le rouleau des morts de Guillaume des Barres porte mention des Cordeliers de Meaux dès 1234, ce qui début du XVIIIe siècle, d’un couvrement en arc surbaissé et d’un décor de pilastres. Les bâtiments du maître-autel, son retable, les tableaux des deux petits autels furent refaits de 1696 à 1712. Les deux , sont vraisemblablement les vestiges de ce décor de style Louis XIV (voir dossier IM77000237). Le comme écurie et comme entrepôt. En 1837, le bâtiment est cédé à la fabrique de la paroisse. D'importants , de nouveau célébré dans ses murs à partir de 1842. Les travaux ont été exécutés par l'entrepreneur au niveau des contreforts. C'est également de cette époque que date la chapelle absidale, extension néo-gothique à deux niveaux (crypte et chapelle haute), commandée en 1849 par le curé de la paroisse
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    percée près de la tribune d'orgue, et une fenêtre à l'extrême est). L'ensemble est couvert par une fausse terminent l'église vers l'est. La chapelle absidale se distingue nettement du reste de l'édifice, à la fois par son style néo-gothique et par sa structure à deux étages. La chapelle haute était ornée de qui ornaient l'ensemble de l'église au 19e siècle.
    Texte libre :
    A l'entrée du faubourg Saint-Nicolas, qui s'étend à l'est des remparts de la vieille ville, s'élève l'église paroissiale qui dessert le quartier. Cette église, séparée de la rue par un petit jardin, était à saint Nicolas (elle se situait au niveau de l'actuelle place du Temple). Cette église ayant été vendue
    Couvrements :
    fausse voûte en anse-de-panier
    Illustration :
    Vue intérieure de l'église Saint-Nicolas vers 1900. (AD Seine-et-Marne. 2 Fi 17320 Le chevet de l'église, vu depuis la cour du collège Henri IV. IVR11_20147700254NUC4A La partie orientale de l'église : vue intérieure, depuis le sud. L'escalier mène à la chapelle La partie orientale de l'église : vue intérieure, depuis le nord. L'escalier mène à la chapelle Détail de la balustrade de l'escalier menant à la chapelle axiale. IVR11_20087700093NUC4A Le mur occidental de la chapelle axiale. Vue prise depuis l'est. IVR11_20087700095NUC4A Voûte étoilée de la chapelle axiale. IVR11_20087700096NUC4A Peinture murale néo-gothique de la chapelle axiale, recouverte d'un badigeon blanc La charpente de l'église : vue d'ensemble, depuis l'ouest. IVR11_20087700082NUC4A La charpente de l'église : détail. IVR11_20087700083NUC4A