Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chartrettes - magasin industriel de la Compagnie d'Electricité de Luminescence et d'Illuminations, puis usine de Mécanique de Précision Millot, puis Microsion, puis magasin de commerce, actuellement logement
    Chartrettes - magasin industriel de la Compagnie d'Electricité de Luminescence et d'Illuminations, puis usine de Mécanique de Précision Millot, puis Microsion, puis magasin de commerce, actuellement logement Chartrettes - 26 rue des Jamettes - en village - Cadastre : 2007 AD 575
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    Seine-et-Marne
    Historique :
    ), installée à Villeneuve-le-Roi (94), déménage sur le site de Chartrettes. Son activité porte sur l'usinage de pièces, notamment pour l'industrie aéronautique et pétrolière et sur l'usinage et le montage de matériel en Seine-et-Marne modifie peu le secteur d'activité qui est renforcé par l'union avec de nouveaux ) et Teyrache pour la fabrication et le montage de matériel pour l'éducation nationale, l'installation clients locaux : Flopetrol alors installé dans la zone industrielle de Vaux-le-Pénil et ADR pour la électro-érosion. En 1977, l'entreprise emploie environ 10 ouvriers, ils sont jusqu'à 20 en 1981. Le recrutement se fait localement, à Chartrettes, Thomery, Samoreau et Savigny-le-Temple.
    Observation :
    La rénovation, après la cessation d'activité sur le site, n'a pas modifié le caractère industriel leur architecture utilitaire ont été conservées et portent le témoignage des petites PME de banlieue
    Canton :
    Châtelet-en-Brie (Le)
    Description :
    Le site est desservi par un large portail qui permettait les livraisons par camions. Il ouvre sur , aujourd'hui reconverti en logement, est construit sur 2 niveaux. Le gros oeuvre est couvert d'un enduit et la une cour autour de laquelle s'organisaient trois zones d'activité. A l'est, le premier bâtiment toiture à deux pentes, de tuiles mécaniques. Trois travées, composées de hautes baies vitrées sur les deux niveaux, rythment la façade sur cour. La quatrième a été modifiée lors de la rénovation du bâtiment et en -chaussée, les bureaux, le local de la chaudière et les lavabos pour les ouvriers. L'étage, desservi par un , fermé et de plan carré, abritait les machines outils sur une surface de 230 m², non cloisonnée. Seule la un mur-rideau en parpaings. Lors de la rénovation du hangar, l'accès initial, sur cour, a été muré et remplacé par des baies plus petites et des carreaux de verre. Le réfectoire et la pièce abritant les à elle la sableuse. Contre le mur de clôture occidental se trouvait la zone de stockage des résidus
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    -Marne, 2875W170) IVR11_20097701579NUC2A Vue générale depuis le sud. IVR11_20097700356NUC4A Façade sur cour de l'ancien atelier de montage. IVR11_20097700357NUC4A Façade sur cour du pavillon d'habitation. IVR11_20097700358NUC4A Façade sur cour de l'ancien atelier d'usinage et pièce de la sableuse. IVR11_20097700359NUC4A
  • hôtel du département de la Seine-et-Marne
    hôtel du département de la Seine-et-Marne Melun - 12 rue Saint-Père - en ville - Cadastre : 1985 AH 93 (partiellement)
    Historique :
    Le conseil général de la Seine-et-Marne, d'abord hébergé dans l'ancien couvent des Carmes une salle de lecture pour les archives départementales (présentes sur le site depuis 1809). En 1937 déplacée dans l'ancienne salle capitulaire. En 1893, on édifie sur les plans de Léon Majoux un magasin et reconstruite. En 1969, le pavillon à gauche de l'entrée d'honneur de la préfecture est réédifié. En 1971, une nouvelle salle du conseil est élevée. En 1998, on la démolit, en même temps que le pavillon des archives de
    Précisions sur la protection :
    Façades, arcades et toitures des bâtiments entourant le cloître : inscription par arrêté du 9
    Description :
    , organisés autour de deux cours. La cour occidentale, sur l'emprise du cloître de Saint-Père, conserve au sud le seul vestige de l'abbaye : une arcade en gresserie. Cette cour est fermée, au nord, par un hall de
    Titre courant :
    hôtel du département de la Seine-et-Marne
    Illustration :
    La façade : vue d'ensemble. Le hall en verre de Reichen et Robert (2000) relie le bâtiment des archives (1893), à gauche, au pavillon néo-classique (1969), à droite. Dans le fond à droite apparaît La cour occidentale de l'hôtel du département, vue depuis l'angle sud-est. Le hall en verre de Reichen et Robert (2000) clôt la cour vers le nord. IVR11_20047700212VA Vue générale, depuis le sud-ouest. IVR11_20047700204XA
  • Blandy - ensemble d'industrie extractive de la Régie Autonome des Pétroles, puis Elf Aquitaine et Triton France, actuellement Geopetrol SA
    Blandy - ensemble d'industrie extractive de la Régie Autonome des Pétroles, puis Elf Aquitaine et Triton France, actuellement Geopetrol SA Blandy - Prés Paquettes - R.D. 215 - en écart - Cadastre : 2012 YA 15, 16
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    Seine-et-Marne
    Historique :
    le bassin parisien, elle exploite douze forages situés dans les départements de la Seine-et-Marne principales régions pétrolières françaises, le bassin parisien, la Champagne, l'Alsace et le Sud-Ouest. Dans (secteur de la vallée de la Seine et de Coulommiers), de la Marne et de l'Yonne. Ces concessions ont été exploitées dès le début des années 1960 par la Régie Autonome des Pétroles, puis Elf Aquitaine et Triton France et, depuis le début des années 1990, par la société Geopetrol SA (1996 pour la concession de collecte et le traitement du brut produit par les différents forages franciliens. A cette époque, 600 m3 de brut arrivent journellement au centre. Aujourd'hui, le centre de production de Blandy-les-Tours est, en
    Canton :
    Châtelet-en-Brie (Le)
    Description :
    plateformes pétrolières en exploitation dans le bassin parisien. La mise en route des pompes a lieu sur chaque du brut. Le pétrole, de bonne qualité, subit sur place un traitement sommaire : déshydratation maintenir la pression en sous-sol. Un ancien forage présent sur le site de production est utilisé comme Le centre de production de Geopetrol SA, à Blandy-les-Tours, concentre la production des douze plateforme pétrolière, alors que leur arrêt peut être effectué à distance, depuis le centre de production. Le citernes (pour les forages de Chartrettes) ou par pipeline (pour les forages de Saint-Germain). Le centre démantèlement. Une fois le traitement primaire effectué, le brut est acheminé, par pipeline, à la raffinerie de
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Chartrettes
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
  • quartier du Marché
    quartier du Marché Meaux
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Ce quartier s'étend sur la rive gauche de la Marne. Pendant l'Antiquité, la ville s'est développée plus au nord, mais l'existence de l'église Saint-Saintin, vraisemblablement construite sur le tombeau renforcé par le canal de Cornillon, qui recoupait le méandre de la Marne. Ces travaux ont eu un fort impact "Marché", de part et d'autre de la Marne. Au XVIe siècle, le Marché devint le quartier des réformés qu'au XXe siècle que de nouveaux ponts ont été lancés sur la Marne, modifiant les circulations entre les du premier évêque de Meaux, suggère qu'à l'époque antique il y avait là une nécropole. Depuis le Moyen Âge, ce secteur est connu sous le nom de quartier du Marché. Les textes montrent qu'il servait de lieux d'échanges dès le début du XIIIe siècle. Le comte Thibaut IV de Champagne dota le "Marché" d'une puissante enceinte dans les années 1230 (voir dossier IA77000651). Le côté sud de cette fortification était sur la composition urbaine, qui opposa dès lors deux quartiers pourvus chacun d'une enceinte. Meaux
    Description :
    Le quartier du Marché occupe l'espace délimité par la boucle de la Marne et par le canal de partie nord. Cet axe qui traverse tout le quartier, du sud au nord, aboutit sur le pont du Marché qui relie la rive gauche au quartier de la "Ville", sur la rive droite. Le long de cet axe, vers le nord Cornillon. C'est une zone alluvionnaire qui s'élève en colline vers le sud,vers le faubourg de Cornillon . L'axe principal de ce quartier est la rue Cornillon, qui prend le nom de rue du Commandant Berge dans sa , s'étend une grande place trapézoïdale, la place du Marché, lieu d'activité commerciale depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours. Tout autour de la place du Marché subsiste un parcellaire ancien. Le front oriental de la rue du Commandant Berge a conservé son tracé d'origine, si l'on excepte le percement de la rue de fortifications qui enserraient le "Marché" ont aujourd'hui presque disparu : il n'en demeure plus que quelques vestiges (pan de courtine le long du canal de Cornillon, bases de tour au sud-est et au nord-ouest), mais
    Illustration :
    "Meaux, le Marché", 1951. Lithographie. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H Vue de la partie sud de la ville, depuis le clocher de la cathédrale. Au premier plan, la Marne Marne et la rive droite dans le fond. IVR11_20127701147NUC4A dans une boucle de la Marne, présente en bas à gauche et en haut à droite (doublée par le canal de premier plan, la ZAC Luxembourg, puis le canal Cornillon et les HLM d'Henri Calsat. Dans le fond, la Marne , le canal de Chalifert et la voie ferrée, sur la commune de Villenoy. IVR11_20127701145NUC4A La ZAC Luxembourg, sur le site de l'ancien quartier de cavalerie : la place de Valmy La ZAC Luxembourg, sur le site de l'ancien quartier de cavalerie : vue prise depuis la rue Jablinot La ZAC Luxembourg, sur le site de l'ancien quartier de cavalerie : vue prise depuis la rue Jablinot Le port du Marché, sous la promenade de Bellevue : photographie ancienne. Photographie, 19e siècle
  • préfecture
    préfecture Melun - rue Saint-Père - en ville - Cadastre : 1985 AH 93 (partiellement)
    Historique :
    Ernest Mangeon intervient sur le pavillon est où il pose un plancher à structure métallique. De 1864 sur le pignon oriental de l'édifice. Le chantier est dirigé par Martial Sénèque (démis de ses bombardement de 1944, on reconstruit en 1948 le bâtiment à droite de l'entrée d'honneur. Le pavillon à gauche
    Illustration :
    La façade sur cour (élévation nord), vue depuis le nord-est. IVR11_20057700394XA Le bâtiment des années 1950, sur le côté ouest de la cour d'honneur : vue d'ensemble, depuis le sud Panorama vers le sud-est, sur les jardins et la ville de Melun, depuis l'hôtel de la préfecture Panorama vers le sud-est, sur les jardins et la ville de Melun, depuis l'hôtel de la préfecture Vue sur le clocher de Saint-Aspais, depuis le jardin de la préfecture. IVR11_20057700407XA estampes. Topo Va Seine-et-Marne) IVR11_20057700363Z Plan général des bâtiments composant l'hôtel de préfecture, 18 juillet 1818. (AD Seine-et-Marne. 4 -Marne. 4 N 18-3) IVR11_20077700123NUC4A Plan général des bâtiments. Janvier 1821. (AD Seine-et-Marne. 4 N 18-4) IVR11_20077700126NUC4A . (AD Seine-et-Marne. 4 N 18-5) IVR11_20077700124NUC4A
  • secteur urbain de Beauval et la Pierre-Collinet
    secteur urbain de Beauval et la Pierre-Collinet Meaux
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    dès le XIXe siècle par l'arrivée de nouvelles activités, très diverses, qui vont se succéder sur le œoeuvres militaires. Par ailleurs, l'aménagement de la Marne conduit à édifier le « barrage des basses des bateaux entre le canal de l'Ourcq et la Marne, qui fonctionne jusqu'en 1898. Au début du XXe intervenir quant à lui sur le quartier de Beauval comprenant une zone d'habitations collectives, une zone Pendant longtemps, le plateau à l'est de Meaux est resté une zone essentiellement agricole, où l'industrie : dès 1877, elle permet l'installation d'un ascenseur à bateau original, pour le transbordement siècle, une nouvelle affectation intervient pour le site avec l'ouverture d'un parc aérostatique militaire, étape sur la ligne Paris-Nancy, conçu par Surconf, ingénieur de la Société Deutsch (de la Meurthe le projet remonte aux années 1950. En 1954, Le Corbusier propose à la municipalité une Cité Radieuse pour l'extension de Meaux. Cette proposition n'aboutit pas, mais les réflexions sur l'agrandissement de
    Description :
    ville, le long de la RN3 (Avenue du Président Roosevelt, Avenue de la Victoire). Les quartiers , il demeure encore de nombreuses tours dans le quartier de Beauval, conservant sa silhouette
    Illustration :
    Plan de la ferme de Beauval, en 1744. Le plateau à l'est de Meaux est alors une zone agricole , parsemée de quelques fermes. (AD Seine-et-Marne. 20 Hdt B 18-1) IVR11_20137700059NUC4A Le hangar à dirigeables de Beauval, au début du 20e siècle. Carte postale, vers 1900. (AD Seine-et -Marne. 2 Fi 4533) IVR11_20137700456NUC4A Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale, en 2009 : la partie sud-est de la ville Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale, en 2009 : les tours de Beauval dominent les maisons du faubourg Saint-Nicolas et le centre sportif. IVR11_20097701205NUC4A , sur la rue Sébastien de Brossard, avec balcon en fer forgé et auvent. IVR11_20097701105NUC4A
  • Quartier de Gassicourt
    Quartier de Gassicourt Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    de Gassicourt connue par des documents des XVIIe et XVIIIe siècles. On en voit la mention sur le plan ligne Paris-Rouen avait comme seule gare Mantes-Station, sur le territoire de Mantes-la-Ville. C’est construite : la gare Mantes-Embranchement sur le territoire de Gassicourt. Cette nouvelle station est personnel de plus en plus nombreux, d’où le développement de cités sur le territoire de Gassicourt. Dans un terres agricoles sur les Vaux Notre-Dame et le fief Saint-Martin et y construit treize maisons qui Le village de Gassicourt, placé au cœur d’un vaste territoire entre la ville de Mantes et la seigneurie de Rosny, longé par la Seine au nord et traversé par le « grand chemin » devenu « route royale » a dû subir tous les malheurs et les troubles du Moyen-Âge. Les sources mentionnent la fondation par le comte de Mantes, Simon, d’un prieuré clunisien placé sous le vocable de Saint-Sulpice vers 1074. Les nombreuses donations qui suivent cette fondation sont le fait des comtes de Mantes, de la famille des
    Texte libre :
    territoire était très vaste elle a attiré le chemin de fer avec la gare Mantes-Embranchement puis la
    Illustration :
    Vue aérienne vers 1950. On aperçoit la cité d'urgence et le lotissement des Castors en construction Ancienne charcuterie dans un pavillon, boulevard du Maréchal-Juin. Cette formule montre le Ancienne charcuterie dans un pavillon, boulevard du Maréchal-Juin. Le carrelage mural Ce bâtiment actuellement bar le Lys Blanc, 214 boulevard du Maréchal-Juin, est probablement un hétérogène de l'habitat le long de ce boulevard. IVR11_20167800366NUC4A La cité Braustein, vue sur les jardins particuliers. IVR11_20127800127NUC4A Le boulevard du Maréchal-Juin au niveau du croisement avec la rue Pierre-Toutain Le monument aux morts du cimetière. IVR11_20177800910NUC4A Le monument aux morts de la guerre d'Algérie. (Fonds Bertin). IVR11_20177800589NUC2B
  • quartier de Cergy-Préfecture
    quartier de Cergy-Préfecture Cergy - Cadastre : 2010 AX, AY
    Historique :
    publication du « Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région de Paris». Le 18 juillet 1968 par le président Pompidou et le 16 avril 1969 l'Établissement Public d'Aménagement (EPA) fut créé. Le méandre de Neuville, le site aujourd'hui occupé par le quartier de Cergy-Saint-Christophe et alors nommé Cergy-Puiseux fut un temps pressenti pour devenir le centre principal de la future agglomération. Mais sa réalisation fut reléguée à un futur très incertain et le quartier de Cergy-Préfecture devint le , d'organiser l'espace de cette création ex nihilo et d'y inclure le « premier geste de l'Etat », la préfecture un plan où des parkings souterrains prennent place le long de l'autoroute A75. Ceux-ci permettaient l'accès à un centre commercial qui débouchait sur des rues piétonnes bordées de magasins qui conduisaient à la place de la Préfecture. L'urbanisme sur dalle n`était pas envisagé, mais les voies automobiles étaient retranchées alors que les circulations piétonnes s'effectuaient sur des remblais. Ce projet peu
    Description :
    Situé au nord-est de la boucle de l'Oise, le quartier forme un quadrilatère délimité au nord-ouest par le boulevard du Port, au nord-est par l'autoroute A75, au sud-est par le boulevard de l'Hautil et
    Illustration :
    premier plan le jardin de la préfecture et la tour EDF-GDF en fond. IVR11_20129500362NUC4A
  • statue : Vierge à l'Enfant
    statue : Vierge à l'Enfant Meaux - 18 avenue Henri Dunant -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le statue se trouvait auparavant dans la chapelle provisoire. Elle aurait été comandée par le père
  • tombeau de la famille Deuscher
    tombeau de la famille Deuscher Enghien-les-Bains - rue Louis Delamarre - en ville - Cadastre : 1995 AB non cadastré domaine public
    Historique :
    Le tombeau a été élevé durant la première moitié du 20e siècle pour la famille Deuscher. Sur la plaque disposée sur le monument on peut lire les noms de Yolande Deuscher 1912-1940 et de Madeleine Hucher 1888-1946, mais le style du monument laisse à penser qu'il est antérieur à ces deux inhumations.
    Description :
    tombeau de type stèle dans un style égyptisant présent dans le décor végétal et la forme de la
  • centre commercial des Trois Fontaines
    centre commercial des Trois Fontaines Cergy - avenue des Trois Fontaines - en ville - Cadastre : 2010 AX 108, 88, 85, 57, 59, 64, 66, 51, 49
    Historique :
    d'organisation des centres commerciaux : le centre commercial régional pour le centre-ville, le centre commercial secondaire pour les quartiers et le centre commercial de voisinage pour les îlots. A la fin des années 1960 d'Herbley menaçait Cergy-Préfecture. Avec ses 15 000 mètres carrées de commerces projetés, le quartier ne centre commercial d'envergure régionale : les Trois Fontaines. Le choix du nom est justifié par le fait conception aux architectes Claude Vasconi (1940-2009) et André Georgel (...-2009). Le 25 septembre 1973, la première tranche du centre ouvrit au public. Dans les années 1990, le centre commercial fut réaménagé et
    Description :
    espaces intérieurs conçus par le cabinet Esthétique et Industrie Noël Davoine, s'organisaient sur deux Trois Fontaines fut alors implanté au nord, le long de l'autoroute A15, les parkings occupant l'espace laissé entre l'édifice et la voie rapide. Le bâtiment constitue un écran visuel et phonique qui protège front de ville", une muraille de brique et de glaces".Afin de mieux encore assimiler le centre
    Illustration :
    Vue des jardins suspendus sur dalle, au dessus du Centre commercial. A droite le bâtiment de verre Vue sur les jardins situés sur le centre commercial. IVR11_20129500013NUC4A Vue des jardins suspendus sur dalle, au dessus du Centre commercial : parterre de lierre avec , au premier plan, observer le traitement des bordure avec des galets. IVR11_20129500325NUC4A Allée des jardins suspendus sur dalle : détail des pavés et des bordures de galets formant des Façade du centre commercial donnant sur les jardins suspendus sur dalle. IVR11_20129500014NUC4A
  • zone d'urbanisation prioritaire (ZUP) de l'Almont
    zone d'urbanisation prioritaire (ZUP) de l'Almont Melun - Rue Georges Bernanos Rue Paul Valéry Avenue Maréchal Juin (du) - en ville
    Historique :
    ) ; Michel et Nicole Autheman et Alain Loas (1974-1975, petits immeubles sur le même type que leurs La zone à urbaniser en priorité (ZUP) mise en oeuvre sur les rives de l'Almont, dans la partie nord -est de la commune, est le dernier des programmes d'extension de la ville au 20e siècle. L'opération premières études sont menées dès 1964, mais le projet d'ensemble est réellement mis au point en 1967. Les
    Description :
    La ZUP s'étend sur une zone de 62 ha traversée par la vallée de l'Almont, qui délimite deux secteurs. Elle comprend plus de 3000 logements, en immeubles collectifs. Le chauffage urbain recourt à la
    Auteur :
    [commanditaire] office départemental des HLM de Seine-et-Marne
    Illustration :
    Vue sur les jardins ouvriers de l'Almont, avec les tours des Mézereaux dans le fond Répartition des catégories d'immeubles et équipements, 1/2000e, octobre 1964 : approuvé par le conseil d'architecture le 29 juin 1964, présenté par L.E. Bazin, architecte en chef des bâtiments civils sud et est de la ZUP, avec le centre neuro-psychiatrique. (AM Melun) IVR11_20067700151XB , depuis le sud. (AM Melun) IVR11_20067700152XB Le square devant la chapelle Saint-François. A gauche, la rue Georges-Bernanos. IVR11_20057700537VA Le square devant la chapelle Saint-François. A gauche, la rue Georges-Bernanos. IVR11_20057700539VA
  • Aménagements d'appartements et création de mobilier
    Aménagements d'appartements et création de mobilier Paris
    Historique :
    de Siporex dont l'âtre s'ouvre sur le séjour et la chambre orne la pièce principale. En 1972 son activité à l’aménagement d’appartement qui sont l’occasion d’éprouver le concept d’ambiance / l'articulation en détermine la pulsation/ le rythme et l'enchainement est mélodie". Dans l'appartement situé rue du Docteur Blanche, à Paris dans le XVIe arrondissement, le sol, les murs et la cheminée sont appartement situé 24 rue Dauphine, dans le Vie arrondissement de Paris, inspiré de celui de la rue Henri . Un studio où l'espace est démultiplié par le jeu des plans biais et du mobilier triangulaire, et un . Le premier, rue de Mézières, dans le VIème arrondissement, pour le cinéaste Serge Roullet, qui souhaite pouvoir y projeter des films. Le jeu des sols et des plafonds, le doublage de la façade par des la cuisine de la chambre, le dessin des joints des revêtements de liège, tout concourt à étirer l'espace et à le rendre chaleureux. Le second, rue Sarrette dans le 14ème, pour Pierre-Marie Goulet, le
  • institution Saint-Aspais
    institution Saint-Aspais Melun - 36 rue Saint-Barthélemy - en ville - Cadastre : 1985 AI 193
    Historique :
    Le domaine actuellement occupé par l'Institution Saint-Aspais est acquis en 1804 par le président bâtir une villa en 1846. En 1887, le domaine est vendu à l'école libre fondée en octobre 1883 par un partie de l'édifice est réquisitionnée par la Croix-rouge. En 1928, le chanoine Bros fonde une succursale
    Description :
    L'institution Saint-Aspais occupe plusieurs bâtiments, répartis dans un jardin. Le plus important de ces bâtiments est un ensemble en L, construit dans le dernier quart du 19e siècle en moellons grès, anciens communs de la villa Despatys. Dans le jardin se trouvent une grotte de Lourdes, installée
    Illustration :
    Le jardin : grotte de Lourdes installée dans une ancienne glacière. IVR11_20047700235XA
  • dalle du quartier de Cergy-Préfecture
    dalle du quartier de Cergy-Préfecture Cergy - Cadastre : 2010 AX, AY
    Historique :
    Le principe de l'urbanisme sur dalle se développa au cours des Trente Glorieuses afin de répondre meilleure gestion des flux de circulations. Le Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région de Paris de 1965 (SDAU) prévoyait en effet que le futur quartier serait amené à devenir un pôle régional du nord-ouest de l'Île-de-France ainsi que le centre fédérateur des onze communes regroupées. Afin déplacement, l'urbanisme sur dalle fut privilégié. Son histoire peut être divisée en deux étapes : 1970-1975 couvrement du parking de la Grand'Place devait achever la dalle en la prolongeant vers le sud-est. Ce projet
    Illustration :
    Vue de la rue de la Préfecture au niveau d'un passage sous la dalle. A gauche, le bâtiment de la
  • ville de Chanteloup-les-Vignes
    ville de Chanteloup-les-Vignes Chanteloup-les-Vignes
    Historique :
    Chanteloup fut un hameau de Triel jusqu'en 1791. Il avait plusieurs suzerains dont le Chapitre de d'une chapelle dont la décoration fut faite au fur et à mesure grâce à la générosité des paroissiens. Le est toujours la viticulture : le vin de Chanteloup se vend 60 à 70 francs l'hectolitre (celui de Triel son déclin, accéléré par la guerre de 14-18. Le maraîchage et l'arboriculture se sustituent alors à la
    Illustration :
    Chanteloup-les-Vignes. Vue générale prise depuis le coteau. Carte postale. (AD Yvelines Chanteloup-les-Vignes. Vue générale du village prise depuis le "Chapitre". Carte postale. (AD Vue du site de Chanteloup prise depuis le cimetière de Poissy. IVR11_20087800270NUC4A Chanteloup-les-Vignes. Le site de la ville sous la colline de l'Hautil. IVR11_20087800043NUC4A Chanteloup-les-Vignes. Les quatre composantes de la ville : la colline, le vieux village, la cité Chanteloup-les-Vignes. Le site en direction d'Andrésy. IVR11_20087800046NUC4A Chanteloup-les-Vignes. Impasse donnant sur la place de la mairie. IVR11_20087800253NUC4A Le campanile de la mairie et le clocher de l'église vus depuis la ruelle des Gatriaux Chanteloup-les-Vignes. Inscription sur l'ancien pressoir. IVR11_20087800274NUC4A
  • jardin du facteur Maillard
    jardin du facteur Maillard Osny - 16 rue des Marines - en ville - Cadastre : AS 01, 242
    Historique :
    visible depuis la rue et située sur un terrain en forte pente. C'est tout d'abord la pierre, son matériau , s'allient pour devenir des sculptures aux profils fantastiques. Il travaillera aussi le bois, dont il ne
    Description :
    L'ensemble du jardin est constitué d'un escalier conduisant depuis l'entrée sur la rue à l'atelier
    Illustration :
    Le sculpteur Georges Maillard au milieu de son jardin. IVR11_20129500635NUC4A Vue d'ensemble de sculptures dans le jardin. IVR11_20129500595NUC4A Grand personnage devant le mur de l'atelier. IVR11_20129500631NUC4A Vue d'ensemble de sculptures au niveau de l'atelier et le long de l'escalier du jardin Ensemble de sculptures sur la terrasse au dessus de l'atelier, dont la statue ailée Ensemble de sculptures dont les deux statues de droite sont en résine sur une armature en grillage Détail sur les deux statues en résine sur une armature en grillage. IVR11_20129500601NUC4A Vue d'ensemble dans la partie supérieure avec le groupe sculpté des acrobates en pyramide, en Vue d'ensemble dans la partie supérieure avec le groupe des acrobates en pyramide, en partie Vue d'ensemble dans la partie supérieure avec le groupe des acrobates en pyramide, en partie
  • Présentation de l’œuvre d'Hervé Baley (1933-2010)
    Présentation de l’œuvre d'Hervé Baley (1933-2010)
    Historique :
    développer un rapport harmonieux avec le site extérieur dans lequel s'implante l'architecture. L'agence organique héritée de Frank Lloyd Wright et développe une pédagogie basée sur l'expérimentation spatiale qui retrouve son activité exclusive d'architecte. La difficulté à obtenir de nouvelles commandes le pousse au
    Illustration :
    Vue de l'exposition "Frank Lloyd Wright. Dessins, 1887-1959" dans le hall de l'ESA en 1977 Vue de l'exposition "Seuils d'Egypte" dans le hall de l'ESA en 1985. IVR11_20177501103NUC4AB Projet de garage pour monsieur Giuliani : plan sur calque (1968). IVR11_20177501101NUC4AB
1