Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier du Palais-Royal (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du Palais-Royal (non étudié) Paris 1er arrondissement - place du Palais-Royal
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    1692. Le duc Louis fit construire à partir de 1743 par Cartaud des bâtiments le long de la rue des Bons Enfants et il céda l'exploitation de l'opéra à la ville de Paris. A la mort de son père, le nouveau Duc par l'architecte de la ville Pierre-Louis Moreaux Desproux. Ce nouvel opéra brûla à nouveau en 1781 et ne fut pas reconstruit à cet emplacement. On perça à la place la rue de Valois contre laquelle est
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    premier étage qui dessert les appartements. La rampe exécutée par le serrurier Corbin sur des dessins de
    Illustration :
    un garde corps au chiffre des rois de France. IVR11_20107500271NUC4A Les boiseries de la baie centrale sont encore celles d'origine. On reconnaît le vase fleuri que Balcon central de la façade sur la rue de Valois. On y voit une nuée ardente (à finir Un balcon avec une ferronnerie rue de Valois dont le motif reprend un motif sculpté de l'escalier de l'opéra du Palais-Royal. IVR11_20107500184NUC4A Vue du grand vestibule prise depuis la première volée de l'escalier. IVR11_20107500273NUC4A Vue de la première volée et du premier repos ou se trouvait primitivement la porte conduisant à Gaine de départ et garde corps du départ central droit. IVR11_20107500281NUC4A Gaine de départ vue de trois-quarts. IVR11_20107500282NUC4A Gaine de départ vue de côté. IVR11_20107500283NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 13 rue Hérold
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    épouse Anne Marie Emmanuel Hincque de Saint-Sénoch. Par cette acquisition, Julien Oré faisait un
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier, placé dans l'axe de l'entrée, dessert le corps de logis entre cour et jardin. Il est précédé d'un court vestibule dallé de pierre avec cabochons noirs. Le vide central, de forme ovale très allongée, est adapté à la forme étroite de la cage. La rampe est composée d'une alternance de très larges panneaux au dessin dissymétrique et de pilastres réguliers. le motif est à enroulements imbriqués les uns fleurons de bronze ornementent l'ensemble.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Annexe :
    Documentation - IM75000075 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE A.N., fichier de dépouillement du Centre de Topographie historique de Paris A.N. MC ET/V/538 23 juin 1764
    Illustration :
    Vue depuis le premier palier, partie tournante de la rampe. IVR11_20097501027NUC4A Partie tournante de la rampe. IVR11_20097501028NUC4A Vue de la première volée. IVR11_20097501026NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'honneur  de la ferme générale des postes dite hôtel de Villeroy
    rampe d'appui, escalier d'honneur de la ferme générale des postes dite hôtel de Villeroy Paris 1er arrondissement - 34 rue des Bourdonnais
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel qui a appartenu jusqu'en 1671 à la famille de Villeroy, a été acheté à cette date par
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    qui les fait communiquer, ce qui permet de descendre de voiture à couvert. D'une structure ouvragée identique. Le motif de la rampe est continu ; il s'agit d'arcades hautes et basses à épaulement liées entre elles par des étriers. La frise basse comporte de minuscules piédouches et la frise
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier d'honneur de la ferme générale des postes dite hôtel de Villeroy
    Annexe :
    , Hélène, HAMON, Françoise, Système de l’architecture urbaine, Le quartier des Halles à Paris, Paris, CNRS
    Illustration :
    Le départ de l'escalier. IVR11_20097501438NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier à partir du premier repos. IVR11_20097501102NUC4A La seconde volée de l'escalier et sa console. IVR11_20097501439NUC4A La console de départ. IVR11_20097501103NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Dodun (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Dodun (non étudié) Paris 1er arrondissement - 21 rue de Richelieu
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    les maisons mitoyennes, signe de travaux de construction en cours. La maison fut acquise par l'Etat en 1948 et réaménagée pour recevoir un bureau de poste. Depuis 2006 elle appartient à la ville de Paris qui y réalise un programme de 25 logements sociaux.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    l'arrière sur la rue Molière, ancienne rue Traversine. Donc l'édifice n'a pas de jardin. La façade sur la rue de Richelieu comprend 4 travées avec de hautes arcades englobant l'entresol. Le passage cocher se trouve dans la troisième. L'escalier est placé dans le corps de logis du fond à droite, il dessert les pilastres. Chaque panneau est composé autour d'un motif central de palmette et inscrit dans un cadre à angles échancrés. La console de départ suit l'enroulement du limon.
    Auteur :
    [architecte] Bullet de Chamblain Jean-Baptiste
    Localisation :
    Paris 1er arrondissement - 21 rue de Richelieu
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Dodun (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la seconde volée. photographie. (Commission du Vieux Paris, photographies
  • rampe d'appui, escalier d'une maison à porte cochère
    rampe d'appui, escalier d'une maison à porte cochère Paris 1er arrondissement - 41 rue Coquillière
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    On ne connaît pas la date précise de construction de la maison qui est acquise en 1689 par Benoît Binet et son épouse et se trouve dans la censive de l'archevêché de Paris (feuille 23e n°2 de la rue).
    Description :
    L'escalier en bois est placé dans l'aile droite de la cour. C'est un escalier à vide central de compartimentée en panneaux étroits comporte un motif de balustres pansus avec piédouches stylisés dont le centre est orné d'un pistil étampé entouré de deux feuilles en fer repoussé.
    Annexe :
    Documentation - IM75000063 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE Archives nationales, centre de topographie historique de Paris, fichier de dépouillement
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Evreux (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Evreux (non étudié) Paris 1er arrondissement - 19 place Vendôme
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Derrière la façade de la place Vendôme édifiée par Jules Hardouin-Mansart, le financier Antoine Crozat charge Pierre Bullet de bâtir, en 1700-1702, un hôtel pour lui-même (n° 17), puis en 1707 un ses fils Crozat de Tugny et Crozat de Thiers, qui tout deux s'adressent à Contant pour leur rénovation . Deux escaliers exceptionnels y furent réalisés, seul celui de l'hôtel d'Evreux subsiste.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Les travaux de Contant d'Ivry concernent notamment la reconstruction de l'escalier d'honneur situé à l'intersection de l'angle nord. Le péristyle de Bullet est fermé par des huisseries et transformé entrée est marquée par un arc surbaissé au décor très rocaille et au remarquable travail de stéréotomie (jeux de tons de couleurs dans l'assemblage des pierres). Du vide central rectangulaire de l'escalier de Bullet, Contant passe à une forme de coquille demi-ovale avec un escalier à deux volées épousant la ligne des murs. Cet escalier, d'un volume inférieur au précédent, permet de gagner de l'espace au rez-de -chaussée et à l'étage. La rampe de bronze et de fer poli est amortie par deux consoles de départ qui se ressort. La rampe se compose d'un motif répétitif de postes, orné de feuilles et de fleurs d'acanthes
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Evreux (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur la place. IVR11_20097501474NUC4A Vue d'ensemble du fronton de la façade sur la place. IVR11_20097501473NUC4A Vue du fronton de la façade sur la place en contre-plongée. IVR11_20097501472NUC4A Vue d'ensemble de la façade concave du bâtiment d'entrée. IVR11_20097501469NUC4A Vue d'ensemble de la cour d'honneur. IVR11_20097501466NUC4A Vue d'ensemble du vestibule et de l'escalier. IVR11_20097501454NUC4A Vue de l'escalier depuis le vestibule. IVR11_20097501453NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier en fer-à-cheval. IVR11_20097501452NUC4A Vue de la partie droite de la volée en fer-à-cheval. IVR11_20097501451NUC4A Détail de la ferronnerie. IVR11_20097501455NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 13 rue Villedo
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    en 1667. Cela ne donne pas la date de construction de la maison qui a appartenu a Odille Tarade jusqu'en 1757. La maison du 13, rue Villedo a été bâtie peu après le lotissement de l'ancienne butte des siècle, ce dont témoigne l'imposant garde-corps de la façade sur la rue. Il est composé d'un corps de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier est ouvert sur le passage-cocher. Le départ de rampe est constitué d'une gaine carrée dont les quatre faces sont ornées à l'identique de deux balustres pansus autour d'un panneau à épaulements. La gaine a été enrichie dans les années 1740 d'un vase en bronze doré. Le mode de construction de , avec seulement quelques renforts pour soutenir la rampe. Le dessin de la rampe est allégé au profit modification de la structure a permis la réalisation d'un décor très original : les travées larges de la rampe sont occupées par des motifs inspirés du balustre, composés par deux anses de panier affrontées alternance avec ces sections encore rigides, se déploie une branche de laurier au naturel avec ses feuilles , ses fleurs et ses baies. L'arbre de la victoire présente ici une forme palissée d'inspiration rustique , bien adaptée à la nature de son support. Conformément à l'esthétique classique, le décor de la cour et du jardin se prolonge ainsi à l'intérieur de la demeure, dans cet espace intermédiaire spécifique
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Annexe :
    Documentation - IM75000093 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE Archives Nationales, fichier de dépouillement du Centre de Topographie historique de Paris BHVP CP 3138 Etat des maisons qui relèvent du fief Popin
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Saint-Florentin, actuellement consulat des Etats-Unis (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Saint-Florentin, actuellement consulat des Etats-Unis (non étudié) Paris 1er arrondissement - 2 rue Saint-Florentin
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel de Saint-Florentin fut édifié entre 1766 et 1769 par Jean-François Chalgrin, selon les plans dressés par Ange-Jacques Gabriel, en complément des embellissements de la place Louis XV, actuelle place de la Concorde. La demeure qui apparut rapidement emblématique du néoclassicisme était destinée à servir de résidence au comte de Saint-Florentin, marquis puis duc de La Vrillière, l'un des personnages les plus influents du règne de Louis XV. Chalgrin fut choisi pour concevoir le porche d'entrée, les
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier est séparé du vestibule axial, ouvert sur la cour, par un portique de colonnes doriques . L'élévation des murs de la cage présente des fenêtres, des niches et des pilastres ioniques présents habituellement sur les murs de façades extérieures. L'escalier est composé d'une volée unique qui mène à un la somme considérable de 24. 988 livres pour la rampe de fer qui fut posée en 1773. Celle-ci est amortie par une gaine circulaire en marbre bleu turquin, semble-t-il postérieure. La rampe est composée de balustres d'ordre ionique faisant écho aux pilastres des murs de la cage. Les balustres sont composés d'un piédouche raccordé au sommier par de petits navets. Leur panse est ornée de godrons et d'un culot de feuillages. Leur col est surmonté d'un chapiteau orné d'une moulure d'oves et de dards. Une guirlande et une chute de laurier en bronze doré enrichissent le chapiteau. Aux articulations de la rampe, les pilastres sont ornés d'une rosace naturaliste inscrite dans un médaillon. Des fleurons et des motifs de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Saint-Florentin, actuellement consulat des Etats-Unis (non
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Cursay (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Cursay (non étudié) Paris 1er arrondissement - 43 rue Sainte-Anne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison située dans la censive de l'archevêché de Paris (feuille 14, n° 23) fut bâtie en 1675 sur les plans de Libéral Bruand. Elle appartenait en 1733 à Gabrielle Guestre de Préval, veuve d'Antoine Pélissier, qui en fit alors don à Gabriel-Etienne Rioult, seigneur de Curzay
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    d'appui composée de balustres compartimentés très simples dont le pistil est composé d'un fer tors.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Cursay (non étudié)
    Annexe :
    siècle : Libéral Bruand, architecte et ingénieur du Roi, Thèse d’histoire de l’art, université Paris IV
    Illustration :
    Vue de la console de départ et de la première volée de la rampe. Photographie, 2000. (Collection Vue de la première volée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P. Sébert Vue de la rampe en contre-plongée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P Vue de l'escalier en contre-plongée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P Vue de l'escalier en contre-plongée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite Hôtel de Vins puis hôtel Dupin (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite Hôtel de Vins puis hôtel Dupin (non étudié) Paris 1er arrondissement - 68 rue de Jean-Jacques-Rousseau
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison est construite sur un terrain constitué de la réunion de deux parcelles,et de ce fait Emmanuel de la Bérauldière. Ladvocat, qui réside dans cette demeure, la réaménage complètement : il fait élever vers 1640-50 le corps de logis sur rue, l'aile gauche et une aile en fond de cour. Sa petite fille , Charlotte, veuve du marquis de Vins, en est héritière en 1733. Une chapelle est alors aménagée à l'étage sur principal est à l'emplacement actuel mais il est garni d'une rampe de fer à barreaux montant remplis encore en 1786. C'est donc à ce personnage qu'il faut attribuer la rampe de l'escalier.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    dans l'aile gauche. Il est précédé d'un large vestibule décoré de moulures. Il dessert 2 étages carrés . La rampe composée de longs panneaux alternés, tantôt dissymétriques et tantôt symétriques organisés autour d'un motif central de fleuron. La console de départ est courbée en plan. Les motifs décoratifs les plus originaux sont des chapelets de ronds et d'ovales autour du motif dissymétrique et des sortes de
    Localisation :
    Paris 1er arrondissement - 68 rue de Jean-Jacques-Rousseau
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite Hôtel de Vins puis hôtel Dupin (non
    Annexe :
    1739 bail à loyer Archives Nationales, MC/ET/LXXXVIII/646 22 février 1758 contrat de vente Archives , Françoise : Système de l’architecture urbaine. Le quartier des Halles à Paris . Ed. CNRS, Paris, 1977, T.I , p. 172, note 12 LA MONNERAYE, Jean de la, Terrier de la censive de l’archevêché dans Paris, Paris
    Illustration :
    Escalier principal : la première volée et la descente de cave. IVR11_20097500946NUC4A Escalier principal : la console de départ. IVR11_20097500948NUC4A Escalier de la cave. IVR11_20097500960NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 27 rue Danièle-Casanova
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    ) furent bâties en 1708 pour René Boutin seigneur de La Boissière, receveur général des Finances à Amiens , et Elisabeth Françoise Landrin, son épouse. Le 27 fut délaissé par contrat de mariage à leur fille Marie-Renée épouse de Etienne-Charles-Félix Lallemand de Nantouillet, seigneur de Marly-la-Ville. La maison fut vendue en 1750 à Pierre-François de Bergeret, secrétaire du roi qui disparut en 1775. Il légua la maison à sa fille Marie-Suzanne-Eléonore, épouse de Louis-Jacques-Charles Hocquart de Cueilly. Les deux maisons sont constituées d'un corps de logis principal sur la rue, et d'un corps de logis en retour d'équerre sur la cour. Elles se répondent symétriquement. Le grand appartement de l'étage est doté , sur la rue, d'un grand balcon soutenu par des consoles sculptées de têtes d'indiens d'Amérique.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Le grand escalier est situé à l'intersection des deux corps de logis, l'escalier est plus ample : la cage s'étire en longueur et le vide central est particulièrement étroit. De spacieux paliers , soigneusement dallés de pierre blanche et de cabochons noirs, permettent de communiquer entre l'avant et l'arrière de la maison. La rampe qui s'élance sur trois étages est composée de panneaux rectangulaires de petites dimensions qui alternent avec des pilastres. les panneaux sont sobres : un motif symétrique de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Illustration :
    Le départ de l'escalier et son mur d'échiffre. IVR11_20097500711NUC4A Le départ de la rampe est orné d'une console très élégante. IVR11_20097500712NUC4A Le départ de la rampe : on voit l'alternance de pilastres et de panneaux rectangulaires à médaillon La console de départ et le pilastre qui la jouxte. IVR11_20097500714NUC4A Détail de la console de départ. IVR11_20097500715NUC4A La console de départ vue en plongée. IVR11_20097500716NUC4A Vue du vide central de l'escalier en plongée. on remarquera que le jour central s'élargit au fur et Vue de l'emplacement de l'escalier, à droite du passage cocher. IVR11_20097500710NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Laporte de Sérincourt (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Laporte de Sérincourt (non étudié) Paris 1er arrondissement - 34 rue Sainte-Anne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    la famille Laporte de Sérincourt qui lui donna son nom. Elle fut bâtie, sur l'ancienne butte des Moulins, peu de temps après que Michel Villedo et ses fils l'aient aplanie pour la lotir (1667-1669).
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    enrichi de rouleaux et d'un pistil étampé.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Laporte de Sérincourt (non étudié)
    Illustration :
    Vue de la console de départ et des premiers balustres. Photographie. (Commission du Vieux Paris Vue de la console de départ et des premiers balustres. Photographie, 2000. (Collection particulière console et départ de l'escalier. IVR11_20107500901NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 19 rue du Jour
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La maison à porte cochère de la rue du Jour est d'un plan complexe qui reflète la succession de multiples propriétaires. A la fin du XVIe siècle, le bien était entre les mains de la famille Decaen , marchands et bourgeois de Paris. C'était une maison de rapport qui comportait six bâtiments dont une de François de Barnouin, premier barbier et valet de chambre du roi et à son épouse Anne Garnier qui ne l'habitaient pas non plus. A partir de 1729, c'est la famille des célèbres graveurs Mariette qui
    Description :
    La maison, très remaniée à de multiples époques a conservé deux beaux escaliers anciens, l'un à balustres de bois et l'autre à balustres de fer. Ce dernier est un exemple représentatif d'escalier à quatre attestent cette transformation : on voit encore les chevilles qui fixaient les pièces de bois au limon et la dernière volée a toujours ses balustres carrés en menuiserie. La mode de la ferronnerie a donc touché cette balustres de fer est très proche de ceux de l'hôtel de Mortemart construit en 1664-1665.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'un panneau décoré de deux balustres. IVR11_20107500451NUC4A Détail d'un panneau composé de deux balustres. IVR11_20107500452NUC4A Détail du limon avec les traces de cheville. IVR11_20107500453NUC4A Détail des balustres de bois. IVR11_20107500455NUC4A Détail d'un balustre détaché de la rampe. IVR11_20107500456NUC4A Vue des panneaux de la rampe à partir d'un repos. IVR11_20107500450NUC4A
1