Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • aqueduc Médicis
    aqueduc Médicis Rungis
    Annexe :
    IA00141350 - Synthèse de l'étude sur l'aqueduc Médicis L’aqueduc Médicis Le regard de la maison du 57 mètres, après avoir traversé le pont-aqueduc d’Arcueil, sur le tracé établi par les Romains pas uniforme, est en moyenne de 1,4‰. Le pont-aqueduc sur la Bièvre, en pierre de taille, long de 379 quatre sur les sept construits sont encore visibles. Il s’agit, outre le vingt-septième, du vingt-sixième reconstruction, datant de la fin des années 1990, faite sur le modèle du vingt-cinquième, au moment de . Effectués de 1613 à 1623, sur une idée d’Henri IV qui n’en verra pas la réalisation, puis à l’initiative de particulièrement le parc : jets d’eau, grottes et fontaines devaient rivaliser avec ceux des jardins de l’enfance fleur de marne. L’aqueduc, construit par Jean Coing et son gendre Jean Gobelin, mesure près de treize kilomètres (12 956 m) entre le grand regard de Rungis, départ des sources, et la maison du Fontainier, regard , bordant de part et d’autre la cunette, on peut marcher à pied sec sur toute sa longueur. Sa hauteur au
    Texte libre :
    L'année 2013 a marqué le 400e anniversaire de l'aqueduc Médicis construit sur ordre de Catherine de Médicis afin d'amener à Paris les eaux de source captées à Rungis et aux alentours. Sur le trajet de surface. L'eau de l'aqueduc arrivait à Paris dans le regard XXVII ou "maison du Fontainier". La bâtisse est d'abord utilisée pour loger les fontainiers et répartir l'eau entre le roi, le peuple et en 1996 d'un dossier d'inventaire IA94000310 aqueduc des eaux de Rungis, consultable sur la base
    Illustration :
    Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur détail du regard I : numéro gravé sur le linteau de la Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur le lanterneau du regard I avec ses quatre occuli et son Rungis, Ecoliers (passage des). Intérieur du regard I : vue sur le bassin et les départs de Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur le bassin du regard I depuis la galerie aval de l'aqueduc Rungis, Ecoliers (passage des). Vue sur le bassin et la galerie amont depuis la galerie aval au Rungis, Aqueduc (promenade de ). Graffiti d'une nef dans sur le mur de la chambre du regard II Fresnes. Vue sur cheminée entre le regard II et III, avec des traces de corde pour descendre ou Fresnes, Chemin des Otages (rond-point du). Vue sur le regard III. IVR11_20129400082NUC4A Fresnes, Chemin des Otages (rond-point du). Vue sur le regard III : angle sud-ouest Fresnes, Chemin des Otages (rond-point du). Vue sur le regard III avec son lanterneau et acrotère
  • Bains douches de la rue de la Bidassoa
    Bains douches de la rue de la Bidassoa Paris - 27 rue de la Bidassoa - en ville - Cadastre : 2016 CB 22
    Historique :
    bains-douches) d'un programme-type, défini en 1922. Ils sont inaugurés le 4 juin 1935, dans le quartier , déjà co-auteur des bains-douches de la rue de Buzenval (Paris, 20e) (1927). Sur un îlot triangulaire grevé dans toute sa longueur par le passage d’un tunnel du chemin de fer de la Petite Ceinture élèves. Achevés en dernier, les bains-douches comportent soixante-quatre cabines réparties sur deux irrégulier. Dès le vestibule, protégé par une porte à deux vantaux indépendants, le public est canalisé pour reçu son linge, il est orienté vers les cabines, sous le regard vigilant du directeur dont le bureau donne sur l’entrée. Les espaces d’accueil et de circulation sont particulièrement développés dans
    Description :
    décrochement, qui autorise l’architecte à disposer, dans l’intervalle entre le bâtiment et la courbe de la rue soutenu, qui tranche avec les bandeaux lisses des frontons et le béton brut du soubassement et de la haute murales le plus souvent ornées de simples carreaux de faïence blanche (Deux-Ponts, Castagnary), les bains - entiers ou en casse - dans le vestibule, les cages d’escalier et les salles d’attente, sols en grès cérame
    Illustration :
    ), située à Ecuelles, aujourd'hui sur la commune de Moret-Loing-et-Orvanne (Seine-et-Marne). Cette société Vue de l'une des plaques portant le règlement intérieur des bains douches, dans l'entrée Vue de l'une des plaques portant le règlement intérieur de l'établissement de bains douches, dans Vue générale depuis le vestibule : à gauche, la salle d'attente et les cabines réservées aux femmes ; à droite, le départ de l'escalier conduisant aux cabines des hommes. IVR11_20177500005NUC4A à droite, le départ de l'escalier menant aux cabines des hommes, situées au premier étage Le départ de l'escalier menant au premier étage et aux cabines réservées aux hommes Le décor de la cage d'escalier, avec ses carreaux de faïence émaillée - entiers et en casse Le décor de la rampe d'escalier, avec ses carreaux de faïence émaillée en casse Le palier du premier étage. IVR11_20177500012NUC4A
  • Les bains douches municipaux de la ville de Paris
    Les bains douches municipaux de la ville de Paris Paris - en ville
    Référence documentaire :
    Rapport au nom de la sixième commission du conseil municipal 1° sur le fonctionnement des . LEMARCHAND, Georges. "Rapport au nom de la sixième commission du conseil municipal 1° sur le fonctionnement Rapport au nom de la sixième commission (Hygiène, Eaux, Egouts, Navigation) sur le programme de , Eaux, Égouts, Navigation) sur le programme de construction des établissements balnéaires". Rapports et Informations générales sur les établissements de bains municipaux. Archives de Paris. VM 56 3 . Informations générales sur les établissements de bains municipaux. Programme-type de 1922 pour la construction Le Paris moderne, histoire des politiques d'hygiène (1855-1898). CHEVALLIER, Fabienne. Le Paris La morale des corps. Le soin de propreté corporelle à Paris. Evolution des normes et des pratiques . CSERGO, Julia. La morale des corps. Le soin de propreté corporelle à Paris. Évolution des normes et des établissements balnéaires municipaux 2° sur la création de nouvelles piscines et établissements de bains-douches
    Texte libre :
    L'enquête (opération ponctuelle) sur les bains-douches municipaux de la Ville de Paris a été conduite en 2016-2017 à l'occasion d'une collaboration entre le service Patrimoines et Inventaire de la sein du service, qui a porté un regard précis et méthodique sur une architecture hygiéniste et du 23 mars au 30 avril 2017 dans le cadre du Mois de la Photographie du Grand Paris) et un ouvrage éponyme, édité par le service Patrimoines et Inventaire. Deux chercheurs du service Patrimoines et ) des bains-douches parisiens et à l'étude de ces édifices, en se concentrant sur ceux réalisés par la
    Illustration :
    Détail du fronton de l'établissement, avec à l'arrière-plan le long vaisseau de la piscine Détail d'un jeu de voussures en brique, sur l'une des baies de la façade antérieure de la piscine Détail de la structure sur pilotis des bains-douches de la rue Blomet (Paris, 15e -douches, construit en 1972-1973 à l'angle de la rue Saint-Merri et de la rue du Renard (Paris, 4e) dans le
  • dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
    dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui Paris
    Historique :
    d'un escalier à rampe de fer. Le Muet en 1642 dote l'hôtel d'Assy d'une belle rampe en ferronnerie qui suivantes, elle devient le lieu d'expression des ornemanistes qui produisent alors des chefs d'oeuvre de l'art rocaille. Enfin après cet apogée s'annonce le déclin des années 1760-1792 : d'une part parce que le goût néoclassique triomphe et avec lui des motifs beaucoup plus sobres, et d'autre part parce que
    Description :
    années 1680, le balustre continue d'inspirer les serruriers mais on voit aussi apparaître les panneaux . Par ailleurs, le motif à arcades, qui est le plus répandu, apparait dans les années 1710-1720. De 1720
    Titre courant :
    dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
    Annexe :
    Stanislas le Bien-Faisant, Roy de Pologne, Duc de Lorraine et de Bar a fait poser sur la place royale de (Catherine), « Sur les traces des maîtres serruriers », Le Marais, Mythe et réalité, Paris, Hôtel de Sully Renon de Chevigne dit), Recherches critiques, historiques et topographiques sur la Ville de Paris depuis le rsieur A.-C. Daviler, Paris, Nicolas Langlois, 1691, D’AVILER (Charles-Augustin ), Dictionnaire revue et complétée du second volume du Cours d’architecture, Paris, Langlois 1691 BLANC (Louis), Le serrurerie choisis parmi ce que Paris offre de plus remarquable sous le rapport de la forme, de la décoration de l'art du serrurier ... / sur les dessins et d'après les descriptions de MM. Bury, ... et Hoyau Nancy à la gloire de Louis le Bien-Aimé composé et exécuté par Jean Lamour, Nancy, l’Auteur, 1767. LE CAMUS DE MEZIERES (Nicolas), Le Guide de ceux qui veulent bâtir, ouvrage dans lequel on donne les inventions incognuës à tous ceux qui jusqu’à present se sont meslez d’escrire sur cette matiere... Paris
    Texte libre :
    savoir-faire exceptionnel. Cet inventaire a été réalisé par Jean-François Leiba-Dontenwill dans le cadre
    Illustration :
    Modèles de panneaux droits en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer Modèles de panneaux droits en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer Modèles de panneaux droits en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer de : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers de : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers siècle. Tiré de : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres siècle. Tiré de : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers Modèles de panneaux droits (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer forgé en France : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers
  • Bains douches de la rue Saint-Merri
    Bains douches de la rue Saint-Merri Paris - 35 rue Saint-Merri - en ville - Cadastre : 2016 AF 21
    Historique :
    inaugurés en 1930. Doté de cinquante-huit cabines, l'établissement rompt avec le programme-type sur un point : le service des femmes (2e étage) se trouve ici au-dessus de celui des hommes (rez-de-chaussée et premier étage). Le logement du directeur occupe un étage d'attique en léger retrait. En 1973, le service piscine et un gymnase, édifié au croisement de la rue Saint-Merri et de la rue du Renard, dans le cadre du réaménagement du plateau Beaubourg et du projet du Centre Georges Pompidou. Le bâtiment reste alors désaffecté
    Description :
    inscriptions, pointes de diamant. Le blason de Paris (la nef voguant sur les flots), la devise nationale ", glorifient le rôle de la municipalité mais également celui de l’État (subvention financée sur le produit des léger retrait qui abrite le logement du directeur. Le premier et le second étage, qui accueillent les noter la richesse du décor : bandeaux blancs et lisses entre les niveaux - contrastant avec le travail
  • Bains douches de la rue Petitot
    Bains douches de la rue Petitot Paris - 1 rue Petitot place des Fêtes - en ville - Cadastre : 2016 DX 29
    Historique :
    et bains-douches) d'un programme-type, défini en 1922. Ils sont inaugurés le 16 avril 1935, dans le des Beaux-Arts (dans l'atelier de Gustave Umbdenstock, 1913). Leur plan reprend le prototype mis au des Haies (Paris, 20e), également sur une parcelle d'angle : un corps de bâtiment dévolu à l'accueil un vestibule de forme trapézoïdale, qui vient se nicher dans la pointe formée par le terrain, à , accessible depuis la rue par une porte située à gauche du perron. Le vestibule livre passage, d'un côté, à un
    Description :
    grande inventivité déployée dans le traitement de l'angle d'une parcelle ingrate et exiguë, de forme ondoyante. Le vestibule est éclairé par une haute verrière en bois formant dièdre, dont l'arête centrale se d'un emboîtement de volumes géométriques, jouant sur les hauteurs et les étagements. L'aile abritant
    Illustration :
    Détail de la marquise, de la verrière éclairant le vestibule et du mât porte-drapeau Détail de la cheminée de chauffage, en béton brut, contrastant avec le travail de calepinage
  • Aménagements d'appartements et création de mobilier
    Aménagements d'appartements et création de mobilier Paris
    Historique :
    de Siporex dont l'âtre s'ouvre sur le séjour et la chambre orne la pièce principale. En 1972 son activité à l’aménagement d’appartement qui sont l’occasion d’éprouver le concept d’ambiance / l'articulation en détermine la pulsation/ le rythme et l'enchainement est mélodie". Dans l'appartement situé rue du Docteur Blanche, à Paris dans le XVIe arrondissement, le sol, les murs et la cheminée sont appartement situé 24 rue Dauphine, dans le Vie arrondissement de Paris, inspiré de celui de la rue Henri . Un studio où l'espace est démultiplié par le jeu des plans biais et du mobilier triangulaire, et un . Le premier, rue de Mézières, dans le VIème arrondissement, pour le cinéaste Serge Roullet, qui souhaite pouvoir y projeter des films. Le jeu des sols et des plafonds, le doublage de la façade par des la cuisine de la chambre, le dessin des joints des revêtements de liège, tout concourt à étirer l'espace et à le rendre chaleureux. Le second, rue Sarrette dans le 14ème, pour Pierre-Marie Goulet, le
  • Bains douches de la rue des Deux-Ponts
    Bains douches de la rue des Deux-Ponts Paris - 8 rue des Deux-Ponts - en ville - Cadastre : 2016 AU 55, 56
    Historique :
    inaugurés en 1932, sur l'île Saint-Louis. Il comporte alors vingt-neuf cabines (seize pour les hommes et treize pour les femmes). Le chantier démarre dès avril 1924 (mise en adjudication des différents marchés ) mais s'étale sur une longue période en raison de deux contraintes : l'étroitesse de la parcelle et "la nécessité de réserver les terrains de façade sur la rue pour la construction de maisons à loyers" [Archives parcelle, il n'est accessible que par un passage couvert , aménagé sous l'immeuble du numéro 8. Le plan de dernier occupe le second étage et l'étage de comble. La chaufferie se trouve au sous-sol, qui accueille aussi la salle des commandes, une pièce pour le personnel, le magasin à charbon, le dépôt des scories et
    Description :
    modillons, mosaïque de grès cérame pour le bandeau portant l'inscription "Bains-douches municipaux, timbré
    Illustration :
    Détail de la baie à arc en anse de panier éclairant le premier étage. IVR11_20177500080NUC4A
  • Bains douches de la rue Oberkampf
    Bains douches de la rue Oberkampf Paris - 40-42 rue Oberkampf - en ville - Cadastre : 2016 AR 29
    Historique :
    mars 1932. Il est érigé à l'alignement de la rue Oberkampf, sur un terrain municipal de 480 m2. Le sous Fernand Vaudry, tous deux attachés à la Ville. Le chantier débute en 1929 ; l'équipement est inauguré en et la salle des réchauffeurs. Le rez-de-chaussée surélevé abrite le service des femmes (31 cabines de douches), précédé d'une vaste salle d'attente. Au premier étage se situent le service des hommes (31 tout le second étage. Ces bains-douches reçoivent, comme tous ceux issus de cette même campagne de de l’eau des douches. Le chauffage est assuré par un système de vapeur à basse pression, « en raison condensations ». [Notice explicative sur la construction de l'établissement de bains-douches du 40-42 rue d’aération placées le long des murs et au plafond – et thermiquement – grâce à de puissants ventilateurs , qui permettent d’interrompre leur fonctionnement une fois le temps réglementaire écoulé. L’eau qui les
    Référence documentaire :
    Notice explicative sur la construction de l'établissement de bains-douches du 40-42 rue Oberkampf explicative sur la construction de l'établissement de bains-douches du 40-42 rue Oberkampf, par MM. Dubos et
    Description :
    L'édifice se développe sur un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés, couronnés par un courette et aux magasins situés dans le sous-sol (soute à combustibles et à escarbilles).
  • Bains douches de la rue des Haies
    Bains douches de la rue des Haies Paris - 27 rue des Haies - en ville - Cadastre : 2016 DR 100
    Historique :
    de l’État pour remédier à cette situation. Le Ministère de l'Hygiène, de l'Assistance et de la Prévoyance sociale accepte de mobiliser le produit des recettes des jeux pour soutenir une nouvelle campagne de construction dans la capitale. Approuvée le 26 mars 1921, elle comporte six opérations à l’édification de deux bains-douches, l’un rue de Buzenval (20e) et l’autre rue des Deux-Ponts (4e). Le conseil municipaux de natation et de bains-douches, qui est adopté le 7 juillet 1922. Il introduit le principe d'une rue des Haies. Le concours est lancé le 11 juillet 1924. En janvier 1925, seuls deux candidats et Planche remportent le premier prix. Leur établissement fournit le prototype qui servira de modèle rejetant les pièces de service (buanderie, magasins, économat) et le logement du directeur du côté des bâtiments mitoyens (rue des Haies). La séparation des sexes après le passage devant la caisse est respectée polychromes, frise de carreaux de céramique vernissée, coupole en pavés de verre surplombant l’entrée. Le plan
    Illustration :
    Détail de la coupole en pavés de verre et de l'inscription "Bains douches" sur des carreaux de Détail du monogramme 'VP" (Ville de Paris), élévation sur la rue de Buzenval Détail d'une pointe de diamant en céramique vernissée, élévation sur la rue de Buzenval
  • Bains douches de la rue Castagnary
    Bains douches de la rue Castagnary Paris - 34 rue Castagnary - en ville - Cadastre : 2016 AH 21
    Historique :
    et sociale (la crèche du square Alban Satragne, 10e) . Le chantier débute en 1930 ; l'équipement est escarbilles, deux cours de service ouvertes sur les rues à l'extrémité de chaque aile de cabines. La partie en 2009. Ils ont définitivement cessé leur activité en octobre 2011. Le collectif artistique La Main projet d'aménagement, dans le cadre de l'opération "Réinventer Paris". L'établissement sera reconverti en
    Description :
    L'édifice se développe sur un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble, sous
    Illustration :
    Détail de l'inscription "bains-douches" et du blason de la Ville de Paris (nef voguant sur les L'entrée de l'établissement et le travail de calepinage de la brique. IVR11_20167500795NUC4A Travail de calepinage de la brique sur l'élévation du côté de la rue Castagnary poser un pied pour se nettoyer le bas du corps. IVR11_20167500809NUC4A
  • Bains douches de la rue Legouvé
    Bains douches de la rue Legouvé Paris - 5 rue Legouvé - en ville - Cadastre : 2016 BD 37, 46
    Historique :
    Paris. Ils sont inaugurés le 2 mars 1935, en présence d’Henri Queuille, ministre de la Santé publique
    Illustration :
    Horloge en fer, sur l'une des portes d'une ancienne cabine de bain-douche, permettant d'indiquer le Le vestibule et la double porte battante donnant accès au service de douches des femmes ) utilisée pour le revêtement des murs des cabines. IVR11_20177500072NUC4A Banc d'attente en fer, dans le vestibule des bains-douches. IVR11_20177500102NUC4A Porte d'une ancienne cabine de bain-douche, avec une horloge permettant d'indiquer le temps restant
1