Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 73 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Signature peinte en grisaille, en bas à droite : "Société artistique de peinture sur verre. 96 rue Notre-Dame des Champs (Paris)". Titre de l'oeuvre, en bas de la verrière : ""Les habitants de Meaux
    Représentations :
    Sur la terrasse de son château, le comte de Champagne fait lire par un clerc le texte de la charte
    Description :
    l'atelier Champigneulle, qui prit alors le nom de "Société artistique de peinture sur verre". Il s'agit d'une verrière à sujet historique, représentant l'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral, en 1179. Certains des personnages représentés sont des portraits de
    Titre courant :
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
    Illustration :
    Détail des panneaux du bas : titre et signature. IVR11_20127700577NUC4A
  • étole pastorale : le centenaire de la Médaille Miraculeuse
    étole pastorale : le centenaire de la Médaille Miraculeuse Meaux -
    Historique :
    L'iconographie de l'étole pastorale célèbre le centenaire de la Médaille miraculeuse, la date "1930 , dirigée par Antoine Montagnier à partir de 1912 ; la cathédrale de Meaux conserve également un calice
    Description :
    suit le type de la Médaille miraculeuse, les bras ouverts, dans la scène de 1930, elle se conforme plutôt à celui de la Vierge de Lourdes, les pieds sur le serpent et les mains en prière sur la poitrine
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le Vieux-Chapitre
    Titre courant :
    étole pastorale : le centenaire de la Médaille Miraculeuse
  • tabernacle, croix et chandeliers du maître-autel
    tabernacle, croix et chandeliers du maître-autel Meaux -
    Historique :
    En 1833, l'évêque souhaita compléter le maître-autel du 18e siècle par une garniture plus moderne parisien Bertrand-Paraud qui était le fournisseur habituel de la cathédrale. Un projet de tabernacle en chêne fut également proposé par le sculpteur Romagnesi (auteur, entre autres, du décor néo-gothique de attendre 1838 pour que le maître-autel reçoive son nouveau tabernacle, oeuvre du grand atelier parisien Choiselat-Gallien. Ainsi que l'indique le devis (8 janvier 1838) conservé aux Archives départementales de
    Matériaux :
    bronze fondu doré décor en bas-relief
    Représentations :
    revers du tabernacle apparaît une croix. Le tabernacle est également orné d'une frise sommitale faite de rinceaux de vigne et d'épis de blé. Le pied des chandeliers et de la croix d'autel porte un buste sur
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le sanctuaire
  • stalles
    stalles Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Inscription gravée sur une miséricorde (coté sud, stalles basses, la 7e en partant de l'ouest
    Matériaux :
    chêne taillé décor en bas relief décor en haut relief
    Représentations :
    Les têtes d'ange des miséricordes sont de deux types : l'un, plus simple, est aussi le plus fréquent. Le lambris au-dessus des stalles est orné de panneaux moulurés encadrés de légers décors de fleurs, coquilles et entrelacs en bas-relief.
    Description :
    Les stalles occupent les trois premières travées du choeur (moins le passage permettant de au sud, compte 19 places. Dans la rangée basse, le côté sud présente 17 places et le côté nord, qui dignitaire, vers le sanctuaire. Au total, on a donc 71 stalles. Chaque stalle a deux accotoirs ornés d'un
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le choeur
    Dimension :
    : h = 430, l = 1300 environ. Dimensions des tuyaux de l'orgue de choeur visibles dans le lambris : h
    Illustration :
    Vue d'ensemble des stalles bordant le côté nord du choeur. IVR11_20087700214NUC4A Vue rapprochée des stalles bordant le côté nord du choeur, avec l'orgue de choeur Détail de la jouée nord-ouest (vue depuis le choeur). IVR11_20087700221NUC4A Les stalles bordant le côté nord du choeur, avec l'orgue de choeur, vues depuis le sud-ouest
  • maître-autel
    maître-autel Meaux -
    Historique :
    travaux de réaménagement du sanctuaire, ordonnés par le cardinal Henri de Bissy. Il fut alors remplacé par -autel fut consacré le 25 juin 1726 par le cardinal de Bissy, qui en avait assumé les frais. La françaises dans le courant du XVIIIe siècle. Toutefois, Meaux se situe dans les premières à suivre le modèle parisien du jubé en deux corps séparés par une grille laissant voir le maître-autel. Celui-ci conserva jusqu’à la Révolution le principe de la suspense eucharistique, réalisée en 1727 par le même Gaignart ou
    Matériaux :
    bronze fondu doré décor en bas-relief
    Représentations :
    Le médaillon central représente la Lapidation de saint Etienne, patron de la cathédrale de Meaux . Le saint, au centre, revêtu de ses habits de diacre, est entouré par cinq hommes qui lui jettent des
    Description :
    Le maître-autel est constitué d'un massif en maçonnerie sur lequel sont plaqués des marbres de couleurs diverses : blanc veiné (fond), rouge (moulures), vert, conglomérat. Le centre de la face pierre peinte, seules les moulures sont en marbre rouge comme sur le devant. L'autel est précédé par la table d'autel : le tabernacle et les chandeliers, posés sur un gradin en bois peint faux marbre
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le sanctuaire
    Dimension :
    H = 130 ; L = 380 (environ). Hauteur prise sans inclure le tabernacle. Dimensions du médaillon
    Texte libre :
    Le maître-autel de la cathédrale de Meaux s'intègre dans la réfection du sanctuaire menée par le pour remplacer l'ancienne suspense eucharistique à laquelle le clergé était demeuré fidèle jusqu'à la
    Illustration :
    le cantonnant. IVR11_20107700125NUC4A Le médaillon de Caignard : "Lapidation de saint Etienne", sur la face antérieure de l'autel
  • retable du collatéral nord du choeur
    retable du collatéral nord du choeur Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire sur l'oeuvre initiale qui appartient probablement aux armoiries de Guillaume Frémyn (par comparaison avec l'écu peint sur le
    Historique :
    Le retable (y compris le tableau étudié en sous-dossier, IM77000276), a été commandé en 1649 par le
    Matériaux :
    bois taillé peint décor en bas relief décor en demi relief
    Représentations :
    L'Annonciation est représentée en bas relief sur la base des deux colonnes : Gabriel à gauche et Marie à droite. Le reste du retable porte un décor ornemental et emblématique : guirlandes de fleurs et l'entablement apparaît le coeur de Jésus.
    Description :
    Le retable se compose d'un encadrement architecturé en bois sculpté servant d'écrin à un tableau extrémités du retable sont marquées par un pilastre en léger ressaut. Les colonnes et le pilastre sont couronnés par des pots à feu et le fronton par une croix.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord du choeur
    Annexe :
    Documentation Voir le sous-dossier sur le tableau central (IM77000276).
    Texte libre :
    disparu ou se trouve déposé au Musée Bossuet, mais le retable de saint Eloi, dans le collatéral nord du choeur, est quant à lui demeuré en place. Le tableau est dû à Jean Senelle, également auteur d'autres
    Illustration :
    Vue de détail : le socle de la colonne gauche, avec l'ange de l'Annonciation
  • réfectoire des chanoines, dit 'Vieux-Chapitre'
    réfectoire des chanoines, dit 'Vieux-Chapitre' Meaux - 1 rue Notre-Dame - - Cadastre : 2000 BT 67
    Historique :
    le dater du début du 13e siècle, avec toutefois des remaniements postérieurs : le pan de bois de mal documentés. C'était manifestement le bâtiment officiel du chapitre cathédral de Meaux. Son nom usuel de "Vieux Chapitre" ne remonte qu'au 19e siècle ; au Moyen Âge, il était désigné sous le nom de obligations d'aumônes auxquelles était tenu le chapitre ; il cumulait d'ailleurs plusieurs fonctions puisqu'on
    Précisions sur la protection :
    Le bâtiment dit le Vieux Chapitre fait partie l'arrêté de classement concernant le palais épiscopal
    Description :
    , l'édifice comprend quatre niveaux dont le plus bas est semi-enterré. Les deux premiers niveaux sont voûtés Le Vieux-Chapitre se caractérise par des élévations massives, percées de fenêtres assez étroites et sur les murs gouttereaux. Les chapiteaux des colonnes sont simplement épannelés au niveau bas, alors qu'ils sont ornés de feuillages au rez-de-chaussée surélevé. Le troisième niveau, accessible par un escalier en appentis flanquant le mur ouest, présente pour sa part un plafond en charpente supporté par des , dont la forme est alternativement arrondie et épannelée. Le quatrième niveau enfin est celui des
    Texte libre :
    Le Vieux-Chapitre constitue un bâtiment exceptionnel, qui témoigne de l'importance du corps (voir son récit de voyage "Le Rhin", publié en 1842). Le monument faillit s'effondrer au XIXe siècle
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. Lithographie. (Musée Bossuet, Meaux) IVR11_20127700148NUC4A Projet (non réalisé) de galerie reliant le Vieux-Chapitre à la cathédrale. (Médiathèque de La façade occidentale, vers la cour de l'ancien évêché, vue depuis le sud-ouest Le "Vieux-Chapitre" vu depuis les parties hautes de la cathédrale. IVR11_20097701197NUC4A La galerie de communication établie par Albert Bray entre le Vieux-Chapitre et la cathédrale, vue Le rez-de-chaussée : vue intérieure, depuis le sud-est. IVR11_20087700982NUC4A Le rez-de-chaussée : vue intérieure, depuis l'angle sud-est. IVR11_20087700983NUC4A Le rez-de-chaussée : vue intérieure, depuis le sud. IVR11_20087700984NUC4A Le rez-de-chaussée : vue intérieure, depuis le sud. IVR11_20087700985NUC4A Le rez-de-chaussée : vue intérieure, depuis le sud-ouest. IVR11_20087700986NUC4A
  • présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux
    présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux Meaux -
    Historique :
    , ont essentiellement porté sur le décor intérieur. Celui-ci a en effet connu de nombreux réaménagements , que ce soit pour des raisons liturgiques ou pour suivre le goût du jour. Il fallut aussi parfois , le jubé et la clôture de chœur durent être entièrement refaits. Toutefois la plupart des de la chapelle épiscopale. Certains de ces tableaux ont disparu, mais la cathédrale conserve le monumental retable de saint Eloi, dont le chiffre rappelle la mémoire du donateur Guillaume Fremyn (IM77000275). Le tableau au centre du retable, peint par Senelle en 1649, représente les funérailles du saint régence dans laquelle le commanditaire avait joué un certain rôle (IM77000276). D'autres œuvres exécutées saint Fiacre. La chapelle saint Jacques, sur le côté nord du déambulatoire, présentait quant à elle un Thonnelier. Mais c’est surtout le sanctuaire qui retint l’attention des évêques. Au XVIIIe siècle, le cardinal de Bissy entreprit le remodelage complet du chœur. L’ancien maître-autel et son retable en pierre
    Auteur :
    [commanditaire] Fontenilles, de La Roche de Antoine René
    Texte libre :
    Sans être d’une aussi grande richesse que celui d’autres cathédrales françaises, le décor intérieur
    Illustration :
    Dalle funéraire d'Antoine Serva, dans le bas-côté sud de la nef. Dimensions : 207,5 x 104 cm cinq évêques déposés dans le caveau créé en 1723 : Henri de Bissy (1705-1737), Antoine René de la Roche Dalle funéraire de Valentin Pidoux (mort en 1738), dans le bas-côté sud de la nef. Dimensions : 231 Dalle funéraire d'Olivier Navarre (mort le 26 janvier 1707), dans le bas-côté sud de la nef Dalle funéraire (partiellement illisible) de Mathieu de Villers, dans le bas-côté sud de la nef Dalle funéraire (partiellement effacée) de Léonard de ... (mort en 165...), dans le bas-côté nord Photographie d'un tableau conservé dans le trésor de la cathédrale en 1895, aujourd'hui disparu Vue des quatre plaques de marbre apposées contre le mur nord de la 2e travée du collatéral du Dalle funéraire de marbre noir, placée dans le sanctuaire en 1935 pour commémorer le souvenir des trois éléments : un passage de l'épitaphe ("l'an"), sainte Catherine (?) et un médaillon avec le symbole
  • évêché, aujourd'hui musée Bossuet
    évêché, aujourd'hui musée Bossuet Meaux - 5 place Charles-de-Gaulle - - Cadastre : 2000 BT 67
    Historique :
    Le palais épiscopal comprend des parties médiévales : les deux salles basses datent des années 1150 le jardin est dessiné vers 1643-1644. En 1927, le palais épiscopal est transformé en musée municipal.
    Précisions sur la protection :
    Le palais épiscopal fait partie de la liste des édifices classés établie en 1862. Cette protection suivante. Le pavillon Bossuet, sur la terrasse nord du jardin de l'évêché, près de la tour est de servant de soutènement à la terrasse du jardin de l'évêché : classement par arrêté du 15 juin 1910 - Le pavé de la cour, façades et toitures de la porterie et des anciens communs, bâtiment dit le Vieux
    Description :
    , deux salles basses en enfilade voûtées d'ogives, un escalier formant rampe continue donnant accès à la "salle du synode" et aux appartements de l'évêque au premier étage. Dans le prolongement de ce corps de aile de communs s'étend entre l'ancien évêché et le parvis de la cathédrale.
    Annexe :
    . 189-198. JOUY (Etienne-Léon), « Le plus ancien monument de Meaux. Les salles basses et la chapelle de Dominique Séguier à Antoine Amelot, maître juré du roi ès œuvres de maçonnerie, sur son palais épiscopal V 23 à 25 : travaux sur le palais épiscopal dans la première moitié du XIXe siècle. Médiathèque historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux [avec l’évêché et le séminaire], Meaux : A. Le Blondel . 99-100, p. 125. ALLOU (Auguste), La cathédrale et le palais épiscopal de Meaux, Meaux : Le Blondel . BAUCHET (Olivier), COUTURIER (David), FÖRSTEL (Judith), GALFO (Ludovic), MAGNAN (Danielle), « Le palais diocèse de Meaux, 10e année, 1959, p. 462-464 [sur la chapelle]. COUTURIER (David), Salles basses . CREPIN-LEBLOND (Thierry), « Le palais épiscopal », dans D. Magnan (dir.), Meaux médiéval et moderne épiscopal », dans A. RENOUX (dir.), Palais médiévaux (France-Belgique). 25 ans d’archéologie, Le Mans, 1994 des grands édifices de la France), p. 78-92. ENDRES (André), « Le cabinet de Bossuet », Bulletin de la
    Texte libre :
    Le Musée Bossuet constitue un remarquable exemple de palais épiscopal remontant en grande partie à canonial, a permis de le doter d'un jardin qui est le plus vaste existant au sein de la ville fortifiée.
    Illustration :
    Vue d'ensemble du second niveau de caves, sous les salles basses. Le couloir voûté d'arêtes dessert Le jardin en terrasse aménagé sur le rempart du Bas Empire par l'évêque Dominique de Ligny : vue Le jardin en terrasse aménagé sur le rempart du Bas Empire par l'évêque Dominique de Ligny : vue Monuments historiques. Le plan au sol est réalisé d'après les relevés de Jacques Moulin, architecte en chef La posterie (bâtiment de communs, le long de la rue Bossuet) : façade et coupe. (Musée Bossuet Le pavillon de Bossuet à Meaux" (représentation fantaisiste). Lithographie. (BNF. Département des Photographie ancienne montrant la galerie entre la cathédrale et le palais épiscopal. Photographie Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le palais épiscopal vu du nord, avec son jardin allant jusqu'au rempart du Bas Empire. IVR11_20127701123NUC4A Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le jardin en mitre du palais épiscopal (vue prise
  • tableau
    tableau Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Signature peinte en bas à droite : ""Clément SERVEAU 1962"".
    Historique :
    Cette oeuvre a été commandée pour le lycée de Meaux, en même temps que celle d'André Planson
    Représentations :
    Au centre du triptyque est évoquée la ville de Meaux avec la cathédrale, le Vieux-Chapitre, des représentation symbolique de Meaux, et non d'une vue réaliste : le Vieux-Chapitre n'est pas dans une position
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le réfectoire
    Illustration :
    Toile peinte de Clément Serveau, 1962, conservée dans le réfectoire. IVR11_20137700122NUC4A
  • peinture monumentale de l'abside de la chapelle du Grand séminaire de Meaux
    peinture monumentale de l'abside de la chapelle du Grand séminaire de Meaux Meaux - 20 rue de Chaage -
    Inscriptions & marques :
    Signature dans le coin inférieur gauche de la Crucifixion.
    Historique :
    Desvallières pour orner le sanctuaire de la chapelle du grand séminaire de Meaux. Des esquisses ont été peintes
    Représentations :
    roseau avec l'éponge) et le bas de l'arc est occupé par des personnages contemporains : le pape Pie XI Sur le mur du fond, le Christ en croix forme le centre de la composition. Il est encadré par deux scènes : le sacrifice d'Abraham (à droite) et la Présentation au Temple (à gauche). Sur la première arcade, le sommet de l'arc représente les instruments de la Passion (trois clous, la sainte Lance et le (à gauche), le retour du fils prodigue (à droite) et Dieu le Père entouré d'anges (au sommet de l'arc).
    Description :
    plus simples), elle occupe tout le mur oriental de l'abside. Celui-ci ne constitue pas une surface lisse, mais est au contraire divisé en trois plans : le mur du fond, centré sur la Crucifixion, est
    Illustration :
    Détail de la scène à droite de la Crucixion : le sacrifice d'Abraham. IVR11_20097700892NUC4A Détail de la partie droite de la peinture murale : le retour du fils prodigue
  • plaque commémorative d'Henri Moissan
    plaque commémorative d'Henri Moissan Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Signature, dans la partie gauche : ""Aronson 1931"". Cachet du fondeur, en bas à gauche.
    Historique :
    élève du Collège communal, fut inaugurée le 4 octobre 1931. Comme le monument à Henri Moissan, élevé au plaque est placée dans le vestibule du Collège municipal (aujourd'hui annexe Courteline du lycée Moissan Moissan, sans évoquer ses inventions (le four électrique, l'isolement du fluor).
    Description :
    -dessus de cette dédicace est placé le portrait du chimiste : un bas-relief rectangulaire (presque carré ) en bronze, signé et daté, le représentant de profil.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le vestibule
    Illustration :
    Plaque située dans le vestibule. Le médaillon en bronze est l'oeuvre d'Aronson et date de 1931
  • chape de Mgr de Briey
    chape de Mgr de Briey Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Devise brodée en bas de l'orfroi : "DIEX ME CONDUIE".
    Représentations :
    Le motif récurrent de cette chape est le lys, que l'on retrouve en grand format sur le chaperon (encadrant le médaillon central IHS) et sur l'orfroi, et en plus petit sur le fond, en semis alternant avec
    Description :
    Chape en satin de soie blanche, brodée de motifs polychromes. Le tissu est identique pour le fond , l'orfroi et le chaperon.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le chapier de la petite sacristie (déplacé au Vieux-Chapitre en 2010)
    États conservations :
    Ensemble restauré en 2010, ainsi que tout le contenu du chapier et le meuble lui-même (remonté dans le Vieux-Chapitre).
  • chapelle Jean Rose
    chapelle Jean Rose Meaux - 65 rue Saint-Remy - - Cadastre : BP 122
    Historique :
    . Deux autres clés portent le chiffre des administrateurs alors en charge de l'hôpital : Antoine de 1356 au lieu-dit "le Donjon" un hôtel-Dieu placé sous le vocable de la Passion, pour accueillir 25 aveugles, 12 pauvres passants et 10 enfants. De cet établissement hospitalier subsiste la chapelle, dont le Marleu et son successeur Antoine Guillemain.
    Représentations :
    Le décor des clés de voûte du choeur rappelle la titulature de l'hôpital par la représentation des
    Description :
    La chapelle s'élève le long de la rue Saint-Remy. C'est un édifice de plan très simple : un et sur la voûte (corbeaux et clés sculptés). Les travées occidentales ont repris le même volume et le
    Auteur :
    [commanditaire] Marleu, de Antoine [commanditaire] Guillemain Antoine
    Illustration :
    Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire : le Vue extérieure, depuis le sud-est. IVR11_20127700972NUC4A Détail d'une clé de voûte : lettres "AM", initiales d'Antoine de Marleu (ou Marlieu Détail d'une clé de voûte : lettres "AG", initiales d'Antoine Guillemain, administrateur de l'hôtel
  • plaque commémorative de Georges Renard
    plaque commémorative de Georges Renard Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Signature du sculpteur et nom du personnage inscrits en méplat : ""GEORGES RENARD"", le long du
    Historique :
    secondaires au Collège municipal de Meaux a été posée en 1937 dans le vestibule de l'établissement, entre celle d'Henri Moissan (dossier IM77000479) et celle de Georges Courteline (dossier IM77000481). Le
    Représentations :
    Sur le médaillon, en bas-relief, est représenté Georges Renard en buste, de trois quart, lisant un
    Description :
    amicale des anciens élèves du collège. 30 mai 1937"". Au-dessus de cette dédicace est placé le portrait du professeur, un médaillon le représentant de trois-quarts.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le vestibule
    Illustration :
    Plaque située dans le vestibule. IVR11_20137700126NUC4A
  • retable du collatéral sud du choeur
    retable du collatéral sud du choeur Meaux -
    Historique :
    Au XVIIe siècle, une donation du chanoine Jean Bordel permit de refaire le décor de la chapelle Bossuet. Le retable actuel date, d'après son style, du XVIIIe siècle. Depuis 1879, l'autel est surmonté
    Matériaux :
    chêne taillé décor en bas relief décor en demi relief décor en haut relief
    Représentations :
    Sur l'autel : instruments de la Passion, en bas-relief. Sur le retable proprement dit : sur les ) : Angeau de Dieu sur le livre aux sept sceaux, surmonté de deux têtes d'angelots dans des nuées et du
    Description :
    Le retable se compose d'un encadrement architecturé en bois sculpté. Quatre colonnes corinthiennes sculpté, orné de guirlandes de fruits. Une statue du Sacré-Coeur en pierre occupe actuellement le centre ) qui a remplacé l'huile sur toile d'origine. Le tabernacle d'origine est déposé au Vieux-Chapitre, dans
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral sud du choeur
    Texte libre :
    pour ne conserver que celui installé contre le mur oriental, en pendant à la chapelle Saint-Eloi côté
    Illustration :
    Le tabernacle, actuellement déposé au Vieux Chapitre, dans la chapelle d'hiver
  • dalle funéraire de Jean de Pierrepont
    dalle funéraire de Jean de Pierrepont Meaux -
    Historique :
    trouvait à l'origine dans le sanctuaire de la cathédrale, au nord du maître-autel. Lors du réaménagement du la cathédrale, au XIXe siècle. C'est pourquoi elle est aujourd'hui visible dans les salles basses du Musée Bossuet, comme la dalle de Guillaume de Saint-Remy (IM77000395). Le tombier qui a réalisé cette sur 4 représentant un évêque, avec crosse et mitre, les mains et le visage d'albâtre", à livrer à cathédrale, plutôt qu'à celle de Jean de Pierrepont comme le proposait Françoise Baron.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le sanctuaire
    Illustration :
    Dalle déposée dans les salles basses du Musée Bossuet. Vue d'ensemble. IVR11_20127700706NUC4A
  • grand chapier
    grand chapier Meaux -
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le Vieux-Chapitre
    Texte libre :
    Le grand chapier de la cathédrale a été remonté, après restauration en 2010, dans la chapelle
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le bas. IVR11_20097700491NUC4A
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Meaux -
    Historique :
    , vicaire de la cathédrale de 1824 à 1829. Le dorsal et l'abat-voix remploient pour leur part quatre
    Matériaux :
    bois taillé décor en bas relief décor en ronde-bosse
    Représentations :
    des Trinitaires (IM77000273) : de haut en bas, un buste d'apôtre en médaillon, un trophée d'éléments
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 4 panneaux en bas relief, d'un dorsal également orné de 4 panneaux en bas relief et d'un abat-voix hexagonal. Ce dernier est couronné par la
    Dimension :
    d'un panneau de la cuve : la = 53, h = 125 cm. Dimensions des panneaux en remploi dans le dorsal : H
    Texte libre :
    La chaire installée dans le vaisseau central de la nef résulte d'un remontage. Elle comprend des
  • bannière de procession à Notre-Dame de Lourdes
    bannière de procession à Notre-Dame de Lourdes Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire
    Historique :
    Cette bannière de procession en l'honneur de la Vierge a été réalisée pour le pèlerinage de Lourdes
    Représentations :
    de Lourdes), dans un médaillon ovale encadré de roses. Le bas de la bannière est occupé par le
    Description :
    suspendues à cette bannière (en haut au centre). Au revers, le décor est plus limité : simple inscription
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le Vieux-Chapitre
1 2 3 4 Suivant