Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • maison centrale
    maison centrale Melun - 10 quai de la Courtille - en ville - Cadastre : 1985 AW 121
    Description :
    . Le pavillon d'entrée, sur le quai au nord, est construit en brique et pierre et couvert en zinc l'est se trouvent les ateliers, au sud les cellules, au nord le portail d'entrée et les bâtiments de (avec comble), l'autre sur un plan en T. Tous deux sont enduits, couverts en tuiles mécaniques, avec un toit à croupe. Les autres bâtiments, moins élevés, emploient pour la plupart le même type de matériaux
    Illustration :
    ) : élévation sur le mur de ronde, face à la Seine, 21 août 1884. (AD Seine-et-Marne. 1 Y 72/2 Maison centrale de détention pour hommes à Melun (Seine-et-Marne). 1812 à 1832.. Gravure sur papier Maison centrale de détention pour hommes à Melun (Seine-et-Marne). 1812 à 1832.. Gravure sur papier transversale et élévation sur l'allée du Centre, 21 août 1884. (AD Seine-et-Marne. 1 Y 72/2 montrent : une vue d'ensemble de la centrale depuis la rive sud, ""un factionnaire sur le chemin de ronde en février 1793. Papier aquarellé. Copie, 19e siècle. (AD Seine-et-Marne. 15 Z 1/16 (détail , 18 juin 1813. (AD Seine-et-Marne. 2 Q 39) IVR11_20067700358XA Jean Lemoyne, herbier à Paris. 1515. Encre sur papier. (BM Melun. OO 7) IVR11_20067700092XA Armoiries de Marie de Soulefour, mère supérieure de l'hôtel-Dieu. 1610. Encre sur papier. (BM Melun François de Louviers, seigneur de Maurevert, religieuse. Encre sur papier. (BM Melun. OO 2
    Historique :
    l'établissement. Un nouveau portail est ouvert sur le quai de la Courtille, au nord. On construit aussi une Le décret impérial du 16 juin 1808 prévoit la création d'une maison centrale de détention en Seine -et-Marne. Celle-ci est installée à Melun, dans l'ancien hôtel-Dieu Saint-Nicolas, établissement pénitentiaire. Ces bâtiments abritent les dortoirs (au sud), les ateliers (au nord), la chapelle et le niveaux pour le bâtiment des dortoirs) est édifié sous la direction de plusieurs architectes : Guy de 1858-1867 sous la direction d'Ernest Mangeon et entraîne le doublement de la superficie de la prison , qui se développe vers l'est, sur des terrains jusqu'ici recouverts par la Seine. Désormais, et jusqu'à remplacés par le grand bâtiment en T, toujours en usage aujourd'hui, qui combine plan panoptique et organisation cellulaire (Prosper Bulot arch.). Au 20e siècle, le plan général de la prison n'est pas remanié
  • prison
    prison Meaux - 4 rue des Cordeliers - Cadastre : 2000 BC 652
    Description :
    La maison d'arrêt de Meaux est construite sur un plan "en nef" : la zone réservée aux prisonniers forme un grand rectangle avec un espace de circulation central, qui se retrouve sur les trois étages de cellules que compte l'établissement ; le niveau inférieur abritait quant à lui le « mitard » et un atelier : le greffe, la lingerie, la cuisine, les logements des gardiens, de la gardienne des femmes et du
    Illustration :
    pour l'ancien site de la prison (dans le château). Calque. (AD Seine-et-Marne. 4 N 110 de la prison (dans le château). Calque. (AD Seine-et-Marne. 4 N 110) IVR11_20117700077NUC4A Les portes ouvrant sur les cours de promenade ; vue prise depuis le sud. IVR11_20117701026NUC4A Vue panoramique sur les cours de promenade, depuis la rotonde orientale.Au fond, le collège Henri Plan du rez-de-chaussée, en 1895. Papier aquarellé. (AD Seine-et-Marne. 4 N 110 Projet du convertissement au régime cellulaire", 1902. Papier aquarellé. (AD Seine-et-Marne. 4 N Elévation nord du bâtiment cellulaire, vue depuis le nord-ouest. IVR11_20117701013NUC4A Vue d'ensemble, depuis le nord-est. IVR11_20117701012NUC4A L'élévation sud du bâtiment cellulaire, vue depuis le sud-est. IVR11_20117701011NUC4A Vue de la façade, depuis le sud-ouest. Au premier plan, l'aile droite des bâtiments administratifs
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Barigny sur les plans de l'architecte départemental Ernest Mangeon, également auteur des prisons de Coulommiers et de Fontainebleau dont elle reprend le plan "en nef" tout en l'adaptant aux principes de la répartition des détenus par quartiers (circulaire Persigny du 17 août 1853). Le retour au régime cellulaire . L'inauguration du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin, le 8 juillet 2004, a entraîné la désaffectation , selon le projet de l'Atelier Novembre (livraison prévue en 2016).
1