Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les personnalités
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977
    Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977 Mantes-la-Jolie
    Titre courant :
    Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ville. Carte postale. IVR11_19777800504X Vue de la ville depuis le pont. Carte postale. IVR11_19777800505X Pêcheurs sur la Seine. Carte postale. IVR11_19777800507X Le quai de la Tour. Carte postale. IVR11_19777800498X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis le quai. Carte postale. IVR11_19777800497X La place de la République. Carte postale. IVR11_19777800510X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis la rue du Fort. Carte postale. IVR11_19777800495X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis la rue du Fort. Carte postale. IVR11_19777800500X Hôtel de ville. Vue de la façade au début du XXe siècle. Carte postale. IVR11_19777800494X Hôtel de ville. Vue de la fontaine et de la place de l'hôtel de ville au début du XXe siècle. Carte
    Texte libre :
    L'inventaire du patrimoine de la ville de Mantes-la-Jolie, a été réalisé en partenariat avec le Architecture du Mantois » avait donné lieu à une campagne photographique sur la ville de Mantes-la-Jolie. Cette CAUE des Yvelines et en convention avec la ville. En 1977 l’exposition « Richesses d’art et
    Historique :
    campagne photographique sur la ville de Mantes-la-Jolie. Elle a été conçue en collaboration entre le Comité sont photographiés. Les sacristies sont fouillées de fond en comble et la poussière retirée des objets décortiquent maisons et hôtels particuliers de la cave au grenier. La place de l’architecture domestique, des
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    , Catalogue d'exposition, Mantes, CREDOP, 1978
  • ville d'Andrésy
    ville d'Andrésy Andrésy
    Illustration :
    Andrésy. Détail de la carte de la forêt royale de Saint-Germain-en-Laye et de ses environs en 1686 La porte du parc de Saint-Germain à Trélan. Détail du plan du nouveau domaine d'Andrésy appartenant Ancienne cour commune à Denouval. Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume Ancienne cour commune dite la cour aux choux. Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731 Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731 : Denouval. Dessin plume. (AN, N IV Seine-et-Oise Une maison de villégiature détruite rue du Général-Leclerc. Détail du plan de la seigneurie Seigneurie d'Andrésy (Détail: La Roulette ; Triquenart) 1731. Dessin plume. (AN, N IV Seine-et-Oise Une maison de villégiature détruite rue du Général-Leclerc. Détail du plan de la seigneurie La cour commune de la Roulette. Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume Maison de villégiature détruite 13-19 rue du Général-Leclerc. Détail du plan de la seigneurie
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) ainsi que la publication dans la collection des Images du Patrimoine sont disponibles en bas de page dans la rubrique
    Historique :
    , sur la ligne Achère-Pontoise et en 1892 ouverture de la ligne Argenteuil-Mantes qui franchit la Seine Andrésy est située sur un méandre de la Seine, au confluent avec l'Oise au pied de la butte de l'Hautil. La découverte d'une nécropole Mérovingienne en 1890 atteste la présence d'une population importante dès le Ve siècle. La première mention écrite de l'existence d'Andrésy remonte à 829, date à rachat de la propriété de la famille de l'Isle, il est seul seigneur jusqu'à la Révolution. L'activité principale du bourg est la viticulture qui reste importante jusqu'après la première guerre mondiale (1922 30 ha, 1936 1 ha). La beauté du site et la qualité du vin attirent des Parisiens et des Versaillais qui ont des maisons de campagne. Après la Révolution, les limites de la commune sont fixées : la commune à Chanteloup et, un peu plus tard en 1823, la rive gauche de l'Oise est cédée à Conflans contre un terrain sur la rive gauche de la Seine. Les changements sont importants au XIXe siècle : construction d'un
  • ville de Melun
    ville de Melun Melun
    Description :
    Melun s'est développé autour d'un site privilégié : dans un méandre de la Seine, où un affleurement permet de franchir plus facilement le fleuve. La topographie définit donc trois zones dans la ville : l'île Saint-Etienne au centre, la rive sud alluvionnaire, et la rive nord plus escarpée, entaillée à l'est par l'Almont (petit affluent de la Seine). Le territoire communal est aujourd'hui presque
    Illustration :
    Melun à la fin du XIIe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700168NUDA Melun à la fin du XIIIe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700169NUDA Melun à la fin du XVe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700170NUDA Melun à la fin du XVIIe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700171NUDA Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle). (Musée municipal Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : les armoiries en haut du tableau (armes de la ville de Melun). Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : le village de La Rochette. Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv. 80) IVR11_20057700606NUCA Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : la
    Historique :
    Oppidum de la cité des Sénons à l'époque celte, Melun se développe surtout sur la rive sud de la Seine à l'époque gallo-romaine. Vers le 5ème siècle, la ville se replie dans le castrum établi sur l'île Saint-Etienne. Au Moyen Age, l'habitat se développe sur la rive droite (paroisse Saint-Aspais). Dès le protègent la ville jusqu'au 18e siècle. Des faubourgs se développent au-delà de cette enceinte sur la rive , qui accueille de nombreux couvents au 17e siècle, dans le cadre de la Contre-Réforme. Son choix comme essor privilégié : la population passe de 5000 à 13000 habitants au cours du 19e siècle. Cette
1