Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 101 à 120 sur 126 - triés par pertinence
  • immeuble, 12 rue des Creuses
    immeuble, 12 rue des Creuses Draveil - Mainville - 12 rue des Creuses - en ville - Cadastre : 1983 AM 74
    Étages :
    étage de soubassement
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • maison de villégiature, 45 rue Waldeck-Rousseau,
    maison de villégiature, 45 rue Waldeck-Rousseau, Draveil - Mainville - 45 rue Waldeck-Rousseau - en ville - Cadastre : 1983 AK 207
    Titre courant :
    maison de villégiature, 45 rue Waldeck-Rousseau,
    Description :
    corps principal et de l'aile ouest, d'un toit à 4 pans. Remise à côté du portail d'entrée construite en
    Illustration :
    Vue de la façade arrière sur la rue Waldeck-Rousseau. IVR11_20089100297NUC4A Façade sur le parc : détail de la terrasse prolongée par une véranda. IVR11_20069101231XA Détail du décor de brique vernissée et de céramique ornant la terrasse accolée à l'aile ouest Détail du clocheton surmontant la toiture à l'angle du corps principal et de l'aile ouest Un bassin au centre de la pelouse située devant la maison. Son pourtour circulaire est formé d'une rangée de balustres. IVR11_20069101237XA Une remise accolée au mur de clôture, près de l'entrée. IVR11_20069101239XA Détail du décor de céramique d'un des piliers du portail d'entrée. IVR11_20069101245XA Détail du décor de céramique ornant les piliers du portail d'entrée. IVR11_20069101243XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
  • tombeau de Pierre Lantrès
    tombeau de Pierre Lantrès Draveil - Mainville - 2 rue du Bout des Creuses - en ville - Cadastre : 1983 AN 270, 271
    Titre courant :
    tombeau de Pierre Lantrès
    Appellations :
    tombeau de Pierre Lantrès
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • cité coopérative Paris-Jardins
    cité coopérative Paris-Jardins Draveil - centre - boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AC
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Le plan dressé par Jean Walter concilie le tracé rectiligne de l'allée de la Perspective (prolongée long de la Perspective. Les éléments pittoresques du parc (enclos du Parc aux Daims, étangs, rond-point de la Lanterne...) servent d'appui à des voies nouvelles (allée du Sud au Nord, allée de la Cité sociétaire peuvent en choisir librement le plan et les matériaux ; seules l'allée de la Perspective (mitoyenneté et alignement à distance obligatoire de l'allée, avec barrières préfabriquées en béton peint du
    Annexe :
    . A.M. Draveil, O. 1. 16 : élargissement de la rue de Juvisy. II. Iconographie . Château de Draveil, siège de la Société coopérative Paris-Jardins : plans des pavillons ; affiche publicitaire. . A acteurs de leur temps. Le logement social, moteur de l’innovation, 1850-2006. Union sociale pour l’habitat , 2006, p. 40 - 41. - Draveil, chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de . - Histoire d’un domaine. Du château seigneurial de Draveil à la cité coopérative Paris-Jardins. Association des Amis de l’histoire du domaine, 2005, 350 p. - Saint-Sauveur, Hector. Petites habitations
    Illustration :
    architecte pour les éléments de construction secondaire (chien assis) ou pour souligner les fenêtres (5 Bulletin de demande d'adhésion de Georges Durand ; 10 août 1913. (Société coopérative ""Paris -Jardins"" de Draveil) IVR11_20069100918XA Plan de la maison de M. Lerm, 31 allée des Vergers : élévations. (Société coopérative ""Paris -Jardins"" de Draveil, dossier 16) IVR11_20069100934XA Plans de la maison de M. Lerm : cave, rez-de-chaussée, étage et coupe. (Société coopérative ""Paris -Jardins"" de Draveil, dossier 16) IVR11_20069100933XA Plan d'une maison du type n° 108 : élévation principale et rez-de-chaussée. (Société coopérative ""Paris-Jardins"" de Draveil, dossier 238) IVR11_20069100941XA Plan d'une maison du type n° 108 : élévation principale. (Société coopérative ""Paris-Jardins"" de
    Auteur :
    [architecte] Brière de l'Isle Jacques
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le 30 août 1911 la société anonyme Paris-Jardins, fondée en avril 1909 par un groupe d'employés de commerce et d'artisans parisiens, fait l'acquisition du château et du parc de Draveil. Domiciliés dans les quartiers est de Paris, les sociétaires (276 en 1910) souhaitent créer une cité jardin inspirée à la fois du modèle anglais et de l'idéal coopérateur : coopérative d'épargne et d'habitation, Paris-Jardins (première cité jardin française) a pour objectif de faire accéder ses adhérents à la propriété familiale dans un de spéculation ; en 1913 la société se dote ainsi de statuts qui lui permettent de contrôler la transmission des lots (grâce à une promesse de vente à son profit engageant chaque péjiste). La réalisation du forment un patrimoine commun de 17 ha dont les sociétaires assurent collectivement la gestion et l'entretien. 26 ha sont affectés à l'habitat et divisés de façon intangible en 322 lots dont la surface varie de 500 à 1500 m2 pour les terrains plantés d'arbres à conserver (quatre lots supplémentaires sont
  • groupe scolaire de la Villa-Draveil, actuellement école municipale d'arts plastiques
    groupe scolaire de la Villa-Draveil, actuellement école municipale d'arts plastiques Draveil - Villa-Draveil - 75 boulevard du Général-De-Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AB 4
    Titre courant :
    groupe scolaire de la Villa-Draveil, actuellement école municipale d'arts plastiques
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Annexe :
    Draveil, groupe scolaire de la Villa-Draveil. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I
    Appellations :
    groupe scolaire de la Villa-Draveil
    Illustration :
    Vue perspective de la façade principale, le long de l'alllée du Portugal, au carrefour avec le boulevard du général-de-Gaulle. IVR11_20079101699XA Vue des bâtiments situés le long du boulevard du Général-de-Gaulle. IVR11_20079101696XA Le corps central du bâtiment abritant locaux administratifs et logements de fonction L'aile de l'école des garçons le long de l'allée du Portugal. Elle est partiellement surélevée côté boulevard du général-de-Gaulle pour abriter des logements de fonction. IVR11_20079101702XA La cour de l'école des garçons encadrée d'un côté par des salles de classes et de l'autre par un préau. Elle ouvre sur le boulevard du Général-de-Gaulle. IVR11_20079101697XA La cour de l'école de filles encadrée par les salles de classe et le préau. IVR11_20079101705XA L'angle sud-ouest de la cour de l'école de filles, entre l'aile basse et le mur latéral du corps
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    comprenant 2 classes de garçons, 2 classes de filles et une classe enfantine pour desservir le quartier de la Villa-Draveil ; cette décision est approuvée le 28 août par le ministère de l'Instruction publique. Un projet a été établi par l'architecte Dameron en 1929. Des démarches sont entreprises auprès de la Société des Sablières de la Seine en vue de l'acquisition d'un terrain situé à proximité de la cité coopérative Paris-Jardins. La mise en état de ce terrain excavé de 2, 50 m en contrebas de la route nécessite des travaux importants de remblai et d'infrastructure, mais aucun autre emplacement n'étant disponible , l'achat est autorisé par le ministère de l'instruction publique le 13 août 1930 et réalisé le 22 décembre 1932. Le développement de la commune rendant nécessaire la construction d'écoles dans d'autres l'architecte. Mais en raison de l'accroissement important des effectifs scolaires, la municipalité, en 1933 , substitue à ce projet celui des architectes Barrion et Tranchant qui prévoit la construction d'une école de
    Localisation :
    Draveil - Villa-Draveil - 75 boulevard du Général-De-Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AB 4
  • maison de notable
    maison de notable Draveil - localisation inconnue - en ville - Cadastre : localisation inconnue
    Titre courant :
    maison de notable
    Description :
    Maison de style anglo-normand ; toits à forte pente et croupes amorties par un coyau, avec lucarnes à fronton et demi-croupe ; façades à faux pan-de-bois et enduit façon torchis, briques et moellons imitant l'appareil mixte de la Normandie côtière ; bow-window à l'anglaise intégrant une cheminée très
    Étages :
    étage de comble étage de soubassement
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison. IVR11_20079101522XA entourage de brique. IVR11_20079101528XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de notable
  • quartier de Champrosay
    quartier de Champrosay Draveil - Cadastre : 1983 AT, AV, AW, AX, AY
    Titre courant :
    quartier de Champrosay
    Illustration :
    , s'étendait sur 7749 m2 provenant de la propriété divisée en 1922 par Alphonse Albert Lander, ancien Plan de situation du lotissement Champrosay-Cottage, au lieu-dit Les Plantes et le Port-Saint -Victor. Ce projet de lotissement, présenté par M. Gagneraud, entrepreneur de travaux publics (Villa Montmorency à Paris), gendre de Joseph Kermina, a été rejeté par arrêté préfectoral du 16 février 1928. Il concernait la partie de la propriété Kermina dont l'association Le Sanatorium des Cheminots n'avait pas Plan de situation du lotissement du Clos Piquet, 1927. (AD Essonne, 9 S 46, 48) IVR11_20079100540XA Plan du lotissement des Coteaux de Champrosay projeté par la Société générale foncière entre la rue Sainte-Anne et la rue du Bas de Champrosay, 1931. La demande est rejetée par arrêté préfectoral du 13 novembre 1931 en raison de l'insuffisance du programme d'aménagement. (AD Essonne, 9 S 46, 48 Maison à Champrosay : élévation du porche-perron et de l'auvent ; projet. (BHVP, 114691
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Jusqu'au XVIIIe siècle, la population de Champrosay se compose principalement de vignerons qui -Geneviève, Saint-Victor), l'abbaye royale de Saint-Louis de Poissy, ainsi que l'Hôtel-Dieu de Paris y possèdent de grands domaines. Ce dernier détient aussi la ferme seigneuriale (dite de Champrosay) qui contribue au ravitaillement de l'hôpital tout en recevant des malades (via le débarcadère du port aux maisons de campagne, mais la villégiature prend son essor au XIXe siècle avec l'arrivée du chemin de fer et l'ouverture de la gare de Ris sur la ligne Paris-Orléans (1840). Des résidences sont édifiées le long du chemin de grande communication n° 29 (route de Corbeil), leurs parcs adossés à la forêt prenant la place du vignoble. Delacroix, Alphonse Daudet, Félix Nadar comptent parmi les hôtes illustres de de Champrosay, etc. A la fin du XIXe siècle le développement de la tuberculose redonne à Champrosay
  • quartier de Mainville
    quartier de Mainville Draveil - Cadastre : 1983 AK, AL, AO, AS
    Titre courant :
    quartier de Mainville
    Illustration :
    La place d'Armes à l'entrée de la rue des Creuses. Carte postale, vers 1910.. (Collection La place d'Armes à l'entrée du chemin de Mainville à Montgeron (actuelle rue Waldeck-Rousseau) ; au La route de Draveil et le carrefour de la Croix de Mainville, le calvaire a été supprimé en 1912 Le chemin de Mainville à Montgeron, ensuite Grande Rue et aujourd'hui rue Waldeck-Rousseau. Carte La rue de Montgeron (aujourd'hui rue Waldeck-Rousseau) ; à gauche, la tourelle de la villa située à Le café Gombault, épicerie et bureau d'omnibus, dans l'ancienne rue de la Chapelle. Carte postale Le café-restaurant-hôtel ""Aux Amis de la Pédale"", situé sur la place d'Armes. Carte postale, vers La Villa Saint-Joseph, noviciat des Fils de la Charité créé en 1920 dans les murs d'une ancienne de Jésus qui y installent leur maison mère en 1951, le bâtiment est remplacé en 1999 par la résidence Vue d'ensemble de la maison, dite le Prieuré, 45 rue du Bout-des-Creuses. Il s'agit du vestige de
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Situé en bordure de la forêt de Sénart, sur le plateau le plus élevé de Draveil, le hameau de production de Mainville). Il est encadré par deux domaines importants : à l'ouest, le château de la Folie , datant du XVIIIe siècle, à l'est, celui des Bergeries, en limite de la commune de Vigneux. Le centre du hameau est occupé par la place d'Armes, située au carrefour de trois rues. Mainville, qui a conservé l'essentiel de son réseau de voies anciennes, est resté en grande partie à l'écart des évolutions qui ont transformé les autres quartiers de Draveil aux XIXe et XXe siècles. Cependant une zone d'activités d'une superficie de 30 ha, réservée aux entreprises artisanales, a été créée au début des années 1970.
  • pont de Ris
    pont de Ris Draveil - Champrosay - Cadastre : 1983 AW non cadastré
    Titre courant :
    pont de Ris
    Description :
    reposaient sur des piles en maçonnerie construites sur un radier en bois de chêne, posé lui-même sur un lit de pierres au fond du fleuve. Le pont actuel, long de 131 m, est construit en béton.
    Annexe :
    Draveil, pont de Ris. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A.D. Essonne, 2 O 454 : location du port de Champrosay à la Cie Joret, 1873. II. Iconographie . A.D. Essonne, 2 Fi : cartes postales. III. Bibliographie - Douane (Melle). Histoire de Draveil. Les mémoires d’une présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 130-132. - Fontaine, René. Draveil
    Appellations :
    Pont de Ris
    Illustration :
    Le nouveau pont de Ris et le coteau de Champrosay. IVR11_20069100570XA
    Auteur :
    [commanditaire] Aguado Alexandre, marquis de Las Marismas
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le premier pont de Ris est édifié en 1830, à ses frais, par Alexandre Aguado, marquis de Las Marismas, propriétaire du château de Petit-Bourg à Evry et banquier de Charles X ; ce pont suspendu , inauguré le 25 septembre 1831, reliait Champrosay à La Borde, hameau de Ris, jusque-là desservis par un Aguado la perception d'un péage pour une durée de 90 ans. Détruit en 1870 par le Génie militaire, il est . Ce 2e pont, construit par la société H. Joret et Cie, ingénieur-constructeur de ponts et travaux en
  • maison, 3 avenue de Beauséjour
    maison, 3 avenue de Beauséjour Draveil - Villa-Draveil - 3 avenue de Beauséjour - en ville - Cadastre : 1983 BH 184
    Titre courant :
    maison, 3 avenue de Beauséjour
    Étages :
    étage de comble étage de soubassement
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison, qui porte la date 1899, est identique à celles des numéros 5 et 7 (datée 1909) de la
    Localisation :
    Draveil - Villa-Draveil - 3 avenue de Beauséjour - en ville - Cadastre : 1983 BH 184
  • maison de villégiature dite maison Brandt, actuellement conservatoire de musique
    maison de villégiature dite maison Brandt, actuellement conservatoire de musique Draveil - Villiers - avenue de Villiers - en ville - Cadastre : 1983 AR 193
    Titre courant :
    maison de villégiature dite maison Brandt, actuellement conservatoire de musique
    Étages :
    étage de comble
    Destinations :
    conservatoire de musique
    Illustration :
    Vue d'ensemble sur l'avenue de Villiers. IVR11_20069100495XA Détail de la véranda ouvrant sur le jardin. IVR11_20069100499XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ancienne propriété de la famille Brand, cédée à la commune en 1979 et occupée depuis 1987 par le conservatoire de musique et de danse. L'inventeur et industriel Jules Brandt, frère du ferronnier d'art Edgar
    Localisation :
    Draveil - Villiers - avenue de Villiers - en ville - Cadastre : 1983 AR 193
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
  • château du Clos Piquet
    château du Clos Piquet Draveil - Champrosay - 12 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 25
    Description :
    L'aile sud est prolongée par un pavillon de gardien. A l'arrière du château, un parc de 4, 5 ha s'étend jusqu'à la forêt de Sénart. En contrebas de la rue se trouve un terrain à usage de potager.
    Étages :
    étage de comble
    Annexe :
    . Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 100 et 121.
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Pigeonnier inclus dans le mur de clôture, à l'est du portail d'entrée. IVR11_20079101742XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • immeuble, 210-210bis boulevard Henri-Barbusse
    immeuble, 210-210bis boulevard Henri-Barbusse Draveil - centre - 210-210bis boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AE 473
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • Les maisons, fermes et immeubles de Draveil
    Les maisons, fermes et immeubles de Draveil Draveil
    Titre courant :
    Les maisons, fermes et immeubles de Draveil
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Maisons du XIXe siècle sur le boulevard Henri-Barbusse, n° 160-164, en direction de Champrosay Vue de la façade de la maison de ville, 170 boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079101011XA Vue d'ensemble de la maison de ville, 160 boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079101017XA Façade de la maison de ville, 162 bis boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20079101016XA Vue d'ensemble de la maison, 111 boulevard Henri-Barbusse. IVR11_20089100167NUC4A Vue d'ensemble de la maison avec boutique, 28 place de la République. IVR11_20089100164NUC4A Vue d'ensemble de la maison, 16 rue de Mainville. IVR11_20089100178NUC4A Vue rapprochée de la façade de la maison, 16 rue de Mainville. IVR11_20089100177NUC4A Vue d'ensemble de la maison dite Villa Henriette, 21 rue Alphonse-Daudet. IVR11_20079100830XA Maison avec commerce en rez-de-chaussée, 4 place d'Armes. IVR11_20089100192NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    L'ensemble de l'étude est accessible en bas de page dans la rubique Documentation - Liens web.
  • château des Bergeries, aujourd'hui école nationale de police de Draveil
    château des Bergeries, aujourd'hui école nationale de police de Draveil Draveil - Mainville - rue Waldeck-Rousseau - en ville - Cadastre : 1983 AK 225
    Titre courant :
    château des Bergeries, aujourd'hui école nationale de police de Draveil
    Description :
    L'édifice comporte quatre corps de bâtiment flanqués aux angles de tours en pavillons, délimitant
    Étages :
    étage de comble
    Annexe :
    - Planat, P. Habitations particulières. Deuxième série. Maisons de campagne, villas et châteaux. Paris , Dujardin et Cie [ca 1890], pl. 134-137. - A. D. Essonne : aquarelle de Charles-Albert Capaul. S , chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 244 .). Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours. Paris, Flammarion, 1991, p. 124. .
    Destinations :
    école nationale de police
    Illustration :
    d'un corps central de sept travées flanqué de deux pavillons d'angle en saillie. Son parc comporte une allée en zigzags inspirée de celle de Meudon. (BNF, Département des estampes, collection Gaignières Façade principale. Elévation. Tiré de : Habitations particulières. Deuxième série. Maisons de Vue d'ensemble. Elévation. Tiré de : Habitations particulières. Deuxième série. Maisons de campagne Coupe longitudinale et plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. Tiré de : Habitations particulières . Deuxième série. Maisons de campagne, villas et châteaux / P. Planat. Paris : Dujardin et Cie [ca 1890 Coupe transversale et plans des 1er et 2e étages. Tiré de : Habitations particulières. Deuxième série. Maisons de campagne, villas et châteaux / P. Planat. Paris : Dujardin et Cie [ca 1890]. (BHVP, F Aquarelle de Charles-Albert Capaul. (AD Essonne, 17 Fi 85) IVR11_20089100471NUC4A La cour de la ferme des Bergeries, aujourd'hui détruite. Carte postale, vers 1910. (Collection
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    siècle aux seigneurs de Rouvres. En 1690, elle consiste en un château bâti de briques sans fossés avec pavillons d'angle formant avant-corps ; sa ferme est située sur la paroisse de Vigneux. En 1783 le parc contient 170 arpents et 298 ha en 1826, date de l'acquisition de l'ensemble par le Domaine de la Couronne château est construit en 1820, plus près de la ferme, sur le territoire de Vigneux. Acquis en 1881 par le E. Ricard à l'emplacement de la maison primitive. En 1964-1966 le parc est vendu à la société d'HLM La Seimaroise qui y élève 29 immeubles, dont 10 se trouvent sur la commune de Vigneux (cité des Bergeries). La ferme est détruite en 1970. A partir de 1971 le château abrite l'Ecole internationale européenne de Paris. En 1995 il devient propriété du ministère de l'Intérieur qui y installe une école de la
  • ferme de Beaumont dite ferme Chalon, actuellement centre paroissial
    ferme de Beaumont dite ferme Chalon, actuellement centre paroissial Draveil - centre - 204-208 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AE 392, 645, 646
    Titre courant :
    ferme de Beaumont dite ferme Chalon, actuellement centre paroissial
    Description :
    Les bâtiments de la ferme figurent sur le cadastre napoléonien.
    Annexe :
    Draveil, ferme de Beaumont. Sources et bibliographie DOCUMENTATION Bibliographie Draveil, chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 47, 51, 142.
    Appellations :
    Ferme de Beaumont dite Ferme Chalon
    Illustration :
    Le bâtiment d'habitation : façade sur la cour de la ferme. IVR11_20079100487XA Vue de la cour encadrée par la grange (au fond) et les écuries. IVR11_20069100487XA Les bâtiments agricoles disposés en équerre sur deux côtés de la cour. IVR11_20089100502XA Auvent soutenu par des poteaux de bois, situé à l'arrière de la grange, et servant de ""garage Auvent servant de ""garage"" à l'arrière de la grange : panneau indiquant l'emplacement de la La grange, située au fond de la cour : vue d'ensemble de la charpente. IVR11_20079100487XA La grange, située au fond de la cour : détail de deux fermes de la charpente. IVR11_20079100487XA La grange, située au fond de la cour : détail de la dernière ferme de la charpente, au-dessus de la
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La ferme de Beaumont constituait la maison seigneuriale d'un fief rattaché en 1732 à la seigneurie de Draveil. C'était la deuxième grande ferme du centre de Draveil, à côté de la ferme seigneuriale dite ferme de la Recette. Ses terres s'étendaient au nord-ouest de la commune, dans le quartier de la Villa. Séparées du château en 1821, elles ont été morcelées à partir de 1868 par leur propriétaire Mme de Belleyme pour former le premier lotissement de Draveil. Les bâtiments de la ferme ont été occupés en 1902 par l'entreprise de maçonnerie Chalon (qui leur a laissé son nom) puis à partir de 1952 par les services de la paroisse et le collège Notre-Dame. L'ensemble a été restauré en 2001.
  • rendez-vous de chasse dit Villa Kermina, actuellement sanatorium des Cheminots
    rendez-vous de chasse dit Villa Kermina, actuellement sanatorium des Cheminots Draveil - Champrosay - 14 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 119
    Titre courant :
    rendez-vous de chasse dit Villa Kermina, actuellement sanatorium des Cheminots
    Description :
    Le domaine se compose en 1891 d'un jardin et d'un grand parc boisé clos de murs, d'une contenance de 4, 75 ha ; il comprend, outre la villa (2 étages carrés, murs enduits et toiture d'ardoise), un pavillon de jardinier, une orangerie, des écuries, remises, vacherie, faisanderie et volière. Le sanatorium cure d'air, d'une longueur de 47 m 70, fait suite au bâtiment. Elle est construite en béton armé et close par un petit pavillon en briques de 9 m 35. Ses trois galeries superposées sont dans le prolongement des étages, évitant ainsi aux malades de sortir ou descendre pour aller des chambres à la cure . Ces chambres, où sont installés 3 lits, sont placées par groupe de 2, séparées par un cabinet de toilette commun. Perpendiculairement et au centre de l'édifice, un bâtiment éclairé et aéré sur 2 faces opposées comprend au rez-de-chaussée les réfectoires, la cuisine, les salles à manger du personnel, au 1er étage, une salle des fêtes de 225 m2 et au-dessus des appartements de personnel. Au rez-de-chaussée de
    Étages :
    étage de comble
    Annexe :
    , 886 W 40 et 902 W 22-24 : dommages de guerre. . A. M. Draveil, 5 I 6 : construction d’un hôpital départemental de la Meuse. II. Iconographie . A. D. Essonne, 2 Fi : cartes postales . Association …rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 121 - 122. - Histoire du sanatorium des Cheminots, par M. Bier, président général de la maison de santé médicale de l’Association
    Illustration :
    Façade principale. Elévation. Tiré de : Le Moniteur des architectes, 1892. (BHVP, Per F° 119 Façade postérieure. Tiré de : Le Moniteur des architectes, 1892. (BHVP, Per F° 119 Façades postérieure et latérale, plan du premier étage. Plan et élévations. Tiré de : La Façades principale et latérale, plan du rez-de-chaussée. Plan et élévations. Tiré de : La Plans masse et de situation, dressés par Michel Dameron, architecte à Corbeil-Essonnes chargé de la Plan d'ensemble de l'établissement reconstitué après le bombardement aérien du 29 mai 1944, 19 juin Elévation principale. A côté de l'aile gauche et du corps central projetés par l'architecte, l'aile Plans dressés par Michel Dameron, architecte à Corbeil-Essonnes chargé de la reconstruction Papier à en-tête de l'association ""Le Sanatorium des Cheminots"" ; 1946. (AD Essonne, 886 W 40 Le bâtiment de la cure d'air. (Association hospitalière Les Cheminots, Draveil
    Dénominations :
    rendez-vous de chasse
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Pavillon de chasse édifié en 1891 par l'architecte Tropey-Bailly pour Pierre Louis Pinatel , négociant en bois exotiques, puis acquis en 1901 par Joseph Kermina, entrepreneur de travaux publics, qui par l'Union nationale des cheminots en faveur des victimes de la guerre et reconnue d'utilité publique le 18 juin 1918. Elle y ouvre en 1931 un établissement réservé aux femmes, pendant de la section , architecte départemental de la Meuse, à l'emplacement des anciennes écuries ; dans la villa sont installés le créé en 1941-1942 ; il est conçu pour un ensemble de 335 malades, étant commun avec la section hommes de Ris-Orangis (185 lits) et le centre de pneumologie Emile Lefèvre (35 lits) installé en 1936 dans pour le sanatorium et 20 de chirurgie pulmonaire. En 1939 le personnel comprend 42 personnes, dont un victimes sont retirées des décombres et inhumées au cimetière de Draveil. Le pavillon du concierge, l'aile gauche du sanatorium, le centre et une partie de l'aile droite sont entièrement détruits ; l'autre partie
  • immeuble, 3 rue Jean-Moulin
    immeuble, 3 rue Jean-Moulin Draveil - centre - 3 rue Jean-Moulin - en ville - Cadastre : 1983 AE 246
    Description :
    Immeuble construit en meulière, avec boutique en rez-de-chaussée ; parement de brique sur la façade principale ; décor de briques et de céramique.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • grand ensemble dit cité des Bergeries
    grand ensemble dit cité des Bergeries Draveil - Mainville - Cadastre : 1983 AK 208, 485 à 489 (Draveil) 1983 AM 397 à 407, 415 (Vigneux)
    Description :
    Les 29 immeubles, R+4 (au nombre de 15), R+7 (11) et R+10 (3) se répartissent en 23 immeubles dits usine de Villeneuve-Saint-Georges consiste essentiellement en : coulage dans des coffrages industrialisés à haute rotation des murs et des planchers avec incorporation d'une part importante de second oeuvre, façades préfabriquées en panneaux de hauteur d'étage du type TRACOBA. Ces panneaux de 21 cm d'épaisseur sont composés d'une peau externe en béton armé de 6 cm supportant un revêtement en pâte de verre , d'une feuille de polystyrène de 2 cm et d'un mur en béton armé de 13 cm. Sur un espace libre réservé au centre du terrain, au nord du château, se trouvent le groupe scolaire (Saint-Exupéry, sur la commune de Draveil), les terrains de sports et de jeux d'enfants, ainsi que le centre social et culturel de Draveil . Autour de cet élément prédominant de la composition, les bâtiments sont répartis en bordure des voies pour encadrer des espaces libres plus restreints, de dimensions, formes et orientation aussi variées
    Annexe :
    , 1502 W 1226, 1230, 1233, 1280, 1287 : plans, devis descriptifs, demande de permis de construire, notes , correspondance, 1965 -1968. . A. M. Vigneux-sur-Seine, 80 W 29-30 : permis de construire, projet d’exécution . Bibliographie - Draveil, chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril d’histoires. Ouvrage autoédité, 1995, p. 23-24. - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et
    Illustration :
    Plan de situation, 16 juillet 1965. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 29, dossiers 57-58 910 logements prévus sont implantés sur un terrain de 202 000 m2 (57 000 à Vigneux et 145 000 à Draveil), soit une densité de 45 logements à l'hectare. Le terrain scolaire de Vigneux couvre 18 000 m2 , celui de Draveil 22 000. Il ne s'agit pas de l'état définitif : l'implantation a été ensuite quelque peu Plan-masse de l'ensemble de 910 logements ; 19 juin 1965. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 29, dossiers Plan d'ensemble, indiquant la densité de population. La superficie totale est de 216 210 m2 pour 982 logements, soit une densité moyenne globale de 45 logements à l'hectare. Elle se répartit comme Plan-masse des 404 logements HLM à construire sur la commune de Vigneux, dressé par J. L'Hernault Partie du grand ensemble située sur la commune de Vigneux : plan de masse, 15 décembre 1967. (AM Construction de 928 logements sociaux : façades des bâtiments R +10. (AD Essonne, 1502 W 1233
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ensemble de 928 logements sociaux construits par la société d'HLM La Seimaroise (aujourd'hui Batigère) sur les communes de Draveil et de Vigneux-sur-Seine. Il se compose de 29 bâtiments implantés sur un terrain de 20 ha, fraction du parc du château des Bergeries situé à proximité de la forêt de commune de Draveil et 324 sur celle de Vigneux (au lieu de 404 initialement prévus) ; à l'origine conçus programme des 20 000 logements sociaux destinés au fichier central des mal-logés de la région parisienne , mais la protestation de la municipalité permet d'obtenir la transformation de 84 logements sociaux en 84 logements HLM pour des mal-logés de Vigneux. L'accord préalable est délivré le 26 juillet 1965 (Vigneux), le permis de construire 17 septembre 1965 puis le 6 août 1966, et l'avis d'ouverture du chantier en oeuvre le procédé de préfabrication TRACOBA. Les groupes d'habitation répartis sur les 2 communes de quartier, centre social, stade) sont implantés sur le territoire de Draveil. Le centre commercial
  • statue : Christ en croix
    statue : Christ en croix Draveil - 1 place de la République
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Découverte dans un recoin du grenier de l'église, la croix a été restaurée en 1951 et mise en place dans la nef. Lors de la rénovation de l'intérieur de l'église en 1994, elle a été installée dans le
    Localisation :
    Draveil - 1 place de la République