Dossier IA78002181 | Réalisé par
Bussière Roselyne (Rédacteur)
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Porte aux prêtres
Auteur
Ayrault Philippe
Ayrault Philippe

Photographe, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Philippe Ayrault, Région Ile-de-France

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Mantes-la-Jolie
  • Commune Mantes-la-Jolie
  • Adresse quai des Cordeliers
  • Cadastre 2014 ab 155

Selon Saintier, la porte aux prêtres pourrait dater du 13e siècle et avoir été restaurée au 14e siècle. Il en restitue l'élévation (pl.28). Selon lui elle était surmontée d'un chemin de ronde avec créneaux et la porte était protégée par des mâchicoulis. Elle correspond à la troisième enceinte élevée dans le courant du 13e siècle. Elle permettait aux habitants de rejoindre le fleuve, comme les deux autres poternes, la porte des Ormeteaux (ou du Milieu ou à l’Eslo) et la porte Baudet (ou de la Plastrière) qui se trouvaient dans les Bas quartiers et ont été détruites vers 1865. Leur seul système défensif était constitué des mâchicoulis qui sont encore en place. Ce qui a sauvé la porte aux Prêtres de la destruction, c’est qu’elle a été transformée en habitation. Déjà en 1812, sur le cadastre napoléonien, elle est incluse dans une demeure qui appartient à Eustache Hua puis à Philippe Mahieu. Plus tard, on y trouve François Lerefait, meunier du moulin des Tanneries. Une photographie ancienne la montre avant qu’elle ne prenne le caractère pittoresque qu’elle a aujourd’hui. Il est probable que c’est autour de 1900 qu’elle a été transformée par l’adjonction d’un décor en bois lui conférant un air néo-médiéval. Des cartes postales anciennes montrent que ce décor se prolongeait sur tout le bâtiment. Le relèvement du quai au XIXe siècle la fait paraître moins monumentale qu’elle n’était.

  • Période(s)
    • Principale : 13e siècle, limite 19e siècle 20e siècle , (incertitude)

La porte se compose d'une seule ouverture charretière en plein cintre dont l'ampleur a été considérablement réduite lorsque le niveau du quai des Cordeliers a été surélevé en 1845. Les mâchicoulis de pierre ont été intégrés dans une façade pittoresque en pan-de-bois reposant en partie sur des aisseliers qui leur font écho. Une frise en bois formée d'une arcature simulant des colonnes et des arcs en plein cintre surmonte l'ensemble. L'étage de la façade arrière est en pan-de-bois. L'étage de comble comporte une lucarne sur la façade sur Seine et des baies sur la façade arrière.

  • Murs
    • calcaire pierre de taille
    • bois pan de bois
  • Toits
    tuile plate
  • Étages
    1 étage carré, étage de comble
  • Couvertures
    • toit à longs pans ruellée
  • Statut de la propriété
    propriété privée
  • Protections
    inscrit MH, 1955/12/30
  • Précisions sur la protection

    Les parties anciennes de la poterne dite Porte aux Prêtres (cad. B 31p) : inscription par arrêté du 30 décembre 1955

Documents d'archives

  • AD Yvelines, Matrices cadastrales, 3P3 1356

    Archives départementales des Yvelines, Montigny-le-Bretonneux

Bibliographie

  • DUFAY, Bruno, "De Charlemagne à Henri IV, l'essor d'une ville médiévale", in : Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville, Paris, Somogy, 2000, p. 24-42

  • SAINTIER, Eugène, Les fortifications de Mantes depuis l'origine jusqu'au XVIe siècle, Mantes, 1925

    p. 34-35
Date d'enquête 2015 ; Dernière mise à jour en 2015
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
Bussière Roselyne
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Dossier d’ensemble