Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble de 30 verrières - Église Saint-Joseph Artisan (ancienne chapelle de la Mission allemande des Jésuites)

Dossier IM75000309 réalisé en 2010
Dénominationsverrière
Aire d'étude et cantonVerrières religieuses parisiennes du 19e siècle
AdresseCommune : Paris 10e arrondissement
Adresse : 214 rue Lafayette

Mgr Affre prit conscience en 1847 de l’urgence d’ouvrir un lieu de culte destiné aux presque 6000 artisans du bois de langue allemande, venus s’installer près du Faubourg Saint-Antoine ; dès son arrivée à Paris en 1848, le Père jésuite J.-J. Chable établit une mission, l’Oeuvre de Saint-Joseph pour les Allemands, rue de Meaux à La Villette. Puis le Père Chable acheta en 1850 le terrain actuel « à proximité de toutes les voies de communication avec l’Allemagne », sur lequel il fit construire par des charpentiers allemands une chapelle en bois appelée Saint-Joseph-des-Allemands, consacrée par Mgr Sibour le 28 septembre 1851 ; il entreprit également la construction de deux écoles de langue allemande pour garçons et filles, d’un asile pour les jeunes filles sans travail et d’un petit hôpital. Avec des subventions provenant du Ministère de l’Instruction publique, de l’empereur François-Joseph d’Autriche (5000 f par an) et de la Ville de Paris qui acquit l’ensemble en 1859, l’église actuelle, de style néo-gothique, fut érigée en 1865-1866 d’après les plans de L. Douillard et inaugurée le 22 août 1866.

L’empereur François-Joseph, venu à Paris en 1867 visiter l’Exposition universelle, fit don des trois verrières hautes du chœur consacrées à ses saints patrons ; elles sont l’œuvre de C. Geyling, un peintre décorateur autrichien formé à la Manufacture royale de Munich et installé à Vienne avant 1845, qui participa à l’Exposition universelle à Paris et put ainsi honorer quelques commandes en France. Les armes des Habsbourg-Lorraine figurent au pied de Saint Joseph. Les quatre verrières ornementales de couleur qui complètent l’ensemble du massif oriental, furent offertes en 1868-1870 par les congrégations mariales de la Mission, communautés féminines du côté gauche du chœur et masculines du côté droit, comme l’attestent les inscriptions en lettres gothiques allemandes portées sur les baies du triforium du chœur. Si les bombardements de 1871 n’ont pas épargné l’une des verrières du chevet, remplacée en 1875 aux frais de l’ambassade d’Autriche, l’église Saint-Joseph n’a subi aucun dommage en 1880 et en 1901, par protection de l’empereur François-Joseph. Après que les Jésuites eurent quitté leur résidence, leur chapelle fut rachetée le 22 janvier 1910 par le Prince Max de Saxe ; elle resta ouverte durant la Première guerre mondiale, avant que ses biens ne soient mis sous séquestre jusqu’à l’année 1924. Les Prêtres du Sacré-Cœur de Saint-Quentin, subventionnés par le Luxembourg, remplacèrent les Jésuites ; en 1958, Saint-Joseph-des-Allemands devint Saint-Joseph-Artisan, et ce n’est qu’en 1990 que la paroisse, offerte par le Luxembourg, rejoignit le diocèse de Paris.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1867
1868
1870
Auteur(s)Auteur : Geyling C. peintre-verrier

Baies 100 à 104 (2 lancettes, H.1,50xL.1,80). Grisailles néo-XIIIe ; cartouches portant les inscriptions de donation en lettres gothiques allemandes « FRAUEN CONGREG, JUNGL VEREIN » (100), « MANNER VEREIN » (101), « KINDER MARIENS, JUNGFR CONGREG SACRAM VEREIN » (102), « CG » (104) ; bordures à pastilles jaunes. Signé par C. Geyling (104), 1868-1870.

Baies 105, 106 (2 lancettes, H.1,50xL.1,80). Verrières ornementales de couleur. Par C. Geyling, 1868-1870.

Baies 200, 201, 202 (1 lancette, H.4,50xL.0,80). Saint Joseph portant Jésus (200). Saint François d’Assise (201). Sainte Élisabeth de Hongrie couronnée et portant des roses dans son tablier (202). Dais néo-XIIIe-XIVe ; inscriptions nominatives sur les auréoles ; fonds damassés rouge ou violet ; armes des Habsbourg-Lorraine et « ANNO DOMINI 1867 » (200) ; bordures végétales. Don de l’empereur François-Joseph. Par C. Geyling, 1867.

Baies 203 à 206 (1 lancette, H.4,50xL.0,80). Verrières ornementales de couleur néo-XIIIe. Par C. Geyling, 1868-1870.

Baies 207 à 222 (1 lancette, H.4,50xL.0,80). Verrières dépolies à filets de couleur, fermaillets aux monogrammes du Christ, de la Vierge et de Saint Joseph dans certaines baies ; bordures à bâtons brisés. Vers 1868-1870 ou XXe siècle (?)

Catégoriesvitrail
Iconographiessaint Joseph et l'Enfant Jésus
saint François d'Assise
sainte Elisabeth de Hongrie
monogramme
Inscriptions & marquessignature, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Signé par C. Geyling

Statut de la propriétépropriété d'une association diocésaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives historiques de l'archevêché de Paris. 3R 1 (notice Mission allemande à Paris sous le patronage de saint Joseph, 1851).

  • Archives historiques de l'archevêché de Paris. Carton archevêché

  • COARC. Dossier Saint-Joseph Artisan.

  • Atelier Geyling. Registre des commandes, 1875, n° 218.

  • Archives des Jésuites (Vanves). Dossier « Paris, résidence Saint-Joseph, rue Lafayette, Œuvre des Jésuites ».

Bibliographie
  • DELATTRE, P. V. La Résidence Saint-Joseph de la rue de La Fayette (1851-1901). In Les Établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. 1955, t. III, col. 1422-1441.

  • ROUËT DE JOURNEL, M.-S.. III. Rue de Sèvres. In Les Établissements des Jésuites en France depuis quatre siècles. Dir. Pierre Delattre. 1955, t. III.

  • MAGNIN, abbé M. Une église de Paris. Saint-Joseph Artisan, 1866-1966. Paris : chez l’auteur, 1966.

  • BRUNEL, Georges. Dictionnaire des églises de Paris : catholique, orthodoxe, protestant. Paris : Hervas, 1995.

    p. 266
  • CABEZAS. Églises parisiennes du XXe siècle. Architecture et décor. Paris : Action artistique de la Ville de Paris, 1996.

    p. 230
  • De Saint-Joseph-des-Allemands à Saint-Joseph-Artisan. Paris, 2001.

    p. 47-48
Périodiques
  • GATOUILLAT, F. Un don de l’empereur d’Autriche : les verrières viennoises de Saint-Joseph-Artisan, Paris. Monumental, 2004, n° 1, p. 28-29.

  • CALLIAS BEY, M. Les édifices néogothiques parisiens et leurs verrières : églises et chapelles catholiques. In situ, n°11, 2009.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Congard Charlotte
Charlotte Congard

personne ayant travaillé au service de l'inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Callias-Bey Martine