Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • secteur urbain de Beauval et la Pierre-Collinet
    secteur urbain de Beauval et la Pierre-Collinet Meaux
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    dès le XIXe siècle par l'arrivée de nouvelles activités, très diverses, qui vont se succéder sur le œoeuvres militaires. Par ailleurs, l'aménagement de la Marne conduit à édifier le « barrage des basses des bateaux entre le canal de l'Ourcq et la Marne, qui fonctionne jusqu'en 1898. Au début du XXe intervenir quant à lui sur le quartier de Beauval comprenant une zone d'habitations collectives, une zone Pendant longtemps, le plateau à l'est de Meaux est resté une zone essentiellement agricole, où l'industrie : dès 1877, elle permet l'installation d'un ascenseur à bateau original, pour le transbordement siècle, une nouvelle affectation intervient pour le site avec l'ouverture d'un parc aérostatique militaire, étape sur la ligne Paris-Nancy, conçu par Surconf, ingénieur de la Société Deutsch (de la Meurthe le projet remonte aux années 1950. En 1954, Le Corbusier propose à la municipalité une Cité Radieuse pour l'extension de Meaux. Cette proposition n'aboutit pas, mais les réflexions sur l'agrandissement de
    Description :
    ville, le long de la RN3 (Avenue du Président Roosevelt, Avenue de la Victoire). Les quartiers , il demeure encore de nombreuses tours dans le quartier de Beauval, conservant sa silhouette
    Illustration :
    Plan de la ferme de Beauval, en 1744. Le plateau à l'est de Meaux est alors une zone agricole , parsemée de quelques fermes. (AD Seine-et-Marne. 20 Hdt B 18-1) IVR11_20137700059NUC4A Le hangar à dirigeables de Beauval, au début du 20e siècle. Carte postale, vers 1900. (AD Seine-et -Marne. 2 Fi 4533) IVR11_20137700456NUC4A Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale, en 2009 : la partie sud-est de la ville Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale, en 2009 : les tours de Beauval dominent les maisons du faubourg Saint-Nicolas et le centre sportif. IVR11_20097701205NUC4A , sur la rue Sébastien de Brossard, avec balcon en fer forgé et auvent. IVR11_20097701105NUC4A
  • ZUP de Meaux-Beauval
    ZUP de Meaux-Beauval Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Ville de Meaux confia à la Société d'Equipement pour la Seine-et-Marne (S.E.S.M) le soin de procéder aux le cadre du « Grand Projet de Ville », un Groupement d'Intérêt Public commence à travailler sur la Dans le cadre de la « Zone à Urbaniser par Priorité » de Meaux-Beauval, créée le 3 août 1959, la , soit 8300 logements répartis sur 135 hectares, avec une moyenne fixée à 75 logements à l'hectare. Les (l'OPHLM, le BEIL, le Foyer du fonctionnaire et de la famille, la SAHLMAP, etc.) ont proposé des typologies première tranche de 1810 logements par Lods et son équipe, soit six tours et trois "caravelles". Le ministère encourage le projet de Meaux-Beauval y voyant un chantier expérimental permettant de soutenir le secteur de la construction dans le sens d'une industrialisation accrue. Comme pour la Pierre-Collinet glissant pour le noyau central, préfabrication lourde pour les éléments verticaux, tables coffrantes pour le noyau central des tours, ce qui permet d'y inclure un ascenseur. Une usine de préfabrication est
    Description :
    . Si le quartier A est essentiellement occupé par des immeubles de type HLM établis sur des plans niveau. Elevées sur dix étages, les Caravelles, baptisées ainsi car leur plan rappelait la silhouette du moyen-courrier éponyme, ont une emprise au sol importante. Le cahier des charges de ces immeubles était reste les tours tripodes. Dans cette même dynamique de construction de logement collectif, mais sur un autres par la couleur des allèges de fenêtres et des poutres métalliques. Initialement prévus sur Beauval comme la Résidence des Aubépines ou le HLM de l'Opievoy. Ce dernier témoigne d'une volonté de asymétrique rehaussée de balcons en forte saillie et le graphisme géométrique des balcons et modénatures en
    Illustration :
    Coupe sur éléments de façades montrant l'implantation des éléments coulissants et le détail des Plans et coupes montrant le système de distribution des coursives tous les 4 niveaux. (Cité de Mise en oeuvre des éléments de façades avec éléments coulissants et le détail via liaisons Brochure de présentation d'une réalisation sur Beuval du Foyer du Fonctionnaire et de la Famille Brochure de présentation d'une réalisation sur Beuval du Foyer du Fonctionnaire et de la Famille Début du chantier de construction d'une des tours de Meaux-Beauval. Montage de la grue dans le Zone de construction de Beauval A avec vue sur la ZI et à droite la chaufferie. (OPAC Meaux Chantier de construction de Beauval A avec vue sur la ZI. 29 novembre 1967. (OPAC Meaux 2ème phase de construction de Beauval A avec l'école Alain à droite le long du mail des Allobroges , les tours Aquitaine et Argonne en construction et au fond la chaufferie. Sur la gauche, construction
  • poste
    poste Enghien-les-Bains - 1 rue de Mora - en ville - Cadastre : 1995 AC 201
    Historique :
    La ville d'Enghien engage dès 1932 le projet de construction d'une nouvelle poste. Le plan est de Mora et Malleville. L'édifice est inauguré le 25 avril 1935.
    Description :
    Bâtie sur un plan en L la poste présente une architecture des années Trente linéaire rythmée par le ouvrent la loggia-terrasse qui donne sur l'appartement du premier étage. Le tout est couronné par une module des travées et jouant sur les vides et les pleins. A l'étage les baies sont à claire voie et est en rez de chaussée et forme une terrasse pour l'appartement. On note quelques divergences entre le dessus de la corniche. Le dessin des claustras de cet attique devait être repris dans les ferronneries
    Annexe :
    par le gouvernement (Paris), avant 1900. Fonds Marcel G.Lods 1937, 54130.
    Illustration :
    Elévation de la façade sur le parc public de l'hôtel de ville, 1932. (Institut français Elévation de la façade sur cour, 1932. (Institut français d'architecture, Fonds Lods Marcel, LODS J Vue d'ensemble depuis le parvis de l'église Saint-Joseph. IVR11_20089500292NUC4A
  • groupe scolaire d'Ormesson
    groupe scolaire d'Ormesson Enghien-les-Bains - 4 rue des Ecoles 13 boulevard d' Ormesson - en ville - Cadastre : 1995 AD parcelle non cadastrée
    Historique :
    donnait sur le boulevard d'Ormesson encadré de préaux et partagé, comme la cour, en deux espaces réservés Dès 1883, la municipalité commence à réfléchir sur la localisation d'un nouveau groupe scolaire et Prevost. Le pavillon central est réservé aux instituteurs avec à gauche les classes de filles et à droite de garçons. Des jardins sont aménagés entre le corps de bâtiment et la sente des Ecoles et un square exigu pour la population scolaire et le grand bâtiment longeant le boulevard d'Ormesson est construit
    Description :
    Le premier édifice est conçu sur un plan rigoureusement symétrique avec un pavillon central d'un l'ensemble de la composition. Le second bâtiment, sur le boulevard d'Ormesson est d'une architecture
    Annexe :
    privées de la Société des architectes diplômés par le gouvernement (Paris), avant 1900. Fonds Marcel G
    Illustration :
    Vue en perspective du bâtiment des années 1930, sur le boulevard d'Ormesson. IVR11_20089500382NUC4A Vue de la partie centrale du bâtiment donnant sur le boulevard d'Ormesson. IVR11_20089500383NUC4A Détail de l'entrée du bâtiment donnant sur le boulevard d'Ormesson. IVR11_20089500384NUC4A Plan masse du premier groupe scolaire avec le projet de deux agrandissements latéraux par des
  • groupes scolaires Alain, Binet, Condorcet, Compayré
    groupes scolaires Alain, Binet, Condorcet, Compayré Meaux - mail des Allobroges rue Louis-Bréguet mail des Corses - - Cadastre : AK 79 AS 60 AS 59 BZ 171
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    A partir de 1965, quatre groupes scolaires ont été dessinés sur les mêmes principes constructifs
    Description :
    Ces groupes scolaires étaient destinés aux enfants de Beauval A (école Alain, sur le mail des Compayré, parcelle AS 59). Le choix de l'esthétique de ces bâtiments répondait à deux critères : leur classe comme module de base. Le groupe scolaire type comprenait trois types de bâtiments : les écoles logements comportant quatre appartements par palier et reconnaissables à la présence de persiennes. Le plan classes s'articulaient le long d'une galerie de circulation entourant un escalier pour les bâtiments du photographique a été menée sur l'école Alain (couleur orange).
    Illustration :
    Vue d'ensemble, pris depuis le mail des Allobroges. Le groupe scolaire Alain dessert le quartier de distinguent les unes des autres par la couleur des profilés. Le orange est adopté par le groupe scolaire Alain Vue des cadres rigides en profilés orange et des piliers de maintien dans le sol Les bâtiments de l'école primaire Alain. Vue de la façade principale et du préau sur cour L'école primaire du groupe scolaire Alain : détail de la façade sur cour. IVR11_20097701489NUC4A
  • cité de la Muette
    cité de la Muette Drancy - quartier de la Muette - avenue Jean-Jaurès rue Arthur-Fontaine rue Auguste-Blanqui - en ville - Cadastre : BZ104 BZ154 BZ54 BZ52 BZ103
    Historique :
    Envisagé sur le terrain de la Muette, acquis en 1925 par l'Office public d'HBM de la Seine (OPHBMS en about réparties sur le terrain dans une composition très étudiée. En 1933, un immeuble de 4 étages ), le projet débute en 1929, confié aux architectes Eugène Beaudouin et Marcel Lods. Ils sont remarqués industrialisée sur place avec l'ingénieur Eugène Mopin, et allient structure métallique et parement de béton pour 800 logements. Pour les 1.250 logements de la cité de la Muette, le chantier est rationalisé au maximum et les usines de préfabrication sont édifiées sur place. Ils renouent avec Mopin et font appel à crise économique dans sa réalisation. Le gouvernement gèle les crédits de la Caisse des dépôts et cultuels attendus, seul le groupe scolaire est maintenu grâce au soutien de la nouvelle municipalité . Mal-aimés et loués relativement cher dans le contexte de crise, « les premiers gratte-ciel de la . En juin 1940, Le fer à cheval, ou U, est transformé en camp pour des prisonniers de guerre français
    Illustration :
    Tour1, 4ème étage, façade ouest, escalier secours donnant sur grande pièce. Campagne photographique Bâtiment A - Façade nord sur rue Auguste Blanqui. Campagne photographique, lors de la destruction Bâtiment A - Façade sur vue Henri Martin (Arthur Fontaine). Campagne photographique, lors de la Bâtiment A - Façade sud sur cour (cour est). Campagne photographique, lors de la destruction du Bâtiment A - Cour ouest, façade nord du portique sur cette cour. Campagne photographique, lors de Vue de l'aile dont les huisseries ont été changées en 1999, avant le classement Monument historique Vue générale depuis le Mémorial de Drancy en cours de chantier. IVR11_20119300080NUC4A Vue rapprochée depuis le Mémorial de Drancy en chantier. IVR11_20119300081NUC4A Vue rapprochée depuis le Mémorial de Drancy en chantier. IVR11_20119300082NUC4A Vue de la partie arrière du Mémorial national des déportés de France : le wagon et les rails
  • chaufferie communale géothermique de Beauval
    chaufferie communale géothermique de Beauval Meaux - ZUP de Beauval - 50 rue Pierre Brasseur - - Cadastre : 2014 AM 286
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    sur un emplacement provisoire se situant à mi-chemin entre les premiers immeubles de la ZUP de Meaux rail sur une distance de 1034 m. En 1971, sa puissance de chauffe a été augmentée et une nouvelle
    Description :
    Le corps de la centrale est composé de 7 parties : 3 grandes coupoles de 22 m de diamètre liaison entre les coupoles, une cheminée. Le choix des formes en coupoles hémisphériques était adapté aux étudiée pour pouvoir être déplacée par rail sur des chariots. Les coupoles sont constituées de feuilles de polyméthacrylate de méthyle (plexiglas) coulées et posées sur des ossatures métalliques tubulaires. Elles sont solidaires des galettes autoportantes qui constituent le sol, formant ainsi des éléments monolithiques
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la chaufferie, depuis le nord-est. IVR11_20097701500NUC4A Gros plan sur les coupoles constituées de feuilles de polyméthacrylate de méthyle (plexiglas ¿) coulées et posées sur des ossatures métalliques tubulaires. Elles sont solidaires des galettes autoportantes en béton qui constituent le sol formant ainsi des éléments monolithiques stables capables d'être Gros plan sur les coupoles constituées de feuilles de polyméthacrylate de méthyle (plexiglas¿) et Gros plan sur les coupoles constituées de feuilles de polyméthacrylate de méthyle (plexiglas ¿) coulées et posées sur des ossatures métalliques tubulaires. IVR11_20097701505NUC4A Gros plan sur les coupoles constituées de feuilles de polyméthacrylate de méthyle (plexiglas ¿) coulées et posées sur des ossatures métalliques tubulaires.Vue des galettes autoportantes en béton qui constituent le sol formant ainsi des éléments monolithiques stables. IVR11_20097701506NUC4A
1