Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 61 à 80 sur 416 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison rue de la Gabelle
    Maison rue de la Gabelle Mantes-la-Jolie - 4 rue de la Gabelle - en ville - Cadastre : 2015 AH 453
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de l'architecte des bâtiments de France E. Delaunay qui l'a sauvée, comme le relate le bulletin (détruite) (Section A2, parcelle 162), cette maison a subi de nombreuses transformations depuis. Elle devait être abattue lors de l'opération de résorption de l'habitat insalubre de 1958-64. C'est l'intervention municipal : « Les monuments historiques ont exigé que soient conservés les vieux bâtiments du 4, 6, 8 rue de la Gabelle qui feront la transition entre les groupes HLM du quai de la Tour et les maisons traditionnelles de la rue Nationale et du secteur de la Collégiale. Cette judicieuse remarque a entraîné des complications juridiques de propriété assez sérieuses étant donné que les bâtiments en cause étaient déjà expropriés ». De ce fait l'ancienneté de la maison a été accentuée par la mise à nu des pans-de-bois qui à
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille enduit pan de bois
    Description :
    La maison actuelle occupe toute sa parcelle. Elle est isolée à la suite de la destruction de la , elle a une façade pignon qui donne sur la rue de la Pêcherie et qui a conservé l'irrégularité de ses ouvertures. La fenêtre du pignon, qui donne sur les combles, a été élargie. Du côté de la rue de la Gabelle niveau des caves a été entièrement repris et se présente actuellement avec des voûtains de brique soutenus par des barres métalliques. Cette cave communiquait avec celle de la maison voisine, comme
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 4 rue de la Gabelle - en ville - Cadastre : 2015 AH 453
    Titre courant :
    Maison rue de la Gabelle
    Texte libre :
    part par les bombardements de 1944 et d'autre part par la modernisation du centre ville.
    Illustration :
    Vue de la maison avant la destruction du quartier. Fonds Bertin. IVR11_20177800617NUC2B Vue de la rue de la Gabelle en 1910. La maison se trouve à gauche. IVR11_20157800118X Vue du groupe de maison du 2 au 6 rue de la Gabelle. IVR11_20157800293NUC4A vue de la maison depuis la tour saint-Maclou IVR11_20177800885NUC4A Vue d'ensemble de la maison dont les pans-de-bois ont été mis à nu. IVR11_20157800294NUC4A
  • Maison Etienne, La-Chapelle-du-Mont-du-Chat
    Maison Etienne, La-Chapelle-du-Mont-du-Chat La Chapelle-du-Mont-du-Chat - la ferme Palatin - - bâti isolé - Cadastre : 2018 B5 127-129 Lieux-dit : la Ferme-Palatin La-Chapelle-du-Mont-du-chat 73370
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dominique Amouroux "Nouvelles architectures de maisons en France" [Edition du Moniteur, mai 1979, p.124-131 qu'il n'excède pas 1 200 000 francs. Un permis de construire a été délivré le 4 juin 1988 pour une permis a été délivré malgré un avis défavorable de l'architecte départemental des Bâtiments de France et Après avoir découvert la maison de Marcel Michard (Corbeil-Essonne) publiée dans l'ouvrage de ], Jean-Louis Etienne a pris contact avec Dominique Zimbacca à l'occasion de l'exposition Batimat ou au salon de la Maison Individuelle (selon J.-L Etienne sans doute en 1988) pour lui demander de réaliser Etienne a établi un programme détaillé pour cette maison, destinée à être la résidence principale de sa famille. Les attentes du maître d'ouvrage en matière d'utilisation de l'espace y sont précisément détaillées. Il est aussi demandé de "tirer le plus grand parti de l'environnement en ouvrant des vues continuité des zones constituant l'espace de jour, réparties le cas échéant sur plusieurs niveaux en fonction
    Référence documentaire :
    architecte organicien dans la seconde moitié du XXe siècle. Mémoire d'étude de l’École du Louvre, sous la
    Murs :
    béton parpaing de béton enduit
    Description :
    Construite sur un terrain de 6750 m2 ,situé à une altitude d'environ 640 m, et disposé en balcon au , en pleine nature et jouit d'un magnifique panorama. Elle se trouve à proximité d'un hameau de bâti ancien (le lieu-dit la Ferme-Palatin) et d'une maison de plaisance en belvédère, le Chat (château Perché ). Il s'agit d'une maison de 200 m2 habitable, construite en blocs de Siporex ( béton alvéolaire, très "zone jour" de 85 m2 avec coin repas, cuisine communiquant avec le séjour, coin salon avec cheminée , coin musique, coin bureau. Une "zone nuit" comprenant la suite des maîtres de maison (45 m2) : une chambre de 20 m2, salle de bain attenante (15 m2), dressing-room, lingerie, ainsi que deux chambres pour invités (14m2) avec salle de bains et sauna d'intérieur. L'organisation intérieure de la maison est complexe. Des différences de niveaux, marqués par quelques marches, permettent de singulariser le vaste rez -de-chaussée, conçu sans cloison. Les pièces (chambres et bureaux) qui se trouvent dans les "nacelles
    Étages :
    étage de soubassement
    Illustration :
    Vue de la façade postérieure, prise en contrebas. IVR84_20187301001NUCAQ Vue de la façade postérieure, prise en contrebas (2). IVR84_20187301011NUCAQ Vue de la façade postérieure (3). IVR84_20187301068NUCAQ Vue prise en contrebas d'une des nacelles de la façade postérieure. IVR84_20187301014NUCA Vue rapprochée d'une partie de la toiture. IVR11_20177300019NUC4AB Vue des toits et de la porte du porte du garage. IVR84_20187301064NUCAQ Vue rapprochée de la façade postérieure. IVR84_20187301015NUCAQ Vue de la façade latérale. IVR84_20187301025NUCAQ Vue de la façade latérale (2). IVR84_20187301027NUCAQ Vue de l'entrée de la maison située sur l'une des façades latérales. IVR84_20187301069NUCAQ
  • maison d'architecte, 60bis rue du Général-Leclerc
    maison d'architecte, 60bis rue du Général-Leclerc Andrésy - 60bis rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AO 215
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    facettes : issu d'une riche famille de francs-maçons d'origine alsacienne, il fut maire de la ville de 70 ans, résume tous les combats qu'il a menés depuis sa sortie de l'Ecole des Beaux-arts : faite de l'agencement de volumes simples, elle affirme un refus déterminé de l'ornement. Le plan comporte de multiples décrochements comme le montre la photographie prise depuis le jardin qui surplombe la crée des perspectives inattendues et variées. Le personnage de Raymond Fischer comporte de multiples d'Hirson, dans l'Aisne, pendant vingt ans et un de ses collaborateurs dira de lui qu'aucun personnage n'a
    Étages :
    en rez-de-chaussée surélevé étage de soubassement
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • maison de notable, maison de villégiature dite château des Sables
    maison de notable, maison de villégiature dite château des Sables Draveil - Mainville - 173 rue Pierre-Brossolette - en ville - Cadastre : 1983 AI 23, 28, 315 à 327, 358 à 449, 604 à 623, 677, 843, 966 à 979, 996 à 1016, 1050, 1051, 1099 à 1109, 1158, 1159
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Résidence de campagne construite au milieu du XIXe siècle à l'extrémité nord-est de la ville, à la limite de Vigneux. Sous le Second Empire, il appartient à Alphonse Bénard, père d'Auguste Bénard, premier président du conseil d'administration du chemin de fer métropolitain de Paris, propriétaire de la villa de la Compagnie des eaux et d'électricité de l'Indochine, qui fait édifier dans le parc plusieurs m2 sur un total de 4 ha 95) pour y créer le lotissement du Parc du Château composé de 178 pavillons (permis de construire du 30 mai 1980) et s'engage, par convention du 9 mai 1980, à céder gratuitement à la commune le parc boisé de 5 ha ainsi que la demeure et la maison du gardien. Le 31 janvier 1986 le conseil au conseil général de l'Essonne qui y a installé en 2003 une Maison départementale des Solidarités.
    Précision dénomination :
    maison de notable maison de villégiature
    Description :
    rivière artificielle. Le bâtiment de gardien et les communs situés à l'entrée du domaine forment été démolis (le premier remplacé par un des bâtiments de la Maison des Solidarités).
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    maison de notable, maison de villégiature dite château des Sables
    Annexe :
    , 150 W 12 : cession à la commune du château et de son parc, 1987. II. Iconographie . A. D. Essonne
    Illustration :
    Le parc : île arborée au centre de la rivière. IVR11_20089100004NUC4A Le parc et sa pièce d'eau en forme de rivière, avec à l'arrière-plan l'orangerie. Carte postale Vue partielle du hall d'entrée et de l'escalier. IVR11_20079100524XA Bâtiment de la Maison des Solidarités, construite par le conseil général de l'Essonne en 2002-2003 Vue latérale de la Maison des Solidarités, construite par le conseil général de l'Essonne en 2002 La maison de jardinier à l'entrée du parc, près de la rue Pierre-Brossolette Les communs : façade sud du bâtiment situé au fond de la cour pavée. IVR11_20079100532XA Le bâtiment des communs situé au fond de la cour pavée ornée d'une pelouse. IVR11_20079100534XA Vue de la rivière artificielle et du parc aux essences variées. IVR11_20089100006NUC4A Soubassement de l'orangerie ou du théâtre (?) aujourd'hui détruit élevé dans le parc au début du
  • maisons, immeubles
    maisons, immeubles Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    moellon sans chaîne en pierre de taille
    Auteur :
    [sculpteur] Folleville P. de
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le quai du Perreux de l'île des Loups. IVR11_20059400213XA Vue prise depuis le quai de Champigny d'un pavillon de jardin sur l'île des Loups Vue panoramique, depuis Nogent-sur-Marne. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19859400236XB Vue de la place de la République. Carte postale. (BHVP) IVR11_19859400549XB Vue de la place de la République et de la rue de Colmar. Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue de l'angle formé par l'avenue Ledru Rollin et la rue Station. Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue de l'avenue Ledru Rollin. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401513XB Vue de la rue de Belfort. Carte postale. (BHVP) IVR11_19859400548XB Vue de l'avenue de la Liberté. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401516XB Vue de l'angle formé par l'avenue Montaigne et l'avenue des Champs Elysées, actuellement avenue
  • maison, 5 sentiers des Pins
    maison, 5 sentiers des Pins Draveil - centre - 5 sentiers des Pins - en ville - Cadastre : 1983 AC 131
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison fait partie d'une ensemble de 10 pavillons construits entre 1912 et 1914 par
    Description :
    L'arc en plein cintre de la travée centrale se retrouve sur la plupart des pavillons édifiés à
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Elévations (projet n°2). (Société coopérative ""Paris-Jardins"" de Draveil, dossier 138 Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée, coupe (projet n°2). (Société coopérative ""Paris-Jardins "" de Draveil, dossier 138) IVR11_20069100935XA Plan du rez-de-chaussée, coupe et vue d'ensemble. Photographie et plans, s.d. Tiré de : Petites
  • maison de villégiature dite maison d'Alphonse Daudet
    maison de villégiature dite maison d'Alphonse Daudet Draveil - Champrosay - 33 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 134
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    -parents Allard puis dans l'ancien atelier de Delacroix, Alphonse Daudet y achète la propriété de M. Cottin , haut fonctionnaire du Second Empire, située le long de la route de Corbeil. Il y passe tous ses étés, y écrivant une très grande partie de son oeuvre et y recevant de nombreux amis lors des jeudis de Champrosay , Pierre Loti, Rodin, Massenet, Nadar, etc. Edmond de Goncourt y décède le 16 juillet 1896. En 1946 la maison est vendue à une communauté religieuse et prend le nom de prieuré Saint-Jean. En 1969 elle est acquise par l'Association de santé mentale du XIIIe arrondissement de Paris. Aujourd'hui privée, elle est le siège de l'association Maison d'Alphonse Daudet de Draveil. Entre 1985 et 1997, plusieurs projets de lotissements ont menacé une partie du parc, sans aboutir.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    élevé d'un étage carré et d'un étage de comble, avec une aile à angle droit couverte d'une terrasse. Sur la gauche, derrière cette aile, se situe une petite cour pavée entourée de bâtiments : logement du séparées par le chemin du bas de Champrosay : la partie haute, de 3 ha 65 et la partie basse, en bordure de Seine, de 1 ha 82. Derrière la maison s'étend le jardin d'agrément comportant un bassin circulaire, un kiosque, une orangerie, deux potagers, des réservoirs d'eau de Seine, et l'isba en briques, ancienne resserre à outils qu'Alphonse Daudet fit agrandir dès son arrivée pour la transformer en lieu de lecture et salle de billard. Plus bas, le parc se divise en deux parties : à droite un bois, à gauche, des jardins et terrasses ; une allée de tilleuls longe le chemin du bas de Champrosay auquel on accède par une grille (qui existe toujours). Dans le bas de la propriété, entre le chemin et la Seine, se trouve le cabinet de travail d'Alphonse Daudet, édifice hexagonal construi en briques qui comporte deux pièces sur
    Étages :
    étage de comble étage de soubassement
    Auteur :
    [personnage célèbre] Goncourt Edmond de
    Titre courant :
    maison de villégiature dite maison d'Alphonse Daudet
    Annexe :
    régionale des Monuments historiques : dossier de demande de protection, 1990. II. Iconographie . A. D . Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 119-120. - Fontaine, René. Draveil et son histoire. Draveil, 1981. - La maison de Champrosay, Alphonse Daudet et ses hôtes. Bernard Giovanangeli
    Illustration :
    Vue de la façade arrière. Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 63) IVR11_20059101597XAB Le cabinet de travail hexagonal aménagé par Alphonse Daudet dans la partie basse du parc. Carte Vue de la façade principale. IVR11_20089100367NUC4A Détail de la façade principale. IVR11_20079101046XA Détail de l'escalier d'accès à la façade postérieure. IVR11_20079101049XA Vue de la façade postérieure. IVR11_20089100369NUC4A Le cabinet de travail d'Alphonse Daudet au bas du parc, près de la Seine. IVR11_20089100496XA Le cabinet de travail d'Alphonse Daudet : vue intérieure. IVR11_20089100497XA Vue de la grille située au bas de la propriété, sur le chemin du Bas de Champrosay Détail de la grille située en bordure du chemin du Bas de Champrosay. IVR11_20069100533XA
  • maison de maître dite château de Port-Courcel
    maison de maître dite château de Port-Courcel Vigneux-sur-Seine - Port-Courcel - chemin de Port-Courcel - en écart - Cadastre : 1983 AB 47
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de maître
    Historique :
    Situé en bordure la Seine face au pont de l'Orge, le lieu-dit de Port-Courcel formait un port et un point de passage entre les deux rives du fleuve. Au XVe siècle la maison avec cour et jardin de Courcelles devint la propriété du chapitre de Notre-Dame de Paris. Cette maison, à laquelle la petite ferme de Noisy a été rattachée en 1633, n'existait plus en 1787. En 1842 Jules Chodron de Courcel, qui possédait des terres à Athis-Mons et Vigneux, devint propriétaire de Port-Courcel et de la ferme, qui subsista jusqu'à la guerre de 1870. En 1878 son fils Georges fit construire la maison actuelle sur l'emplacement de la ferme détruite. Entourée d'un parc, la maison a été modifiée et agrandie avant 1899. Le centre EDF de Villejuif en est aujourd'hui propriétaire.
    Description :
    La maison est constituée de plusieurs corps de bâtiments résultant de différentes campagnes de du corps à un étage carré, s'élève un bâtiment comprenant deux étages carrés et un étage de comble baies ; éléments de céramique en décor.
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - Port-Courcel - chemin de Port-Courcel - en écart - Cadastre : 1983 AB 47
    Titre courant :
    maison de maître dite château de Port-Courcel
    Appellations :
    Château de Port-Courcel
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, château de Port-Courcel. Sources et bibliographie DOCUMENTATION Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine, étude historique. Le Livre d’histoire, 2004, p . 94-98. -Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 116-117.
    Illustration :
    Vue d'ensemble ; photographie extraite de la monographie communale rédigée en 1899 par Vue de la voie communale n°1 de Rouvres à Port-Courcel, conduisant au château de Port-Courcel Vue de la façade nord-est. IVR11_20089100108NUC4A Vue de la façade latérale sud. IVR11_20089100109NUC4A Vue frontale de la façade latérale sud. IVR11_20089100110NUC4A Vue de la façade sud-ouest. IVR11_20089100111NUC4A Détail de la façade nord précédée d'une terrasse portant autrefois une véranda
  • maison Marthe-Les-Roses, 51 rue Balzac
    maison Marthe-Les-Roses, 51 rue Balzac Vigneux-sur-Seine - le Lac - 51 rue Balzac - en ville - Cadastre : 1983 AH 668, 726, 727
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Illustration :
    Panneau de mosaîque au-dessus d'une fenêtre du rez-de-chaussée portant le nom et la date de construction de la maison. IVR11_20089100520XA
  • maison de villégiature dite Villa Les Lions puis sanatorium Emille-Lefèvre, 29 rue Alphonse-Daudet
    maison de villégiature dite Villa Les Lions puis sanatorium Emille-Lefèvre, 29 rue Alphonse-Daudet Draveil - Champrosay - 29 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 131
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La propriété Les Lions, où habita Frédéric Villot, conservateur des peintures au musée du Louvre de 1848 à 1861, ami de Delacroix, est acquise en 1933 par l'Association hospitalière Les Cheminots qui la transforme en sanatorium sous le nom de Centre de pneumologie Emile-Lefèvre ou Centre hospitalier de Champrosay, 3e établissement de l'oeuvre en Seine-et-Oise et annexe du sanatorium de Ris. Il est affecté aux grands tuberculeux (hommes) dont l'état nécessite des soins particuliers. Sa capacité est de 35 lits ; dans le parc de 10 ha une dépendance est aménagée en cures d'air. Utilisée comme centre hospitalier parc d'un sanatorium de 109 lits (dont les plans sont dressés en 1933 par Henri Calley, architecte à
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    maison de villégiature dite Villa Les Lions puis sanatorium Emille-Lefèvre, 29 rue Alphonse-Daudet
    Illustration :
    La façade arrière de la maison ; elle appartient alors au baron Paul Barbier, intendant militaire , beau-père de Frédéric Villot, secrétaire général des Musées et ami de Delacroix. Carte postale, vers Vue de la façade principale. IVR11_20079101499XA
  • maison, 33 allée de la Cité nouvelle
    maison, 33 allée de la Cité nouvelle Draveil - centre - 33 allée de la Cité nouvelle - en ville - Cadastre : 1983 AC 143
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Draveil - centre - 33 allée de la Cité nouvelle - en ville - Cadastre : 1983 AC 143
    Titre courant :
    maison, 33 allée de la Cité nouvelle
    Illustration :
    Plans de la maison de M. Constantin (type n° 2 augmenté) : implantation, élévation principale entrée sous un petit porche, perpendiculaire au vestibule. (Société coopérative ""Paris-Jardins"" de de : Petites habitations économiques et ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie Vue d'ensemble. Photographie. Tiré de : Petites habitations économiques et ouvrières./ Hector Saint
  • maison de villégiature dite maison Allard, 22 rue Alphonse-Daudet
    maison de villégiature dite maison Allard, 22 rue Alphonse-Daudet Draveil - Champrosay - 22 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 25
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    célébrités du monde de la littérature et des arts. Il eut ensuite sa propre maison, achetée en 1887 (33, rue
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Murs :
    pierre de taille
    Titre courant :
    maison de villégiature dite maison Allard, 22 rue Alphonse-Daudet
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison ""du haut de la côte"", face à la route du pont de Ris
  • maison de villégiature, 21 boulevard Henri-Barbusse
    maison de villégiature, 21 boulevard Henri-Barbusse Draveil - Champrosay - 21 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 75
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Étages :
    étage de soubassement
    Titre courant :
    maison de villégiature, 21 boulevard Henri-Barbusse
    Illustration :
    Vue de la façade arrière. IVR11_20079101802XA
  • maison, 35bis rue des Creuses
    maison, 35bis rue des Creuses Draveil - Mainville - 35bis rue des Creuses - en ville - Cadastre : 1983 AL 299
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Illustration :
    Vue d'ensemble. La cave est accessible de la rue. IVR11_20089100182NUC4A
  • maison, 14 allée des Deux-Cèdres
    maison, 14 allée des Deux-Cèdres Draveil - centre - 14 allée des Deux-Cèdres - en ville - Cadastre : 1983 AC 27
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    parpaing de béton
    Description :
    Gros-oeuvre en pierre reconstituée du système Bourcier. Importante toiture de tuiles mécaniques et
    Étages :
    étage de comble
  • maison, 3 avenue de Beauséjour
    maison, 3 avenue de Beauséjour Draveil - Villa-Draveil - 3 avenue de Beauséjour - en ville - Cadastre : 1983 BH 184
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison, qui porte la date 1899, est identique à celles des numéros 5 et 7 (datée 1909) de la
    Étages :
    étage de comble étage de soubassement
    Localisation :
    Draveil - Villa-Draveil - 3 avenue de Beauséjour - en ville - Cadastre : 1983 BH 184
    Titre courant :
    maison, 3 avenue de Beauséjour
  • maison, 6 avenue Granger
    maison, 6 avenue Granger Draveil - centre - 6 avenue Granger - en ville - Cadastre : 1983 AP 273 2011 AP 445, 449
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    d'un porche au rez-de-chaussée porte un décor sculpté de style néo-Renaissance ; communs de style néo
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Illustration :
    Le porche présente une arcature en anse de panier. IVR11_20079101521XA
  • maison de villégiature, 6bis rue Alphonse-Daudet
    maison de villégiature, 6bis rue Alphonse-Daudet Draveil - Champrosay - 6bis rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 65
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Description :
    Maison de style créole. Une galerie de bois ceinture le premier étage sous un toit à auvent fortement saillant ; elle est accessible par un escalier extérieur de menuiserie.
    Titre courant :
    maison de villégiature, 6bis rue Alphonse-Daudet
    Appellations :
    maison de villégiature
  • maison de notable dite maison Piketty ou château des Sablières, la Pierre à Mousseau
    maison de notable dite maison Piketty ou château des Sablières, la Pierre à Mousseau Vigneux-sur-Seine - la Pierre à Mousseau - Cadastre : 1983 AW 14 à 17, 888 à 892
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Propriété de la famille Piketty, fondatrice de la Compagnie des Sablières de la Seine. Elle a été louée à une association dépendant de la RATP, La Brême des Transports dont les adhérents viennent pêcher
    Précision dénomination :
    maison de notable
    Étages :
    étage de comble étage de soubassement
    Titre courant :
    maison de notable dite maison Piketty ou château des Sablières, la Pierre à Mousseau
    Annexe :
    - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 113.
    Illustration :
    Maison de jardinier. IVR11_20089100062NUC4A Vue de la rivière artificielle qui serpente dans le parc. IVR11_20089100064NUC4A Ancienne fouille de la Pierre à Mousseau formant un plan d'eau dans le parc. IVR11_20089100065NUC4A
  • villa Bétharaba, 83 boulevard Henri-Barbusse
    villa Bétharaba, 83 boulevard Henri-Barbusse Draveil - Villiers - 83 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AR 283
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Maison occupée pendant la deuxième guerre mondiale par l'Oeuvre de secours aux enfants (O.S. E .) qui recueillait des enfants juifs. De 1945 à 1986, elle sert de maison d'enfants sous le nom les Glycines. En 1986 la ville de Draveil achète la propriété et conserve la moitié du parc (4000 m2), qu'elle
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Annexe :
    , chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 216 - 217
    Illustration :
    Vue de la partie des communs située au nord-est de la maison (côté boulevard Henri-Barbusse