Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 19 sur 19 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • pont Neuf
    pont Neuf Meaux - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le pont Neuf fut mis en service en 1938. Il remplaçait une passerelle piétonne sur bateaux, mise en
    Hydrographies :
    Marne la
    Description :
    Ce pont en béton armé repose sur deux piles proches des rives de la Marne. Il assure la communication est-ouest entre le quartier du Marché et la rive droite.
    Illustration :
    La Marne et le Pont Neuf, vus depuis le pont Foch. IVR11_20127700818NUC4A Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le pont Neuf, vu de l'amont Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le pont Neuf et le port de plaisance, vus du nord . Dans le fond, le pont Foch. IVR11_20127701179NUC4A Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale : le port de plaisance et le pont Neuf, vu
  • pont Maréchal Leclerc
    pont Maréchal Leclerc Melun - Pont Maréchal Leclerc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Historique :
    fleuve, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont sur le grand bras de la Seine, qui lancèrent à sa place un pont Bailay. Le pont actuel fut édifié en 1948-1950, en même temps que le pont sur dont les pieux ont été retrouvés dans le grand bras. Au Moyen Age, deux ponts relient les rives du fut reconstruit en 1280, était connu sous le nom de pont aux moulins car il était garni de quatre moulins à blé : le moulin Notre-Dame (emporté par la débâcle en 1788), le moulin de Barbeau (donné à cette abbaye par Aubert d'Andrezel en 1250, détruit en 1587), le moulin de l'Oiselet (qui existait déjà en 1200 et ne fut démoli qu'en 1837), et le moulin de Saint-Père ou de Saint-Nicolas (brûlé vers 1456, puis l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem en 1234, aurait même existé aux 13e et 14e siècles. Le pont aux moulins arches plus étroites (entre 4 et 6 m). Le pont fit l'objet de travaux au 17e siècle, des arches s'étant siècle, Perronet proposa pour le remplacer un projet ambitieux, à une seule arche, non réalisé. En 1814
    Description :
    Le pont du Maréchal Leclerc relie la rive gauche de Melun à l'île Saint-Etienne, franchissant ainsi le grand bras de la Seine, seul navigable à Melun. Le pont, en béton armé, comprend trois arches reposant sur deux piles. L'arche maîtresse, sous laquelle circulent les péniches, est l'arche centrale.
    Illustration :
    Le pont sur le grand bras de la Seine : dessin à la plume, octobre 1686. (BNF, Département des Coupe et nivellement faits sur la ligne de projet des nouveaux ponts à construire à Melun : le Le pont aux moulins en 1825. Aquarelle et mine de plomb sur papier. (Musée municipal de Melun. inv Le pont suspendu, sur le grand bras de la Seine. Dessin, 1839. (BNF, Département des estampes. Rés Passerelle provisoire établie sur le bras sud de la Seine pendant la Seconde guerre mondiale estampes. Topo Va Seine-et-Marne) IVR11_20057700373Z Seine-et-Marne) IVR11_20057700374Z -Marne) IVR11_20057700375Z Elévation du pont-aux-moulins du côté d'aval. Encre sur papier, XVIIIe siècle. (AN, Cartes et plans Le pont-aux-moulins, vu de l'amont. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et plans. F14 10206
  • pont du Marché ou pont-aux-moulins
    pont du Marché ou pont-aux-moulins Meaux - Cadastre : non cadastré
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le pont du Marché constitue le plus ancien lieu de passage de la Marne à Meaux. Le "pont roide" est attesté dans le testament de sainte Fare, daté de 638, qui n'est probablement pas authentique mais remonte partie refaites en pierre, de 1536 à 1540. Outre les moulins, le pont portait aussi de petites maisons abritant des boutiques, qui disparurent au 19e siècle. Des travaux furent régulièrement menés sur les arches de ce pont, très irrégulières avant leur uniformisation au 19e siècle par le service des Ponts et
    Hydrographies :
    Marne la
    Description :
    Le pont repose sur sept piles de pierre appareillée, massifs rectangulaires prolongés par des becs sont renforcés, côté amont, par des arcs en brique. Le tablier est légèrement incurvé.
    Illustration :
    : "Miroir", 20 septembre 1914. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H 156293 Vues consécutives à la première bataille de la Marne, avec notamment, au centre : "réparation de . Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H 156294) IVR11_19807700117Z Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : la jonction du pont avec le quai Victor-Hugo (rive Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le tablier du pont, depuis la rive nord Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le tablier. IVR11_20127701193NUC4A
  • pont de la pénétrante
    pont de la pénétrante Melun - D 606 - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré
    Historique :
    Le pont prolongeant la rocade nord (mise en service en 1964) a été construit pour la DDE par G . Calderon et G. Carpentier. L'ouvrage a été inauguré le 17 février 1971.
    Description :
    l'ensemble de la Seine (les autres ouvrages d'art n'étant jetés que sur un des bras du fleuve). Le pont de la Ce grand viaduc de sept travées, portant une voie rapide, est le seul pont de Melun à franchir pénétrante prend toutefois lui aussi appui sur l'île Saint-Etienne, puisque la pointe occidentale accueille
    Illustration :
    Vue panoramique, depuis le toit de la Cité administrative. IVR11_20057700492XA Vue de la pointe orientale de l'île Saint-Etienne, depuis Le Mée, avec à droite le pont de la pénétrante franchissant le grand bras de la Seine. IVR11_20057700264XA
  • pont routier dit Grand Pont de Meulan (détruit)
    pont routier dit Grand Pont de Meulan (détruit) Meulan
    Historique :
    Dès avant le 10e siècle, deux ponts de bois reliaient Meulan aux Mureaux environ à 500 pas du Petit Pont actuel. Le Grand pont, dans le prolongement du petit pont a été construit au 11e siècle par les comtes de Meulan; les péages possédés par les comtes puis par la ville à la fin du 12e siècle puis par le fortune s'enchaînent à tel point que le Grand Pont est dans un très mauvais état. En 1695, deux arches lui demander de ne pas détruire le pont mais de le faire réparer. Finalement, des travaux sont engagés n'améliorent pas l'état du pont, si bien qu'à la fin du siècle, la circulation sur l'édifice est régulièrement crèches font aussi l'objet de grands travaux, mais malgré tout, le pont reste en mauvais état. En 1836 , une autre adjudication a lieu pour de nouveaux travaux confiés à M. Ferrand, à savoir le nouveaux projets de reconstruction sont mis au point à partir des années 1920, et jusqu'en 1939. Le pont est bombardé en 1944 par les forces alliées et il est reconstruit plus en aval. C'est le pont Rhin et
    Description :
    Le Grand Pont était composé de onze arches en maçonnerie.
    Illustration :
    . Le premier Pont dit Petit Pont ou Pont aux Perches relie Meulan au Fort. Sur la droite, le second Perspectives de la ville de Meulan et de l'île au Fort reliées par le pont sur la Seine n°1 dit Petit Pont. Sur la droite, on peut voir le Grand Pont entre l'île au Fort et la plaine des Mureaux (17e bastions de l'île au Fort et le pont routier sur la Seine n°1 dit Petit Pont. Gravure, 17e siècle pont, dit Grand Pont, assure la jonction entre le Fort et la plaine des Mureaux. Gravure, 20e siècle fortifications, le fort de Meulan et les deux tronçons du pont qui relie Meulan à l'île au Fort et l'île à la Vue de Meulan vers l'amont depuis les rives de l'Ile Belle. Sur la droite, on peut voir les Vue du Petit Pont depuis une place sur l'île au Fort. Gravure, 19e siècle. IVR11_20117800432NUC2 Vestiges de la naissance du pont. On aperçoit le début d'une arche et deux encorbellements
  • pont de Lattre de Tassigny
    pont de Lattre de Tassigny Melun - Rue Courtille (de la) - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Description :
    Cet ouvrage en béton armé, reposant sur deux piles jumelées, relie l'île Saint-Etienne à la rive nord en franchissant le petit bras de la Seine. Il fait pendant au pont Notre-Dame, au sud.
    Illustration :
    Le pont vu depuis l'aval. IVR11_20037700424X Le pont vu depuis l'aval. IVR11_20037700408X
  • pont Notre-Dame
    pont Notre-Dame Melun - Pont Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Historique :
    achevée en 1975. L'ouvrage a été inauguré le 30 août 1975.
    Description :
    Cet ouvrage en béton armé, reposant sur deux piles jumelées très proches des berges, relie l'île Saint-Etienne à la rive sud en franchissant le grand bras de la Seine (réservé à la navigation). Il fait
    Illustration :
    Le pont Notre-Dame vu de l'amont, depuis l'île Saint-Etienne. IVR11_20067700431XA Le pont Notre-Dame vu de l'amont, depuis la rive sud. IVR11_20037700244XA
  • pont de Ris
    pont de Ris Draveil - Champrosay - Cadastre : 1983 AW non cadastré
    Historique :
    Le premier pont de Ris est édifié en 1830, à ses frais, par Alexandre Aguado, marquis de Las , inauguré le 25 septembre 1831, reliait Champrosay à La Borde, hameau de Ris, jusque-là desservis par un Aguado la perception d'un péage pour une durée de 90 ans. Détruit en 1870 par le Génie militaire, il est remplacé en 1874 par un pont à trois arcs à superstructure métallique reposant sur des piles en maçonnerie
    Description :
    reposaient sur des piles en maçonnerie construites sur un radier en bois de chêne, posé lui-même sur un lit de pierres au fond du fleuve. Le pont actuel, long de 131 m, est construit en béton.
    Illustration :
    Le nouveau pont de Ris et le coteau de Champrosay. IVR11_20069100570XA
  • pont Saint-Liesne
    pont Saint-Liesne Melun - Rue Saint-Liesne - en ville - Cadastre : 1985 AR non cadastré
    Historique :
    Le pont actuel a été inauguré par le duc d'Aumale en 1841. Il a remplacé un pont à trois arches
    Description :
    Le pont Saint-Liesne permet à la route de Paris à Lyon (par Melun et la Bourgogne) de franchir l'Almont, petit affluent de la Seine. Il relie ainsi le centre de Melun à son faubourg oriental, le faubourg Saint-Liesne. Le pont est constitué d'une seule arche, en arc surbaissé. Il est construit en
    Illustration :
    en 1841 par le pont actuel inauguré par le duc d'Aumale"". Crayon noir et mine de plomb sur papier Pont Saint-Liesne ou pont d'Aumale, inauguré par le duc d'Aumale à son retour d'Afrique en 1841 Le pont Saint-Liesne, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Pont sur l'Almont, dit pont Saint-Liesne : vue générale, depuis l'aval. IVR11_20037700237XA
  • pont routier dit Vieux Pont de Limay
    pont routier dit Vieux Pont de Limay Limay
    Historique :
    ville de Mantes un demi-moulin sur le pont. Au 13e siècle, trois moulins y sont attestés. Au 16e siècle . Il reste des vestiges du pont médiéval sur le bras de Limay : notamment un moulin sur pilotis qui Le vieux pont, autrefois appelé pont de Mantes, est construit entre le 10e et le 12e siècle. Il va de Limay à Mantes en s'appuyant sur l'île aux Dames. Il est en bois à l'origine, se divise en trois très lucratif dès le 12e siècle, comme le prouve une charte de Philippe II qui, en 1195, concède à la , le vieux pont fait l'objet d'une restauration importante (du côté de Limay). En 1613, à l'instigation de Sully, le pont médiéval est remplacé par un pont de pierre de 37 arches segmenté en trois tronçons s'écroule vers 1870. Le premier tronçon de ce pont part de Mantes, va jusqu'à l'île aux Dames et compte treize arches. Le deuxième traverse les zones marécageuses des îles et compte aussi treize arches. Le troisième, le vieux pont de Limay, qui relie l'île aux Dames à Limay, a onze arches, et est doté d'une
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Mantes-la-Jolie
    Annexe :
    , Maury Imprimeur 1978. GROUPE D’ETUDES ET D’EDITIONS MANTAISES, Le Mantois dans la guerre, 1939-1945
    Illustration :
    Rez-de-chaussée et premier étage de la façade de la maison du passeur sur le vieux pont de Limay , Yvelines, B 7158). On voit le vieux pont depuis Limay. IVR11_20117800414NUC2 Le pont de Mantes. Photographie, 1941. (BNF. Va 78, fol.,tome V, Yvelines, B 7201). Vue du vieux pont de Limay vers l'aval depuis les berges d'une île, avec la maison du passeur sur la droite vers Vue générale du vieux pont de Limay depuis le tronçon du Pont Neuf de Mantes situé entre Limay et Le Vieux pont de Limay vu depuis les berges. IVR11_20117800221NUC4A La maison du passeur du vieux pont de Limay vue depuis le pont. IVR11_20117800228NUC4A Pile en éperon du vieux pont de Limay vue depuis le pont vers l'aval. On peut apercevoir une échelle de crue gravée en chiffres romains sur cette dernière. IVR11_20117800226NUC4A Vue d'ensemble du vieux pont. On aperçoit à l'arrière le nouveau pont. IVR11_20167800122NUC4A
  • pont Jeanne d'Arc
    pont Jeanne d'Arc Melun - Pont Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Historique :
    reliaient les rives de la Seine, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont jeté sur le maison sise sur le pont-aux-fruits, du côté d'amont, tenant au Châtelet et murs de ville en 1445). Au 18e siècle, Jean-Rodolphe Perronet proposa de reconstruire le pont sur un plan ambitieux, à arche unique auteurs, au même moment, du pont suspendu établi sur le grand bras de la Seine. Ce pont de pierre fut à au débouché du pont, sur la rive droite (notice IA77000460). Il comportait huit arches avec un dos d'âne prononcé sur la deuxième pile proche de la rive droite. Jusqu'en 1210, ce pont a porté un moulin , mais ce projet ne fut pas réalisé. Ce n'est qu'en 1836-1838 que le pont médiéval fut remplacé par le son tour détruit en 1944. Le pont actuel, baptisé pont Jeanne d'Arc, fut construit de 1948 à 1950 en même temps que le pont Leclerc qui le prolonge au sud, sous la direction de l'architecte Robinson et de
    Description :
    Le pont Jeanne d'Arc relie l'île Saint-Etienne à la rive droite de Melun. Il franchit le petit bras de la Seine, non navigable. Il comprend trois arches reposant sur deux piles.
    Illustration :
    , projetté pour être construit sur l'un des deux bras de la Seine à Melun. Cette gravure illustre le projet (non réalisé) de Perronet pour la reconstruction du pont-aux-fruits, sur le petit bras. Gravée par pour le pont à construire sur le petit bras de la Seine. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et Le pont-aux-fruits la nuit, vers 1900. Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv. 992.13.1 Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle), détail : le pont nord, dit ""pont-aux-fruits"" ou ""pont du Châtelet"". Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv Coupe et nivellement faits sur la ligne de projet des nouveaux ponts à construire à Melun : projet Le pont-aux-fruits, vu de l'ouest. Dessin, 19e siècle. (Musée municipal de Melun. Inv. 970.7.315 Vue des bords de Seine, avec un bateau-lavoir, près du pont de pierre ou pont du Châtelet, vers le Le pont de pierre (act. pont Jeanne d'Arc) vu de la Courtille, vers 1906. Carte postale. (Musée
  • pont routier dit Pont neuf de Mantes
    pont routier dit Pont neuf de Mantes Mantes-la-Jolie - Cadastre : AC parcelle non cadastrée domaine public
    Historique :
    que les piles. En novembre 1944, les Anglais installent un pont provisoire à double voie, le pont Bailey. Dès le printemps 1945, les travaux du nouveau pont commencent, à l'emplacement des piles. En décembre 1954, le nouveau pont est mis en service. De l'autre côté de l'Ile aux Dames, le pont a été
    Description :
    Le nouveau pont s'appuie sur deux piles en béton et a trois arches légèrement courbées, dont la
    Illustration :
    Mantes-la-Jolie : Les quais de Mantes vus depuis le pont vers l'amont. On aperçoit l'Ile aux Dames et le viaduc autoroutier. IVR11_20117800235NUC4A Mantes-la-Jolie : Garde-corps métallique vu depuis le pont vers l'aval. IVR11_20117800236NUC4A
  • pont routier  dit Pont neuf de Mantes ou Pont Perronet (détruit)
    pont routier dit Pont neuf de Mantes ou Pont Perronet (détruit) Mantes-la-Jolie
    Historique :
    Depuis le 12e siècle, un pont en bois relie Mantes à Limay. En 1613, Sully fait construire à son détériorent les édifices très régulièrement. En 1731, le tronçon central est entièrement refait par Fayolle que les eaux s'écoulent mieux et que l'édifice soit plus léger. Le Pont Neuf, dit Pont Perronet, est Pont Neuf. En 1870, le pont est dynamité, un pont provisoire de bateaux est mis en place jusqu'en 1874 le pont est à nouveau mis en service. En 1940, les bombardements du génie français détruisent
    Description :
    Le Pont Neuf était un pont en maçonnerie, composé de deux tronçons identiques de part et d'autre de l'île aux Dames. Ces derniers sont dotés de trois arches en anse de panier qui s'appuient sur des piles en forme d'éperon. Le troisième tronçon est édifié dans le même style.
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Limay
    Illustration :
    Projet d'un pont à construire à Mantes sur le bras de la Seine du côté de Limay, par Perronet, 1766 78, fol.,tome V, Yvelines, B 7171). Vue de l'ouvrage vers l'aval sur la rive gauche. Le point de vue Elévation du pont de Mantes, construit sur le bras de la Seine du côté de la ville, achevé en 1765 Vue générale de l'ouvrage depuis le Vieux Pont dont on aperçoit le parapet au premier plan
  • pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport
    pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport Gargenville
    Historique :
    En 1883 est construit un pont qui relie Epône à Gargenville en s'appuyant sur l'Ile de Rangiport afin de remplacer le bac existant. Dans les années 1930, Gargenville présente un projet d'élargissement Seine. Toutefois, les ingénieurs estiment que ces travaux sont inutiles et que le pont existant suffit à ponts sur les rives, elles étaient dotées de haubans. Pendant plus de vingt ans, les travaux se multiplient en raison de leur dégradation constante. Au début des années 1960, le maire de Gargenville y
    Description :
    Le premier pont était construit sur le modèle d'un pont rigide avec des arcs de fer. Le nouveau soutient le tablier, tandis que du côté de Gargenville, le petit bras de la Seine est enjambé par un petit
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Epône
    Titre courant :
    pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport
    Illustration :
    Pile intermédiaire du pont en béton vue depuis le chemin de terre sur la rive d'Epône Première travée de l'ouvrage qui s'appuie sur une pile en béton, vue depuis les berges d'Epône Poutres métalliques en treillis vues depuis le pont vers l'amont. IVR11_20117800243NUC4A Début du treillis vu depuis le pont vers l'aval. IVR11_20117800240NUC4A Poutres métalliques ajourées vues depuis le pont vers l'aval. On aperçoit les berges d'Epône et au loin le début des carrières. IVR11_20117800245NUC4A Poutres métalliques du pont et garde-corps. On aperçoit le début d'un méandre du bras de la Seine Tablier métallique et partie inférieure du treillis vus sous le pont face à l'Ile de Rangiport culée en béton sur les berges. IVR11_20117800237NUC4A
  • pont routier de Bonnières
    pont routier de Bonnières Bonnières-sur-Seine - Cadastre : 1982 AB non cadastré domaine public
    Historique :
    le jour. Celui-ci réemploirait le pont de Mantes en charpente qui en 1871 a remplacé provisoirement le pont détruit et le placerait du côté de Bonnières tandis que le bras de Bennecourt serait asséché . Ce projet peu coûteux n'est pas retenu. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées et le Service de en période de crue. Le pont est mis en service en 1882. Une concession est établie avec une clause de rachat par l'Etat et un péage règlemente la circulation. Le pont est miné et détruit pendant la Seconde
    Description :
    Le premier pont était composé de deux tronçons séparés par la Grande Île. C'était un pont à poutres Bennecourt, il était constitué d'une travée unique de 50 mètres. Le tablier était large de 4, 07 m. et doté de deux trottoirs. Des voutains de brique le soutenaient. Le nouveau pont est un pont à tablier cintré métallique, qui repose du côté de Bonnières sur deux piles intermédiaires en béton, et qui est des culées en béton. Les barrières qui bordent la chaussée et le corps du tablier sont métalliques
    Localisation :
    Bonnières-sur-Seine - Cadastre : 1982 AB non cadastré domaine public
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Bennecourt
    Illustration :
    Vue depuis le pont routier vers l'amont sur la Grande Ile. IVR11_20117800200NUC4A Partie supérieure d'une pile en éperon vue depuis le pont. IVR11_20117800206NUC4A rampe d'accès routier vers le pont. On aperçoit les usines Singer et leur château d'eau de l'ouvrage sur la Grande Ile. IVR11_20117800214NUC4A
  • pont routier dit Petit Pont de Meulan ou Pont aux Perches
    pont routier dit Petit Pont de Meulan ou Pont aux Perches Meulan - Cadastre : AE parcelle non cadastrée domaine public
    Historique :
    Dès avant le 10e siècle, un pont de bois reliait Meulan à l'actuelle Ile du Fort ; il était actuel. Ce dernier a été construit à la fin du 10e siècle, sur des fondations de pierre et avec une tête ans et des Guerres de religion, le pont dut constamment être réparé ; la seconde arche est décintrée remis en service pour éviter de dégrader davantage le pont. Au 18e siècle, les réparations s'accumulent et débouchent sur l'installation d'arches provisoires en bois. Des projets de restauration de grande ampleur voient le jour et sont réalisés lors des premières décennies du 19e siècle : le tablier est élargi , et le tablier de la première arche en bois est à nouveau réparé ; l'état de l'édifice ne s'améliore pas vraiment, d'autant plus que le Grand pont subit en même temps des travaux bien plus importants du tramway. Mais le Petit Pont échappe au dynamitage pendant la Seconde Guerre mondiale. Les berges
    Description :
    Le Petit Pont est composé de dix arches en maçonnerie, surmontées d'un tablier comprenant une
    Illustration :
    Meulan : ancien pont sur le bras de Meulan. IVR11_20117800123NUC4A Meulan : ancien pont sur le bras de Meulan. IVR11_20117800120NUC4A Vue de l'ouvrage depuis les quais de Meulan. On aperçoit les immeubles situés sur l'île du Fort Première arche enjamant le fleuve vue depuis les quais de Meulan vers l'aval Voûte double s'appuyant sur deux piles en éperon vue depuis les quais de Meulan vers l'aval. On Partie latérale d'une pile en éperon vue depuis le pont vers l'amont. On aperçoit le parapet et le Partie supérieure d'une pile en éperon vue depuis le pont vers l'amont. IVR11_20117800263NUC4A Partie supérieure d'une pile en éperon vue depuis le pont vers l'amont. Une partie de l'ouvrage Crèche d'une pile vue depuis le pont vers l'aval. IVR11_20117800255NUC4A
  • pont routier dit pont suspendu de Triel
    pont routier dit pont suspendu de Triel Triel-sur-Seine - Cadastre : AY parcelle non cadastrée domaine public
    Historique :
    Dès 1836, un projet de construction d'un pont sur la Seine entre Triel et Vernouillet voit le jour afin de remplacer le bac. Marc Seguin et ses frères remportent l'adjudication en 1837 ; l'édifice est service dès 1838. En 1870, le pont subit de grands dommages, notamment à la travée gauche qui est projets de travaux sont établis, notamment le rehaussement de la travée centrale d'un mètre ; toutefois en 1935, les ingénieurs songent à remplacer le pont suspendu par un pont rigide. En septembre 1937, la concession prend fin, le pont est racheté par l'Etat mais il n'y a plus de péage depuis 1927. Finalement, le pont est détruit par le génie français le 9 juin 1940 pour freiner l'avancée allemande. La ville lance Chaussées Georges de Buffévent. Le nouvel édifice est inauguré et mis en service en 1956.
    Description :
    Le premier pont était un pont suspendu à deux voies, composé de trois travées dont la centrale faisceaux de fil de fer. Trois câbles de fil de fer constituent les amarres des câbles suspenseurs. Le tablier est en bois et mesure environ cinq mètres de largeur. Le pont actuel est un pont suspendu composé est assurée par huit câbles porteurs en acier. Le tablier est large de 10 mètres et est bordé par une
    Localisation :
    Triel-sur-Seine - Cadastre : AY parcelle non cadastrée domaine public
    Annexe :
    210. BEAUJARD, Georges et BIGET,Daniel, Triel-sur-Seine, son histoire, ses légendes , Triel-sur
    Illustration :
    l'Ile d'Hernière sur laquelle le viaduc s'appuie. IVR11_20117800285NUC4A Viaduc autoroutier vu depuis le pont suspendu vers l'amont. On aperçoit à droite l'extrémité de Vue générale de l'ouvrage depuis les quais vers l'aval. On aperçoit sur l'autre rive la culée en Tige de suspension soutenant les câbles et garde-corps vus depuis le pont vers l'aval
  • pont d'Almont
    pont d'Almont Melun - Quai Maréchal Foch - en ville - Cadastre : 1985 AR non cadastré domaine public
    Historique :
    Lieu de franchissement de l'Almont entre Melun et Vaux-le-Pénil, ce pont fut construit en charpente fut renommé pont Gaillard sous la Restauration. Un projet de pont soutenu sur chaînes fut proposé en 1833 pour le remplacer. Mais c'est en 1842-1843 que fut finalement construit un pont beaucoup plus classique, en maçonnerie, à une seule arche, du même type que le pont Saint-Liesne élevé au même moment un peu plus en amont. Cet ouvrage a à son tour été reconstruit dans le 3e quart du 20e siècle, en
    Illustration :
    Le pont sur l'Almont vu de l'amont, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Le pont sur l'Almont vu de la Seine, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal Le pont sur l'Almont et la promenade, vers 1908. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv et fut remplacé en 1842 (annotation de G. Leroy). Fusain et estompe sur papier. (Musée municipal de Pont soutenu sur chaînes à construire à l'embouchure de la rivière d'Almont. Papier aquarellé, 14 Dessin du pont établi sur l'Almont près de son confluent avec la Seine, après sa reconstruction en 1842. Fusain et estompe sur papier. (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.214) IVR11_20027700968X
  • pont routier de la Roche-Guyon (détruit)
    pont routier de la Roche-Guyon (détruit) La Roche-Guyon - Cadastre : B 02 parcelle non cadastrée domaine public
    Historique :
    -Guyon et Moisson afin de remplacer le bac existant. L'ingénieur choisi se nomme Adolphe Boulland, il est le jour. En 1882, le projet est accepté : le pont doit être détruit et remplacé par un pont de type reprennent en 1932, pour être achevés deux ans plus tard. imon Boussiron et Nicolas Esquillan conçoivent le suspendu, dont le pont de la Roche-Guyon et celui d'Andrésy sont des applications. Le 9 juin 1944, le génie
    Description :
    construit pendant les mêmes années. Il s'étend sur 200 m et n'a qu'une travée. Le second est un pont à Le premier pont est de type suspendu à tablier en bois et ressemble fortement au pont de Triel de portée, ce qui constitue le record mondial de la plus longue portée d'un pont de ce type à taille et moellons de calcaire, et en aval, la culée en béton armé du second édifice, sur laquelle on peut apercevoir une plaque où figure le nom du constructeur et la date des travaux.
    Illustration :
    Plaque sur la pile du pont indiquant le nom du constructeur et la date des travaux ancien accès vers le pont à tablier suspendu détruit en 1944. IVR11_20119500880NUC4A
1