Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne dit Cité Marion
    lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne dit Cité Marion Vigneux-sur-Seine - 154 avenue Henri-Barbusse rue André-Pardoux 63-79 rue Pierre-Brossolette - en ville - Cadastre : 1983 AI
    Historique :
    , Seine-et-Marne et Oise et la construction sur ces terrains de logements individuels ou collectifs. Le Le lotissement en 149 parcelles d'une partie de la propriété du Bois-Couvreux, ancienne réserve de autorisé par arrêté préfectoral du 28 janvier 1956. Cette société anonyme coopérative, constituée le 9 de la commune depuis le 21 octobre 1955, est cédé à l'UCPTRP le 27 octobre suivant. Composée de pavillons, la cité comporte aussi trois immeubles implantés le long de la route de Corbeil : deux , totalisant 30 logements, font l'objet d'un permis de construire du 5 mars 1957, le troisième, divisé en 32 appartements, reçoit l'approbation le 16 mai 1958 ; leurs plans sont établis par le bureau d'études de l'UCPTRP FRAMECO est adjudicataire des travaux. Un parking couvert est édifié en 1961, 148, route de Corbeil. Le constructible pour la création d'espaces verts. Le 29 octobre 1965, l'UCPTRP vend à la Ville, pour la création boulevard Henri-Barbusse), dont le terrain de 734 m2 constitue le 152e lot du plan de lotissement. Les voies
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - 154 avenue Henri-Barbusse rue André-Pardoux 63-79 rue Pierre-Brossolette - en
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, lotissement des Castors. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Plan de situation dressé par le bureau d'études de l'UCPTRP, 7 juin 1955. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 Plan d'implantation des deux immeubles de 24 et 6 appartements, dressé par le chef des services techniques de l'UCPTRP, 19 mars 1956. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 32) IVR11_20079101247XA l'arrêté préfectoral d'approbation du 25 octobre 1963. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 32) IVR11_20079101037XA -Brossolette. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 32) IVR11_20079101036XA Plan parcellaire, 15 décembre 1966. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 32) IVR11_20079101245X Immeuble de 24 appartements : élévation principale ; plan dressé par le chef des services techniques de l'UCPTRP, 15 mars 1956. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 32) IVR11_20079101246X Façade principale de l'immeuble de 6 appartements, 15 mars 1956 ; signé par le chef des services techniques. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 32) IVR11_20079101038XA
  • Lotissement dit Groupe des Cordeliers
    Lotissement dit Groupe des Cordeliers Mantes-la-Jolie - 1-25 rue Saint-Bonaventure 1-31 rue des Cordeliers 1-11 Allée Albert Dagnaux - en ville - Cadastre : 2014 AD 307 2014 AD 458 2014 AD 459 2014 AD 462
    Historique :
    hectare, pris sur le domaine de l'ancien couvent des Cordeliers, afin d'y édifier quarante pavillons le bénéfice d'une prime à la construction et sollicite la CAF de la région parisienne. Les premiers
    Description :
    extrémité du mur goutterot permet d'accentuer le rythme décalé des pavillons. Sur la façade principale, un Le programme qui prévoyait quarante puis trente-sept pavillons, en compte trente-cinq, disposés en retrait et formant un plan en triangle. Chaque pavillon est construit en béton sur un soubassement en garage est intégré dans le soubassement du pavillon. Chaque porte d'entrée est surmontée d'un auvent en baies allongées du rez-de-chaussée surélevé et de l'étage sont en panneaux de bois coulissants sur une tringle métallique. A l'origine la circulation entre les groupes de pavillons et le parc central arboré se
    Texte libre :
    Le lotissement, dit groupe des Cordeliers, s'inscrit dans la période de reconstruction urbaine qui suit les bombardements de 1944 à Mantes-la-Jolie. La parcelle unique et large le distingue du découpage en lanières caractéristique du quartier. La circulation, ouverte entre les groupes de pavillons, le parc central et les rues environnantes, illustrent le programme urbanistique moderniste de Raymond
    Illustration :
    Vue des façades sur jardin, depuis l'allée Albert Dagnaux. IVR11_20167800441NUC4A
  • Lotissement de la Nérac
    Lotissement de la Nérac Boussy-Saint-Antoine - rue Nerac (de la) - en ville - Cadastre : 2017 AE 187;197
    Historique :
    et choqué par le gigantisme des barres, se met aussitôt à réfléchir au problème du collectif, à la manière de l’individualiser et de le rendre plus appropriable par et pour ses habitants dans le cadre d’un afin d’inventer des solutions inédites notamment en employant le potentiel technique de l’époque. En et de créer de nouveaux modes d’utilisation de l’industrie afin de mieux l’orienter. En consultant le l’architecte dans le domaine de la recherche et de l’enseignement ainsi que son engouement pour les questions d’urbanisme ce qui explique sa vision d’ensemble, présente dans la Nérac, avec le choix d’une architecture par sein de ses ensembles. Deux ans après avoir remporté le concours Villages urbains, Jacques Bardet relança les organisateurs6 du concours afin de désigner un maître d’ouvrage apte à réaliser le projet. Et c’est en 1963 que l’on confia le projet à la Scic qui avait déjà engagé au Val d’Yerres une importante
    Description :
    trois branchements qui débouchent sur trois parkings situés au cœur de l’opération ; le parking le plus . Contrairement aux articles publiés par l’architecte où il développe le principe des « collines artificielles . Cependant, nous retrouvons dans cette opération le principe d’assemblage volumétrique développé dans le atténuée par le jeu de décrochement et de contraste entre le plein et le vide (les terrasses et les , horizontalité et verticalité et qui est déployée sur une trame carrée. Au début celle ci faisait 6x6m puis elle intégré dans sa première proposition. L’accès à l’opération n’est pas possible par le Sud, depuis la voie principale. Cependant, l’accès est possible par le côté Est et Nord où la voie de desserte, en périphérie grand est situé dans la partie centrale de celle-ci. Nous constatons ici un décalage entre le projet réalisé et la théorie de Jacques Bardet : lui qui favorisait dans ses études le piéton au détriment de proposition de J.Bardet où les escaliers étaient cloisonnés et intégrés dans le bâti. Les logements situés à
    Texte libre :
    , initié par des architectes "humanistes" de seconde ligne qui ont remis en cause le logement social des dans ce courant de pensée ainsi que de la situer dans son contexte d'apparition qui est le lancement du , rédigé dans le cadre du séminaire Histoire et critique du projet, Habitat intermédiaire et innovation ( à l'Ensa-Marseille ). Le récit de notre mémoire (consultable par le lien ci-dessous) commence par l'analyse du projet de la Nérac en révélant son originalité, son contexte d'apparition et son rôle dans le développement d'une nouvelle typologie d'habitat. Le deuxième chapitre situe la Nérac dans l'opération du Val d'Yerres en spécifiant ce projet, les opérations qui le composent ainsi que les concepts qui y sont opération et son impact sur la production de la SCIC en analysant quelques opérations qui s'apparentent aux
    Illustration :
    Photographie représentant le jeu d'imbrication mis en place par l'architecte, qui a développé le
  • lotissement concerté Villa Cresson
    lotissement concerté Villa Cresson Enghien-les-Bains - 12 boulevard Sadi Carnot - en ville - Cadastre : 1995 AD 461 à 469
    Historique :
    lotissement prend place dans le jardin, à l'arrière du premier édifice.
    Représentations :
    Deux panneaux de terre cuite en bas relief ornent les travées de la maison sur rue, ornés pour l'un
    Description :
    ensemble est perpendiculaire à la rue et construit à l'arrière de la maison donnant sur le boulevard. Il s'ouvre sur des courettes à l'arrière, donnant sur le sentier de l'enfer, et par des jardinets à l'avant.
    Illustration :
    Détail de l'un des panneaux ornant la façade de la maison donnant sur le boulevard Détail d'un panneau ornant la façade de la maison donnant sur le boulevard. IVR11_20099500406NUC4A
  • lotissement concerté, résidence Antibes
    lotissement concerté, résidence Antibes Meaux - Beauval A - boulevard Amundsen boulevard Albuquerque - - Cadastre : 2014 AK 75-76, 173
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le concours de maisons individuelles fut lancé le 27 mars 1969 par le Ministre de l'Equipement et en chantier un minimum de 7500 maisons individuelles sur la période 1970-1972 et à faciliter construction de grands ensembles, et "offrir aux Français de choisir et non plus de subir le type de logement auquel ils aspirent." Ce concours devait également permettre de développer le marché de la maison individuelle pour pouvoir l'industrialiser. Mais le programme de "Chalandonnettes" mit longtemps à aboutir , puisque les 911 logements du programme Chalandon qui seront édifiées à Meaux par le promoteur SCIC, ne seront inaugurés que le 17 juillet 1978, par le ministre lui même.
    Description :
    Situé à la périphérie de Beauval A, ce lotissement de maisons basses, le plus souvent élevées (Acropole, Apollon, Artémis, Alexandre le Grand, etc.). Le lotissement s'organise autour d'une place s'ouvrant directement sur rue. Les espaces privés sont rejetés à l'arrière de la maison dans des patio
    Illustration :
    Place centrale bordée d'arbres, dite Place de l'Acropole, autour de laquelle s'articule le centrale bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs. Les maisons, le plus s'ouvrant directement sur rue. Les espaces privés sont rejetés à l'arrière de la maison dans des patio mitoyens. Des garages sont intégrés aux maisons. L'inspiration grecque se traduit par le parti pris donnés aux place, allées et rues (Acropole, Apollon, Artémis, Alexandre le Grand, etc centrale bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs. Les maisons, le plus centrale bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs. Les maisons, le plus s'ouvrant directement sur rue. Les espaces privés sont rejetés à l'arrière de la maison dans des patio mitoyens. Des garages sont intégrés aux maisons. L'inspiration grecque se traduit par le parti pris donnés aux place, allées et rues (Acropole, Apollon, Artémis, Alexandre le Grand, etc
  • lotissement concerté Villa des Platanes
    lotissement concerté Villa des Platanes Enghien-les-Bains - 66 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AC 371, 372, 373, 375
    Historique :
    deux types de maison ; le type A et le type B, variation sur la typologie de la maison avec façade Lotissement conçu sur cinq lots par les architectes d'Antony, F. Fenzi et A. Carreau qui proposent
    Description :
    Les maisons de type pignon-gouttereau présentent une façade pignon où se superposent le garage, le bow window, accosté sur la façade gouttereau d'une loggia soutenue par une colonne.
  • lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes
    lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes Enghien-les-Bains - 55 rue Félix Faure 47 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 839, 840, 841, 171
    Historique :
    Lotissement concerté commandé par le comte et la comtesse de Chabannes en 1924 à l'architecte Henri
    Description :
    L'ensemble comporte deux immeubles de quatre étages sur les deux rues qui desservent la parcelle laniérée et quatre bâtiments intermédiaires de plan en U sur une courette. Les constructions sont en meulière, brique silico calcaire et brique rouge pour les jeux ornementaux basés sur la polychromie.
    Illustration :
    Coupe et élévation de l'un des immeubles sur rue, 1924. (AM Enghien-les-Bains, 1T 19
  • lotissement du Parc du Château
    lotissement du Parc du Château Vigneux-sur-Seine - rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AW 55 à 114, 118 à 217, 224 à 239, 248 à 258, 767 à 786, 837 à 848
    Historique :
    mandataire de la Société civile immobilière du Parc du château. Celle-ci a fait l'acquisition, le 28 Vigneux, dont le morcellement a commencé en 1905, et qui comprend alors 9 ha environ. Un premier projet de lotissement a été approuvé le 29 avril 1933, mais la réalisation des travaux d'aménagement n'a pas été achevée . Le nouveau lotissement est approuvé le 29 juin 1955. Il comprend 175 pavillons de 3, 4 et 5 pièces en accession à la propriété, de type HLM. Le chantier réparti en deux tranches (49 logements en 1956, 126 en plans. Le plan masse subit diverses modifications jusqu'à sa mise au point définitive fin 1960. La prévue dans le cahier des charges de 1955 est ainsi remplacée en 1957 par celle d'un immeuble collectif de deux étages avec centre commercial, mais celui-ci non plus ne voit pas le jour. 13 pavillons
    Description :
    pavillons), avec annexes indépendantes, sur vide sanitaire ou sous-sol semi-enterré. Ils sont jumelés ou en pavillons de 5 pièces sont construits en bandes sur terre-plein, avec garage incorporé et chambre au premier nouvelles (Molière, Boileau et Lafontaine) de 6 m de largeur. Le cahier des charges prévoit l'entretien de
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AW 55 à 114, 118 à 217, 224 à
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine,lotissement du Parc du Château . Sources et bibliographie DOCUMENTATION
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Vigneux-sur-Seine, 80 W 34-35) IVR11_20079101144XA Plan d'ensemble, 7 mai 1957. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 34-35) IVR11_20079101146X Logement de 3 pièces : façades. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 34-35) IVR11_20079101147X Logement de 4 pièces (pavillon n° 1) : façades. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 34-35 Logement de 4 pièces : façades. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 34-35) IVR11_20079101149X . Louard, 10 octobre 1957. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 42) IVR11_20079101150X Pavillons en bande le long de la rue Voltaire. IVR11_20079101378XA
  • lotissement concerté La Villa des Sureaux
    lotissement concerté La Villa des Sureaux Enghien-les-Bains - 76 rue du Départ - en ville - Cadastre : 1995 AB 517, 416, 414, 413, 483, 408, 536
    Historique :
    d'autre d'une rue privée, Villa des Sureaux sur les parcelles 517, 416, 414, 413, 483, 408 et 536. Le reste du lotissement sera fini plus récemment. Le fait que le même architecte ait dessiné un grand
    Description :
    raffiné et polychrome (le blanc des stucs et les bleus des faïences se détachent sur le rouge de la brique gouttereau en brique rouge sur une base de meulière avec, sur la partie supérieure du pignon une mise en œuvre de faux pans de bois avec un enduit à la tyrolienne caractérisé par son aspect grenu. Le décor, le vernaculaire, notamment dans le travail remarquable de charpente (fermes débordantes et aisseliers très entrées. La modénature et le décor sculpté empruntent à plusieurs reprises au vocabulaire ornemental
    Illustration :
    Maison, 1 Villa des Sureaux, détail des arbalétriers soutenant le toit débordant table de pierre quadrilobée posée sur la brique. IVR11_20099500419NUC4A Maison, n°1 Villa des Sureaux : détail du linteau de la porte d'entrée. En métal, il repose sur Maison n°6 Villa des Sureaux : vue d'ensemble de cet édifice qui diffère des autres par le trouvé sur plusieurs villas de la ville. IVR11_20099500426NUC4A Vue d'une fabrique de jardin formée d'un auvent abritant un vase sur un piédestal
  • lotissement Zerhfuss
    lotissement Zerhfuss Aubergenville - Elisabethville - avenue de Dixmude cours Franco-Belge boulevard Pierre-Lefaucheux boulevard de la Plage - Cadastre : 2014 ak 19, 158
    Historique :
    réalise aussi l'usine. C'est un lotissement à l'américaine construit sur une même parcelle. L'architecte avait demandé à un élève de Mondrian, le plasticien Del Marle de mettre en couleur ces maisons.
    Description :
    Le lotissement est distribué sur deux vastes parcelles. il est composé de bâtiments collectifs de un ou deux étages et de maisons individuelles d'un étage, toutes sur pilotis. Les couleurs d'origine
    Illustration :
    Brume matinale sur le lotissement. IVR11_20117800321NUC4A Les usines Renault en construction et le parc de voitures. Photographie vers 1957. (Collection Brumes matinales sur les maisons individuelles du lotissement. IVR11_20117800324NUC4A
  • lotissement concerté Villa Messenie
    lotissement concerté Villa Messenie Enghien-les-Bains - 14, 50 bis rue Carlier - en ville - Cadastre : 1995 AB 88 à 138
    Historique :
    terrain. Il est irrigué par un réseau viaire dont la Villa Messenie, le passage Péligot et la villa des
  • lotissement concerté
    lotissement concerté Meaux - Faubourg de Chaage - 72-82 rue Gambetta 1- 29 rue Emile-Gavroy - - Cadastre : 2014 BC 1-17, 61-70
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    achevées en 1907. Les deux autres situés sur la parcelle d'angle (entre la rue Gambetta et la rue Emile Gavroy) sont un peu postérieurs. Ils sont probablement contemporains de la poursuite du lotissement sur Gavroy du nom de son créateur. Chaque maison porte le nom d'un prénom le plus souvent féminin (Henriette
    Observation :
    Ces immeubles ont été sélectionnés sur des critères morphologiques et urbanistiques.
    Illustration :
    Vue d'ensemble du lotissement sur la rue Gambetta. IVR11_20127700234NUC4A
1