Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 19 sur 19 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château
    Château Le Perreux-sur-Marne - 7 avenue du Docteur Faugeroux 28bis avenue du Château - en ville - Cadastre : 1979 AD 6A
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 7 avenue du Docteur Faugeroux 28bis avenue du Château - en ville - Cadastre
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
    Illustration :
    Façade latérale du pavillon sud. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401522XB
  • Château
    Château Champigny-sur-Marne - Le Tremblay - isolé - Cadastre : 1974 C
    Localisation :
    Champigny-sur-Marne - Le Tremblay - isolé - Cadastre : 1974 C
    Aires d'études :
    Champigny-sur-Marne
  • Château Saint-Claude dit Château Saint-Claude, Chapelle
    Château Saint-Claude dit Château Saint-Claude, Chapelle Champigny-sur-Marne - Coeuilly - 35 à 41 boulevard du Château - en écart - Cadastre : 1974 DH 35A, 40, 41, 42A, 38, 88, 91, 92, 15
    Historique :
    flanquait à l'origine le mur de clôture du parc (carte Delagrive) pour la famille Hocquart. Partie sud du fossés, où la grille d'entrée est enlevée et où le château est vendu par lots. En 1952, la chapelle
    Localisation :
    Champigny-sur-Marne - Coeuilly - 35 à 41 boulevard du Château - en écart - Cadastre : 1974 DH 35A
    Aires d'études :
    Champigny-sur-Marne
    Illustration :
    Entrée latérale, à l'est, aujourd'hui disparue. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et Villiers-sur-Marne et de la Brie française) IVR11_19849400684XB Revers du portail de la ferme. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie Façade antérieure de l'aile orientale. Dessin aquarellé, vers 1885. (AD Val-de-Marne Entrée latérale, à l'est, aujourd'hui disparue. Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue générale prise du sud-ouest. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19859400058XB Vue de la chapelle seigneuriale prise du sud. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19859400061XB
  • Château de Soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve dit Institut Saint-Thomas-de-Villeneuve
    Château de Soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve dit Institut Saint-Thomas-de-Villeneuve Bry-sur-Marne - 1 boulevard Gallieni - en ville - Cadastre : 1981 O 11, 13, 15
    Localisation :
    Bry-sur-Marne - 1 boulevard Gallieni - en ville - Cadastre : 1981 O 11, 13, 15
    Aires d'études :
    Bry-sur-Marne
    Illustration :
    . de Villiers-sur-Marne et de la Brie française) IVR11_19849400642XB Façade postérieure. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie française 1860. (Musée Bry-sur-Marne) IVR11_20079400084NUCA 1860. (Musée Bry-sur-Marne) IVR11_20079400085NUCA , vers 1860. (Musée Bry-sur-Marne) IVR11_20079400087NUCA Vue d'ensemble sur la façade antérieure et la façade latérale orientale. Carte postale. (Soc. hist Vestibule et escalier de l'aîle orientale. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401536XB Vue du hall, alors que le château est déjà transformé en école. Carte postale. (Collection Vue extérieure d'ensemble, lorsque le château fut mis en vente à la fin du XIXe siècle. Carte Vue de la façade sur jardin du château, avant sa destruction partielle en 1870. Photographie, vers
  • château
    château Romainville
    Historique :
    imaginer le raffinement de ses décors, le pittoresque de ses jardins ou le charme de la vue depuis les fils hérite du château le vend, à peine deux ans plus tard, à une société anglaise d'exploitation de
    Description :
    dont il ne subsite que le pavillon d'angle Est.
    Illustration :
    , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300149NUC4AB ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300142NUC4AB , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300143NUC4AB , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300144NUC4AB , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300145NUC4AB Plan du premier étage du château. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Plan du rez-de-chaussée du château. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300168NUC4AB Dessin, coupe du château? (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Charles , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300169NUC4AB
  • Château (détruit)
    Château (détruit) Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    maîtres de poste vers 1795. Sur l'état de section du cadastre napoléonien, le bâtiment appartient à René Il est probable qu'existait à Mantes au Xe siècle une motte castrale à l'emplacement le plus élevé les premiers Capétiens appréciaient beaucoup le séjour de Mantes "pour la bonté de l'air, la beauté de de la ville. Le château est décrit par un texte de Suger racontant son siège par Louis VI en 1108. Le texte précise que le roi après avoir pénétré dans le château assiégea la tour, probablement la tour de Gannes. Ce donjon, selon le chroniqueur Chrétien était un très ancien bâtiment ("le plus ancien monument sur la rivière et au devant duquel il y avait une grande terrasse aboutissant à la chapelle adossée à , signe que le château n’est plus considéré comme une résidence royale, le roi y aurait établi une Serres. Le succès de cette sériciculture ne dut pas être durable car on n’en trouve plus trace dans les chroniques de Mantes. Le destin du château est définitivement scellé lorsque Louis XIV augmente le nombre de
    Référence documentaire :
    . Mantes : Le Petit Mantais.
    Description :
    croupe dateraient des années 1367-68 sous le règne de Charles V. Un document très postérieur permet d'évaluer ses dimensions à 14 mètres sur 20 au moins, ce qui en fait un bâtiment imposant.
    Annexe :
    . En retour à droite par un mur mitoyen avec le sieur Tortelle de 17 m de long et un mur de clôture sur sur un mur de terrasse. Le bâtiment du logement se compose de deux parties : l’une ayant ses façades Description du château en 1806 Description du château en 1806 : (AM Fonds Grave 2 S1-2) Le château est précédé d’une place derrière l’église. On traverse le corps de logis pour accéder à une grande clôture, un grand mur en ruine de l’ancien château, le hangar du puits et le pignon du bâtiment du bûcher la ruelle. En retour du côté de la propriété de Mad. De Frileuse, un mur de clôture élevé sur un mur du côté de la place et de la cour d’entrée et l’autre à gauche donnant sur ladite cour et la terrasse concierge ayant également son entrée sur la place. La partie à gauche a deux entrées sur la cour. L’une près la grande porte et l’autre vers le milieu du bâtiment. Par cette dernière entrée on communique à la ensuite. Une autre chambre ayant sa sortie sur la cour par un corridor de dégagement. Autre bâtiment en
    Texte libre :
    Si le château de Mantes est détruit, il n'en occupe pas moins une place essentielle dans l'histoire de la ville et sa topographie. Le jardin qui l'a remplacé, place du château, en est le témoignage.
    Illustration :
    On voit à quoi ressemblait le château sur cette gravure de Chastillon, 1641. (AM Mantes-la-Jolie La représentation du château est moins précise sur cette gravure de Mérian (vers 1650). (Région Ile
  • château Frayé
    château Frayé Vigneux-sur-Seine - en ville - rue de Bellevue - en ville - Cadastre : 1983 AH 131, 385, 555, 657
    Historique :
    Le château est le centre d'un domaine seigneurial qui porte jusqu'au milieu du XVIe siècle le nom Fraguier, correcteur des comptes. Ce domaine comprend 148 arpents en 1757. Le château est sans doute reconstruit dans la 2e moitié du XVIIIe siècle. En 1802, le domaine comprend, outre le château situé entre -dire à l'opposé de la ferme, un petit jardin communiquant par ses clôtures avec le parc ; face à droite un bois futaie, verger et prairie, le tout entouré de fossés ; derrière la cour de ferme, un , qui s'étend alors sur 230 ha, est acheté par la Société agricole et industrielle de Château-Frayé qui , cultivateur, à la société Porchy et Derore qui en entreprend le lotissement, le propriétaire se réservant le château, les bâtiments de la ferme, une partie du parc et sa pièce d'eau (avec le droit d'exploitation de la glace). Ce lotissement est le début de l'agglomération de Vigneux. En 1905, le conseil municipal béton. En 1922, le château et ses dépendances sont vendus, puis lotis à leur tour et le château démoli
    Description :
    orientale est flanquée à l'arrière d'une tourelle en poivrière. Des anciens pavillons d'entrée situés sur le Le château était situé à l'extrémité de la partie rectangulaire de la pièce d'eau. Une cour bordée de communs le séparait de la route de Corbeil (bd Henri-Barbusse) ; ceux de droite en entrant étaient des pavillons construits après le lotissement du domaine (10-12 et 11-13, rue de Bellevue) ; l'aile longueur se compose d'une partie rectangulaire en forme de canal prolongée d'une partie circulaire (le lac
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - en ville - rue de Bellevue - en ville - Cadastre : 1983 AH 131, 385, 555, 657
    Annexe :
    . Essonne : Monographie de l’instituteur, 1899. . A. D. Essonne, 1 J 155 : pièces diverses sur le Château Vigneux-sur-Seine, château Frayé. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A. D - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine. Etude historique. 1928 : rééd. Dans Collection Monographies de villes et villages de France. Le Livre d’histoire, Paris, 2004 ; p.100-107. - Leveau-Fernandez , Madeleine. De Vicus-Novus à Vigneux-sur-Seine. Ed. Messidor, Paris, 1988, p. 45-52.
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Jets d'eau sur le canal aux abords de l'îlot. IVR11_20089100288NUC4A Le parc et la pièce d'eau ; photographie extraite de la monographie communale rédigée en 1899 par Vue d'ensemble de la pièce d'eau, avec le château à l'arrière-plan. Carte postale, vers 1910. (AD La pièce d'eau et le château à l'arrière-plan. Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 184 Le château et le ""lac"". Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 184) IVR11_20059101622XAB Le château derrière son portail d'entrée. Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 184 rue (10, rue de Bellevue), le pavillon qui lui fait face est un vestige de la partie occidentale Vue de la tour en poivrière et d'une partie de la toiture sur la façade sud de la partie orientale
  • château du Faÿ
    château du Faÿ Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50, 53 à 85, 88 à 102, 104 à 107, 113, 115, 134, 135, 137 à 156, 162, 164, 166, 168, 180, 181 à 183, 185
    Historique :
    Miotte de Ravannes en hérite de son père en 1777 et le vend en 1779 à Armand Domilliers de Thésigny qui reconstruire le château avant de revendre la propriété en 1855 à Louis Napoléon Lepicqui fait quelques aménagements. Selon la monographie de l'instituteur il aurait fait réaménager le parc par les frères Bühler effectués à cause du sous-sol humide et de la reconstruction des communs par l'architecte Nénot en 1893. Le
    Description :
    briques. Sur le toit en pavillon se trouve un belvédère. Les vestiges du parc présentent un petit lac On connaît par une description le château en 1777 : le château ou il y a chapelle attenante, une cour appelée la cour d'honneur au devant du château et fermée d'une grille sur l'avenue. Un bâtiment à , d'un bâtiment pour le fermier, d'une grange, bergerie, étables à vaches, remises écuries et autres retour vers le midy, les jardins vergers et potagers et un pavillon dans l'angle du mur de clôture destiné pour le logement ordinaire du jardinier. Au midy du château un grand parterre aux cotés duquel sont plusieurs plantations et au bout le parc qui forme un taillis essence de chataigniers pour la au château actuel ni au précédent. En effet le pv de vente de 1827 décrit un bâtiment de 11 croisées aujourd'hui détruite ; le château actuel a gardé la même extension au sol et se compose d'un corps central et araucaria. Dans la cour des communs, le vivier est toujours présent. Le colombier en pierre de taille et à
    Localisation :
    Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50
    Illustration :
    La façade sur le parc. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800485NUC2 Plan du domaine du Faÿ en 1682 d'après une copie faite en 1822 : détail le château et sa chapelle Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 La façade sur jardin. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800483NUC2 Le site du château. IVR11_20077800325XA La façade sur jardin. IVR11_20067800863XA La façade sur jardin : partie latérale. IVR11_20067800865XA Le vestibule et l'escalier d'honneur. IVR11_20067800570VA Communs donnant sur la cour d'entrée. IVR11_20067800572XA Le colombier ou "toits à volailles" du XVIIe siècle, façade arrière. IVR11_20067800566XA
  • château de Rouvres
    château de Rouvres Vigneux-sur-Seine - Rouvres - 47 rue Gaston-Grinbaum - en ville - Cadastre : 1983 AM 153, 268, 270, 156, 411, 416, 418, 474, 475
    Historique :
    Situé sur la partie haute de Vigneux au sud de la route de Corbeil entre le rû d'Oly, les Bergeries , grange, bergerie, étable et jardins est attesté en 1541. Le domaine est uni à celui des Bergeries à terres et de bois, constitue le principal manoir du fief noble de Rouvres. Une autre demeure existe cependant dès le XVIIe siècle, qui en 1723 forme un petit domaine rural avec jardin et clos entourés de murs . En 1872 cette maison est achetée par le comte Cahen d'Anvers déjà propriétaire du château des Bergeries. Elle devient ensuite la propriété de Rafaël Angulo, marquis de Caviédès, qui fait édifier le en 1926-1927. Le château et son terrain de 7 ha 50 sont acquis par l'Oeuvre de la maison de retraite du cinéma fondée en février 1923. 35 lits sont installés dans le château et ses dépendances. En 1967 parcelle de 2 ha, grand rectangle de 200 m sur 100, est vendue à la ville pour permettre la réalisation
    Description :
    d'ardoise en pavillon épousant la structure. L'entrée ouvre sur un hall formé par une cage d'escalier
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - Rouvres - 47 rue Gaston-Grinbaum - en ville - Cadastre : 1983 AM 153, 268, 270
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, château de Rouvres. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives Château de Rouvres, 1986-1987. II. Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine , étude historique. Le Livre d’histoire, 2004, p. 188-125. - Leveau-Fernandez, Madeleine. De Vicus-Novus à Vigneux-sur-Seine. Messidor, 1988, p. 30, 54-55. -Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    Le château : façade sur le parc. IVR11_20089100077NUC4A Vue sur le parc, de la terrasse du château. IVR11_20089100080NUC4A Portrait en buste de Léon Brézillon sur la stèle élevée en son honneur dans le parc du château , dressé par A. Morel, géomètre-expert à Yerres, s.d. (AM Vigneux-sur-Seine, 80 W 58) IVR11_20079101239X Ferme de Rouvres : vue des bâtiments sur la cour intérieure. (AD Essonne, 2 Fi 184 L'entrée du domaine sur la rue G.-Grinbaum. IVR11_20089100083NUC4A Bâtiment des communs, sur la gauche, à l'entrée du parc. IVR11_20089100079NUC4A Bâtiment des communs, sur la droite à l'entrée du parc. IVR11_20089100078NUC4A Le vestibule et l'escalier ; la cage d'escalier présente la particularité d'être ouverte par des Dans le parc, le monument en l'honneur de Léon Brézillon, fondateur de la Mutuelle du cinéma en
  • château de Vigneux dit château Dorgère
    château de Vigneux dit château Dorgère Vigneux-sur-Seine - centre - 40-44 rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AW 39, 286, 287, 819, 820, 900, 901
    Historique :
    nouvelle demeure (la 3e sur ce site) était entourée d'un domaine boisé de 4, 6 ha s'étendant jusqu'à la Dorgère, célèbre artiste de variétés. En 1905-1906 le domaine, à l'exception du parc, a été morcelé pour former le quartier de la Côte d'Or situé derrière la mairie ainsi que le lotissement de la gare. Occupé scolaire), le château a été acquis en 1948 par la compagnie Air-France qui l'a transformé en immeuble locatif pour ses employés. En 1955 un ensemble de pavillons a été construit dans le parc acquis sept ans
    Description :
    et un garde-manger ; une grande cour, jardin terrasse, abreuvoir et fossés d'eau, le tout clos de murs ; un corps de ferme également ceint de murs. Le terre-plein occupé par ce château existe toujours au milieu de la pièce d'eau du parc. Le château actuel est une construction en briques pleines non enduites sur fondations de pierre, couverte d'ardoises, d'une superficie de 800 m2. En 1948, il comprend au même distribution, un 2e étage divisé en 3 logements de 2 pièces, et un grenier partiel au-dessus, sur
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - centre - 40-44 rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AW 39, 286, 287
    Annexe :
    . A. D. Essonne, 79 J 69 : fonds de Courcel, notes sur le château de Vigneux. . A. M. Vigneux, 1 M 12 Vigneux-sur-Seine, château de Vigneux. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives l’instituteur en 1899. III. Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine. Etude historique. 1928 : rééd. Dans Collection Monographies de villes et villages de France. Le Livre d’histoire , Paris, 2004 ; p. 62-74 et 78-79. - Leveau-Fernandez, Madeleine. De Vicus-Novus à Vigneux-sur-Seine. Ed
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
  • château de Villiers, actuellement bibliothèque municipale et centre culturel
    château de Villiers, actuellement bibliothèque municipale et centre culturel Draveil - Villiers - avenue de Villiers - en ville - Cadastre : 1983 AR 5, 76-79, 82, 100-104, 108, 109, 111, 113, 114, 116-120, 200, 296, 297, 299, 303-309 1983 BC 54, 211, 218, 234, 24, 260-262, 265, 266, 268-272, 276, 278
    Historique :
    Le fief de Villiers, qui appartient à l'abbaye de Saint-Victor de Paris depuis le milieu du XIIe château seigneurial de Draveil après son acquisition par le fermier général Marin de La Haye. En 1782 un château est élevé sur l'emplacement d'un édifice plus ancien détruit par un incendie. De la première construction du corps principal. Les ailes latérales plus basses qui relient le corps principal à ces pavillons ont été rajoutées vers 1789. L'allée des Tilleuls qui conduit au château a été plantée sous le règne de Louis XIV. Le parc, qui compte 6 ha au XVIIIe siècle, est réaménagé à l'anglaise au début du XIXe siècle par le botaniste André Thouin qui créée une grande prairie bordée d'un front boisé, puis réaménagé en 1900 par Edouard André. Le site a été classé le 18 mai 1942. Le domaine devient en 1954 la étages. En 1987 il est racheté par la commune, qui installe dans le château une bibliothèque municipale
    Description :
    Le château situé au fond de la cour d'honneur comprend un corps central en légère saillie, à trois travées, et sommé d'un fronton. Sur la façade postérieure ce fronton est orné d'un groupe sculpté représentant Cérès, déesse de l'agriculture et des moissons. Les pavillons d'entrée et le château, reliés par d'un pigeonnier). A l'est du château, un jardin aménagé dans le prolongement du parc comporte un plan
    Annexe :
    . Draveil, 150 W 12 : projet de création d’un centre aéré dans le parc par la SCIC, 1979, et cession de
    Illustration :
    La façade arrière du château et des communs, sur le parc. IVR11_20079100796XA Grand salon : panneau placé au-dessus de la porte donnant sur le hall. IVR11_20079101080XA Bibliothèque ""néogothique"" faisant suite au grand salon et donnant sur le parc (côté ouest Petite grotte sur le bord de la pièce d'eau. IVR11_20079101095XA L'allée des Tilleuls, site classé depuis le 18 mai 1942. Carte postale, vers 1930. (AD Essonne, 2 Sablière dans le parc. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière) IVR11_20059100501XB Le château fermant la perspective de l'allée des Tilleuls. IVR11_20079100784XA La grille d'entrée flanquée de deux pavillons, sur l'avenue de Villiers. IVR11_20089100310NUC4A Vue d'ensemble sur la cour d'honneur. IVR11_20089100306NUC4A Façade antérieure sur la cour d'honneur. IVR11_20079101051XA
  • château de Champrosay ou du Pont-Chardon
    château de Champrosay ou du Pont-Chardon Draveil - Champrosay - 2 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AX 124
    Historique :
    Le domaine dépendait au XVIIe siècle de la seigneurie de Soisy-sur-Seine : le terrier de 1644 mentionne une maison en forme de pavillon couverte d'ardoise appelée le Pont-Chardon. Le château a été reconstruit dans la 2e moitié du XVIIIe siècle. Précédé d'une cour ouvrant sur la Grande-rue de Champrosay (RN 1812 dans le procès-verbal de la vente à l'audience des saisie immobilières du tribunal de Corbeil, en faveur de Pierre d'Aubusson, marquis de La Feuillade. Le château a été restauré en 1987 et divisé en appartements. La même année, le domaine du Bois-Chardon a été acquis par l'Agence des espaces verts de la
    Description :
    En 1812, le château consiste en un corps de logis entre cour et jardin, couvert en ardoises et tuiles. La cour, avec entrée sur la route par une grille de fer, est limitée au fond et à gauche par des complètent l'ensemble, ainsi qu'une allée de tilleuls accotant le château. Le château est couvert d'un toit à longs pans brisés ; un escalier en fer à cheval donne accès au rez-de-chaussée sur la façade principale
    Annexe :
    -121. - Fontaine, René. Draveil et son histoire. Draveil, 1981,p. - Le château du Pont-Chardon. In
    Illustration :
    La façade arrière donnant sur le parc. Un avant-corps fortement saillant s'articule avec le corps , sur le parc. IVR11_20079100823XA Vue latérale (montée de droite) de l'escalier en fer à cheval situé sur la façade principale Façade sur la cour du bâtiment des communs perpendiculaire au château. IVR11_20079101541XA Le bâtiment des communs vu du premier étage du château. IVR11_20079101551XA Le bâtiment des communs attenant au château, transformé en chapelle au XIXe siècle : façade arrière Allée de tilleuls parallèle au château, débouchant sur sa façade arrière, du côté de la chapelle Allée de tilleuls située à l'arrière du château, le long de la basse-cour ; elle donne d'un côté sur la rue de l'Ermitage et est parallèle à la rue Frédéric-Chopin. IVR11_20079101559XA
  • château de Draveil
    château de Draveil Draveil - centre - boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AC
    Historique :
    rangée d'ormes, et voisin d'une ferme. Sur le plan de 1708, la situation et la superficie du domaine lotissement d'habitations à bon marché sur le modèle des cités-jardins anglaises. La direction des travaux est Le site porte au XVIe siècle le nom de domaine de Breban. Le premier plan figuré de Draveil (1650 restent inchangés, mais des bâtiments nouveaux ont agrandi le logis initial. Le domaine appartient alors à François Lemaistre, conseiller au Parlement de Paris, qui le 13 août 1720, le cède au fermier général Marin -Louis de Poissy), portant ainsi l'ensemble à 53 ha d'un seul tenant en 1750 (contre 12 ha en 1720). Le couvre alors les 2/3 du territoire communal. Dix ans plus tôt, vers 1740, il fait reconstruire le château distribués autour de cinq cours et entourés de dépendances agricoles. Le parc est remodelé pour renforcer la régler la succession de Mme de La Haye. En 1821, le domaine est adjugé à William Courtenay, comte de de la cour d'honneur. En 1911 la société coopérative Paris-Jardins achète le domaine pour y créer un
    Description :
    pavillon. La façade postérieure donnant sur le parc présente un escalier à volée double à montée Le château est un édifice de plan rectangulaire formé de 3 corps en U. Le corps de bâtiment convergente dont le palier fait terrasse. La grille qui clôt la cour d'honneur est accostée de deux pavillons
    Annexe :
    particulière : cartes postales. II. Bibliographie - Courcel, Robert (de). Le château de Draveil et lord
    Illustration :
    Le grand salon : ses fenêtres ouvrent sur le perron qui domine le parc. IVR11_20069100458XA Le château, figuré entre 1882 et 1902 par Charles-Albert Capaul, peintre paysagiste amateur. (AD entre 1740 et 1750, elle reliait le château à celui du Gué de la Folie, tous deux propriétés du fermier Le château derrière la grande grille qui ferme la cour d'honneur. Carte postale, vers 1910 le colombier polygonal. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière) IVR11_20059100429XB bâtiments situés sur un des côtés de la cour. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière L'ancienne ferme seigneuriale dite ferme du centre ou de la Recette, détruite en 1919 : le Vue de la façade arrière; le corps central est également surmonté d'un fronton triangulaire à composition. A gauche, le mur du petit pavillon en rez-de-chaussée a été remplacé par une paroi vitrée Détail de la grille en fer forgé qui orne le perron. A l'arrière plan, dans l'axe du château
  • château de Glatigny (détruit)
    château de Glatigny (détruit) Maurecourt - Glatigny - en écart - Cadastre : 1983 AD 179-192, 205-223, 227-288, 230-237, 892-894, 655, 955, 956, 958, 1004-1005, 1033-1334
    Historique :
    Un château est attesté sur le plan terrier de 1701. En 1777 la propriété est vendue par Louis achète à la même date le château de Maisons). Il le vend en 1786 à Henri Lavabre, écuyer. Il passe Joseph-Pierre Salonnier de Tannay (an VII). En 1814 le château est quasiment en ruine comme le montre un adjudication le 6 août 1814 et le revend par lots à des cultivateurs locaux le 2 octobre de la même année.
    Description :
    Lors de la vente de 1786, le château comprend cour, basse cour, colombier, logement de jardinier et bois. Le plan annexé à la vente par lots de 1814 montre un château en U autour d'une cour d'honneur et à côté une basse cour située à côté. Une laiterie se trouvait un peu plus loin. Dans le parc
    Illustration :
    Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778
  • château de la Folie
    château de la Folie Draveil - Mainville - 43 rue du Marais - en ville - Cadastre : 1983 AL 83, 498
    Historique :
    l'entreprise André et Fleury à Neuilly-sur-Seine, est accolé vers 1873 à ces écuries. En 1857 le domaine est En 1746, le clos du Gué de la Folie est acquis par le fermier général Marin de La Haye font démolir (ou remanier profondément) le château remplacé en 1902 par un édifice de style néo -classique. Le 25 juin 1963 une partie du parc est vendue à la Société civile immobilière l'Orée de Sénart années 1990 un immeuble de 4 niveaux et plan en L est greffé sur la façade arrière du château.
    Description :
    Le château est une construction en briques revêtues d'un enduit. Le corps central, couvert d'un deux pavillons en rez-de-chaussée qui se greffent sur l'angle des corps de bâtiment latéraux. Une pièce d'eau s'étend devant la façade antérieure. A gauche en entrant, les écuries (qui abritaient aussi le -bois et pierre de taille en soubassement. Derrière le château, à droite, se trouvaient d'autres communs et un petit théâtre aménagé par la famille Laveissière, aujourd'hui démolis ; seul subsiste le
    Illustration :
    Projet pour le château de la Folie : croix en pierre sur la chapelle du château. Dessin, vers 1855 Vue d'ensemble sur le parc. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière) IVR11_20059100504XB Projet pour le château de la Folie : élévation principale. Elévation et coupe, vers 1855. Tiré de Projet pour le château de la Folie : plans du rez-de-chaussée et du premier étage. Plans, vers 1855 Projet pour le château de la Folie : plan et élévation des dépendances (comportant laiterie , vacherie, avec logement pour la vachère, écuries, porcherie, poulailler, etc). Seul le bâtiment principal Projet pour le château de la Folie : candélabre en pierre encadrant l'horloge monumentale de la dépendances), édifié par André et Fleury, constructeurs à Neuilly-sur-Seine. Tiré de : Nouvelles annales de la Projet pour le château de la Folie : horloge monumentale de la tour d'angle, par Cannissié Le parterre situé devant la façade principale du château. Carte postale, vers 1910. (Collection
  • château des Mousseaux
    château des Mousseaux Draveil - bords de Seine - avenue Sully - en ville - Cadastre : 1983 AB 23, 24
    Historique :
    Le domaine des Mousseaux est acquis en 1739 par le fermier général Martin de la Haye qui le la grille d'entrée à la route (actuelle rue Sully). Vers la fin du XIXe siècle le parc, agrandi de prés appartenant à la ferme de Beaumont, s'étend jusqu'à la Seine. Le château est occupé jusqu'en 1960
    Description :
    terrasse. Une plateforme en briques (ancien soubassement) en marque l'emplacement. Le parc est entouré de
    Illustration :
    par le comte de Polignac, propriétaire du château entre 1810 et 1830. IVR11_20079100410XA Le portail et l'entrée en demi-lune. IVR11_20079100439XA Petit pont au-dessus de la rivière artificielle qui entoure le château. IVR11_20079100443XA Plateforme constituant le soubassement de l'ancien château arasé en 1975. IVR11_20079100446XA Le plan d'eau des Mousseaux derrière la plateforme marquant l'emprise de l'ancien château Communs du château : détail du clocheton qui surmonte le toit. IVR11_20079100437XA
  • château de la Garenne (détruit)
    château de la Garenne (détruit) Aubergenville - Elisabethville - rue du Château - isolé - Cadastre : 2014 ah 183
    Historique :
    Le domaine de la Garenne est une propriété d'Ancien régime qui s'étendait à la fois sur Epône sur 393 ha et offrait de nombreuses possibilités d'aménagement. Le château et son parc permettent , Aubergenville, Mézières, Flins, Garenville et Juziers. Sur ce domaine acquis en 1878 par Paul Bertin, agent de change parisien, a été construit une vaste résidence de style Renaissance. Le domaine s'étendait en tout
    Description :
    Le château était un très vaste bâtiment au plan et à l'élévation complexes. la façade antérieure plus basses et enfin terminé par deux pavillons latéraux transversaux. Sur la façade postérieure on retrouvait le corps central terminé par trois pans de ce côté. Il était prolongé de deux ailes en rez-de
    Illustration :
    La façade sur le parc. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière). IVR11_20147800361NUC4A Le château de la Garenne. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Le château de la Garenne et son golf. Carte postale, vers 1925. (Collection particulière Le château de la Garenne en démolition. Carte postale. (Collection particulière
  • château des Bergeries, aujourd'hui école nationale de police de Draveil
    château des Bergeries, aujourd'hui école nationale de police de Draveil Draveil - Mainville - rue Waldeck-Rousseau - en ville - Cadastre : 1983 AK 225
    Historique :
    pavillons d'angle formant avant-corps ; sa ferme est située sur la paroisse de Vigneux. En 1783 le parc château est construit en 1820, plus près de la ferme, sur le territoire de Vigneux. Acquis en 1881 par le contient 170 arpents et 298 ha en 1826, date de l'acquisition de l'ensemble par le Domaine de la Couronne comte Cahen d'Anvers qui le fait démolir, il est remplacé par le château actuel, édifié par l'architecte E. Ricard à l'emplacement de la maison primitive. En 1964-1966 le parc est vendu à la société d'HLM La Seimaroise qui y élève 29 immeubles, dont 10 se trouvent sur la commune de Vigneux (cité des Bergeries). La ferme est détruite en 1970. A partir de 1971 le château abrite l'Ecole internationale
    Illustration :
    Détail du vestibule d'entrée qui ouvre sur le grand hall central. IVR11_20079100923XA Grand salon du rez-de-chaussée ouvrant sur le parc. IVR11_20079100925XA La façade postérieure tournée vers le parc. Carte postale, vers 1910. (Collection particulière Une des deux figures de lion situées dans le vestibule, contre les murs latéraux Le hall central : l'escalier en charpente, à double volée symétrique, conduisant à l'étage du hall Le hall central : l'escalier en charpente, à double volée symétrique, conduisant à l'étage du hall Détail de la galerie faisant à l'étage le tour de l'espace central. IVR11_20079100933XA Bâtiments en forme de pyramides inversées construits dans le parc pour l'Ecole internationale Ecole internationale européenne de Paris : vue d'ensemble des trois ""pyramides"" édifiées dans le
  • château du Clos Piquet
    château du Clos Piquet Draveil - Champrosay - 12 rue Alphonse-Daudet - en ville - Cadastre : 1983 AW 25
    Illustration :
    Vue en biais sur la rue Alphonse-Daudet. IVR11_20079101738XA Pigeonnier inclus dans le mur de clôture, à l'est du portail d'entrée. IVR11_20079101742XA
1