Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • prieuré Saint-Sauveur
    prieuré Saint-Sauveur Melun - rue Saint-Sauveur rue du Château - en ville - Cadastre : 1985 AV 23 à 26, 28, 271 et 272
    Historique :
    cloître), 1534 (en remploi dans le mur sud de la salle capitulaire) et 1549 (sur un linteau dessiné par Le prieuré Saint-Sauveur constitue, avec la collégiale Notre-Dame, l'un des plus anciens édifices par le Centre des études médiévales d'Auxerre ont rendu toute son importance à ce site. L'étude des crypte située sous le chevet de l'église, une partie des grandes arcades à double rouleau de la nef et le , Louis VII donne le prieuré à l'abbaye Saint-Séverin de Château-Landon. La transformation de l'église en bâtiments communautaires. Pour implanter le cloître, on ampute l'église de son collatéral sud. Après une phase de déclin aux 14e et 15e siècles, le prieuré Saint-Sauveur connaît un nouvel éclat au 16e siècle l'impulsion de Jean Féron, qui remet en honneur la vie conventuelle. Les dates 1535 (sur un chapiteau du Decourbe au 19e siècle), témoignent des importants travaux menés au 16e siècle. Au 17e siècle, le prieuré connaît de grandes difficultés. Le clocher, abîmé par des tirs d'artillerie pendant la Ligue, doit être
    Précisions sur la protection :
    Sont inscrits depuis 1946 l'ancienne église, les arcades (donnant alors sur le bureau et le dépôt du commissaire-priseur) , le fenestrage, la porte et le pignon sur la rue Saint-Sauveur, l'arcade
    Description :
    . Certains éléments de l'église sont toutefois définitivement perdus, notamment le vaisseau nord (ancienne une arcade du cloître et le bâtiment de la salle capitulaire, dans l'angle sud-ouest du prieuré. Le
    Illustration :
    Premier niveau de cave au 5, rue du Château : à droite, l'escalier donnant sur le square Jacqueline Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle), détail : le prieuré Saint-Sauveur. Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv. 80) IVR11_20057700615NUCA Plan du prieuré par Chayé, 1768. (AD Seine-et-Marne. 88 E 145) IVR11_20067700412X La fig. 1 (à gauche) représente la statue présumée de Robert le Pieux, d'après Montfaucon. Gravure La chapelle des Coches, rue du Château, en 1834. Mine de plomb, fusain et estompe sur papier Vue du cloître avant la destruction du logis prioral. Fusain, estompe et mine de plomb sur papier Arcades du cloître de l'ancien prieuré Saint-Sauveur, dans le café du Vieux-Melun, 5 rue Saint Arcades du cloître de l'ancien prieuré Saint-Sauveur, dans le café du Vieux-Melun, 5 rue Saint Rue Saint-Sauveur : le logis du prieur et l'archelet le reliant au prieuré. Dessin, 19e siècle
  • évêché, aujourd'hui musée Bossuet
    évêché, aujourd'hui musée Bossuet Meaux - 5 place Charles-de-Gaulle - - Cadastre : 2000 BT 67
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le palais épiscopal comprend des parties médiévales : les deux salles basses datent des années 1150 le jardin est dessiné vers 1643-1644. En 1927, le palais épiscopal est transformé en musée municipal.
    Précisions sur la protection :
    suivante. Le pavillon Bossuet, sur la terrasse nord du jardin de l'évêché, près de la tour est de Le palais épiscopal fait partie de la liste des édifices classés établie en 1862. Cette protection servant de soutènement à la terrasse du jardin de l'évêché : classement par arrêté du 15 juin 1910 - Le palais épiscopal ; les bâtiments et éléments suivants en dépendant : portail d'entrée sur la place, sol pavé de la cour, façades et toitures de la porterie et des anciens communs, bâtiment dit le Vieux
    Description :
    "salle du synode" et aux appartements de l'évêque au premier étage. Dans le prolongement de ce corps de cocher qui donne sur une petite cour, bordée au nord (côté jardin) par une galerie. Par ailleurs, une aile de communs s'étend entre l'ancien évêché et le parvis de la cathédrale.
    Annexe :
    V 23 à 25 : travaux sur le palais épiscopal dans la première moitié du XIXe siècle. Médiathèque historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux [avec l’évêché et le séminaire], Meaux : A. Le Blondel Dominique Séguier à Antoine Amelot, maître juré du roi ès œuvres de maçonnerie, sur son palais épiscopal architectes des Monuments historiques (Creuzot, Berry, Rochette) de 1950 à 1987. A.D. Seine-et-Marne : - B . 99-100, p. 125. ALLOU (Auguste), La cathédrale et le palais épiscopal de Meaux, Meaux : Le Blondel , 1884. ASSELINEAU (Georges), « Mémoire sur l’histoire et les antiquités du diocèse de Meaux par François . 179-180. AUFAUVRE (Amédée) et FICHOT (Charles), Les monuments de Seine-et-Marne, Paris, 1858, p. 161 . BAUCHET (Olivier), COUTURIER (David), FÖRSTEL (Judith), GALFO (Ludovic), MAGNAN (Danielle), « Le palais diocèse de Meaux, 10e année, 1959, p. 462-464 [sur la chapelle]. COUTURIER (David), Salles basses (Thierry), Recherches sur les palais épiscopaux en France au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle) d’après divers
    Texte libre :
    Le Musée Bossuet constitue un remarquable exemple de palais épiscopal remontant en grande partie à canonial, a permis de le doter d'un jardin qui est le plus vaste existant au sein de la ville fortifiée.
    Illustration :
    Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR11_20097700169NUC4A Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble du corps principal, depuis le sud-ouest Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble du corps principal, depuis le sud-est Façade sud (sur cour) : vue d'ensemble, depuis le sud-est. Au premier plan, la chapelle épiscopale sur le mur pignon est de l'évêché. IVR11_20097701685NUC4A Vue panoramique sur le jardin de l'évêché, depuis le premier étage. IVR11_20127700697NUC4A Vue sur le jardin de l'évêché, depuis le premier étage. IVR11_20127700696NUC4A Vue sur le jardin de l'évêché, depuis le premier étage. Au premier plan, un garde-corps en fer Une allée du jardin de l'évêché, donnant sur le transept de la cathédrale. IVR11_20097700180NUC4A Le jardin en terrasse aménagé sur le rempart du Bas Empire par l'évêque Dominique de Ligny : vue
  • ensemble cathédral
    ensemble cathédral Meaux - - Cadastre : 2014 BT L'ensemble cathédral s'étend sur les parcelles : BS 62-64, 82, 84-90, 92-102, BT 48-112.
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Desbordes sous le choeœur de la cathédrale gothique. L'ensemble cathédral, tel qu'il se présente aujourd'hui , remonte aux 12e et 13e siècles : le palais épiscopal comporte des salles et une chapelle datant des années 1150-1170, la cathédrale fut mise en chantier dans le dernier quart du 12e siècle et le "Vieux Chapitre " fut construit pour le chapitre cathédral vers le début du 13e siècle. Les liaisons entre les même que, peu après, le "bâtiment de la maîtrise" qui faisait face au Vieux Chapitre, permettant ainsi le dégagement d'une vaste cour d'honneur bordée par l'ensemble cathédral ; de ces dépendances, seule a subsisté une petite chapelle du 13e siècle connue sous le nom de "chapelle des catéchismes" ou, au passerelle à pan de bois qui relie le Vieux Chapitre à la cathédrale ne date que des années 1930. Quant au
    Précisions sur la protection :
    La cathédrale fait partie de la liste de 1840. Le palais épiscopal et le Vieux Chapitre sont également classés au titre des Monuments historiques (voir les dossiers IA77000615 et 616). Le reste de
    Description :
    : au nord de la cathédrale Saint-Etienne proprement dite (dossier IA77000614), se trouvent en effet le IA77000617) doté d'un bâtiment officiel connu sous le nom de "Vieux Chapitre" (dossier IA77000616). Seul gestion de cet établissement avait été transférée du chapitre aux Trinitaires dès le XIIIe siècle
    Localisation :
    Meaux - - Cadastre : 2014 BT L'ensemble cathédral s'étend sur les parcelles : BS 62-64, 82, 84-90
    Illustration :
    Vue de l'ensemble cathédral, depuis l'ouest : à gauche, la chapelle des catéchismes. Au fond, le Vieux-Chapitre. A droite, la cathédrale et le puits de la cour de l'évêché. Gravure d'André Hébuterne . Gravure. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne) IVR11_19807700035Z Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : la façade nord de la cathédrale, le Vieux Chapitre Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le Vieux Chapitre et le côté nord du transept et Vue de l'ancien évêché et de la chapelle des catéchismes, depuis le chevet de la cathédrale La "chapelle des catéchismes" et le palais épiscopal. IVR11_20097700179NUC4A La "chapelle des catéchismes", vue depuis le sud-ouest. IVR11_20147700212NUC4A Le flanc nord de la cathédrale (à droite), le Vieux-Chapitre (au fond), la "chapelle des catéchismes" et le puits de l'évêché (à gauche), encadrent une vaste cour accueillant aujourd'hui le spectacle
  • porte Maugarni
    porte Maugarni Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    armoiries sur l'oeuvre
    Historique :
    Cette porte doit son nom à un malfaiteur que le bailli de Meaux avait fait arrêter et pendre en 1372, alors qu'il s'était réfugié dans la cathédrale. Le bailli fut condamné à faire amende honorable
    Description :
    La porte Maugarni est une petite porte ouvrant sur le flanc nord de la cathédrale, près de la par un gâble, orné de choux frisés, qui a perdu son fleuron sommital. Sur le tympan proprement dit se chapelle Saint-Eloi, dans le collatéral nord du choeur. Il s'agit d'une oeuvre flamboyante, richement ornée colonnettes, de dais (abritant sans doute, à l'origine, des statuettes) et de pinacles. Le tympan est entouré par un chapiteau armorié sur lequel se trouvait une statuette, aujourd'hui disparue.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord du choeur
    Illustration :
    . (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H 156249) IVR11_19807700072Z -Marne, H 156252) IVR11_19807700075Z Gravure de A. Riquois représentant un détail des choux frisés de l'arc en accolade qui encadre le tympan de la porte Maugarni, en 1892. Gravure. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR11_20107700120NUC4A
  • cathédrale Saint-Etienne
    cathédrale Saint-Etienne Meaux - place Charles-de-Gaulle rue Saint-Etienne - - Cadastre : 2000 BT 67
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    chantier. Le choeur fut donc reconstruit sur lui-même par Gauthier de Varinfroy, dans le style rayonnant plus lumineux. Dans le dernier quart du 13e siècle, les travaux se poursuivirent sur le transept avec Rose fonda la chapelle du Saint-Sacrement sur le côté sud de la nef, où figure toujours sa dalle La crypte (11e siècle) constitue le seul vestige de la cathédrale pré-gothique, avec un pan de mur années 1960. Dans le dernier quart du 12e siècle, la cathédrale fut reconstruite dans un style fortement Soissons. L'élévation, très modifiée par la suite, se caractérisait par la présence de tribunes. Le transept et de deux travées de nef dans le premier tiers du 13e siècle. En 1253, l'évêque Pierre de Cuisy et le chapitre passèrent contrat avec l'architecte Gauthier de Varinfroy, alors chargé de reconstruire la cathédrale d'Evreux, afin de remodeler en profondeur le choeur qui menaçait ruine. En 1263 , l'évêque Aleaume de Cuisy autorisa le chapitre à utiliser sa carrière de Varreddes pour approvisionner le
    Description :
    normandes. Le revers des façades du transept est particulièrement raffiné. On notera enfin la présence de la
    Illustration :
    reproduite sur le cliché 80770086Z. Gravure. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H 156265 La façade et le parvis. Gravure. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H 156225 , sous le clocher). Lithographie. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne, H 156245 Détail de la façade occidentale : décor d'arcatures aveugles sur le contrefort séparant le portail Détail du décor sculpté de la façade occidentale : niches à dais architecturés, sur le contrefort Détail des tuiles polychromes, sur le bras nord du transept. IVR11_20097701242NUC4A Arcs-boutants sur le côté nord de la nef. Le décor flamboyant du pinacle au premier plan atteste Détail des petits dragons sculptés sur le 3e pilier sud du vaisseau central de la nef. Ce sont les Détail de la nef : dragons sculptés sur le 3e pilier sud du vaisseau central (armoiries de l'évêque Armoiries sculptées sur le 4e pilier sud du vaisseau central de la nef. IVR11_20087700247NUC4A
  • ensemble des éléments d'architecture du dépôt lapidaire de la cathédrale
    ensemble des éléments d'architecture du dépôt lapidaire de la cathédrale Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le sous-sol du Vieux Chapitre abrite un ensemble d'éléments lapidaires provenant de la cathédrale
    Référence documentaire :
    A.N., F19 /7746-7750. Travaux sur la cathédrale, XIXe siècle. A.N., F19 /7746-7750. Travaux sur
    Description :
    1965. Les numéros alors inscrits sur les oeuvres ont été reportés sur nos propres images, lorsqu'ils
    Annexe :
    constitue le point le plus complet sur ce dépôt lapidaire. Dans le cadre de l'inventaire du patrimoine de étude de Peter Kurmann en 1965, en liaison avec sa thèse de doctorat sur la cathédrale. Les blocs datant prévu sur les éléments plus récents mais n’a malheureusement pas été effectué. A l’heure actuelle, seuls les éléments anciens portent un numéro d’inventaire ; sur certains blocs, ce numéro semble d’ailleurs mené par Louise-Elisabeth Queyrel dans le cadre d'un mémoire de l'Ecole du Louvre (2012). Ce travail Meaux, nous n'avons effectué qu'une campagne photographique partielle sur cet ensemble. On se reportera éléments architecturaux Ces éléments ont été déposés au cours des nombreuses restaurations menées sur la en filiation de Saint-Remi de Reims. Peter Kurmann propose d’y voir le vestige de l’arcature basse du lors de la restauration de 1850-1857 qui a porté sur les murs et les voûtes du collatéral. Ces 5 sont des chapiteaux provenant des grosses colonnes engagées servant d’appui à un arc-boutant. - le
    Texte libre :
    Le sous-sol du Vieux Chapitre sert actuellement de dépôt lapidaire à un ensemble d’éléments -sol du Vieux-Chapitre. Il est aujourd’hui fermé au public. Dans le cadre de l'inventaire de la ville de Meaux, une campagne photographique partielle a été réalisée sur tous ces objets. On trouvera ici
    Illustration :
    Pièce A 5 : bloc comprenant un chapiteau à feuilles d'acanthe stylisées. Le tailloir est abîmé basse du choeur de la fin du 12e siècle. Vue de face (le chapiteau est posé à l'envers). Voir aussi les Pièce A 8 : vue du revers (pour la face sculptée, voir le cliché 20087700685NUC4A Pièce B 14 : bloc contenant un chapiteau engagé et un morceau de fût de colonnette. Le chapiteau polychromie. Cette pièce provient d'une des chapelles rayonnantes du 13e siècle. Le dos du bloc est taillé en Pièce A 8 : vue du revers (pour la face sculptée, voir le cliché 20087700669NUC4A croisillon (cf le "chanoine à la pomme" côté nord, cliché 20087701345NUC4A). IVR11_20087700666NUC4A rang de feuilles plates. Cette pièce est le vestige d'une colonnette d'ébrasement d'une fenêtre du Pièce F23 : morceau de meneau présentant un chapiteau sur chaque face (l'un plus abîmé que l'autre Moulage en plâtre d'une console sculptée du 19e siècle, dite "le chanoine à la pomme". La version
  • église paroissiale Saint-Christophe
    église paroissiale Saint-Christophe Meaux - 26 rue du Grand-Cerf - - Cadastre : BS 244
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    inhumer dans le cimetière de Châage. Saint-Christophe était, en superficie, la plus petite des paroisses édifice étroitement imbriqué dans le tissu urbain, ainsi qu'en témoigne un acte de 1510 par lequel le chanoine de Poncy, propriétaire de la maison voisine, acceptait l'ouverture d'une fenêtre donnant sur sa . Il n'en subsiste plus que le petit portail nord-est et un début de collatéral. La nef principale fut remplacée au XIXe siècle par le Café de Mars, démoli en 1908 pour construire un grand magasin.
    Description :
    nord. Le petit portail qui s'ouvrait sur la rue du Grand Cerf est donc aujourd'hui intégré dans la
    Illustration :
    Le portail flamboyant du collatéral nord du choeur, dernier vestige de l'ancienne église
1