Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire Paris 7e arrondissement - place Joffre
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En janvier 1751 parut l'édit créant l'Ecole militaire, projet soutenu par madame de Pompadour et le financier Pâris-Duverney. Le programme était de loger convenablement cinq cents jeunes gentilshommes, un état-major, cinquante officiers, des professeurs et des religieuses, les soeurs grises chargées de l'infirmerie, au total plus de sept cent personnes. Le site choisi était la plaine de Grenelle. Jacques-Ange traînèrent en longueur, ralentis par la Guerre de sept Ans. Le projet final ne fut adopté par Choiseul qu'en 1766. La rampe, due au dessin de Gabriel lui-même, est réalisée par le serrurier Fayet et mise en place
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    C'est dans le "château" composé d'un pavillon central à dôme carré et de deux ailes que se trouvent appartements officiels de l'Etat-major au premier étage. La console de départ est cintrée et ornée d'un riche chapelet de ronds sertis de fleurs et de billes de liaison. Le motif central est une frise de postes doubles rehaussée de fleurs et de feuillages de bronze.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire
    Annexe :
    Gabriel, Paris, Picard, 1982, p.278-289. LACOUE-LABARTHE, Marie-France, L’art du fer forgé en pays bordelais, de Louis XIV à la Révolution, Bordeaux, Société archéologique de Bordeaux, 1993, p. 131.
    Illustration :
    Vue d'ensemble du vestibule et de l'escalier. IVR11_20097500168NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500169NUC4A Départ de l'escalier et premier panneau de la rampe. IVR11_20097500171NUC4A La console de départ le premier pilastre de la rampe. IVR11_20097500172NUC4A La console de départ le premier pilastre de la rampe : vue rapprochée. IVR11_20097500173NUC4A Détail d'un panneau décoratif à rinceaux ornant l'intrados de la voûte. IVR11_20097500174NUC4A
  • rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale
    rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale Paris 8e arrondissement - 2 rue Royale
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    bâtiments de la place de la Concorde alors en cours de construction. Gabriel proposa différents plans d'aménagement intérieur et le projet définitif fut arrête en 1768, à la suite de nombreux échanges avec Pierre -Elisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. Le bâtiment comporte les appartements de l'intendant. En effet les salles étaient ouvertes au public les premiers mardis de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Cet escalier, réservé à un usage privé, donnait accès aux appartements de l'Intendant du Garde -Meuble. Il dessert deux étages. La cage de forme rectangulaire est très classique, la rampe reste dans la panneaux longs, est marqué par des motifs à la grecque très anguleux qui se détachent du châssis par de petites billes de fer. L'originalité qui donne à cette rampe son caractère tout à fait unique consiste en un réseau de losanges légèrement curvilignes, motif de marqueterie utilisé à cette époque par Gilles Joubert qui pourrait avoir fourni le dessin de la rampe.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine
    Annexe :
    Documentation - IM75000088 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE CASTELLUCCIO, Stéphane, Le Garde-Meuble de la , Les Collections royales d’objets d’Art de François Ier à la Révolution, Paris, Les Editions de
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500980NUC4A Vue de la console de départ et de la première volée. IVR11_20097500979NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500981NUC4A Vue de la partie tournante de la rampe. IVR11_20097500983NUC4A
  • rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale
    rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale Paris 8e arrondissement - 2 rue Royale
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    bâtiments de la place de la Concorde alors en cours de construction. Gabriel proposa différents plans d'aménagement intérieur et le projet définitif fut arrêté en 1768, à la suite de nombreux échanges avec Pierre -Elisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. Le bâtiment comporte les appartements de l'intendant. En effet les salles étaient ouvertes au public les premiers mardis de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Le grand escalier de très vastes dimensions a été construit pour desservir les salles d'exposition à l'étage. Il est très lumineux étant placé dans une aile qu'il occupe entièrement de manière est d'un dessin riche et puissant ; composée d'une frise de postes encadrée en haut et en bas d'une frise d'entrelacs, la rampe est interrompue par deux panneaux, le premier situé dans l'axe de la grande volée et le second dans l'axe du grand palier. Ces panneaux abritaient deux fleurs de lys, quatre branches de laurier et quatre L, le tout en bronze doré. Supprimés en 1793, ils furent remplacés par le symbole de la Marine au début du 19e siècle lorsque le décor de l'escalier fut repris. La console de départ surmontée d'un vase de bronze doré s'enroule suivant une portion d'arc de cercle. Elle est enrichie d'un demi-culot en chapelets et de feuilles d'acanthe.
    Titre courant :
    rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine
    Annexe :
    -Meuble de la Couronne et ses intendants du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2004, p.189-193 CASTELLUCCIO, Stéphane, Les Collections royales d’objets d’Art de François Ier à la Révolution, Paris, Les Editions de l’amateur, 2002, p.198-203 VERLET, Pierre, Le mobilier royal français, Paris, Picard, 1990-
    Illustration :
    Vestibule et départ de l'escalier. IVR11_20097500984NUC4A Console de départ et première volée. IVR11_20097500986NUC4A Console de départ, détail. IVR11_20097500987NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500985NUC4A
  • rampe d'appui, escalier secondaire de l'Ecole militaire
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'Ecole militaire Paris 7e arrondissement - place Joffre
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En janvier 1751 parut l'édit créant l'Ecole militaire, projet soutenu par madame de Pompadour et le financier Pâris-Duverney. Le programme était de loger convenablement cinq cents jeunes gentilshommes, un état-major, cinquante officiers, des professeurs et des religieuses, les soeurs grises chargées de l'infirmerie, au total plus de sept cent personnes. Le site choisi était la plaine de Grenelle. Jacques-Ange traînèrent en longueur, ralentis par la Guerre de sept Ans. Le projet final ne fut adopté par Choiseul qu'en
    Description :
    officiers. Ce sont des escaliers très larges à vide central dont la rampe est composée de solides arcades
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'Ecole militaire
    Illustration :
    Vue de la rampe à arcades haut et bas. IVR11_20097500176NUC4A
1