Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • statue : Bossuet assis
    statue : Bossuet assis Meaux -
    Inscriptions & marques :
    L'inscription, gravée en lettres dorées, et les armoiries se trouvent sur le piédestal. Inscription
    Historique :
    finalement relégué dans la chapelle du Sacré-Cœur, autrement dit dans le bas-côté sud du chœur. Il gagna son Cette statue fut exécutée par le sculpteur Henri Joseph Ruxthiel (ou Rutxiel, né près de Liège en 1775, mort à Paris en 1837), sur les dessins d'Alexandre Évariste Fragonard (le fils du peintre Honoré Fragonard). Le roi Louis XVIII offrit les marbres, le Département et la Ville votèrent une subvention, et des dons arrivèrent par souscription publique. Le monument fut installé en 1822 (et non en 1820, comme indiqué sur le piédestal) ; mais, alors qu'il avait été conçu pour orner le chœur de la cathédrale, il fut emplacement actuel en 1896, mais sa position n'est guère plus heureuse : le bras du prélat, volontairement allongé pour désigner avec plus d'ampleur le maître-autel auprès duquel il aurait dû se trouver, ne montre plus aujourd'hui que la porte au visiteur, comme le remarquait avec humour André Virely dans son n'a jamais rallié tous les suffrages, et le jugement porté par Victor Hugo lors de sa visite en 1838
    Représentations :
    bras droit, qui aurait dû guider le regard vers le maître-autel (mais le changement d'emplacement du
    Description :
    plus grisée. Le traitement des détails est particulièrement fouillé (voir par exemple la dentelle du
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral sud de la nef
    Dimension :
    h = 370 ; la = 215 ; pr = 258. Dimensions prises avec le piédestal.
    Texte libre :
    -Bénigne Bossuet (1681-1704) : une dalle funéraire (IM77000265) dans le sanctuaire, et deux monuments sculptés dans la nef. Le plus ancien est celui-ci, dû à Ruxthiel : il fut mis en place dans la cathédrale
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud-est. IVR11_20087700116NUC4A Vue d'ensemble depuis le nord. IVR11_20087700119NUC4A Vue latérale depuis le sud. IVR11_20087700120NUC4A Détail des armoiries sur le piédestal. IVR11_20087700122NUC4A Détail de l'inscription sur le piédestal. IVR11_20087700123NUC4A
  • ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812
    ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Quatre poinçons sont insculpés sur la croix. Ce sont, de haut en bas : une tête de femme casquée avec le chiffre 1, dans un rectangle horizontal aux coins abattus (titre 1, Paris, 1809-1819) ; la dame grecque dans un ovale avec un P (poinçon dit ""d'essai"", apposé par le fabricant lui-même sur l'oeuvre avant son achèvement et son contrôle officiel) ; et le poinçon de l'orfèvre : PP autour d'une buire , dans un losange horizontal. C'est le poinçon de Pierre Paraud, actif de 1800 à 1815 environ. Sur le
    Représentations :
    Sur le pied sont représentés l'Agneau aux sept sceaux et les Tables de la Loi. Sur le noeud, deux têtes d'angelot en ronde-bosse et un décor de blé en bas-relief. Sur la tige au-dessus du noeud
  • burettes et plateau d'Edme Gelez, vers 1819
    burettes et plateau d'Edme Gelez, vers 1819 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Les burettes sont poinçonnées sur le pied et sur le couvercle. Sur le pied se trouvent 4 poinçons dans un ovale, avec un P); le poinçon de l'orfèvre : EG, colombe et ciboire dans un losange vertical le couvercle se trouvent 5 poinçons, deux au revers et 3 à l'avers. On reconnaît les 4 poinçons déjà décrits auquel s'ajoute un coq passant vers la droite avec le chiffre 1 dans un cadre hexagonal horizontal (1er titre Paris 1809-1819). Enfin sur le plateau figurent 3 poinçons. Deux se trouvent au revers droite avec le chiffre 1, dans un cadre hexagonal vertical (=1er titre Paris 1819-1838). Enfin au-dessus de saint Jean, sur le plateau, apparaît un poinçon rond effacé (la garantie?).
    Historique :
    burettes portent les poinçons de la période 1809-1819 et le plateau, ceux de la période 1819-1838. Il est
    Représentations :
    Israelites. Sur la burette à eau, Moïse fait jaillir une source en frappant le rocher de son bâton ; aussitôt autre soldat puise de l'eau dans son casque et le tend à un de ses compagnons pour qu'il étanche sa soif engaîné, en ronde-bosse. Sur le plateau, le décor (concentré sur le marli) est constitué d'une frise de rinceaux mêlant vigne et roseaux, interrompue par quatre médaillons figurés représentant le Christ, la
    Description :
    Les burettes présentent un décor en bas-relief ciselé, sur fond amati, et rapporté sur la panse d’un ange engainé, en ronde-bosse. Sur le plateau, assez profond, le décor orne le marli d’une frise de , représentant le Christ, la Vierge, saint Jean et saint Pierre.
    Texte libre :
    . C'est la réplique d’une commande de la duchesse de Berry en faveur de l’hospice de Rosny, où reposait le
    Illustration :
    Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : Moïse frappant le rocher en fait jaillir une titre Paris 1819-1838 (tête barbue de profil, tournée vers la droite avec le chiffre 1, dans un cadre Détail de deux poinçons sur les burettes : le poinçon de moyenne garantie Paris 1809-1819 (une tête
1