Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Charpentier (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Charpentier (non étudié) Paris 4e arrondissement - 6 rue de Fourcy
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel a été construit en 1689 pour Gilles Charpentier, commis du chancelier de France Michel Le Tellier par le maître maçon Nicolas Liévain sur les plans de l'architecte Joseph Payen. Le bâtiment est loué dès 1690. Il est acquis par la Ville de Paris et restauré en 1980.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    (pour Gilles Charpentier et Anne Binot, son épouse). Au fond de la cour pavée se trouvent d'anciennes d'entrée. Il est composé de panneaux étroits au motif de balustres avec épaulement traversés par des pistils dans les panneaux rampants et de balustres pansus traversés de lignes ondulées dans les panneaux
    Localisation :
    Paris 4e arrondissement - 6 rue de Fourcy
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Charpentier (non étudié)
    Illustration :
    Détail du tympan de menuiserie du portail d'entrée. IVR11_20107500047NUC4A Détail du tympan de menuiserie du portail d'entrée. On distingue dans le chiffre les lettres G C et Départ de l'escalier. IVR11_20107500054NUC4A La console : détail de la partie supérieure et de ses nombreuses queues de cochon Deuxième et troisième volée de l'escalier. IVR11_20107500058NUC4A La dernière partie de l'escalier a été refaite. IVR11_20107500059NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 4e arrondissement - 1 rue du Prévôt
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet édifice fait aujourd'hui partie de l'auberge de jeunesse dont l'hôtel Charpentier est le centre
    Description :
    limon est en bois sur trois étages carrés et un étage de comble. Le motif d'arcade est très simple.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Illustration :
    Départ ouvert de l'escalier. IVR11_20107500048NUC4A Détail du mode d'assemblage de l'arcade ainsi que des barres formant la plate-bande haute Détail du mode d'assemblage de la main courante à la plate-bande haute. IVR11_20107500052NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'une maison à porte cochère
    rampe d'appui, escalier d'une maison à porte cochère Paris 4e arrondissement - 23 rue Vieille-du-Temple
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1705, l'ensemble est dit de fort ancienne construction et divisé entre, d'une part le sieur Courtin qui possède la maison au fond de la parcelle et une écurie, et d'autre part les héritiers de Charles Neyret. De nombreuses servitudes existent entre les deux parties dont un passage et une porte sur rue communs. La part des héritiers Neyret a été acquise par sentence de licitation à cette date par
    Description :
    Un procès verbal de visite lors de la licitation permet de décrire l'ensemble avant transformation : un petit corps de logis sur rue à un étage carré flanqué d'un passage cocher précède une cour sur laquelle donnent un second corps de logis d'un étage carré et une écurie. Au fond de la parcelle se trouve
    Annexe :
    Documentation - IM75000103 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE Archives Nationales, fichier de dépouillement du Centre de Topographie historique de Paris A.N. Y 2793, 5 septembre 1705
    Illustration :
    Le départ de l'escalier. IVR11_20097501086NUC4A Vue de l'escalier en plongée. IVR11_20097501090NUC4A Détail de l'enroulement à la base des arcades. IVR11_20097501091NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 4e arrondissement - 7 rue des Lions-Saint-Paul
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La maison a été achetée en 1628 par Gaspard Fieubet, trésorier de l'Epargne, puis elle est passée à siècle au président de Saint-Mesmes.
    Description :
    noyaux au départ puis à 4 noyaux dans les travées supérieures. Sa rampe d'appui se compose de panneaux de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hénault de Cantobre (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hénault de Cantobre (non étudié) Paris 4e arrondissement - 82 rue François-Miron
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Une grande maison fut achetée par François-Alphonse Hénault de Cantobre en 1702. En 1703, il passa famille en 1746 à Augustin Gayet, conseiller, secrétaire du roi au parlement de Pau. Puis il entra en 1793 dans la famille Delaborne qui le garda et le loua jusqu'au milieu du 20e siècle. Acheté par la ville de Paris, il abrite depuis 1995 la maison Européenne de la photographie.
    Description :
    Situé sur une parcelle étirée à l'angle de la rue Saint-Antoine (actuellement François-Miron) et de la rue de Fourcy, l'hôtel présente une distribution inhabituelle : le corps de logis est sur la rue tandis que la cour et le jardin sont dans le prolongement l'un de l'autre. L'escalier est placé dans l'aile droite de la cour. Il est à vide central avec une première volée de pierre. Le limon est droit Nicolas Guérard. Ils ont été lègèrement restauré (fleuron restitués) et la console de départ a disparu composé de barreaux cylindriques qui penètrent dans le limon. La main courante en bois est une adjonction
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hénault de Cantobre (non étudié)
    Illustration :
    Vue du départ de l'escalier. IVR11_20097501704NUC4A Vue du vestibule et du départ de l'escalier. IVR11_20097501705NUC4A Vue d'ensemble de la deuxième volée. IVR11_20097501710NUC4A Vue d'ensemble du palier du premier étage et de la troisième volée. IVR11_20097501711NUC4A Vue de la cour et de la porte ouvrant sur l'escalier. IVR11_20097501703NUC4A Vue d'ensemble de la façade sur rue. IVR11_20097501700NUC4A Vue d'un panneau droit. Photographie, 1972. Tiré de : Un exemple de l'architecture dans le Marais à la fin du règne de Louis XIV : l'hôtel Hénault de Cantobre / Michel Le Moël, In Revue de l'Art, n°18
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Titon (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Titon (non étudié) Paris 4e arrondissement - 57 rue du Temple
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , directeur des manufactures et magasins royaux d'armes de Louis XIV. Son épouse, Marguerite Angélique Bécaille fut nourrice des enfants de Louvois. La maison comporte un corps de bâtiment sur rue (modifié au
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    ensuite en bois jusqu'au 3e étage. La gaine de départ est de plan carré. Elle est ornée de petits balustres et de rouleaux. Le garde-corps comporte une frise de rouleaux en anse de panier et des balustres
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Titon (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble du vestibule et du départ de l'escalier. IVR11_20097501566NUC4A Vue d'ensemble du départ de l'escalier et de la voûte qui le soutient. IVR11_20097501567NUC4A Vue frontale du départ de l'escalier et de la gaine de départ. IVR11_20097501568NUC4A Vue latérale du départ de l'escalier et de la gaine de départ. IVR11_20097501569NUC4A Détail de la voûte soutenant l'escalier et de la trompe d'angle. IVR11_20097501570NUC4A Vue d'ensemble de la deuxième volée. IVR11_20097501574NUC4A Vue d'ensemble de la rampe à partir du deuxième palier. IVR11_20097501576NUC4A Vue du fronton de la façade sur cour. IVR11_20097501578NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite maison Varin (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite maison Varin (non étudié) Paris 4e arrondissement - 24 rue Vieille-du-Temple
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison a été bâtie à la place d'une autre par l'architecte spéculateur B-J Varin. Le corps de logis principal est au fond de la cour et sur rue se trouve la partie locative.
    Description :
    L'escalier de la partie sur rue à droite du passage est un exemple précoce d'escalier en pierre
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite maison Varin (non étudié)
    Illustration :
    Détail du balcon de la façade sur rue. IVR11_20097501412NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Nicolaÿ (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Nicolaÿ (non étudié) Paris 4e arrondissement - 4 quai des Célestins
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    On sait peu de choses sur la construction de cette maison connue sous le nom d'hôtel de Nicolaÿ ou de Combourg. Elle entra en 1658 dans la famille de Fieubet, déjà bien implantée dans le quartier, par l'accquisition qu'en fit Anne, maître des requêtes, auprès de Henri de Senneterre qui la possédait depuis quatre ans. La maison a été déclarée en 1668 par Elisabeth Blondeau, séparée de biens d'Anne Fieubet son époux, à la censive du roi et vendue par Gaspard de Fieubet leur héritier en 1708 à Nicolas Nicolaÿ . Elle resta dans les mains de cette famille jusqu'en 1770. La demeure pourrait donc avoir été construite pour Anne de Fieubet (mort en 1705) et son épouse autour de 1660.
    Description :
    pierre puis en bois. La première volée a été refaite et a perdu son morceau de rampe ancienne. Le vide est composée de panneaux étroits tous identiques sauf pour les deux retours : le premier a un motif
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Nicolaÿ (non étudié)
    Illustration :
    Vue du départ de l'escalier, qui a subi des modifications. IVR11_20107500001NUC4A Vue du premier panneau étroit de l'escalier, peut-être déplacé par rapport à son emplacement Vue d'ensemble de l'escalier à partir du premier étage. IVR11_20107500003NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la Congrégation du couvent des Jésuites (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la Congrégation du couvent des Jésuites (non étudié) Paris 4e arrondissement - 14 rue Charlemagne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    s'installa dans l'hôtel de Dainville entre la rue Saint-Antoine et la rue de Jouy. L'expulsion des Jésuites en 1594 mit un frein aux travaux qui reprirent à partir de 1627 avec la construction de l'église Saint-Louis. Parallèlement le couvent fut agrandi par l'acquisition de l'ancien hôtel du Porc-Epic en 1629. Deux campagnes de travaux furent réalisées : l'une à partir de 1640 et l'autre à l'époque du père Lachaise en 1686-1692. Les travaux qui concernent l'escalier de la Congrégation eurent lieu en 1640-1642 , date à laquelle fut construite, dans la "cour pour les étrangers" au chevet de l'église, une sacristie ''escalier de la Congrégation, aile dite du Père Lachaise. Par la suite la grande cour fut remaniée et de fresques de Gherardini. L'ancienne maison des Jésuites fut affectée en 1795 à l'une des trois
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier de la Congrégation est placé dans une aile de la cour d'entrée construite à partir de 1640-1642. Elle comportait au rez-de-chaussée la sacristie et à l'étage les pièces dévolues à la est composée de balustres détachés sous une frise ornée d'anses de panier et de fleurons. Ces derniers chapiteau. La panse et le col sont ornés de fleurons avec pistil en graine. Les fers de la frise sont
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la Congrégation du couvent des Jésuites (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble du départ de l'escalier. IVR11_20107500316NUC4A La console de départ et les balustres de la première volée. IVR11_20107500317NUC4A Détail de la frise et d'un vase en bronze. IVR11_20107500312NUC4A Détail de la frise haute. IVR11_20107500315NUC4A Le premier palier et la porte d'entrée de l'ancienne chapelle. IVR11_20107500310NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Chastillon (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Chastillon (non étudié) Paris 4e arrondissement - 10 place des Vosges
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    fut agrandi et modifié à de multiples reprises notamment après 1650 pour Charles Amelot et son épouse qui l'occupent à partir de 1653. De cette époque subsiste l'escalier du corps de logis intermédiaire.
    Description :
    L'hôtel est construit sur une parcelle étroite et profonde si bien que le corps de le logis sur rue est double en profondeur. L'escalier étudié dessert un deuxième corps de logis ; il est placé dans une aile et ouvre sur la cour par une arcade. le vide central est arrondi d'un côté et rectiligne de -ci est composée d'une succession de panneaux étroits avec une frise haute à postes. La plate-bande inférieure repose sur de gros navets. le motif des panneaux est un très lointain écho du balustre stylisé. A partir du premier étage le motif se simplifie et la frise haute disparaît de même que les navets de la
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Chastillon (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Guyot de Chenizot (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Guyot de Chenizot (non étudié) Paris 4e arrondissement - 51 rue Saint-Louis-en-l'Ile
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel particulier entre cour et jardin fut bâti vers 1623-1628 pour Pierre de Verton. En 1726 , Pierre de Vigny fut chargé par Robert de Cotte de le remanier de fond en comble pour un de ses clients , Jean-François Guyot de Chenizot, receveur général des Finances à Rouen. C'est en particulier la façade de serrurerie.
    Description :
    L'escalier est situé dans l'aile est de l'hôtel et composé d'une longue volée qui mène au grand étage. La rampe composée de longs panneaux symétriques organisés autour d'un motif central de fleuron alterne aux quartiers tournants avec un panneau carré orné d'un fleuron rayonnant à six pétales entouré de queue enroulée autour de la console est emprisonnée par d'épais feuillages.
    Auteur :
    [architecte] Vigny Pierre de
    Localisation :
    Paris 4e arrondissement - 51 rue Saint-Louis-en-l'Ile
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Guyot de Chenizot (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097501441NUC4A Vue du départ de l'escalier. IVR11_20097501442NUC4A Vue de la console de départ. IVR11_20097501444NUC4A Détail de la console de départ. IVR11_20097501445NUC4A Détail de la console de départ : la tête du dragon. IVR11_20097501446NUC4A La console de départ : vue latérale. IVR11_20097501447NUC4A Détail de la console de départ : la tête du dragon au milieu des feuillages. IVR11_20097501448NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'une maison à porte piétonne
    rampe d'appui, escalier d'une maison à porte piétonne Paris 4e arrondissement - 7 rue Ferdinand-Duval
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    On ignore tout de sa construction, on sait néanmoins que cette maison appartenait à Monsieur Le Boeuf et était loué à un cordonnier du nom de Parsaunier au début du XVIIIe siècle.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    La maison de deux travées sur rue possède un bel escalier auquel on accède par un long passage d'allée. L'escalier en bois dessert quatre niveaux : il est à vide central mais de forme encore archaïque proche des escaliers rampe sur rampe. De plus la dernière volée a conservé ses balustres de bois de forme carrée. A l'origine tout l'escalier était probablement à balustres de bois, comme l'atteste la présence régulière de chevilles dans le limon, mais ils ont été remplacés par des balustres en ferronnerie dont le
    Illustration :
    Départ de l'escalier. IVR11_20097501406NUC4A Partie tournante de l'escalier. IVR11_20097501408NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la chapelle de l'hôtel de Beauvais (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la chapelle de l'hôtel de Beauvais (non étudié) Paris 4e arrondissement - 68 rue François-Miron
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1654 Catherine Bellier, épouse de Pierre de Beauvais et femme de chambre d'Anne d'Autriche l'entrée de Louis XIV et de Marie-Thérèse le 26 août 1660. L'immeuble fut ensuite vendu et utilisé comme immeuble de rapport, ce qui nécessita des travaux à plusieurs reprises (1704-1730 notamment). Au 19e siècle , l'ancien hôtel fut rentabilisé par la création de 3 niveaux à la place des 2 niveaux d'origine. Il est acquis par la ville de Paris en 1943 et après avoir été restauré abrite la cour d'appel du tribunal
    Description :
    L'hôtel comporte plusieurs escaliers dont l'escalier d'honneur en pierre. Celui de la chapelle est en crémaillère. Il desservait uniquement l'entrée de la chapelle qui se trouvait au 2e étage. Les panneaux du garde-corps comportent trois motifs superposés composés de rouleaux affrontés ou adossés. Les
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la chapelle de l'hôtel de Beauvais (non étudié)
    Illustration :
    Vue en contreplongée du vide central de l'escalier de la chapelle. IVR11_20097501694NUC4A Vue du départ de l'escalier de la chapelle. IVR11_20097501691NUC4A Vue des panneaux de l'escalier de la chapelle. IVR11_20097501692NUC4A Détail des marches de l'escalier de la chapelle. IVR11_20097501693NUC4A Vue en contreplongée des marches, du vide central et du garde-corps de l'escalier de la chapelle Détail d'un vase de l'escalier de la chapelle.. IVR11_20097501697NUC4A Détail des marches de l'escalier de la chapelle. IVR11_20097501699NUC4A Vue d'ensemble de la cour. IVR11_20097501687NUC4A Vue de l'avant-corps sur cour du vestibule circulaire d'Antoine Le Pautre. IVR11_20097501688NUC4A Vue en plongée du vide central de l'escalier de la chapelle. IVR11_20097501698NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 4e arrondissement - 36 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison à porte cochère, constituée de trois travées et deux étages carrés plus un étage de combles, comprend deux corps de bâtiments reliés par une aile contenant la cage de l'escalier qui les dessert. Le corps de logis, entre cour et jardin, est augmenté de deux petits pavillons en saillie sur le jardin. Propriété de la famille Le Faure, la maison fut vendue en 1657 à François de Turménie, notaire au Châtelet, puis acquise en 1682 par Claude Johin, bourgeois de Paris. Elle resta dans la famille jusqu'en 1725. L'aile reliant les deux corps de logis, qui contient la cage d'escalier, a été bâtie
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier à vide central est placé en aile entre deux corps de bâtiments. Il a une forme encore trois étages carrés, l'escalier des combles étant déporté latéralement. La rampe de ferronnerie est composée de balustres continus dont le profil à épaulement est l'écho des balustres carrés de la rampe qui dessert les combles. La gaine de départ est de plan circulaire, elle reprend le dessin du limon qui s'enroule sur lui-même. Elle se compose de quatre fers carillons reposant sur des navets, l'espace entre les
    Localisation :
    Paris 4e arrondissement - 36 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Illustration :
    Le départ de l'escalier, vue latérale. IVR11_20097501093NUC4A Vue plongeante sur le départ de l'escalier. IVR11_20097501095NUC4A Vue d'ensemble de la rampe. IVR11_20097501097NUC4A Le palier droit du dernier étage et le départ de l'escalier à balustres en bois conduisant aux Les balustres sont détachés de la rampe par un gros ""navet"". IVR11_20097501099NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097501092NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Villemonté (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Villemonté (non étudié) Paris 4e arrondissement - 20 rue Geoffroy-l'Asnier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    forme et ses balustres en bois carré. Le reste de l'escalier a un garde corps en fer avec des balustres au dessin original qu'on retrouve dans une gravure de Pierretz le Jeune (actif en 1664). Curieusement supérieurs. La console de départ est elle aussi conforme au modèle gravé.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Villemonté (non étudié)
    Illustration :
    Vue du départ de l'escalier. IVR11_20097501679NUC4A Vue d'ensemble de la deuxième volée de l'escalier. IVR11_20097501680NUC4A Vue de la transition entre garde-corps en fer forgé et balustres de bois. IVR11_20097501682NUC4A Vue d'ensemble des deuxième et troisème volées de l'escalier. IVR11_20097501681NUC4A
1