Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

usine de produits pharmaceutiques Vernin

Dossier IA77000568 réalisé en 2005

Fiche

Appellations laboratoires galéniques Vernin
Parties constituantes non étudiées cheminée d'usine, entrepôt industriel, laboratoire, logement d'ouvriers
Dénominations usine de produits pharmaceutiques
Aire d'étude et canton Melun - Melun sud
Adresse Commune : Melun
Adresse : 1 rue Dajot
Cadastre : 1985 AW 147, 47-49, 56-59, 91

Les laboratoires galéniques Vernin sont fondés au début du 20e siècle par le pharmacien parisien Louis Vernin, ami d'Albert Salmon (le créateur de la Cooper, voir dossier IA77000435). Lors de sa création en 1907-1909, l'établissement comprend un seul bâtiment le long de la rue Dajot, dans un quartier semi-industriel (usine des eaux, usine de stores Baumann) ; il reprend le site jusque-là occupé par la Société des Lits militaires (blanchisserie industrielle). En 1911, Louis Vernin fait construire de nouveaux bâtiments le long de la rue Dajot, pour abriter une pilerie et un atelier de broyage de plantes qui entrent en fonction en 1912, avec une cheminée de 23 mètres et un broyeur Mora. Dès 1913, on y ajoute une seconde chaudière. En 1914 est construit un nouveau bâtiment pour la fabrication des alcoolats, extraits, teintures, granules et dragées. L'usine connaît son principal développement pendant l'entre-deux-guerres, avec une extension de son emprise vers l'est. Dès 1919 est construite une nouvelle chaufferie (180 m²). En 1928, un très grand programme d'agrandissement de l'usine fut mis à exécution : laboratoires, cheminée de 65 m de haut, chaufferie et centrale électrique (425 m²). En 1930, l'ingénieur parisien Jacquier construit le laboratoire des comprimées, dragées et pilules. En 1935 sont élevés plusieurs bâtiments, notamment celui qui abrite à la fois l'administration, la production et l'emballage à l'angle de la rue Dajot et du quai du Maréchal Joffre. De nouveaux bâtiments sont élevés en 1964, dans la partie orientale de l'établissement. Désaffectée dans les années 1990, l'usine est détruite en 1997. Sur le site, la société d'HLM Trois-Moulins Habitat a fait construire un lotissement de 40 logements en pavillon, un immeuble de 17 logements pour des officiers de l'école de gendarmerie, en front de Seine, et un immeuble de 85 studios et petits logements pour étudiants. L'ensemble a été réalisé par le cabinet d'architectes melunais Boutard-Fages-Dartois.

Période(s) Principale : 20e siècle
Dates 1909, daté par source
1911, daté par source
1930, daté par source
1935, daté par source
1964, daté par source
Auteur(s) Auteur : Jacquier, ingénieur, attribution par source
Personnalité : Vernin Louis, commanditaire, attribution par source

Les laboratoires galéniques Vernin étaient implantés en bordure de Seine, non loin d'une autre usine pharmaceutique, toujours en fonctionnement aujourd'hui : la Cooper. Dans son état avant destruction, l'usine comprenait : un bâtiment principal de trois étages en brique et béton, perpendiculaire à la Seine (bureaux, production et emballage) ; un bâtiment de bureaux le long de la rue Dajot ; une halle double en fond de parcelle, avec des murs de brique sur une armature métallique, d'où montait la cheminée (chaufferie) ; et des ateliers sous sheds, à charpente métallique. De l'autre côté de la rue Dajot s'élevait aussi en entrepôt construit en moellons et pan de bois, seul vestige conservé de l'établissement. L'usine comportait également un immeuble de logements de trois étages sur pilotis, détruit, et une série de maisons ouvrières en bordure de la rue Dajot, toujours visibles aujourd'hui.

Murs calcaire
béton
brique
moellon
Toit tuile mécanique
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures croupe
États conservations détruit
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pierrot Nicolas
Nicolas Pierrot

Conservateur du patrimoine, en charge du patrimoine industriel, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.