Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

pont routier dit Grand Pont de Meulan (détruit)

Dossier IA78002158 réalisé en 2011
Précision dénomination pont routier
Appellations dit Grand Pont
Dénominations pont
Aire d'étude et canton OIN Seine-Aval
Hydrographies Seine la
Adresse Commune : Meulan

Dès avant le 10e siècle, deux ponts de bois reliaient Meulan aux Mureaux environ à 500 pas du Petit Pont actuel. Le Grand pont, dans le prolongement du petit pont a été construit au 11e siècle par les comtes de Meulan; les péages possédés par les comtes puis par la ville à la fin du 12e siècle puis par le roi de France au 13e siècle sont très rentables. La Guerre de Cent ans et les Guerres de religion infligent de nombreux dommages aux petit et au grand pont. Au 17e siècle, démolitions et réparations de fortune s'enchaînent à tel point que le Grand Pont est dans un très mauvais état. En 1695, deux arches s'écroulent et l'arche marinière quelques temps plus tard. Les ponts-levis aux extrémités des deux ponts sont supprimés et remplacés par des cintres en bois. Au 18e siècle, les écroulements continuent, notamment celui de la première arche, qui est remplacée par un pont provisoire en bois. M. Pollard ingénieur des Ponts et Chaussées, fait même décintrer les trois arches du milieu, ce qui oblige ceux qui traversent à emprunter des bateaux, malgré une pétition adressée par les habitants de Meulan à M. Trudaine en 1749 pour lui demander de ne pas détruire le pont mais de le faire réparer. Finalement, des travaux sont engagés par l'Etat en 1757, et un péage est concédé à Jacques Aubé, qui va réaliser les travaux à ses frais selon les devis et plans dressés par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Hupeau. En réalité, les travaux n'améliorent pas l'état du pont, si bien qu'à la fin du siècle, la circulation sur l'édifice est régulièrement interrompue. Dans les premières décennies du 19e siècle, la question des travaux devient de plus en plus urgente. Les trois arches en bois qui remplacent celles que Pollard a détruites, et la première du pont qui s'est effondrée peu après sont remplacées par des arches en pierre meulière vers 1811, les levées de la Sangle et des Mureaux sont reconstruites, et des remblais sont aménagés aux abords du pont. Les crèches font aussi l'objet de grands travaux, mais malgré tout, le pont reste en mauvais état. En 1836, une autre adjudication a lieu pour de nouveaux travaux confiés à M. Ferrand, à savoir le rejointoiement, la réparation des crèches, la reconstruction de deux arches et la construction d'une chape générale contre les infiltrations. En 1841, trois arches centrales sont supprimées et remplacées par deux arches marinières en arc de cercle, qui sont détruites lors de la guerre de 1870, et remplacées par deux arches en anse de panier. Toutefois, la navigation reste difficile, surtout en période de crue, et la fragilité de l'édifice reste préoccupante : des fissures dans les piles sont relevées dans les années 1920 ainsi qu'un excès de pression causé par les passages des automobiles. En 1916, l'arche n°6 est remplacée par une travée métallique à grand tirant d'air, pour améliorer les conditions de navigation. De nouveaux projets de reconstruction sont mis au point à partir des années 1920, et jusqu'en 1939. Le pont est bombardé en 1944 par les forces alliées et il est reconstruit plus en aval. C'est le pont Rhin et Danube.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle , daté par travaux historiques

Le Grand Pont était composé de onze arches en maçonnerie.

Murs calcaire
pierre de taille
États conservations détruit
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Bussière Roselyne
Roselyne Bussière

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Coulaud Hélène - Valléry Claire