Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

maison centrale

Dossier IA77000420 réalisé en 2005

Fiche

Appellations maison centrale, centre de détention
Dénominations prison
Aire d'étude et canton Melun - Melun sud
Adresse Commune : Melun
Adresse : 10 quai de la Courtille
Cadastre : 1985 AW 121

Le décret impérial du 16 juin 1808 prévoit la création d'une maison centrale de détention en Seine-et-Marne. Celle-ci est installée à Melun, dans l'ancien hôtel-Dieu Saint-Nicolas, établissement hospitalier remontant au Moyen Age et étendu au 17e siècle sous la gestion des soeurs Annonciades. Cet hôtel-Dieu occupait la partie sud-est de l'île Saint-Etienne. Ses bâtiments disparaissent lors de la construction de la prison, qui s'effectue en deux campagnes principales. La première, de 1812 à 1832, voit l'édification de trois corps de bâtiments autour de l'église Notre-Dame, alors enclavée dans l'établissement pénitentiaire. Ces bâtiments abritent les dortoirs (au sud), les ateliers (au nord), la chapelle et le réfectoire (à l'est). A la pointe de l'île s'élèvent l'infirmerie et la pharmacie. Cet ensemble imposant (5 niveaux pour le bâtiment des dortoirs) est édifié sous la direction de plusieurs architectes : Guy de Gisors, remplacé par l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées Dherbelot, puis Nicolas Nicaise Solente et Basile Frédéric Dupont. Une fois achevée cette première campagne de travaux, l'établissement connaît quelques aménagements : installation d'un quartier de punition en 1834 (avec adoption d'une division cellulaire), modification du réfectoire en 1842, création d'une buanderie. Une seconde campagne d'extension est menée en 1858-1867 sous la direction d'Ernest Mangeon et entraîne le doublement de la superficie de la prison, qui se développe vers l'est, sur des terrains jusqu'ici recouverts par la Seine. Désormais, et jusqu'à nos jours, les ateliers où travaillent les prisonniers sont concentrés dans la partie orientale de l'établissement. Un nouveau portail est ouvert sur le quai de la Courtille, au nord. On construit aussi une chapelle (1866-1868) et un quartier d'isolement (1864-1867). De 1884 à 1887, les anciens dortoirs sont remplacés par le grand bâtiment en T, toujours en usage aujourd'hui, qui combine plan panoptique et organisation cellulaire (Prosper Bulot arch.). Au 20e siècle, le plan général de la prison n'est pas remanié, même si quelques bâtiments anciens (comme l'infirmerie des années 1820 et la chapelle des années 1860) sont détruits.

Période(s) Principale : 19e siècle
Dates 1812, daté par source, daté par travaux historiques
1858, daté par source, daté par travaux historiques
1866, daté par source, daté par travaux historiques
1864, daté par source, daté par travaux historiques
1884, daté par source, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Gisors Guy de, architecte, attribution par source
Auteur : Dherbelot, ingénieur, attribution par source
Auteur : Solente Nicolas Nicaise, architecte, attribution par source
Auteur : Dupont Basile Frédéric, architecte, attribution par source
Auteur : Mangeon Ernest, architecte, attribution par source
Auteur : Bulot Prosper, architecte, attribution par source

La prison occupe toute la pointe orientale de l'île Saint-Etienne, autour de l'église Notre-Dame. A l'est se trouvent les ateliers, au sud les cellules, au nord le portail d'entrée et les bâtiments de l'administration. En élévation, la prison comprend deux bâtiments de 3 étages carrés, l'un de plan rectangulaire (avec comble), l'autre sur un plan en T. Tous deux sont enduits, couverts en tuiles mécaniques, avec un toit à croupe. Les autres bâtiments, moins élevés, emploient pour la plupart le même type de matériaux. Le pavillon d'entrée, sur le quai au nord, est construit en brique et pierre et couvert en zinc. L'ensemble de la prison est entouré d'un haut mur de meulière.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile mécanique
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures croupe
Statut de la propriété propriété publique
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.