Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • halle
    halle Meaux - place du Marché - - Cadastre : 2014 BO 71
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    des Forges de Stenay. Son organisation interne est modifiée à de nombreuses reprises au cours du XIXe En mars 1877, le maire de Meaux, Louis Geoffroy, décide de démolir l'ancienne halle en bois du XVIIIe siècle tombée en ruine et opte pour la construction d'une halle métallique de type Baltard, conçue 25 octobre 1879. Son coût de construction s'élève à 130 000F. Les éléments en fonte portent le cachet siècle. On trouvait jadis dans la partie nord des étals de ciment carrelés pour le commerce des viandes et des poissons, tandis que la partie sud accueillait des tréteaux et des plateaux de bois pour la
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La halle mesure cinquante mètre de long sur quarante deux et demi de large. Cinquante-six colonnes de fonte supportent une charpente en fer et une toiture en zinc à lanterneau.
    Auteur :
    [fondeur] forges de Stenay
    Illustration :
    Détail de l'estampille "Forges de Stenay". IVR11_20127700719NUC4A La halle du Marché reconstruite en 1772 : gravue de Hébuterne d'après une représentation ancienne Projet de halle aux fromages au Marché, 1876 : projet de marché couvert : plan d'ensemble. Calque Projet de halle aux fromages au Marché, 1876 : façade côté Bocquillon. Calque aquarellé. (AD Seine Projet de halle aux fromages au Marché, 1876 : façade côté Merciolle. Calque aquarellé. (AD Seine Vue intérieure du vaisseau central, de l'ouest vers l'est. IVR11_20127700718NUC4A Détail de la signature "A. Moisant. Constructeur. Paris". IVR11_20127700720NUC4A Détail de l'écriteau portant l'arrêté municipal sur les bornes-fontaines. IVR11_20127700721NUC4A
  • halle
    halle Meaux - place du Marché - - Cadastre : 2014 BO 71
    Dossier :
    Détail de l'estampille "Forges de Stenay". halle
  • Samois-sur-Seine - station de pompage de Valvins
    Samois-sur-Seine - station de pompage de Valvins Samois-sur-Seine - Pont de Valvins - avenue de Valvins - Cadastre : 2007 AT 18
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en
    Historique :
    société Le Matériel Electrique S.W., filiale de la Société des Forges et Ateliers du Creusot, installée à Afin de résoudre le problème d'alimentation en eau de la ville de Fontainebleau, la commune passe exploitation directe par la commune de Fontainebleau. En 1893, le captage, puisard creusé dans le calcaire de Champigny, est prolongé par un forage de 48 m de profondeur réalisé par l'ingénieur Edouard Pillmann , démontrant que l'eau pompée provient, non pas d'une infiltration de la Seine, mais d'une nappe souterraine . Les premiers équipements devenant insuffisants, de nouvelles installations (bâtiments, machines lancé en 1920. Le nouveau groupe de pompes doit assurer un débit de 300 m3 heure afin de pourvoir à l'alimentation en eau de la commune d'Avon qui s'équipe à cette époque d'un réseau de canalisations partant de la station de Valvins. En 1933, les communes de Vulaines-sur-Seine et de Samoreau sont autorisées à leur tour à puiser leur eau à Valvins. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, d'importants travaux sont
    Observation :
    La conservation d'un groupe ancien de pompes (avec moteur électrique et moteur diesel) est à
    Parties constituantes non étudiées :
    logement de contremaître
    Dénominations :
    station de pompage
    Description :
    Le captage de la résurgence de la colline de la Madeleine est protégé par une galerie souterraine de 40 m de longueur, en maçonnerie de briques et moellons de calcaire. Un escalier et six puits années 1990). De plan rectangulaire, en moellons calcaire, il est couvert d'une toiture à deux pans , surmontant l'entrée du bâtiment. Les chaînages d'angle, la corniche de la toiture ainsi que la baie centrale baies cintrées de la façade orientale présentent un encadrement en brique, décor repris sur le pignon arrière, aveugle. Au sous-sol, les deux turbines, reposant sur des maçonneries de béton, fonctionnent alternativement. Elles permettent l'aspiration de l'eau et son refoulement vers les réservoirs d'Avon et de Fontainebleau (dits de la Reine-Amélie, construits à 1895, à 1,8 km de la station). L'anti-bélier se trouve en aval des conduites de refoulement. Les volants des anciennes vannes de commande des canalisations sont encore en place à l'étage. Avant d'être distribuée sur le réseau d'Avon et de Fontainebleau, l'eau, d'une
    Localisation :
    Samois-sur-Seine - Pont de Valvins - avenue de Valvins - Cadastre : 2007 AT 18
    Titre courant :
    Samois-sur-Seine - station de pompage de Valvins
    Illustration :
    Plan et coupe de la prise d'eau établie à Valvins, en 1855, pour l'alimentation des bornes fontaines de Fontainebleau. (AD Seine-et-Marne, 3353W1169 ) IVR11_20097701539NUC2A Profil de la prise d'eau établie à Valvins, en 1855, pour l'alimentation des bornes fontaines de Plan et coupes de la prise d'eau établie à Valvins, en 1855, pour l'alimentation des bornes fontaines de Fontainebleau. (AD Seine-et-Marne, 3353W1169 ) IVR11_20097701541NUC2A Plan de la station de pompage dressé, en 1858, pour l'installation de deux machines à vapeur Coupe des chaudières cylindriques, à balancier et à condensation, installée à la station de pompage Plan et coupe des groupes électro-pompes installés à la station de pompage de Valvins par Le Plan et coupe des groupes électro-pompes installés à la station de pompage de Valvins par Le Plan et coupe des groupes électro-pompes installés à la station de pompage de Valvins par Le
  • sanatorium dit sanatorium de Bligny, puis centre médical de Bligny, actuellement centre hospitalier de Bligny
    sanatorium dit sanatorium de Bligny, puis centre médical de Bligny, actuellement centre hospitalier de Bligny Briis-sous-Forges - Bligny - rue de Bligny - isolé
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Référence documentaire :
    sanatorium au centre hospitalier.- Briis-sous-Forges : centre hospitalier de Bligny, [2003 ?]. 48 p. : ill. La pratique des sanatoriums. Conditions hygiéniques et techniques de construction, d’organisation et de fonctionnement. Direction médicale et administrative. Réglementation des cures. Soins spéciaux . Résultats d’après les vingt premières années d’exercice des sanatoriums de Bligny, (1925). GUINARD, Louis . La pratique des sanatoriums. Conditions hygiéniques et techniques de construction, d’organisation et de fonctionnement. Direction médicale et administrative. Réglementation des cures. Soins spéciaux . Résultats d’après les vingt premières années d’exercice des sanatoriums de Bligny.- Lyon : L. Rey, 1925 sanatoriums de Bligny, (1909). GUINARD, Louis. « Les sanatoriums populaires : construction, installation , fonctionnement. Les sanatoriums de Bligny ». In : Revue d’hygiène et de police sanitaire, tome XXXI (1909), pp pages 447-449 Les nouveaux sanatoriums de Fontenay-Bligny (Œuvre des sanatoriums populaires de
    Localisation :
    Briis-sous-Forges - Bligny - rue de Bligny - isolé
    Titre courant :
    sanatorium dit sanatorium de Bligny, puis centre médical de Bligny, actuellement centre hospitalier de Bligny
    Appellations :
    centre médical de Bligny centre hospitalier de Bligny
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Illustration :
    Pavillon d'entrée avec, au second plan, la troisième uniité de soin construite sur le site dite pavillon Fontenay, corps de logis méridional, élévations sud, vue d'ensemble prise en enfilade Troisième uniité de soin construite sur le site dite pavillon Fontenay, corps de logis méridional Troisième uniité de soin construite sur le site dite pavillon Fontenay, corps de logis méridional Troisième uniité de soin construite sur le site dite pavillon Fontenay, corps de logis méridional , élévation sud, vue prise de trois-quarts gauche. IVR11_20129100108NUC4A Entrée de l'établissement avec, sur la gauche, la troisième uniité de soin construite sur le site Troisième uniité de soin construite sur le site dite pavillon Fontenay, cour délimitée par ses trois corps de logis constitutifs à l'est, vue générale prise de trois-quarts gauche Troisième uniité de soin construite sur le site dite pavillon Fontenay, cour délimitée par ses
  • Diagnostic du patrimoine industriel de l'Essonne
    Diagnostic du patrimoine industriel de l'Essonne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil départemental de l’Essonne
    Cadre de l'étude :
    diagnostic patrimonial patrimoine industriel de l'Essonne
    Titre courant :
    Diagnostic du patrimoine industriel de l'Essonne
    Annexe :
    patrimoine industriel élargi à l’artisanat de production, au patrimoine ferroviaire (remises, dépôts et sous -station d’alimentation électrique), aux instituts de recherche et aux zones industrielles. 2. Les critères Chaque élément recensé est ensuite qualifié en fonction de la nature et du degré de son intérêt . Six critères sont proposés : - Critère morphologique Questions : toutes les parties constituantes de moulin à blé hydraulique : bief de dérivation, vanne, (éventuellement bassin de retenue), bâtiment d’eau , (éventuellement écurie et maison de meunier). - Critère architectural Question : La qualité de la construction raisonnée de la chaine opératoire dans la composition et les formes de l’architecture. - Critère historique Questions : l’établissement est-il représentatif d’une branche d’activité significative de l’histoire du territoire (plusieurs échelles possibles déterminées à la lecture de la bibliographie générale ou par l’étude de terrain) ? Quelle est l’importance de l’usine dans l’histoire des techniques, de l’innovation
    Texte libre :
    De la petite à la grande couronne Depuis le milieu des années 1980, les départements centraux de l’Île-de-France – à l’exception de Paris – ont fait l’objet d’opérations publiques d’inventaire (Val-de -Marne, Hauts-de-Seine) puis de diagnostics (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) du patrimoine industriel . Mais en regard, et malgré plusieurs initiatives localisées, les départements de la grande couronne ne ateliers élevés au cours des deux siècles de l’industrialisation francilienne. Depuis 2010, la Région Île -de-France s’est engagée, à la demande ou avec le soutien de plusieurs partenaires, dans un diagnostic régional du patrimoine industriel. En grande couronne, le département de l’Essonne (convention CD91-Région Île-de-France) a ouvert le bal. Ont suivi les 52 communes de l’OIN Seine-Aval dans les Yvelines convention (CAUE78-Région Île-de-France), puis le département du Val-d’Oise (convention CAUE95-Région Île-de -France). Parallèlement, en Seine-et-Marne, les communes de la vallée de la Seine ont fait l’objet d’un
  • L’œuvre d'Hervé Baley et  de Dominique Zimbacca.
    L’œuvre d'Hervé Baley et de Dominique Zimbacca.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architecture organique en Île-de-France
    Titre courant :
    L’œuvre d'Hervé Baley et de Dominique Zimbacca.
    Texte libre :
    vont dès lors, selon des modalités différentes, forger leur propre définition de l’organicité, et L’étude des réalisations d’Hervé Baley (1933-2010) et de Dominique Zimbacca (1928-2011), relève -de-France après la Seconde Guerre mondiale. Inscrites dans un contexte d’éclatement professionnel et à l’écart des milieux institutionnels, les carrières de ces deux architectes méconnus se caractérisent par une œuvre pédagogique et bâtie originale, traversée de convictions fortes, dont ce travail propose de révéler l’importance. A partir du milieu des années 50, réunis par leur admiration pour l’œuvre de Frank Lloyd Wright (1867-1959), Hervé Baley et Dominique Zimbacca s’opposent avec virulence au symbiose entre l’homme, son habitat et le site sur lequel celui-ci se développe. Elle connaît de nombreuses entre 1964 et 1974, puise une grande partie de son vocabulaire dans la production de Wright qu’il a , s’est davantage affranchi de cette référence. Dans des projets de plus grande ampleur, dont la réception
  • maison de campagne dite le Chapitre, 1-7 rue du Chapitre
    maison de campagne dite le Chapitre, 1-7 rue du Chapitre Chanteloup-les-Vignes - 1-7 rue du Chapitre - en ville - Cadastre : 1988 AN 174-191, 193-199, 767, 768
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , qui reçoit la visite de la Dauphine, de retour de Forges où elle était allée prendre les eaux. En 1759 de Monsieur, frère du roi. En 1749, comme le rapporte Roch Longé, elle appartient à Laurent Pécoule le curé de Jouy-le-Moutier. En 1821, la propriété, qui comprend des vignes, est aux mains de M. Pion de son père, Pierre Alexandre. Elle est aujourd'hui très dénaturée et découpée en plusieurs
    Précision dénomination :
    maison de campagne
    Titre courant :
    maison de campagne dite le Chapitre, 1-7 rue du Chapitre
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Plan de la seigneurie d'Andrésy, 1731. (AN, N IV Seine-et-Oise 19). IVR11_20087800594NUC2A
  • les usines de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    les usines de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale patrimoine fluvial, industriel, des réseaux et de l'habitat de
    Titre courant :
    les usines de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    Texte libre :
    l'implantation, à partir du milieu du XIXe siècle, des premières vastes usines le long de la Seine en amont de Paris. La construction de la ligne de chemin de fer Paris-Orléans pour la rive gauche en 1843 et celle de Paris-Lyon pour la rive droite, favorisent le phénomène, encore encouragé par la canalisation du fleuve et l'amélioration de la navigabilité de ses affluents. L'urbanisation et la densification incessantes de Paris intra-muros obligent les activités exigeantes en foncier à se transférer hors les murs , le long des axes de desserte. Dans un mouvement général, les usines d'abord installées dans la guerre 1914-1918, jusqu'à faire de Seine Amont le plus important secteur industriel de la banlieue sud d'épuration des eaux et de retraitement des déchets, sablières et gravières, chantiers navals. Les usines se regroupent et forment de véritables quartiers industriels, tels Ivry-Port, Port-à-l'Anglais à Vitry-sur-Seine ou le secteur nord de la rive gauche de Choisy-le-Roi. Ces zones accueillent, en corollaire, des
    Illustration :
    générale des forges d'Ivry-sur-Seine. Il s'agit de la même gravure que celle reproduite dans : J. Turgan Alfortville, usine à gaz, quai d'Alfortville. Bâtiment administratif orné de la mosaïque de Fernand Alfortville, usine à gaz, quai d'Alfortville. Vue rapprochée du bâtiment administratif orné de la mosaïque de Fernand Léger. Photographie, 2011. IVR11_20119400266NUC2A Choisy-le-Roi, usine de construction navale. Chantier naval de Desbois, Rancelant et Ollivaud . Carte postale. ( Musée de la batellerie, Conflans-Sainte-Honorine) IVR11_20099400119NUC4A Choisy-le-Roi, usine de construction navale. Chantier naval de Desbois, Rancelant et Ollivaud . Carte postale. ( Musée de la batellerie, Conflans-Sainte-Honorine) IVR11_20099400120NUC4A Choisy-le-Roi, ancienne tannerie, transformée en conservatoire de musique, 12 bis rue du Docteur -Roux. Vue de l'entrée. IVR11_20089400163NUC4A
  • les usines de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    les usines de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    Dossier :
    générale des forges d'Ivry-sur-Seine. Il s'agit de la même gravure que celle reproduite dans : J. Turgan Ivry-sur-Seine, usine métallurgique dite Forges Coutant, boulevard Paul-Vaillant-Couturier. Vue , Les grandes usines en France et à l'étranger, t. XIV, 1882. Tiré de : L'univers illustré, 1881 . ( Musée de la batellerie, Conflans-Sainte-Honorine. Fonds Carivenc, C158-1) les usines de l'OIN ORSA
1