Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Immeuble HBM
    Immeuble HBM Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 68 rue Emile-Zola - en ville - Cadastre : 2014 AO 459
    Historique :
    l'office public d'HBM du département de Seine-et-Oise. L'entreprise Lesueur a réalisé les travaux. Le
    Description :
    moellons de Follainville. Il est élevé de 4 étages sur un rez-de-chaussée. Les façades sont rythmées par attestés sur des photographies anciennes figuraient sur les plans d'origine. Ils ont disparu. En revanche
    Texte libre :
    Cet immeuble HBM occupe à Gassicourt une place importante dans le paysage urbain. C'est le premier
    Illustration :
    La façade sur cour de l'aile sur le boulevard est en brique. Elle a été repeinte en rose clair Façade et coupe sur la rue Emile-Zola, partie gauche. AM Mantes-la-Jolie (non coté Façade et coupe sur la rue Emile-Zola, partie droite. AM Mantes-la-Jolie (non coté Façade et coupe sur l'avenue jean-Jaurès, actuel boulevard du Maréchal-Juin. AM Mantes-la-Jolie Façade sur l'avenue Jean-Jaurès, actuel Boulevard du Maréchal-Juin. AM Mantes-la-Jolie (non coté Façade sur cour. AM Mantes-la-Jolie (non coté). IVR11_20177800462NUC4A Façade sur cour. AM Mantes-la-Jolie (non coté). IVR11_20177800464NUC4A Vue d'ensemble de l'immeuble depuis le boulevard. Cliché Bertin-Taluffe. AM Mantes-la-Jolie (non Vue d'ensemble de l'immeuble sur la rue Émile-Zola. Cliché Bertin-Taluffe. AM Mantes-la-Jolie (non Façade sur la cour. Cliché Bertin-Taluffe. AM Mantes-la-Jolie (non coté). IVR11_20177800473NUC4A
  • Cité-jardin des Martraits
    Cité-jardin des Martraits Mantes-la-Jolie - 4-30 avenue Victor Hugo 1-4 impasse Victor Hugo 67-73 rue Saint-Vincent 66-78 rue Saint-Vincent 1 rue du Clos-Pinet - en ville - Cadastre : 2014 AD 48-78
    Historique :
    société d'habitations de Mantes, d'une cité-jardin construite sur le parc de l'ancien couvent des Lors de la séance du conseil municipal du 25 mai 1923, le maire de Mantes-la-Jolie, M. Auguste Goust, proposa une demande de garantie communale dans le cadre d'un projet de construction, par la et M.Cauzard), portant à 31 le nombre d'habitations au total, encore en place aujourd'hui.
    Description :
    maisons jumelles sur quatre avec la présence de pignons couverts. Le décor reste modeste : bandeaux de carreaux de céramique sur les linteaux en ciment des baies. On observe des transformations. Le deuxième point de vue architectural : Le premier type de maisons (A) est situé de chaque côté de la rue Saint pans. Les maisons-jumelles se distinguent par une demi-croupe. Le troisième type (C) regroupe les . L'entrée, placée en retrait et indépendante, est déportée sur les bords extérieurs de chaque maison. Ces
    Texte libre :
    HBM pour familles nombreuses, les maisons étant construites sur le parc de ce couvent. La cité-jardin des Martraits, composée de 31 maisons construites entre 1923 et 1930 est le fruit d'un programme municipal d'habitation à bon marché, initié par le maire Auguste Goust. Ce programme
  • Hôtel de ville
    Hôtel de ville Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Historique :
    À la suite de la destruction de l'ancien hôtel de ville en 1944, la municipalité décide de le Val Fourré devait entraîner une augmentation de 30 000 habitants et l'agrandissement nécessitait le Henri Longepierre. Le projet est voté en 1969. La superficie de l'ensemble est de 4000m2.
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969 AM Mantes-la -Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969
    Description :
    Le bâtiment de 1948 est en béton armé, les allèges sont en calcaire de Beauvilliers. La partie pleine de la façade nord-est est composée d'une combinaison réalisée avec 3 natures de pierre selon le dessin de l'architecte : calcaire de Beauvilliers, de Charentenay et de Saint-Maximin. Le plan est conduisait à l'entrée qui se trouvait à droite de la façade, et non dans l'axe de l'auvent comme c'est le cas desservir la bibliothèque du deuxième étage. Le sous-sol éclairé par une cour anglaise comportait une vaste salle de réunion sous le hall central. Il semble toutefois que ce n'était pas la salle du conseil, des photographies anciennes montrant le conseil réuni dans le hall central. Si le plan prévoit un bureau de englobe de manière dissymétrique le rectangle d'origine. Cette extension devait comporter l'entrée principale avec accueil du public dans l'axe du hall de la partie la plus ancienne. Le portique de la façade d'honneur qui dessert un vestibule. Au rez-de-chaussée se trouvait le bureau du maire. Le spectaculaire
    Texte libre :
    fait preuve alors d'un parti pris de modernité comme lors de la reconstruction du centre ville. Le
    Illustration :
    Entrée qui donnait sur le portique extérieur dans le projet d'origine et desservait directement la Vue aérienne du centre ville. On voit l'hôtel de ville de 1948 dans le parc Bourgeois-Brieussel Réunion du conseil municipal dans le hall de l'hôtel de ville de 1948. (AM Mantes-la-Jolie 15F i 1 Conseil municipal dans le hall de l'hôtel de ville de 1948. (AM Mantes-la-Jolie 15F1 629 Réunion dans le bureau du maire. (AM Mantes-la-Jolie 15Fi 2 365) IVR11_20157800466NUC4A Vue d'ensemble de l'hôtel de ville depuis la rue Gambetta. À gauche le bâtiment de 1948 et à droite Le hall du public du premier bâtiment. Vue d'ensemble. La coupole a été dotée, sans doute dans les L'entrée d'honneur du bâtiment de l'extension, sur la façade nord. IVR11_20157800328NUC4A recouvertes de tissu blanc et ses sièges "tulipe" dont l'auteur est le designer Finlandais Eero Saarinen Le départ de l'escalier d'honneur. IVR11_20157800608NUC4A
  • Couvent de Bénédictines, immeuble HBM
    Couvent de Bénédictines, immeuble HBM Mantes-la-Jolie - - 13 Boulevard Victor-Duhamel - en ville - Cadastre : 2014 AD 80
    Historique :
    , d'environ trois hectares, sur le Faubourg Saint-Lazare (actuel boulevard Victor Duhamel), à l'extrémité constructions édifiées sur les 12 740 m2 de terrain. Par délibération du 15 janvier 1921, le couvent est affecté située sur le terrain de l'ancien couvent des Cordeliers, quai de la Vaucouleurs, où elles s'occupent Une première communauté bénédictine s'installe à Mantes dès le 17e siècle, par acte du 4 avril 1650 la fin du 17e siècle, s'installent dans le prieuré de Sainte Marie-Madeleine (sis dans l'actuel rue sur la rue des Métairies qui appartenait à Mme Lefort, propriétaire du château des célestins à Limay 1867 et les Sœurs s'installent dans le couvent en 1871. Les trois chapelles des Bénédictines, des 1904 renseigne sur la liquidation judiciaire du bâtiment. Entre mai et août 1906, l'adjudication du bien est attribuée au Crédit Foncier de France, qui, sans attendre le met en vente et trouve acquéreur le 3 août 1906. L'architecte Cauzard y voit une opportunité de spéculation et lotit en parcelles le
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie. "Le couvent des Bénédictines de Mantes", Le Mantois, 1977, n°28. AM Mantes-la -Jolie. FOSSE, Édouard, "Le couvent des Bénédictines de Mantes", Le Mantois, n°28, 1977.
    Description :
    étant placée sur une aile en retour d'équerre. Douze travées rythment le corps de bâtiment Cet immeuble d'habitation à bon marché aligné sur rue, présente une façade enduite surmontée d'une toiture à longs pans brisés en tuiles plates. Le bâtiment, en forme de T, est composé d'un sous-sol, de , 1923". En dehors des ferronneries, le décor se compose de céramique en grès émaillé : bandeaux à motif des boutiques. On notera que la boutique à l'extrémité droite est une boulangerie, comme c'était le cas en 1922. Le petit bâtiment en rez-de-chaussée à toiture en pavillon, adjacent est une adjonction
    Illustration :
    Vue de l'immeuble HBM depuis le boulevard Victor Duhamel. IVR11_20167800695NUC4A
  • Immeubles ISAI de l'îlot A
    Immeubles ISAI de l'îlot A Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou Rue Louis Cauzard rue Potard - en ville - Cadastre : 2014 AH 113 ; 565-566 ; 102-105; 108-111; 520-522;405
    Historique :
    Le conseil municipal du 29 août 1946 a approuvé le projet de M. Gravereaux concernant la reconstruction des immeubles de la place Saint-Maclou et le long de la rue Nationale. Cette première phase se veut exemplaire : ce sont des immeubles ISAI, sans affectation individuelle qui marqueront le départ de du président de la République, Vincent Auriol, le 14 août 1947. Le plan d'ensemble de la
    Description :
    Le projet comporte deux parties : les immeubles de la place Saint-Maclou qui forment un front urbain continu et ceux de la Rue Nationale placés en peigne par rapport à la rue. Au total le projet soient privilégiés : moellons, tuiles, béton armé. Le parti choisi reste proche de celui du lot A de la -de-chaussée qui reconstitue ainsi le front urbain.
    Illustration :
    Immeubles ISAI de l'îlot A, place Saint-Maclou. On notera le souci de monumentalité et de symétrie Détail de l'angle du bâtiment à droite de la place. La plaque garde le souvenir du passage de de faire la transition entre la façade sur la place et celle sur l'arrière plus basses en raison de Comme le prévoyait le conseil municipal, les boutiques exposées au sud sont protégées par un L'escalier monumental qui sépare les deux bâtiments de la place avait déjà été envisagé dans le La façade arrière des immeubles de la place Saint-Maclou reprend le schéma de la façade arrière des Les immeubles sur la rue Nationale sont placés perpendiculairement à celle-ci. Ils sont reliés par La façade arrière des immeubles et des échoppes qui les relient. Le principe de l'îlot ouvert est
  • Hôpital (détruit)
    Hôpital (détruit) Mantes-la-Jolie - boulevard Calmette - en ville - Cadastre : 2015 AE 388-400
    Historique :
    confirmé par le roi en 1688. Il figure sur le cadastre napoléonien de Mantes-la-Ville sur le territoire de Une maladrerie existait dans le faubourg Saint-Lazare, à côté du cimetière, depuis au moins le 13e siècle. A partir de 1668 un hôpital général est construit par la ville sur cet emplacement. Il est Raymond Marabout en 1929 et 1930 : le pavillon de maternité et le pavillon de chirurgie ainsi qu'une . Deschamps. Le tout a été détruit en 1997 et remplacé par des immeubles de logements et le conservatoire de musique et de danse. Le nouveau centre hospitalier François-Quesnay construit par René Dottelonde et Jean
    Description :
    et composé d'un pavillon central et de deux ailes terminées par deux pavillons. Il était placé le 3 étages carrés et un étage de comble, le pavillon de chirurgie un seul étage avec combles. Le bloc médico-chirurgical rompt complétement avec ces architectures traditionnelles. Le corps principal qui
    Illustration :
    Vue de l'hôpital reconstruit par Durand. Il se situait le long de l'actuelle avenue Victor Duhamel Les bâtiments construits par Raymond Marabout dans les années 30. A droite le pavillon de chirurgie Le bloc médico-chirurgical en cours de construction. (Fonds Bertin). IVR11_20177800660NUC2B Le bâtiment des consultations au premier plan. (Fonds Bertin) IVR11_20177800664NUC2B Le bloc construit par Lopez en cours d'achèvement. (Fonds Bertin). IVR11_20177800663NUC2B La façade pricipale du bloc donnant sur des carrés de pelouse. (Fonds Bertin Le centre hospitalier François-Quesnay inauguré en 1998 à côté du Val Fourré
  • Les Bas quartiers
    Les Bas quartiers Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    , l’avait démoli et le long de cette rue avait construit des bains-douches et une H.B.M. de huit logements passées et prévoit le recensement des logements insalubres car dans ces bas-quartiers « existent de urbaniste en chef du département lors d’une conférence faite le 21 janvier 1941 à la préfecture de Seine-et -Oise. Cette demande est suivie d’effets et lors d’une séance extraordinaire du 16 avril 1941, le donne puisque ce sont les îlots qui ont été détruits par les bombardements. Le reconstruction terminée , le 26 février 1957 le conseil municipal décide de procéder à l'achèvement de l’opération de le 18 août 1959, il concerne tous les îlots insalubres subsistants et prévoit la construction de 327 logements HLM. L’enquête a lieu entre le 26 janvier et le 11 février 1959 sous la direction du commissaire quai de la Tour. En 1962, la seconde tranche est envisagée. L’ordonnance d’expropriation est publiée le
    Référence documentaire :
    AN Pierrefitte-sur-Seine, Cabinet et services rattachés au ministre de l'Equipement et du Logement
    Description :
    modestes, comme le montrent les plans et photographies de l'enquête réalisée en 1941 qui ont été conservés
    Texte libre :
    d'Athènes au centre de la ville. Deux autres dossiers ont été ouverts pour traiter des ces opérations : le
    Illustration :
    Projet non réalisé du lot A, façade sur la place Saint-Maclou.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot A, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, façade sur la rue des Ursulines.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12
  • Hôtel des postes
    Hôtel des postes Mantes-la-Jolie - 17 rue Gambetta - en ville - Cadastre : 2014 ab 305
    Historique :
    En 1912, le conseil municipal a décidé la construction de l'hôtel des postes sur l'emplacement d'un ancien "café du théâtre". Le projet est réalisé par Jules Deschamps, architecte d'arrondissement , demeurant à Mantes. Le 1er juillet 1913, l’administration des postes entre en jouissance de l'immeuble qui
    Description :
    des rues Gambetta et Armand-Cassan. Il est en brique et pierre sur rue et en meulière à l'arrière. Le Le bâtiment d'origine comportait le bâtiment principal élevé d'un étage carré et formant l'angle aux armes de la ville. Il est couvert d'un toit en pavillon. L'aile qui s'étend le long de la rue
    Illustration :
    Façades sur rue. Dessins de J. Deschamps. 1912. (AM Mantes-la-Jolie, Fi 160 Plan du projet d'agrandissement. Le rez-de-chaussée. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 1M 71 Plan du projet d'agrandissement. Le 1er étage. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 1M 71 Détail du décor sculpté qui couronne le pan coupé de l'entrée. On voit les armes de la ville L'aile le long de la rue Gambetta. On voit la différence entre le rez-de-chaussée qui date de 1912
  • Ensemble de 6 immeubles HLM
    Ensemble de 6 immeubles HLM Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 167 boulevard du Maréchal-Juin 5-15 rue Saint-Nicolas - en ville - Cadastre : 2014 AO 7, 449, 452, 482, 686,688
    Historique :
    Lopez, Raymond Marabout et Marcel Gojard. Le premier projet est très dessiné. On y retrouve les idées central, les barres. Les immeubles de la première tranche, c'est-à-dire la barre le long du bd Maréchal autres sont disposées différemment. La 3e tranche comportant les 3 derniers immeubles date de 1956. Le
    Description :
    Le principal accès se fait sur le boulevard du Maréchal-Juin. Tous les immeubles ont trois étages sur un rez-de-chaussée surélevé. Les façades comportent des loggias. La structure est en béton armé
    Illustration :
    Élévation de la barre sur le boulevard. Projet non réalisé. Mantes-la-Jolie. Permis de construire La façade sur le boulevard du bâtiment A. IVR11_20167800358NUC4A Maquette représentant le projet initial de 1952. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 La façade postérieure du bâtiment A est la façade principale tournée vers le sud Le pignon du bâtiment E est animé de baies horizontales et de loggias. IVR11_20167800361NUC4A
  • Quartier de la Reconstruction
    Quartier de la Reconstruction Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou place de l' Etape place Pierre-Goujon rue Auguste-Goust rue Thiers - en ville - Cadastre : 2014 AB 102-109, 110-116,118, 120-139, 751, 752 2014 AH 102-105, 108-111, 520-522, 446
    Historique :
    En 1941, le maire de Mantes demande un plan de reconstruction des îlots insalubres de ce qui est Pêcherie, la rue de Guernes et la place Saint-Maclou, et 3 entre la collégiale et la rue du Fort. Le de mai 1944 ont changé la donne puisque ce sont ces îlots qui ont été détruits. Au total sur 3032 faire un plan d'aménagement et de reconstruction de Mantes-Gassicourt, plan approuvé le 7 juin 1945 apposée le 14 août 1947 par le Président Vincent Auriol. Le 22 mars 1946, le Conseil municipal avait aussi
    Référence documentaire :
    AN Pierrefitte-sur-Seine, Cabinet et services rattachés au ministre de l'Equipement et du Logement
    Description :
    -vis de l’îlot C et les deux sont ouverts l’un sur l’autre. Cet îlot comporte 11 petits immeubles de G est le seul îlot qui soit adossé à des immeubles anciens. Il comporte trois étages carrés et des
    Illustration :
    Maisons donnant sur le square de la Paix. IVR11_20157800296NUC4A La façade sur le square de la paix des immeubles de l'îlot A, 1-11 rue Famille Salomon Projet non réalisé du lot A, façade sur la place Saint-Maclou.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot A, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, façade sur la rue des Ursulines.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Le centre ville avant les bombardements. (Fonds CREDOP) IVR11_20177800527NUC4A Vue depuis les tours de la collégiale des immeubles reconstruits le long de la rue Nationale La reconstruction le long de la rue Nationale. (Cliché Henrard) IVR11_19857800161N Espaces verts au coeur de la Reconstruction : le square de la Paix. IVR11_20157800295NUC4A
  • Groupe scolaire Ferdinand-Buisson
    Groupe scolaire Ferdinand-Buisson Mantes-la-Jolie - rue Ferdinand-Buisson - en ville - Cadastre : 2014 AO 185-186
    Historique :
    population dans le quartier sont importantes : un immeuble HBM de 65 logements, 13 maisons individuelles, 15 familles de gendarmes, c'est pourquoi le maire Auguste Goust propose de construire une école de filles de 8 maternelle est nécessaire. Elle remplace le petit préau. En 1955 deux classes provisoires maternelles sont
    Description :
    L'école est construite sur un plan en M irrégulier. Elle s'étire le long de la rue Ferdinand
    Illustration :
    Vue de la cour de l'école primaire. Au fond le bâtiment donnant sur la rue Pierre-Curie et Détail soigné des marches desservant le bâtiment donnant sur la rue Pierre-Curie Façade sur cour et coupes. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 15 (2) IVR11_20157800566NUC4A Façade sur rue et plan. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 15 (2) IVR11_20157800567NUC4A Façades sur cour de l'école maternelle et de l'école de filles. Marabout. 1932 (AM Mantes-la-Jolie La façade sur la rue Ferdinand-Buisson. IVR11_20177800209NUC4A La façade de l'école sur la rue Pierre Curie. IVR11_20167800536NUC4A Départ de l'escalier desservant les appartement du bâtiment sur la rue Pierre-Curie Rampe de l'escalier desservant les appartement du bâtiment sur la rue Pierre-Curie Angle de la cour de l'école primaire dans lequel se trouve le hall d'entrée puis le vestibule dont
  • Groupe scolaire Jules-Ferry, actuellement collège
    Groupe scolaire Jules-Ferry, actuellement collège Mantes-la-Jolie - 5 rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 2014 AK 614-615
    Historique :
    . Le groupe a été occupé par les Allemands pendant la guerre puis touché par les bombardements. Il est
    Description :
    vice-versa. Tous les bâtiments sur rue ont un étage carré. Ils sont construits en brique. Le décor filles le long de la rue des Ecoles et de Strasbourg. Son plan en U épousait les trois rues qui la 1934 a adopté le même plan mais un parti inverse : l'école primaire est à la place de la maternelle et collège : transformation de l'ancienne maternelle et construction d'une aile pour relier le bâtiment des
    Illustration :
    La façade sur la cour a été complètement modifiée pour y installer le collège. L'arrondi de Plan du premier étage et coupes sur l'école des garçons. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 L'aile le long de la rue Castor. IVR11_20177801392NUC4A Les façades sur les rues des Ecoles et de Strasbourg. C'était l'école maternelle Travée au centre de la façade sur la rue des Ecoles. Elle donne accès aux logements des enseignants L'entre de l'école maternelle sur la rue de Strasbourg. IVR11_20177801397NUC4A l'ancienne école maternelle est évoqué par le plan actuel. IVR11_20177801399NUC4A Vue de l'entrée de l'école maternelle. On reconnait le fond de mosaïque bleue et les caractères
1