Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 22600 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tympan, la Renommée couronnant les Arts
    Tympan, la Renommée couronnant les Arts Mantes-la-Jolie - 16 rue L'Evesque - en ville
    Inscriptions & marques :
    signature : J. Loebnitz et A. Bonnefoy
    Représentations :
    céramiste Dériaud Jacques enfant Bonnefoy A peintre portrait continent. Parmi ce groupe on aperçoit le profil du peintre A. Bonnefoy brandissant sa palette. À droite Une renommée dans les airs couronne les Arts. À gauche, différents personnages exotiques , Maurice Nalet, architecte avec un compas et une table à dessin, Madame Duhamel faisant de la tapisserie appartenant à une famille mantaise et Jacques Dériot, petit neveu de M. Duhamel en souffleur de verre. À l'arrière plan, on aperçoit la collégiale de Mantes, un Temple de l'amour, un bateau à voiles et une ruine
    Auteur :
    [] Bonnefoy A.
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Historique :
    Cette belle chaire à prêcher fut exécutée dans la seconde moitié du 17e siècle pour les frères de
    Observation :
    à signaler
    Dénominations :
    chaire à prêcher
    Représentations :
    laurier, suspendue par un ruban à un anneau. Sur l'escalier et le dorsal, deux palmes sont nouées sous la Jean-Baptiste à mi-corps, tenant une croix ; le Christ en buste ; les initiales "FIB" (sans doute pour pape en buste, et sur les côtés, deux pilastres cannelés à chapiteau corinthien. Sur l'abat-son est
    Description :
    La chaire a conservé tous ses éléments : une cuve hexagonale desservie par un escalier tournant, et
    Titre courant :
    chaire à prêcher
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Meaux -
    Inscriptions & marques :
    du chapitre cathédral de Meaux, bûchées : au 1 et au 4, d'azur à la fleur de lys d'or, au 2 et au 3
    Historique :
    ". Probablement démontés à la Révolution, ces panneaux furent remis en place à l'initiative de M. Charpentier , vicaire de la cathédrale de 1824 à 1829. Le dorsal et l'abat-voix remploient pour leur part quatre
    Dénominations :
    chaire à prêcher
    Représentations :
    Vierge à l'Enfant, en pied, couronne, croissant de lune Les panneaux de la cuve représentent saint Etienne en pied et la Vierge à l'Enfant, couronnée et symboliques et une vignette représentant une scène de la vie du saint. De droite à gauche, on trouve ainsi
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 4 panneaux en bas relief, d'un dorsal statue d'un ange sonnant de la trompette. On accède à la cuve par un escalier à balustres tournés datant
    Titre courant :
    chaire à prêcher
    Illustration :
    Vue de détail : panneau de la Vierge à l'Enfant. IVR11_20087700231NUC4A
  • usine à gaz (détruite)
    usine à gaz (détruite) Andrésy - Fin d'Oise - 28 quai de l' Oise - en ville - Cadastre : 1983 AH 284, 213, 451, 452
    Historique :
    En 1894 la commune d'Andrésy concède à l'industriel Paul Mallet le droit d'implanter une usine de été fondé par Alfred Mallet, le père de Paul. En 1895 est construite une usine à gaz dont le plan est connu par un document de1923. Le choix de cette implantation à Andrésy était stratégique, et s'avéra propose une alimentation en eau par puits artésien allant à très grande profondeur. Les bâtiments ont été transformés et abritent la Société des Eaux de Fin d'Oise qui est issue du groupe Mallet et a pris ce nom en
    Dénominations :
    usine à gaz
    Description :
    machines, la salle d'émission, la salle d'épuration et celle de condensation. Puis accolée à ce bâtiment
    Titre courant :
    usine à gaz (détruite)
    Illustration :
    Plan d'ensemble. Dessin à la plume. (AD Yvelines, 2 O 8/3). IVR11_20057800193NUCA
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades
    immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades Cergy - place des Cerclades - Cadastre : 2010 AX 10
    Historique :
    Lutèce », la Tour bleue des Cerclades est un immeuble de logements à loyer modéré. Elle était destinée
    Précision dénomination :
    à loyers modérés
    Dénominations :
    immeuble à logements
    Description :
    La tour prend place à l'est de la dalle, le long du mail des Cerclades, non loin du centre -pièces s'organisent autour d'un noyau central qui abrite les circulations verticales. A chaque étage, un palier circulaire distribue ainsi huit appartements, le rez-de-chaussée étant réservé à l'origine au logement du gardien, à une garderie, à une laverie et à un service de vente de plats cuisinés. Le parti architectural de la tour bleue des Cerclades réside dans ses formes curvilignes ; à l'exception des cloisons de furent spécialement créées. A l'intérieur, les appartements sont entièrement équipés et meublés, la vie . Son architecture courbe fut d'ailleurs à l'origine d'analogies avec des formes végétales : la
    Titre courant :
    immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
  • burettes ; plateau à burettes
    burettes ; plateau à burettes place Cardinal Mercier
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le donateur : ""Offert à l'église Enghien les Bains par Melle CR Charlotte de Brimont à l'occasion de sa 1ère communion, 12 juin 1879"" ; marque de marchand : ""J. Bachelet
    Historique :
    L'inscription indique que l'ensemble a été offert à l'église d'Enghien en 1879 par Charlotte de Brimont à l'occasion de sa première communion du 12 juin 1879. Elle avait également offert un calice pour
    Dénominations :
    plateau à burettes
    Titre courant :
    burettes ; plateau à burettes
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Meaux -
    Dénominations :
    chaire à prêcher
    Description :
    *fiche à finir*.
    Titre courant :
    chaire à prêcher
  • burettes ; plateau à burettes
    burettes ; plateau à burettes place Cardinal Mercier
    Dénominations :
    bassin à burettes
    Description :
    vigne, motifs également portés sur les burettes mais cette fois à l'aide de la technique du verre gravé.
    Titre courant :
    burettes ; plateau à burettes
    Illustration :
    Vue d'ensemble du plateau à burettes et des deux burettes dans leur boîte de rangement
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Maurecourt
    Dénominations :
    chaire à prêcher
    Description :
    La chaire à perdu son abat-voix. Elle se compose d'une cuve montée sur un pied polygonal. Le décor ne comprend qu'un semis de fleurs de lys parsemé dans le fond des arcatures cintrées. Elle a été
    Titre courant :
    chaire à prêcher
  • aiguière à ablutions et  bassin
    aiguière à ablutions et bassin Meaux -
    Historique :
    sans doute à la donation faite à la cathédrale de Meaux en 1843 par son ancien évêque, Monseigneur de Cosnac (évêque de Meaux de 1819 à 1830 puis archevêque de Sens). Ce legs comprenait en effet une aiguière et son plat en cuivre doré. Le raffinement de l'aiguière est par ailleurs comparable à celui des
    Référence documentaire :
    AD Seine-et-Marne. 5 V 162. Donation de Monseigneur de Cosnac à la cathédrale de Meaux, 1843. AD Seine-et-Marne. 5 V 162. Donation de Monseigneur de Cosnac à la cathédrale de Meaux, 1843.
    Dénominations :
    aiguière à ablutions
    Représentations :
    gravées à décor de rinceaux fleuris au niveau de l'anse, et de roseaux dans la partie inférieure. Son anse en col de cygne offre à sa base une tête d'homme barbu, couronnée de lauriers, probablement Bacchus de l'ellipse et un médaillon à décor de vigne au milieu des côtés, le reste du marli étant gravé de
    Description :
    qui incite à y reconnaître une oeuvre en métal non précieux, analyse confirmée par les traces de vert -de-gris visibles à certains endroits (par exemple, sur la tête d'homme barbu à la base de l'anse).
    Titre courant :
    aiguière à ablutions et bassin
    Illustration :
    Détail de la tête barbue à la base de l'anse. IVR11_20097701741NUC4A
  • chaire à prêcher des Trinitaires
    chaire à prêcher des Trinitaires Meaux -
    Historique :
    La cuve résulte d'un remontage effectué dans le dernier quart du 19e siècle. On a alors remployé 2 ). D'autres panneaux de même type se trouvent aussi en remploi dans la chaire à prêcher (dossier IA77000272
    Dénominations :
    chaire à prêcher
    Représentations :
    Trois panneaux de la cuve présentent la même composition que ceux du dorsal de la chaire à prêcher vignette représentant une scène de la vie du saint. De droite à gauche, on trouve ainsi : saint Jacques le
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 5 panneaux en bas relief. On accède à la cuve par un escalier courbe à balustres droits.
    Titre courant :
    chaire à prêcher des Trinitaires
  • ancien pavillon d'entrée de l'usine à gaz, actuellement maison
    ancien pavillon d'entrée de l'usine à gaz, actuellement maison Melun - 1 rue de Seine - en ville - Cadastre : 1985 AW 140
    Historique :
    Cette maison était à l'origine l'un des deux pavillons d'entrée de l'usine à gaz fondée en 1844 par il est moins bien conservé. Le reste des installations de l'usine, et notamment les gazomètres, a
    Dénominations :
    usine à gaz
    Élévations extérieures :
    élévation à travées
    Titre courant :
    ancien pavillon d'entrée de l'usine à gaz, actuellement maison
    Illustration :
    Projet de création d'une usine à gaz à Melun. Papier aquarellé, 18 juin 1844. (AD Seine-et-Marne. 5 Plan de l'usine à gaz en 1863, avec projet d'installer un troisième gazomètre. (AD Seine-et-Marne
  • lotissement et immeubles à logements de l'opération
    lotissement et immeubles à logements de l'opération "Centre-Gare" Cergy - Grand'place - Cadastre : 2010 AX 43 ou non cadastré ?
    Historique :
    A la fin des années 1970, le quartier de Cergy-Préfecture n'était toujours pas achevé. Le boulevard retour aux aménagements plus traditionnels, un « retour à la rue ». L'extension des Trois Fontaines fut promoteur des logements fit finalement appel à Ivan Seifert (1926-2008) qui avait déjà construit dans le
    Dénominations :
    immeuble à logements
    Description :
    Seifert a conçu des immeubles d'une hauteur moyenne de R+5. Les façades sont en briques avec un
    Titre courant :
    lotissement et immeubles à logements de l'opération "Centre-Gare"
    Intérêt de l'œuvre :
    à signaler
  • Fontaine-le-Port - moulin à farine, actuellement logement
    Fontaine-le-Port - moulin à farine, actuellement logement Fontaine-le-Port - 2 rue de la Vieille-Montagne - en village - Cadastre : 2007 A 100
    Historique :
    un moulin à farine sur sa propriété. Il est installé à une centaine de mètres en amont de exploité au début des années 1830 par le meunier Gervais Piat et à partir de 1835 devient la propriété des frères Roux. Ces marchands de laine ont établi, en 1826, un lavoir à laine à quelques mètres du moulin
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    Le moulin a été implanté en bordure du rû du Châtelet. A hauteur du pignon nord du moulin, une vanne a été construite afin de canaliser les eaux vers la roue (disparue). Sur la façade orientale du meules installées au niveau inférieur du bâtiment, à l'étage de soubassement. La transformation des niveaux supérieurs (rez-de-chaussée et étages de comble) en logement a modifié l'architecture initiale
    Localisation :
    Fontaine-le-Port - 2 rue de la Vieille-Montagne - en village - Cadastre : 2007 A 100
    Titre courant :
    Fontaine-le-Port - moulin à farine, actuellement logement
    Couvertures :
    toit à longs pans
  • Samois-sur-Seine - moulin à farine de la Madeleine, puis centrale hydroélectrique, actuellement logement
    Samois-sur-Seine - moulin à farine de la Madeleine, puis centrale hydroélectrique, actuellement logement Samois-sur-Seine - Bas-Samois - quai des Plâtreries - Cadastre : 2007 AS 62
    Historique :
    En 1815, François Lecoq, alors meunier au moulin du pont de Samois (côté Héricy), achète à M diamètre. Cette roue a pu entraîner une à trois paires de meules. Le moulin devient ensuite propriété du gendre de François Lecoq, Victor Pitoy, grainetier à Fontainebleau. Ce dernier le loue au meunier Bréger qui l'exploite notamment pour la boulangerie. Vers 1876, le moulin est vendu à M. Daumesnil qui fait démolir une partie du moulin afin d'agrandir la maison. La chute d'eau sert alors à produire l'éclairage
    Dénominations :
    moulin à farine
    Description :
    Le moulin de la Madeleine a été installé au pied du coteau bordant la rive gauche de la Seine. Il de mètres avant de rejeter l'eau dans la Seine. Le moulin a laissé place à une propriété composée de
    Titre courant :
    Samois-sur-Seine - moulin à farine de la Madeleine, puis centrale hydroélectrique, actuellement
    Illustration :
    Plan annexé à la demande d'installation d'un moulin formulée par François Lecoq, en 1815. (AD Seine Profil annexé à la demande d'installation d'un moulin formulée par François Lecoq, en 1815. (AD Plan représentant le moulin du pont de Samois (Héricy) où François Lecoq a travaillé en tant que Plan et élévation du moulin du pont de Samois (Héricy) où François Lecoq a travaillé en tant que
  • burettes et plateau d'Edme Gelez, vers 1819
    burettes et plateau d'Edme Gelez, vers 1819 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    le couvercle se trouvent 5 poinçons, deux au revers et 3 à l'avers. On reconnaît les 4 poinçons déjà
    Historique :
    Cet ensemble a été réalisé par l'orfèvre parisien Edme Gelez, probablement vers 1819 puisque les conservée au musée Dobrée à Nantes), l'autre en argent (1823-1824, encore à Rosny-sur-Seine, 78) et la chapelle offerte par la duchesse d'Angoulême à son secrétaire Théodore Charlet (1820, aujourd'hui au Carmel
    Référence documentaire :
    AD Seine-et-Marne. 5 V 162. Donation de Monseigneur de Cosnac à la cathédrale de Meaux, 1843. AD Seine-et-Marne. 5 V 162. Donation de Monseigneur de Cosnac à la cathédrale de Meaux, 1843.
    Dénominations :
    bassin à burettes
    Représentations :
    frise (Nombres, chapitres 13 et 20). Sur la burette à vin, c'est la Grappe de la Terre Promise : Caleb et Josué rapportent sur une perche une énorme grappe de raisin à Moïse (tenant son bâton) et à Aaron Israelites. Sur la burette à eau, Moïse fait jaillir une source en frappant le rocher de son bâton ; aussitôt tous s'abreuvent : un soldat, agenouillé au bord de l'eau, s'apprête à boire dans une coupe ronde ; un autre soldat puise de l'eau dans son casque et le tend à un de ses compagnons pour qu'il étanche sa soif ; une femme, ayant posé par terre sa cruche, donne à boire à un enfant dans une coupe ; une autre femme
    Description :
    ; ce décor est lié à la fonction de chaque burette : la Grappe de la terre promise sur la burette à vin , la source que fit jaillir Moïse sur la burette à eau. Les anses, probablement fondues, sont ornées
    Texte libre :
    Cosnac, évêque de Meaux de 1819 à 1830 puis archevêque de Sens, n’avait pas oublié son ancien diocèse d’évêque. Les burettes et leur bassin constituent un très bel ensemble, dû à l'orfèvre parisien Edme Gelez prélat qui les a commandés.
    Illustration :
    Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : Moïse frappant le rocher en fait jaillir une Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : un soldat se désaltère à la source créée par Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : un soldat tend son casque à son compagnon Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : une femme tend une coupe d'eau à un enfant Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : une femme porte une cruche d'eau sur sa tête Détail de la frise sur la panse de la burette à vin : la vigne de Canaan. IVR11_20107700079NUC4A Détail de la frise sur la panse de la burette à vin : Caleb et Josué rapportent sur une perche une Détail de la frise sur la panse de la burette à vin : Moïse et Aaron accueillent Caleb et Josué Détail de la frise sur la panse de la burette à vin : l'armée israelite, au milieu de ses tentes Détail de la frise sur la panse de la burette à vin : les tentes de l'armée israelite
  • Couvent de Bénédictines, immeuble HBM
    Couvent de Bénédictines, immeuble HBM Mantes-la-Jolie - - 13 Boulevard Victor-Duhamel - en ville - Cadastre : 2014 AD 80
    Historique :
    Une première communauté bénédictine s'installe à Mantes dès le 17e siècle, par acte du 4 avril 1650 qui suit les conclusions du Maire, des échevins et des habitants. Les Sœurs, au nombre de vingt-six à à Mantes au début du 19e siècle. Nommées "bénédictines de Bray" -du nom de l'ancienne maison seigneuriale de Bray qui les avaient accueillies à la Révolution- et originaires de Villarceaux, ces Sœurs , d'environ trois hectares, sur le Faubourg Saint-Lazare (actuel boulevard Victor Duhamel), à l'extrémité sur la rue des Métairies qui appartenait à Mme Lefort, propriétaire du château des célestins à Limay propriété et la propriété du Clos Pinet, située en face. Les Bénédictines font appel à des souscriptions particulières pour financer un nouveau bâtiment ainsi qu’à la banque hypothécaire de France (ancêtre du Crédit pensionnaires et des élèves sont achevées en 1879. Mais l'activité du couvent -dédiée à l'accueil de pensionnaires et à l'enseignement scolaire- ne permit pas de rentabiliser cet édifice. En 1905, on compte
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie. 7M 2(3). 7M 2(6). Mémoires comptables des travaux exécutés à l'immeuble pour familles nombreuses. AM Mantes-la-Jolie. 7M 2(3). 7M 2(6). Mémoires comptables des travaux exécutés à Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 LACHIVER , Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792, Meulan
    Dénominations :
    immeuble à logements
    Escaliers :
    escalier tournant à retours avec jour escalier dans-oeuvre en charpente
    Description :
    Cet immeuble d'habitation à bon marché aligné sur rue, présente une façade enduite surmontée d'une toiture à longs pans brisés en tuiles plates. Le bâtiment, en forme de T, est composé d'un sous-sol, de perpendiculaire, placé à l'arrière. La modénature s'organise autour de chainages d'angle, d'une corniche et d'un l'axe de symétrie sont soulignées par des refends et surmontées d'une grande lucarne à baies jumelées , 1923". En dehors des ferronneries, le décor se compose de céramique en grès émaillé : bandeaux à motif des boutiques. On notera que la boutique à l'extrémité droite est une boulangerie, comme c'était le cas en 1922. Le petit bâtiment en rez-de-chaussée à toiture en pavillon, adjacent est une adjonction
    Texte libre :
    Cet immeuble placé à l'entrée de la ville est remarquable par ses dimensions et son statut : c'est
    Illustration :
    Vue de détail du décor de céramique vernissée à motif de branches, linteau des baies du second
    Couvertures :
    toit à longs pans brisés noue
  • burettes et plateau d'Alexandre Thierry, entre 1823 et 1838
    burettes et plateau d'Alexandre Thierry, entre 1823 et 1838 Meaux -
    Dénominations :
    bassin à burettes
    Représentations :
    L'iconographie est réduite aux symboles liés à l'usage des burettes : roseaux pour la burette à eau , vigne pour la burette à vin, les deux mêlés pour le plateau.
  • seau à eau bénite et goupillon
    seau à eau bénite et goupillon Meaux -
    Historique :
    Cet élégant seau à eau bénite présente une forme assez élancée et un décor de godrons et de
    Dénominations :
    seau à eau bénite
    Titre courant :
    seau à eau bénite et goupillon
  • ensemble d'édifices à cour commune dit cour Beaulieu
    ensemble d'édifices à cour commune dit cour Beaulieu Andrésy - cour Beaulieu - en ville - Cadastre : 1983 AS 235, 236, 241, 394, 659, 393, 573, 574, 625
    Historique :
    Cette cour commune existait en 1731 (elle figure sur les minutes du plan terrier des A.N. S 139). A cette date, elle montre une grande mixité sociale et d'habitat. A l'entrée à gauche (n°43) se trouvait un cellier appartenant à Madame Bricaut, propriétaire de la maison de campagne de l'autre côté de la rue. Ensuite deux petits bâtiments (n° 44), sans doute des annexes, appartenaient à Pierre Massot qui maison n°46 était à Charles Biard dont la femme, Catherine Massot était surnommée la grande catin ou la Péchereau le n°50. Et enfin, le quadrilatère occupé par le n° 47 appartient entièrement à Monsieur L'Estant
    Dénominations :
    ensemble d'édifices à cour commune
    Description :
    nombreuses transformations que l'on peut juger à partir d'une carte postale du début du 20e siècle. Elles ont un ou deux étages carrés. La parcelle 393 sur rue a reçu à la fin du 19e siècle un toit débordant et une demi-croupe. La parcelle 566 a été entièrement remodelée selon les consignes de la ZPPAU si bien que le parti ancien, beaucoup plus irrégulier n'est plus lisible. La parcelle 659 a perdu son escalier extérieur. La 394 avait une lucarne rurale à croupe débordante qui est devenue une lucarne à la capucine (préconisée par la ZPPAU). La 241 a vu ses ouvertures élargies et a perdu sa lucarne.
    Titre courant :
    ensemble d'édifices à cour commune dit cour Beaulieu
    Illustration :
    Vue du bâtiment jouxtant la cour commune à droite. Il a été entièrement rénové dans le cadre de la
    Couvertures :
    toit à longs pans