Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Mairie
    Mairie Le Perreux-sur-Marne - place de la Libération - en ville - Cadastre : 1979 AE 61
    Historique :
    édifiée en 1890 par Pierre Mathieu, architecte au Perreux, sur l'emplacement de l'ancien marché. Porte la
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - place de la Libération - en ville - Cadastre : 1979 AE 61
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et élévation de la grille, 1889. (AM Le-Perreux-sur-Marne. série M Coupe transversale, 1889. (AM Le-Perreux-sur-Marne. série M) IVR11_19859401138P Elévation antérieure, 1889. (AM Le-Perreux-sur-Marne. série M) IVR11_19859401135P Elévation latérale, 1889. (AM Le-Perreux-sur-Marne. série M) IVR11_19859401137P Elévation postérieure, 1889. (AM Le-Perreux-sur-Marne. série M) IVR11_19859401136P Le Perreux-sur-Marne) IVR11_20049400316XA Plan. Projet d'extension signé Marcel Chappey, 1941, non éxécuté. (AM Le Perreux-sur-Marne Elévation sur la place. Projet d'extension signé Marcel Chappey, 1941, non éxécuté. (AM Le Perreux -sur-Marne) IVR11_20049400312XA Façade antérieure. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401517XB
  • mairie, actuellement maison des associations et office du tourisme
    mairie, actuellement maison des associations et office du tourisme Draveil - centre - 11 place de la Division-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AE 257 2011 AE 722
    Historique :
    petite, le conseil municipal décide de la reconstruire, sur le même emplacement agrandi d'un terrain de Pasquet, architecte à Corbeil, sont approuvés le 11 septembre 1898. Les travaux, confiés à l'entreprise Soumastre de Villeneuve-Saint-Georges, sont achevés le 20 juillet 1900. En 1919, lors du démantèlement de la création d'une place publique, le dégagement de la mairie et l'élargissement des rues de la Mairie et de Mainville, suivant le plan établi par L. Poussin, géomètre à Villeneuve-Saint-Georges. L'édifice garde sa
    Annexe :
    : acquisition d’un terrain pour le dégagement de la mairie, 1919. II. iconographie - A.D. Essonne, 2 Fi
    Illustration :
    Vue de la façade latérale sur la rue du Docteur-François. IVR11_20069100507XA
  • Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert
    Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert Mantes-la-Jolie - Gassicourt - - en ville - Cadastre : 2014 AO 728
    Historique :
    trouvait place de l'Eglise. Le projet de construction d'un nouveau groupe scolaire à Gassicourt remonte à suite de l'installation de l'usine Braunstein et de l'extension du chemin de fer. A cette date, le plan , successeur de Duval. En 1902 fut prise la décision par le conseil municipal de construire la mairie et d'agrandir le groupe scolaire. Les plans ont été dressés par Deschamps et l'inauguration a lieu le 15 août . (Ces bâtiments se trouvaient le long de l'actuelle rue de Gassicourt. ils ont été détruits en 1944). En 1912 deux classes avec logements sont construites par le même architecte. Ce sont les bâtiments subsistants le long de la rue Alphonse Guérin. Enfin en 1922, le projet d'agrandissement réalisé par . A l'origine école de fille, le bâtiment était devenu en 1904 école de filles et de garçons. La
    Description :
    Le premier bâtiment de 1893 ne comportait qu'un logement de fonction d'un étage et une classe en rez-de-chaussée qui se trouve dans le prolongement de la classe plus ancienne et est partiellement surmontée d'un appartement de fonction à l'étage. On retrouve les mêmes chaînages en brique. Le bâtiment inauguré en 1904 est le projet complet. Il comprenait une aile identique à celle de l'école de fille. Entre comportait au rez-de-chaussée vestibule, salle de commission, le cabinet du maire et une salle d'archives et fonction. A cette date le projet primitif est réalisé. L'agrandissement de 1912 se composait de deux salles de classe en rez-de-chaussée et d'un pavillon d'habitation d'un étage. Il reprenait le parti d'origine avec enduit, chaînages de brique et toit en ardoise. Toutefois le décor de brique est plus
    Texte libre :
    phases de 1893 à 1904. C'est la mairie-école telle qu'elle apparaît sur les cartes postales. Le second
  • maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété
    maison de campagne, mairie-école, presbytère, actuellement copropriété Maurecourt - 18 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 355
    Historique :
    . En retour sur la rue se trouve une petite maison de vigneron. En 1824 la maison qui appartient au Général Lepic est achetée par la municipalité pour y installer le presbytère, l'école et la mairie. La redistribution des lieux est faite par l'architecte Goix. Le logement de l'instituteur se trouve dans la maison
    Illustration :
    Plan sur le cadastre napoléonien. (AD Yvelines). IVR11_20087800022NUC1A Le portail sur la rue. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800564NUC2 Le portail sur la rue. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800566NUC2 L'aile gauche en retour abritait le presbytère. IVR11_20077800134XA La façade sur la rue du bâtiment principal qui abritait l'école et la mairie. L'aile droite était le logement de l'instituteur. IVR11_20077800136XA La façade arrière et le mur de clôture du jardin, ancien clos. IVR11_20077800138XA Le cellier qui se trouve sous l'ancien logement de l'instituteur. Vue d'ensemble
  • mairie-école
    mairie-école Vigneux-sur-Seine - 75 rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AR 76 à 78
    Historique :
    , décide de se doter d'une mairie-école, sur un projet établi par J. Laroche, architecte à Corbeil. Le loin sur le chemin de la gare. Les travaux sont adjugés à Jacques Houry, entrepreneur à Brunoy. D'abord En 1877, la commune de Vigneux, réunie à celle de Draveil pour le culte et l'instruction primaire disposition de la commune par Georges de Courcel. L'administration départementale jugeant trop coûteux le projet (qui prévoitt aussi un logement pour le garde-champêtre), de nouveaux plans sont établis par H. B . Supplisson, architecte à Villeneuve-Saint-Georges. Le 7 septembre 1878 l'emplacement est reporté 40 m plus d'une école de filles dans le quartier de Château-Frayé. En 1913 elle se compose de deux classes, dont côté de celle des filles, au Château-Frayé, quartier désormais le plus peuplé de la localité ; P. Simon , architecte à Villeneuve-Saint-Georges, étudie la transformation des salles de classes en logements pour le garde-champêtre et le secrétaire de mairie, mais la guerre empêche la réalisation des travaux. En 1925
    Description :
    Le bâtiment inauguré en 1979 est une construction à ossature métallique reposant sur un socle en
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - 75 rue Pierre-Marin - en ville - Cadastre : 1983 AR 76 à 78
    Annexe :
    . Le Livre d’histoire, 2004, p. 138-142. - Leveau-Fernandez, Madeleine. De Vicus-Novus à Vigneux-sur Vigneux-sur-Seine, mairie-école. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A. D , 1969-1975. II. Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine, étude historique
    Aires d'études :
    Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    -champêtre : façade principale et coupe. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 2) IVR11_20079101222XA -champêtre : plan du rez-de-chaussée, du 1er étage et des caves. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 2 sur cour, plan du rez-de-chaussée ; 15 février 1926. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 5) IVR11_20079101236XA Plan-masse. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 7) IVR11_20079101228XA proposé par la Coopérative des Bois de l'Est (Aube), 5 août 1970. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 21 , Paris, XIIIe, mai 1974. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 20) IVR11_20079101230XA Vigneux-sur-Seine, 1 M 21) IVR11_20079101232XA Vue d'ensemble. (AM Vigneux-sur-Seine, 1 M 8) IVR11_20079101226XAB
  • mairie
    mairie Romainville
    Historique :
    municipalité décide la construction d'une mairie-école. Le projet est confié à Paul-Eugène Lequeux (1806-1873
    Description :
    présente un couple de villageois enlacé se promenant sur un chemin de campagne tandis que le soleil se . L'une d'entre elles présente un cortège nuptial qui s'avance sur un chemin de campagne que domine le vivent une idylle dorée. Sur le mur nord de la salle, un buste de Marianne, signé Auguste Maillard et La façade principale, donnant sur la place du bourg, en présente certaines caractéristiques de sur un escalier monumental qui conduit à la salle des fêtes. Cette salle, tout en longueur, offre une décoration de stucs et de faux marbres. Le musée du Petit-Palais possède les cartons des deux compositions 862-1926), constituent un témoignage sur l'environnement de la commune à cette époque. La première couche sur les carrières. La seconde figure un autre couple, d'une origine sociale plus aisée, assis sur les fiançailles, le mariage et la vie de famille. L'artiste réinterprète ces thématiques dans le contexte d'un 18è siècle idéalisé. Les diverses scènes ont le plus souvent pour décor un paysage agreste
    Illustration :
    Ensemble de 3 peintures monumentales dans la salle des mariages : Le Mariage, 1917. Maton-Wicart Ensemble de 3 peintures monumentales dans la salle des mariages : Le mariage, 1917. Détail. Maton Ensemble de 3 peintures monumentales dans la salle des mariages : Le mariage, 1917. Détail. Maton inscrite en 1903 par le conseil municipal sous le blason de la ville. IVR11_20089300320NUC4A
  • mairie-école
    mairie-école Chanteloup-les-Vignes - 31 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1988 AM 378
    Illustration :
    Le campanile. IVR11_20087800258NUC4A La façade arrière qui donne sur la cour de récréation de l'école primaire. IVR11_20087800100NUC4A
  • maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque Saint-Exupéry
    maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque Saint-Exupéry Andrésy - 40 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AS 205 1983 AT 144, 258 1983 AI 1-28
    Historique :
    sans doute lui qui a aménagé le jardin régulier, aujourd'hui disparu, qui se trouvait sur l'Île Nancy , avocat au Parlement, agent des affaires du duc d'Orléans, qui le revend l'année suivante. Confisqué en l'an II, il est vendu à François Joseph Mouchy. En 1817, la veuve de Monsieur Mouchy le vend à Pierre Joseph Geoffroy. Sa fille, la comtesse Lepic en hérite en 1825 et le vend au colonel Lepic, son beau qui vend le château à la municipalité d'Andrésy en 1875 pour y transférer la mairie, l'école de garçons et le presbytère. L'édifice est devenu uniquement école en 1947 quand la mairie a été transférée
    Description :
    Le château du 18e siècle est connu par un inventaire de 1783 : au rez-de-chaussée (en réalité étage , une orangerie et une serre chaude. Le jardin régulier dans l'île et se composait de quatre parterres d'un cabinet avec panneaux de bois ornés de papiers de la Chine. Le château est remanié au 19e siècle , en fonction de ses divers usages. Une cheminée d'usine y est ajoutée lorsque le château devient
    Illustration :
    dans l'île de Devant et de la perspective sur l'île Pergrand. Dessin plume aquarellé. (AN, N III Seine Plan du jardin dans l'île : détail avec le kiosque. Dessin plume aquarellé. (AN, F 13 1400 B Vue de la façade sur rue. IVR11_20057800152XA Le campanile. IVR11_20057800156XA
  • mairie
    mairie Enghien-les-Bains - 57 rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1995 AC 412
    Historique :
    terrasse. Le nouvel édifice présente les caractères des années Trente sur la façade antérieure : cinq Dès 1884, sous le mandat du maire Anatole Carré est lancée l'idée d'acquérir une grande propriété -école est achetée. Cette propriété dotée d'un grand jardin ouvrant sur la rue de Malleville possédait , la salle de mariage est installée dans un salon et la salle de réception dans le billard. L'extérieur Enghiennois L. Duran souligne que la ville d'Enghien est très en vue par le mouvement de sa population qui en concours pour la construction. Le projet n'abouti pas. En1912 l'architecte Louis Olivier dessine la grille d'entrée donnant sur la rue et confie sa réalisation à l'entreprise de serrurerie G. Tirfoin et fils de
    Description :
    de bâtiment central encadré de deux avant corps ouverts d'une travée amortie par une lucarne. Le tout était en brique et pierre sur soubassement de meulière. Cet aspect a disparu lors des différents centrale en forme de rotonde sur les deux niveaux.
    Illustration :
    pour être transformée en mairie. On remarque sur la droite, dans la partie supérieure, le plan masse de
  • mairie-école
    mairie-école Enghien-les-Bains - 1, 5 rue de Mora - en ville - Cadastre : 1995 AC 210, 211
    Historique :
    l'entrepreneur de travaux publics à Enghien les Bains, Auguste Lordonné. Dès 1894, sous le mandat du maire abriter tous les services de la vie municipale. Le bâtiment est alors modifié, la même année, par
1