Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • grand ensemble dit L'Orée de Sénart
    grand ensemble dit L'Orée de Sénart Draveil - Mainville - rue du Marais rue Pierre-Brossolette - en ville - Cadastre : 1983 AL 83
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Un permis de construire est délivré le 5 avril 1962 à Paul Champin, entrepreneur de travaux publics et propriétaire du domaine de la Folie, pour la construction dans le parc du château (6, 4 ha) d'un ensemble de 460 logements du type Logéco répartis en 10 bâtiments (6 de 4 niveaux et 4 de 13 niveaux ). Après la vente le 25 juin 1963 d'une partie du terrain et du droit de construire à la Société civile immobilière l'Orée de Sénart constituée à cet effet, le plan masse est remanié et des immeubles de standing substitués aux Logécos. 18 immeubles comprenant 456 logements (F2 à F5 du type prime à 6 francs) sont ainsi que l'aspect du paysage. La résidence comporte aussi 4 boutiques, une piscine et des aires de jeux . Le permis de construire est délivré le 17 février 1964. La déclaration d'achèvement des travaux , réalisés en 3 tranches, est prononcée le 16 décembre 1966. Une parcelle de 12 000 m2 a été cédée (Alphonse-Daudet, situé rue de la Citadelle), compte tenu de l'âge des enfants de la résidence, ainsi que de
    Description :
    entre eux par des chemins piétonniers. Ils se répartissent en 14 bâtiments de 4 étages et 4 de 8 étages . Les bâtiments R+4 sont des immeubles de forme carrée, avec circulations verticales centrales assurées d'escaliers. Les refends porteurs et les murs pignons sont en béton banché de 14, les planchers en dalles de 14 coulés sur coffrage contreplaqué et surfacés au moulage. Divers éléments de béton sont façades des bâtiments sont en frise de sipo. Les murs pignons des bâtiments longs portaient à l'origine un revêtement de pâte de verre, remplacé en 1991 par de la pierre artificielle qui se substitue aussi au grès cérame recouvrant les trumeaux à rez-de-chaussée des bâtiments bas en façade principale. Le petit centre commercial ouvre sur la place carrée entourée des 4 bâtiments R+8. La piscine se situe au centre de la
    Titre courant :
    grand ensemble dit L'Orée de Sénart
    Appellations :
    Orée de Sénart (L')
    Annexe :
    . - Jullian, René. Histoire de l’architecture moderne en France de 1889 à nos jours : un siècle de modernité Draveil, L'Orée de Sénart. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A. M. Draveil , dossier non coté : permis de construire, 1964. II. Bibliographie - Draveil, chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 238 - 242. - Draveil. Résidence de l’Orée de Sénart. In : Techniques et architecture, 27e série, n°2, septembre 1966, p. 90 – 93
    Illustration :
    Cour-jardin située au centre des quatre immeubles ""barre"" de 8 étages. Elle est entourée d'un Vue de la cour-jardin autour de laquelle les immeubles R+8 sont distribués en étoile Vue d'ensemble de l'immeuble perpendiculaire à l'allée des Collèges (au nord de la résidence), un Un des 4 immeubles R+8 : vue de la façade sur le parc. IVR11_20069100791VA Un des 4 immeubles R+8 en forme de barre : détail de la façade sur le parc. IVR11_20069100793XA Un des 4 immeubles R+8 en forme de barre : détail des balcons de la façade sur le parc Détail d'une porte d'entrée (immeuble R+8, à l'arrière de la piscine). IVR11_20069100798XA Vue de la piscine implantée au centre de la résidence. IVR11_20069100800XA Groupe de trois immeubles de plan carré. IVR11_20069100806XA Vue d'ensemble d'un des 14 immeubles de plan carré à quatre étages sur re-de-chaussée
  • cité dite Grand Ensemble des Aunettes
    cité dite Grand Ensemble des Aunettes Sainte-Geneviève-des-Bois - Les Aunettes
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale grands ensembles de l'Essonne
    Historique :
    Jusqu'à la fin du XIXème siècle, le territoire de Sainte-Geneviève-des-Bois était essentiellement couvert par la forêt de Séquigny. Au début du XIXème siècle, Sainte-Geneviève-des-Bois n'est encore qu'un hameau le long de la route de Corbeille dont il ne reste aujourd'hui que l'église et l'ancienne mairie -école. Plus loin, se situe le hameau de Liers, l'un des mieux conservé de la commune aujourd'hui et vers l'ouest le long de l'ancienne route de Montlhéry le hameau du Perray. Il existe encore quelques vieilles fermes de cette période dans la zone du Parc Pierre. Au début de la seconde moitié du XXème siècle se , apparaissent des opérations de logements collectifs excentrées à la limite de l'espace urbanisé de la commune sur les allées franciliennes. Cette réalisation de la S.C.I.C préconisait lors de son lancement, en que 1 735 unités en deux projets distincts. Une première tranche de 1 006 HLM a été conçue par le même architecte, Charles Gustave Stoskopf. Une seconde de 529 HLM et ILN a fait l'objet d'un plan masse conçu par
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La morphologie urbaine actuelle de Sainte-Geneviève-des-Bois est structurée sur deux pôles : le versant est de la vallée de l'Orge qui présente un habitat majoritairement traditionnel et pavillonnaire , le plateau d'une altitude moyenne de 80m sur lequel est implantée au sud-ouest la cité des Aunettes . L'ensemble des Aunettes à Sainte-Geneviève-des-Bois constitue une extension vers l'est de l'agglomération existante construit sur un terrain plat adossé au « Bois des Trous ». Le quartier est isolé de la trame urbaine originelle. Le plan masse de Charles Gustave Stoskopf se caractérisait par une entité indépendante axée sur un centre commercial d'intérêt régional projeté au nord-est de l'ensemble et un axe urbain proprement dit. Dans la partie centrale de l'ensemble devaient prendre place des tours d'habitation de grande hauteur construites au centre d'un parc, les autres immeubles formaient une couronne autour de ce parc prenait place une grande voie courbe de desserte principale de l'ensemble. Une grande importance est
    Jardins :
    massif de fleurs parterre de gazon
    Illustration :
    Affiche de la préfecture de l'Essonne relative à l'avis d'enquête sur la chaufferie du Grand cité dite Résidence Pergaud. Plan d'ensemble de la résidence. IVR11_20119100014NUC4A cité dite Résidence Pergaud. Axonométrie de la résidence. IVR11_20119100013NUC4A cité dite Résidence Pergaud. Plan de répartition d'un étage courant. IVR11_20119100012NUC4A Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan masse de la résidence Saint-Hubert. IVR11_20119100009NUC4A Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant et du pignon d 'un bâtiment Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant orientée Sud, d 'un bâtiment donnant sur Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant nord et du pignon Ouest d 'un bâtiment Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de la façade avant d 'un bâtiment donnant sur la place en U Cité dite Résidence Saint-Hubert. Plan de l'élévation d'un pignon. IVR11_20119100028NUC4A
1