Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ouvrage fortifié, dite Tour Saint-Martin
    Ouvrage fortifié, dite Tour Saint-Martin Mantes-la-Jolie - rue des Martraits - en ville - Cadastre : 2014 AB 637
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Positionnée aujourd'hui en retrait de la rue des Martraits, la tour était initialement placée en à la ville et qui donna ainsi son nom à la tour. Une étude précise de cet édifice a été menée par Nicolas Faucherre (2000). Plusieurs dates de construction sont proposées, entre 1433 (Lavall, 1997), 1446 (chronique d'Aubé, 1718-1719). Sa construction s'inscrit néanmoins dans le contexte de l'occupation anglaise de la ville qui s'étendit de 1419-1449. Elle joua un rôle important dans la libération de la ville en 1449. Les Anglais ayant refusé de se rendre, les habitants de la ville de Mantes s'emparèrent eux-mêmes de cet édifice menant à la Porte aux Saints afin d'y laisser entrer les Français libérateurs. Des de plusieurs maçons originaires de Mantes, ainsi que le manque de matériau de qualité. Après la destruction des fortifications au 18e siècle, la tour est transformée en habitation puis en lieu de stockage
    Référence documentaire :
    Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver , Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792, Meulan Entre réfection et aménagement, l'enceinte de Mantes sous la domination anglaise LAVALL, David , "Entre réfection et aménagement, l'enceinte de Mantes sous la domination anglaise", in : Mantes médiévale , la collégiale au coeur de la ville, Paris, Somogy, 2000, p.42-46 Les fortifications de Mantes depuis l'origine jusqu'au XVIe siècle. Saintier, E., 1925. Les fortifications de Mantes depuis l'origine jusqu'au XVIe siècle. Planche 31. Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Paris, Somogy. 2000.
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Description :
    La tour Saint-Martin, placée en retrait de la rue des Martraits dans la cour arrière d'un magasin de mobilier, est construite en moellons irréguliers de pierre. Une description précise de l'édifice est donnée par Nicolas Faucherre (2000) : "La tour Saint-Martin adopte un plan en fer à cheval de 15 mètres de long, dégageant deux flancs rectilignes de 7 mètres de long avec des murs épais de 4 mètres . (...) La tour est dressée en médiocre parement de moellons de tout-venant (...) En flanc gauche, un niveau d'arase incliné se distingue correspondant à un changement de matériaux. Trois grands chainages harpés en besace, dressés en grand appareil de calcaire jaune à la face layée, viennent rythmer la capitale de s'interrompent au droit du ressaut taillé en calcaire blanc qui souligne le niveau de sol de l'étage, sur lequel reposaient les canonnières (...) Sa couronne de machicoulis est formée de consoles de calcaire jaune à trois ressauts en quart de rond, accolés trois par trois pour dégager des orifices de tir parcimonieux. La tour
    Texte libre :
    La tour Saint-Martin, proche de la porte aux Saints, fait partie des derniers vestiges du rempart qui ceinturait la ville médiévale de Mantes.
    Illustration :
    Dessin de l'ancien rempart de Mantes, 17e siècle, (AM Mantes-la-Jolie, 1 fi 44 Plan de la ville de Mantes mentionnant le prieuré de Saint-Martin enserré dans le rempart et Vue de la tour Saint-Martin en 1977. IVR11_19777800815X Vue de la tour Saint-Martin depuis la rue des Martraits. IVR11_20167800683NUC4A Vue latérale de la tour Saint-Martin IVR11_20167800682NUC4A Détail de l'enceinte fortifiée, bas de la rue des Martraits. IVR11_20167800688NUC4A
1