Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 17 sur 17 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié) Paris 7e arrondissement - 97 rue du Bac
    Historique :
    -Rachel de Meuvres lors de son mariage avec Pierre-Henry Le Maistre, fils d'un fermier général. La maison voisine au 99 fait partie du lot. Dans un premier temps, Le Maistre fait d'importants travaux au 99 puis est délivrée l'autorisation de poser un balcon sur la façade. C'est l'architecte Debias-Aubry qui fut location, le propriétaire habitant au 99. A sa mort, sa plus jeune fille Jeanne-Henriette Comtesse de Ségur en hérita d'où le nom traditionnel de l'hôtel. Le couple se réserva un appartement au 99 et loua tout le reste, comme en témoignent de nombreux baux. Après la Révolution, l'hôtel fut acquis en 1809 par le comte de Salm-Dyck qui y effectua d'importantes modifications, notamment dans leur appartement du
    Description :
    L'escalier donne sur le passage cocher à gauche en entrant. Il dessert deux étages carrés. Le vide central de forme carrée est important, le limon est en pierre puis en bois à partir du premier étage. La . Des feuilles d'eau en tôle sont fixées sur les côtés. Au delà du deuxième étage, la rampe a été
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié)
    Illustration :
    Vue plongeante sur le vide central. IVR11_20107500330NUC4A Vue d'ensemble depuis le vestibule. On aperçoit le mascaron en tête d'Hercule au dessus de la porte Le premier palier avec alternance de petits panneaux à rosette et à palmette
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Laigues (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Laigues (non étudié) Paris 7e arrondissement - 16 rue Saint-Guillaume
    Historique :
    L'hôtel a été construit en 1659-1660 par Pierre le Muet pour Geoffroy de Laigues, capitaine des
    Description :
    L'escalier est caractéristique de l'oeuvre de Le Muet. Il est en pierre sur voûtes suspendues
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
  • rampe d'appui, escalier d'honneur de l'hôtel de Maisons, puis Pozzo di Borgo
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'hôtel de Maisons, puis Pozzo di Borgo Paris 7e arrondissement - 51 rue de l' Université
    Historique :
    Cet hôtel a été initialement construit en 1706 sur un projet de Pierre Cailleteau, dit Lassurance terminé, par le président de Maisons, Claude de Longueil. On en connaît la distribution et l'élévation par l'hôtel fut entièrement bouleversée et l'escalier fut reconstruit après déplacement sur la droite. Parmi les ouvriers ayant remis leur mémoire figure le maître serrurier Nicolas Dervin qui pourrait donc être
    Description :
    Précédé d'un vaste vestibule qui donne sur le salon de compagnie, l'escalier d'honneur en pierre dessert le premier étage. Il est à vide central et est flanqué de la porte du suisse. La console de départ
    Annexe :
    », in : MAGNY, Françoise (dir.), Le Faubourg Saint-Germain, Rue de l’Université, Paris, DAAVP, SHA du
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Roquelaure, actuellement ministère de l'Ecologie (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Roquelaure, actuellement ministère de l'Ecologie (non étudié) Paris 7e arrondissement - 246 boulevard Saint-Germain
    Historique :
    -Germain marque le début de l'engouement pour ce quartier par la haute société. En 1711, le terrain fut
    Description :
    appartement situé à l'étage. Le modèle de la rampe fait référence à ceux de la fin du règne de Louis XIV : une enroulée sur elle-même amortit la rampe, une acanthe, fleur et feuille en forment l'ornement.
    Illustration :
    Vue plongeante sur le départ de l'escalier. IVR11_20097501058NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097501059NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier qui desservait probablement le second appartement privé du maréchal de La dernière volée et le palier supérieur. IVR11_20097501063NUC4A
  • rampe d'appui, escalier  de la maison à porte cochère dite hôtel de Broglie (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Broglie (non étudié) Paris 7e arrondissement - 16 rue Saint-Dominique
    Illustration :
    Détail du médaillon avec le chiffre de la famille. IVR11_20097500942NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôpital dit hôtel des Invalides (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôpital dit hôtel des Invalides (non étudié) Paris 7e arrondissement - 129 rue de Grenelle
    Historique :
    L'hôtel des Invalides a été construit sur ordre du roi Louis XIV pour loger tous les soldats et officiers âgés ou estropiés. Le maître d'oeuvre fut Louvois. Les premiers plans furent soumis par Libéral Pipault. C'est en 1673 que fut signé le marché avec le serrurier Christophe Mangin. Pour l'église c'est
    Description :
    L'hôtel des Invalides comporte deux escaliers monumentaux sur le même modèle (escalier J et G).Ces derniers permettent depuis le rez-de-chaussée où se trouvent les réfectoires de gagner les infirmeries qui l'aile sud. Le pavillon qui l'abrite est couvert d'une voûte en arc de cloître et il est à l'italienne c'est-à-dire entièrement occupé par l'escalier qui ne dessert qu'un étage et repose lui-même sur une
    Illustration :
    Le pavillon abritant l'escalier J est largement éclairé. IVR11_20107500201NUC4A Le départ de l'escalier J. IVR11_20107500200NUC4A La voûte presque plate qui soutient le deuxième volée de l'escalier J. IVR11_20107500202NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Villeroy, actuellement Ministère de l'Agriculture (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Villeroy, actuellement Ministère de l'Agriculture (non étudié) Paris 7e arrondissement - 78 rue de Varenne
    Historique :
    Hôtel construit par le financier Hogguer pour sa maîtresse Charlotte Desmares. La direction des financier, l'hôtel fut acquis par le duc de Villeroy en 1735. Des modifications furent introduites à l'hôtel par l'architecte Leroux. Pendant tout le 19e siècle, l'hôtel fut occupé par des ministères
    Description :
    La rampe est composée de panneaux allongés alternant avec des pilastres étroits. Le médaillon
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise depuis le second repos. IVR11_20097501019NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire Paris 7e arrondissement - place Joffre
    Historique :
    En janvier 1751 parut l'édit créant l'Ecole militaire, projet soutenu par madame de Pompadour et le financier Pâris-Duverney. Le programme était de loger convenablement cinq cents jeunes gentilshommes, un l'infirmerie, au total plus de sept cent personnes. Le site choisi était la plaine de Grenelle. Jacques-Ange Gabriel proposa un projet somptueux qu'il dut aussitôt revoir à la baisse en le simplifiant. Les travaux traînèrent en longueur, ralentis par la Guerre de sept Ans. Le projet final ne fut adopté par Choiseul qu'en 1766. La rampe, due au dessin de Gabriel lui-même, est réalisée par le serrurier Fayet et mise en place
    Description :
    C'est dans le "château" composé d'un pavillon central à dôme carré et de deux ailes que se trouvent chapelet de ronds sertis de fleurs et de billes de liaison. Le motif central est une frise de postes
    Illustration :
    La console de départ le premier pilastre de la rampe. IVR11_20097500172NUC4A La console de départ le premier pilastre de la rampe : vue rapprochée. IVR11_20097500173NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Rochechouart, actuellement Ministère de l'Education nationale (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Rochechouart, actuellement Ministère de l'Education nationale (non étudié) Paris 7e arrondissement - 110 rue de Grenelle
    Historique :
    fut acquis en 1776 et le choix se porta sur Cherpitel qui venait de construire un hôtel pour le comte lors du mariage de sa fille avec Emery Louis Roger comte de Rochechouart à loger le couple. Le terrain 1804 au maréchal d'Empire Augereau. Sa veuve loue l'hôtel au gouvernement en 1820 pour y loger le
    Description :
    coupole aplatie reposant sur un plafond à caissons. Le départ de la rampe est en fonte avec des décors de par une avancée en balcon. Le vestibule dans lequel il se trouve est de plan ovale et couvert d'une
  • rampe d'appui, escalier de l'hôtel de Mortemart, actuellement Institut d'Etudes Politiques (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l'hôtel de Mortemart, actuellement Institut d'Etudes Politiques (non étudié) Paris 7e arrondissement - 27-29 rue Saint-Guillaume
    Historique :
    été transformé à plusieurs reprises et notamment à partir de 1879, date à laquelle il est devenu le
    Illustration :
    Vue depuis le premier palier. IVR11_20107500470NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Brienne, actuellement Ministère de la défense (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Brienne, actuellement Ministère de la défense (non étudié) Paris 7e arrondissement - 14 rue Saint-Dominique
    Historique :
    L'hôtel a été construit en 1718 pour le président François Duret. La maison a été transformée en acheté par l'Etat en 1817 pour y établir le ministère de la guerre.
    Description :
    losanges curvilignes. La rampe est amortie par un simple enroulement de la rampe sur elle-même.
    Illustration :
    Le départ et la première volée. IVR11_20097500936NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097500937NUC4A
  • rampe d'appui, escalier secondaire de l'Ecole militaire
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'Ecole militaire Paris 7e arrondissement - place Joffre
    Historique :
    En janvier 1751 parut l'édit créant l'Ecole militaire, projet soutenu par madame de Pompadour et le financier Pâris-Duverney. Le programme était de loger convenablement cinq cents jeunes gentilshommes, un l'infirmerie, au total plus de sept cent personnes. Le site choisi était la plaine de Grenelle. Jacques-Ange Gabriel proposa un projet somptueux qu'il dut aussitôt revoir à la baisse en le simplifiant. Les travaux traînèrent en longueur, ralentis par la Guerre de sept Ans. Le projet final ne fut adopté par Choiseul qu'en
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel du Châtelet, actuellement Ministère du Travail (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel du Châtelet, actuellement Ministère du Travail (non étudié) Paris 7e arrondissement - 127 rue de Grenelle
    Historique :
    En 1770, à son retour à Paris, le comte du Châtelet, fils de la femme de lettres, après avoir été . Le plan, traditionnel, est composé d'un corps de logis élevé entre cour et jardin. Le portail en forme d'arc de triomphe à l'antique, flanqué de colonnes doriques, s'ouvre sur une cour entourée de deux ailes basses. Au fond, se dresse le grand corps de logis doté d'un avant- corps d'ordre colossal grand vestibule et de la cage d'escalier prolongent à l'intérieur de l'hôtel le caractère monumental des
    Description :
    Le balcon et la rampe de l'escalier, choisis par Cherpitel et achevés en 1776, sont s'imposaient depuis le début du siècle.
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise depuis le premier repos. IVR11_20097501008NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du noviciat des Dominicains, dit hôtel de l'Artillerie, actuellement Contrôle général des armées (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du noviciat des Dominicains, dit hôtel de l'Artillerie, actuellement Contrôle général des armées (non étudié) Paris 7e arrondissement - place Saint-Thomas d'Aquin
    Historique :
    conventuels sur le flanc Est de l'église furent bâtis. A partir de 1682, l'architecte Pierre Bullet fut chargé En 1632 fut fondé le noviciat des Dominicains Réformés de France. Un grand terrain fut acquis au
    Description :
    d'un pistil ondulé. Le col resserré autour du pistil se développe en une double volute affrontée.
    Illustration :
    aperçoit le cloître. IVR11_20097500191NUC4A aperçoit le cloître. IVR11_20097500192NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Fleury ou Brochet de Saint-Prest, actuellement Institut d'études politiques (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Fleury ou Brochet de Saint-Prest, actuellement Institut d'études politiques (non étudié) Paris 7e arrondissement - 28 rue des Saints-Pères
    Historique :
    L'hôtel porte le nom de l'avocat général Armand Joly de Fleury qui le loua à partir de 1788. Mais entrepris à partir de 1768 et le gros oeuvre, y compris la décoration de la cage d'escalier, était achevé en
    Description :
    La demeure comporte un corps de logis sur rue, à la façade monumentale, deux ailes puis le corps étage. Précédée de quelques marches et d'un repos, la première volée repose sur un mur d'échiffre tandis
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Chalais ou Colbert de Chalabre (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Chalais ou Colbert de Chalabre (non étudié) Paris 7e arrondissement - 102 rue du Bac
    Historique :
    Cette grande maison n'a pas appartenu à sa famille éponyme, le prince et la princesse de Chalais
    Description :
    largement ouvert sur le passage cocher et se trouvait en face de la loge du suisse. Au fond de la cour on La demeure, qui n'avait pas de jardin, n'est pas aussi prestigieuse que ses occupants : le corps de logis, élevé de deux étages carrés sur un entresol, donne sur la rue. L'escalier principal était accédait aux remises et écuries. L'escalier est donc placé en avant sur la rue. Il est de forme très étirée le dessin se simplifie à partir du second. Le style de ces panneaux appartient plutôt au 2e quart du détails sont encore le témoignage d'une restauration. La console est en lien avec l'arrivée des Chalais
  • rampe d'appui, escalier du noviciat des Dominicains, dit hôtel de l'Artillerie, actuellement Contrôle général des armées (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du noviciat des Dominicains, dit hôtel de l'Artillerie, actuellement Contrôle général des armées (non étudié) Paris 7e arrondissement - place Saint-Thomas d'Aquin
    Historique :
    conventuels sur le flanc Est de l'église furent bâtis. A partir de 1682, l'architecte Pierre Bullet fut chargé En 1632 fut fondé le noviciat des Dominicains Réformés de France. Un grand terrain fut acquis au
    Description :
    menacée par l'hérésie. Sur le dernier palier : le panneau central est composé d'un décor rocaille d'un L'escalier est ouvert sur un grand vestibule couvert de voûtes dont les modénatures sont proches du
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le 2e repos. IVR11_20097500183NUC4A Détail d'un pilastre depuis le 2e repos. IVR11_20097500184NUC4A
1