Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié) Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Historique :
    de François Mansart. Mais les efforts portèrent d'abord essentiellement sur l'église. Le chantier du monastère reprit quant à lui à partir de 1654-1655, sur un nouveau dessin de Pierre Le Muet. La rampe a été communauté de religieuses bénédictines. Le chantier se déroula en plusieurs phases. Dans les années 1630, les les troubles de la Régence, le chantier prit de l'ampleur à partir de 1645, avec un ambitieux projet
    Description :
    permettre la circulation des brancards, il dessert uniquement le premier étage. Ses deux volées sont soutenues par des murs d'échiffre. Les paliers reposent quant à eux sur des voûtes d'arrête et des arcs est composée de panneaux presque carrés dont le décor est formé d'un médaillon entouré de quatre anses de panier qui se dédoublent vers les écoinçons. Deux pistils pointent vers le haut et vers le bas et
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
    Illustration :
    volées et le palier supérieur. IVR11_20097500840NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié) Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Historique :
    de François Mansart. Mais les efforts portèrent d'abord essentiellement sur l'église. Le chantier du monastère reprit quant à lui à partir de 1654-1655, sur un nouveau dessin de Pierre Le Muet. Les travaux communauté de religieuses bénédictines. Le chantier se déroula en plusieurs phases. Dans les années 1630, les les troubles de la Régence, le chantier prit de l'ampleur à partir de 1645, avec un ambitieux projet commencèrent par le pavillon nord-est, qui devait abriter le nouvel appartement de la reine, plus vaste et plus
    Description :
    Le nouveau pavillon de la reine au nord-est de l'abbaye, construit sur un dessin de Pierre Le Muet à partir de 1654-1655, comprend des pièces sur deux niveaux (salle basse servant d'ermitage et . Leur panse rectangulaire est doublée d'enroulements divergents rappelant le col et le pied. Une frise continue d'ovales double le sommier, une autre frise haute est composée d'esses affrontées. Le chiffre de la Reine était vraisemblablement contenue dans le vide central des balustres. Les assemblages sont
    Auteur :
    [architecte] Le Muet Pierre
    Illustration :
    Le premier escalier d'honneur, vue d'ensemble. IVR11_20097500838NUC4A L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, vue d'ensemble. IVR11_20097500844NUC4A L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, vue des volées du premier et du deuxième étage L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, au dela du 1er étage, le bois succède à la L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, détail des panneaux de ferronnerie L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, détail de l'amortissement du dernier palier Le premier escalier de la Reine, en pierre. IVR11_20097500837NUC4A
  • amphithéâtre d'anatomie du Jardin du roi, puis du Jardin des Plantes dit encore Muséum national d'histoire naturelle
    amphithéâtre d'anatomie du Jardin du roi, puis du Jardin des Plantes dit encore Muséum national d'histoire naturelle Paris 5e arrondissement - 57 rue Cuvier
    Historique :
    d’un doctorat en médecine, chargé de faire le cours magistral sur l’anatomie de l’homme et par un de la composition, un imposant amphithéâtre d’anatomie comparée. Étaient répartis, sur le flanc droit de la cour, la nouvelle galerie destinée à loger le cabinet d’histoire naturelle, sur le flanc gauche résultant de sa situation en bordure d’une rue très passante et donc bruyante. En sus, le terrain sur lequel actifs sur le chantier. En outre, il n’hésita point, selon ses habitudes, à défrayer les entrepreneurs sur sa cassette personnelle, en attendant d’être remboursé de ses avances par le Trésor royal. Ainsi tournante puis, le 24 mars 1789, il installa l’armature métallique de la lanterne sur laquelle le vitrier porterait sur l’amphithéâtre. L’architecte Molinos signa devis et marché de charpenterie le 9 germinal an II à des cours magistraux, avaient été différée : ainsi le rapport de l’architecte sur les carrelages Quoique le Jardin du roi eût été fondé en 1635 pour y cultiver des plantes et y enseigner la
    Référence documentaire :
    Notices historiques sur le Muséum d’histoire naturelle. JUSSIEU, Antoine-Laurent de. "Notices historiques sur le Muséum d’histoire naturelle". In : Annales du Muséum national d’histoire naturelle, tome I Recherches sur les origines de l’enseignement de l’anatomie humaine et de l’anthropologie au Jardin des plantes. HAMY, Ernest-Théodore. « Recherches sur les origines de l’enseignement de l’anatomie Page 676 Sur quelques projets d’aménagement du Jardin du Roi au temps de Buffon. FRANÇOIS, Yves . « Sur quelques projets d’aménagement du Jardin du Roi au temps de Buffon ». Bulletin du Muséum national
    Description :
    faisant saillie sur trois des quatre faces du pavillon ajoutés en 1794, renfermaient chacun une salle. Le Selon le témoignage très certainement fiable du jardinier en chef André Thouin, témoin oculaire était scindé sur toute sa hauteur par un mur de refend en deux parties égales : du côté nord se trouvait pourvu de gradins disposés en hémicycle. Le laboratoire de chimie était surmonté d’un étage occupé par le jour zénithal sommé d’une lanterne vitrée conique. Elle possédait deux petites annexes ménagées au petit pavillon sis dans sa proximité immédiate, mais dans le coin le plus reculé de l’enclos du jardin à l’autre. Le tympan surmontant la porte d'entrée principale de l'amphithéâtre porte un décor sculpté en haut-relief représentant une allégorie de l'histoire naturelle. Le mur du fond de l'amphithéâtre dans lequel se trouve aménagée la hotte du fourneau est orné d'un décor représentant le profil permettant d’accéder à la galerie distribuant le sommet des gradins. Les trois cabinets de plan en hémicycle
    Illustration :
    Corps de logis principal renfermant l'administration et le cabinet d’histoire naturelle, façade sur jardin montrant, sur la droite, successivement la chapelle, l’entrée principale, puis le corps de bâtiment où fut aménagé vers 1710 le premier amphithéâtre du Jardin du roi. Tiré de DIONIS, Pierre. Cours Elévation antérieure, vue générale prise légérement de biais sur la gauche. IVR11_20167500144NUC4A Elévation antérieure, vue générale prise légèrement de biais sur la gauche. IVR11_20167500139NUC4A Elévation latérale droit, vue générale prise légèrement de biais sur la gauche Elévation latérale gauche, vue générale prise légèrement de biais sur la droite Intérieur de l'amphithéâtre, vue générale prise depuis le sommet des gradins selon l'axe de la Intérieur de l'amphithéâtre, vue prise depuis le sommet des gradins montrant le fond de l'hémicycle Intérieur de l'amphithéâtre, vue biaise prise depuis le sommet des gradins montrant le mur
  • rampe d'appui, escalier du couvent des Bénédictins anglais, actuellement Schola cantorum (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du couvent des Bénédictins anglais, actuellement Schola cantorum (non étudié) Paris 5e arrondissement - 269 rue Saint-Jacques
    Historique :
    1674 et 1677, une chapelle dans laquelle repose le roi anglais Jacques II exilé en France depuis la
    Illustration :
    Vue d'ensemble du bâtiment sur cour. IVR11_20097501123NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097501125NUC4A Vue d'ensemble depuis le premier repos. IVR11_20097501128NUC4A Vue vers le premier étage. IVR11_20097501130NUC4A
  • rampe d'appui, escalier des Grands Hommes de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié)
    rampe d'appui, escalier des Grands Hommes de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié) Paris 5e arrondissement - 23 rue Clovis
    Historique :
    constructions. Après celles du Moyen-Âge dont il subsiste notamment le réfectoire du 13e siècle, les principales accès crée à l'ouest dit l'escalier des "grands hommes". Vers 1750 le Cabinet des Médailles fut
    Description :
    des pilastres. Le vide central est de forme barlongue : un panneau sur les petits côté et deux bois. Le garde corps est composé de larges panneaux symétriques à petit fleuron central alternant avec panneaux sur les grands.
    Illustration :
    Deuxième palier de l'escalier des Grands Hommes. Comme le premier palier, il donne sur une galerie Le première volée de l'escalier des Grands Hommes. IVR11_20107500037NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du collège des Bernardins
    rampe d'appui, escalier du collège des Bernardins Paris 5e arrondissement - 24 rue de Poissy
    Historique :
    Le collège des Bernardins fondé en 1246 par l'abbé de Clairvaux pour former les moines à la détruite lors des percements de rues au 19e siècle. Ne subsiste que le corps de bâtiment du réfectoire et
    Illustration :
    Vue du départ de l'escalier. Le mur d'échiffre a conservé sa mouluration. IVR11_20097500832NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du Cabinet des Médailles de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du Cabinet des Médailles de l'abbaye Sainte-Geneviève actuellement Lycée Henri IV (non étudié) Paris 5e arrondissement - 23 rue Clovis
    Historique :
    constructions. Après celles du Moyen-Âge dont il subsiste notamment le réfectoire du 13e siècle, les principales accès crée à l'ouest dit l'escalier des "grands hommes". Vers 1750 le Cabinet des Médailles fut
1