Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 4e arrondissement - 36 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
    Historique :
    dessert. Le corps de logis, entre cour et jardin, est augmenté de deux petits pavillons en saillie sur le jardin. Propriété de la famille Le Faure, la maison fut vendue en 1657 à François de Turménie, notaire au
    Description :
    archaïque avec trois côtés droits et le quatrième arrondi, le tout évoquant un fer à cheval. Il dessert composée de balustres continus dont le profil à épaulement est l'écho des balustres carrés de la rampe qui dessert les combles. La gaine de départ est de plan circulaire, elle reprend le dessin du limon qui s'enroule sur lui-même. Elle se compose de quatre fers carillons reposant sur des navets, l'espace entre les
    Illustration :
    Vue plongeante sur le départ de l'escalier. IVR11_20097501095NUC4A Le départ de l'escalier, vue latérale. IVR11_20097501093NUC4A Le palier droit du dernier étage et le départ de l'escalier à balustres en bois conduisant aux Le palier droit du dernier étage. IVR11_20097501101NUC4A Le départ de l'escalier. IVR11_20097501092NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'une maison à porte cochère
    rampe d'appui, escalier d'une maison à porte cochère Paris 4e arrondissement - 23 rue Vieille-du-Temple
    Historique :
    En 1705, l'ensemble est dit de fort ancienne construction et divisé entre, d'une part le sieur Charles Neyret. De nombreuses servitudes existent entre les deux parties dont un passage et une porte sur trois personnes dont le sieur Eléonore Courtin.C'est peut être à cette époque que l'ensemble a été
    Description :
    : un petit corps de logis sur rue à un étage carré flanqué d'un passage cocher précède une cour sur aménagé ultérieurement l'escalier dont le vide central a une forme très particulière en haricot et dont la première volée enjambe le passage qui conduit à la cour arrière. La rampe est à arcades à enroulements
    Illustration :
    Le départ de l'escalier. IVR11_20097501086NUC4A L'escalier vu en contre-plongée. Le vide central a une forme en ""haricot"" très particulière La première volée et le premier palier. IVR11_20097501088NUC4A La première volée et le premier palier. IVR11_20097501089NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 4e arrondissement - 1 rue du Prévôt
    Historique :
    Cet édifice fait aujourd'hui partie de l'auberge de jeunesse dont l'hôtel Charpentier est le centre
    Description :
    Cet escalier s'ouvre directement sur la cour. Il repose sur un mur d'échiffre en pierre puis le limon est en bois sur trois étages carrés et un étage de comble. Le motif d'arcade est très simple.
    Illustration :
    Détail du mode d'assemblage des barres formant la plate-bande sur le limon. IVR11_20107500050NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hénault de Cantobre (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hénault de Cantobre (non étudié) Paris 4e arrondissement - 82 rue François-Miron
    Historique :
    était achevée le 12 mars 1707 et fit l'objet d'une quittance devant notaire. L'hôtel fut vendu par la dans la famille Delaborne qui le garda et le loua jusqu'au milieu du 20e siècle. Acheté par la ville de
    Description :
    la rue de Fourcy, l'hôtel présente une distribution inhabituelle : le corps de logis est sur la rue dans la partie tournante. Le garde-corps est à motif continu sauf sur le palier du premier qui comporte Situé sur une parcelle étirée à l'angle de la rue Saint-Antoine (actuellement François-Miron) et de tandis que la cour et le jardin sont dans le prolongement l'un de l'autre. L'escalier est placé dans l'aile droite de la cour. Il est à vide central avec une première volée de pierre. Le limon est droit . Les garde-corps extérieurs reprennent le motif du panneau. A partir du 2e étage le garde-corps est composé de barreaux cylindriques qui penètrent dans le limon. La main courante en bois est une adjonction
    Illustration :
    Vue de la cour et de la porte ouvrant sur l'escalier. IVR11_20097501703NUC4A Vue d'ensemble de la façade sur rue. IVR11_20097501700NUC4A Vue d'un panneau droit. Photographie, 1972. Tiré de : Un exemple de l'architecture dans le Marais à la fin du règne de Louis XIV : l'hôtel Hénault de Cantobre / Michel Le Moël, In Revue de l'Art, n°18
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Nicolaÿ (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Nicolaÿ (non étudié) Paris 4e arrondissement - 4 quai des Célestins
    Historique :
    On sait peu de choses sur la construction de cette maison connue sous le nom d'hôtel de Nicolaÿ ou de Combourg. Elle entra en 1658 dans la famille de Fieubet, déjà bien implantée dans le quartier, par
    Description :
    L'escalier en position centrale dans le bâtiment entre cour et jardin dessert 2 étages. Il est en pierre puis en bois. La première volée a été refaite et a perdu son morceau de rampe ancienne. Le vide est composée de panneaux étroits tous identiques sauf pour les deux retours : le premier a un motif élargi et le second un motif et demi.On ne sait pas à quoi ressemblait le départ.
    Illustration :
    Vue du panneau droit situé sur le palier entre les premier et deuxième étages
  • rampe d'appui, escalier de la Congrégation du couvent des Jésuites (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la Congrégation du couvent des Jésuites (non étudié) Paris 4e arrondissement - 14 rue Charlemagne
    Historique :
    Le lycée Charlemagne est l'ancienne maison professe des Jésuites. Elle fut fondée en 1580 et Saint-Louis. Parallèlement le couvent fut agrandi par l'acquisition de l'ancien hôtel du Porc-Epic en notamment l'aile nord qui fut reconstruite. C'est elle qui abrite le grand escalier dont le plafond est orné écoles centrales puis en 1804 devint le lycée Charlemagne.
    Description :
    première volée repose sur un mur d'échiffre en pierre puis le limon et les marches sont en bois. La rampe chapiteau. La panse et le col sont ornés de fleurons avec pistil en graine. Les fers de la frise sont
    Illustration :
    Le premier palier et la porte d'entrée de l'ancienne chapelle. IVR11_20107500310NUC4A Le dernier palier. IVR11_20107500318NUC4A La dernière volée et le dernier palier. IVR11_20107500311NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Villemonté (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Villemonté (non étudié) Paris 4e arrondissement - 20 rue Geoffroy-l'Asnier
    Description :
    L'escalier était à l'origine à quatre noyaux, comme le prouve le dernier étage qui a conservé cette forme et ses balustres en bois carré. Le reste de l'escalier a un garde corps en fer avec des balustres au dessin original qu'on retrouve dans une gravure de Pierretz le Jeune (actif en 1664). Curieusement
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Charpentier (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Charpentier (non étudié) Paris 4e arrondissement - 6 rue de Fourcy
    Historique :
    Tellier par le maître maçon Nicolas Liévain sur les plans de l'architecte Joseph Payen. Le bâtiment est L'hôtel a été construit en 1689 pour Gilles Charpentier, commis du chancelier de France Michel Le
    Description :
    remises à arcades et une sortie arrière sur la rue du Prévôt. L'escalier se situe à droite du passage
    Illustration :
    Le portail d'entrée. IVR11_20107500045NUC4A Détail du tympan de menuiserie du portail d'entrée. On distingue dans le chiffre les lettres G C et
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Chastillon (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Chastillon (non étudié) Paris 4e arrondissement - 10 place des Vosges
    Historique :
    L'hôtel a été construit en 1606 pour le topographe Claude Chastillon par le maçon Pierre Pison. Il
    Description :
    L'hôtel est construit sur une parcelle étroite et profonde si bien que le corps de le logis sur rue aile et ouvre sur la cour par une arcade. le vide central est arrondi d'un côté et rectiligne de l'autre. Le raccordement du limon comporte des décrochements qui rejaillissent sur la rampe d'appui. Celle inférieure repose sur de gros navets. le motif des panneaux est un très lointain écho du balustre stylisé. A partir du premier étage le motif se simplifie et la frise haute disparaît de même que les navets de la
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Titon (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Titon (non étudié) Paris 4e arrondissement - 57 rue du Temple
    Historique :
    Cette maison à porte cochère a été construite dans le 3e quart du 17e siècle pour Maximilien Titon Bécaille fut nourrice des enfants de Louvois. La maison comporte un corps de bâtiment sur rue (modifié au
    Description :
    L'escalier est précédé d'un vaste vestibule. Il repose sur un mur d'échiffre et le limon est balustres et de rouleaux. Le garde-corps comporte une frise de rouleaux en anse de panier et des balustres
    Illustration :
    Vue d'ensemble du départ de l'escalier et de la voûte qui le soutient. IVR11_20097501567NUC4A Vue du fronton de la façade sur cour. IVR11_20097501578NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Guyot de Chenizot (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Guyot de Chenizot (non étudié) Paris 4e arrondissement - 51 rue Saint-Louis-en-l'Ile
    Historique :
    sur la rue et le grand escalier qui furent décorés. Le serrurier Nicolas Viennot a réalisé les oeuvres , Pierre de Vigny fut chargé par Robert de Cotte de le remanier de fond en comble pour un de ses clients
    Illustration :
    La façade sur rue. IVR11_20097501440NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'une maison à porte piétonne
    rampe d'appui, escalier d'une maison à porte piétonne Paris 4e arrondissement - 7 rue Ferdinand-Duval
    Historique :
    On ignore tout de sa construction, on sait néanmoins que cette maison appartenait à Monsieur Le
    Description :
    La maison de deux travées sur rue possède un bel escalier auquel on accède par un long passage proche des escaliers rampe sur rampe. De plus la dernière volée a conservé ses balustres de bois de forme régulière de chevilles dans le limon, mais ils ont été remplacés par des balustres en ferronnerie dont le
    Illustration :
    Vue plongeante sur le vide central. IVR11_20097501411NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite maison Varin (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite maison Varin (non étudié) Paris 4e arrondissement - 24 rue Vieille-du-Temple
    Historique :
    Cette maison a été bâtie à la place d'une autre par l'architecte spéculateur B-J Varin. Le corps de logis principal est au fond de la cour et sur rue se trouve la partie locative.
    Description :
    L'escalier de la partie sur rue à droite du passage est un exemple précoce d'escalier en pierre
    Illustration :
    Détail du balcon de la façade sur rue. IVR11_20097501412NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la chapelle de l'hôtel de Beauvais (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la chapelle de l'hôtel de Beauvais (non étudié) Paris 4e arrondissement - 68 rue François-Miron
    Historique :
    achète des maisons à cet emplacement et engage la construction d'un hôtel. C'est Antoine Le pautre qui l'entrée de Louis XIV et de Marie-Thérèse le 26 août 1660. L'immeuble fut ensuite vendu et utilisé comme
    Illustration :
    Vue de l'avant-corps sur cour du vestibule circulaire d'Antoine Le Pautre. IVR11_20097501688NUC4A Vue du palier ouvrant à l'origine sur la chapelle. IVR11_20097501696NUC4A
1