Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 379 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • ensemble des 9 dalles funéraires de la 1ere chapelle sud
    ensemble des 9 dalles funéraires de la 1ere chapelle sud Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    signature du marbrier meldois J.F. Cretté ; l'une d'elle est signée "Lavoine à Meaux" (dalle de François de
    Historique :
    Cet ensemble de dalles funéraires, pour la plupart signées "Cretté à Meaux", correspond pourtant à des chanoines d'âge assez différent puisque les dates de décès vont de 1702 à 1766. Il s'agit
    Référence documentaire :
    p. 40-41 et p. 50-54 Les pierres tombales de la cathédrale de Meaux. Bulletin de la société d’histoire et d’art du diocèse de Meaux, 1971. NOËL, Pierre. Les pierres tombales de la cathédrale de Meaux . Bulletin de la société d’histoire et d’art du diocèse de Meaux, 1971. p. 330-332 Sépultures, pierres tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux , dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 327-361.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Toutes les dalles de cet ensemble sont en forme de losange, sauf deux.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 77, Meaux
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le pavement de la 1ere chapelle sud de la nef
    Titre courant :
    ensemble des 9 dalles funéraires de la 1ere chapelle sud
    Illustration :
    Dalle de Michel de Mouhy, prêtre à Dijon et chanoine de la cathédrale de Meaux, décédé le 20 juin 1728. La partie supérieure de la dalle portait ses armoiries, aujourd'hui bûchées et illisibles Dalle de Nicolas Alexandre Le Maistre, chantre de la cathédrale, décédé à 61 ans le 5 novembre 1740 Dalle de Simon Urbain, "diacre chanoine de l'église de Meaux pendant 50 années", décédé le 30 décembre 1720 à l'âge de 63 ans. IVR11_20087700630NUC4A Dalle de Claude I. Benoît, chanoine de la cathédrale, décédé le 21 septembre 1718 (?) à l'âge de 77 Dalle du chanoine Pierre Benoist, également curé de Saint-Christophe, décédé en 175
  • calice et patène des frères Demarquet, vers 1900
    calice et patène des frères Demarquet, vers 1900 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Le poinçon de l'orfèvre et la Minerve sont visibles sur le calice et sur la patène. Au revers du
    Historique :
    , dont on retrouve d'ailleurs trois autres exemples dans le trésor de Meaux (dossiers IM77000325, 366 et
    Référence documentaire :
    p. 395 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Représentations :
    Agneau de Dieu
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Petit calice néo-gothique avec patène assortie. Le pied polylobé est orné de trois médaillons émaillés, rapportés. Un 4e médaillon se trouve au centre de la patène.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Dimension :
    Dimensions du calice : h=22,5 ; d pied=14,4 ;d coupe = 8,7. Diamètre de la patène : d = 14,5 cm.
  • calice de Paul Brunet, entre 1871 et 1913
    calice de Paul Brunet, entre 1871 et 1913 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître La coupe porte deux poinçons : la Minerve et le poinçon de Paul Brunet (PB et une mitre), orfèvre actif de 1871 à 1913.
    Référence documentaire :
    p. 395 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Calice néo-gothique orné de 19 améthystes et d'une croix émaillée sur son pied polylobé.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice de Paul Brunet, entre 1871 et 1913
  • calice, vers 1840-1850 (?)
    calice, vers 1840-1850 (?) Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître
    Historique :
    Par son style, ce calice peut être daté de la première moitié du 19e siècle. Par ailleurs, il porte le poinçon de la "Minerve", il est donc postérieur à 1838. Le poinçon de l'orfèvre n'a pu être lu.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Ce calice présente une fausse-coupe non démontable, solidaire de la coupe.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
  • calice de Jean-Vincent Huguet, vers 1770
    calice de Jean-Vincent Huguet, vers 1770 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître poinçon de charge poinçon de décharge Le calice porte 4 poinçons : le poinçon de l'orfèvre (IVH avec un calice, surmonté d'une fleur de lys entre deux points : poinçon de Jean-Vincent Huguet), le poinçon de charge de Paris 1768-1774 (lettre A à l'anglaise, couronnée), le poiçon de décharge correspondant (tête de femme de profil dans un rond), et la lettre-date : F couronné (lettre-date de Paris, 1769-1770). Ces poinçons se trouvent sur poinçon de décharge.
    Historique :
    Ce calice a été exécuté en 1769-1770 par l'orfèvre parisien Jean-Vincent Huguet, actif de 1745 à 1786. Cet orfèvre est surtout connu pour la manufacture de cuivre doublé d'argent qu'il dirigea de 1769
    Référence documentaire :
    p; 380-382 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Représentations :
    Le pied ainsi que les deux collerettes portent un décor de rubans. La terrasse du pied, le noeud et la fausse-coupe sont ornés de roseaux, de gerbes de blé et de pampres de vigne.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Le calice se compose d'un pied, d'une tige pourvue de deux collerettes et d'un noeud ovoïde, et d'une coupe avec fausse-coupe (dont certains éléments en fort relief, comme les grains de raisin, sont
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice de Jean-Vincent Huguet, vers 1770
    Illustration :
    Détail des poinçons : le poinçon de l'orfèvre Jean-Vincent Huguet, la lettre-date (Paris, 1769-1770 ) et le poinçon de charge (Paris, 1768-1774). IVR11_20097701747NUC4A
  • Verrières de la chapelle axiale
    Verrières de la chapelle axiale Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Au bas de la baie n° 2 apparaît une inscription dédicatoire en français : ""Les vitraux de cette chapelle ont été offerts à Mgr Auguste ALLOU, Evêque de Meaux, par le Clergé et les fidèles de son Diocèse , le 28 mai 1875, 50e anniversaire de son ordination sacerdotale"". En bas de la baie 3 est peinte la
    Historique :
    verrières, celles de la baie 0, pour la fête de l'Assomption (août 1876). Les trois verrières figuratives étaient en place en 1877. En 1878, la fabrique vendit ""deux grandes tapisseries hors de service pour en employer le prix à compléter les verrières de la chapelle de la Sainte Vierge"". La date ""1881"" peinte au bas de la baie 3 correspond à l'achèvement complet de l'ensemble, oeuvre du maître verrier meldois Henri Plée. Ces vitraux ont été payés avec le produit de la souscription ouverte par le clergé du diocèse le 28 mai 1875, date du jubilée de Mgr Allou, complété par des offrandes faites par l'évêque et
    Représentations :
    Naissance de la Vierge Présentation de la Vierge au Temple fiançailles de la Vierge purification de la Vierge Noces de Cana Couronnement de la Vierge Chacune des trois verrières centrales comprend 6 médaillons représentant des scènes de la vie de la , médaillon n°6). L'oculus au sommet des fenêtres est orné d'un symbole des litanies de la Vierge : de gauche
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    La chapelle axiale, dédiée à la Vierge, est ornée de cinq verrières comprenant chacune deux hautes
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 77, Meaux
    Emplacement dans l'édifice :
    verrières de la chapelle axiale
    Titre courant :
    Verrières de la chapelle axiale
    Texte libre :
    A la suite de la restauration des chapelles rayonnantes, celles-ci reçurent de nouveaux vitraux tardivement que ses voisines, en 1875. Les verrières commémorent le jubilé de l'évêque, Monseigneur Allou.
    Illustration :
    Baie 0, médaillon n°1 : Présentation de la Vierge au Temple. IVR11_20087701208NUC4A Baie 2, médaillon n°1 : le mariage de la Vierge (et l'inscription dédicatoire Détail de la Nativité : saint Joseph, le boeuf et l'âne. IVR11_20087701215NUC4A Baie 1, médaillon n°6 : Dormition de la Vierge. IVR11_20087701207NUC4A Baie 2, panneaux inférieurs, détail de l'inscription dédicatoire : "Les vitraux de cette chapelle ont été offerts à Mgr Auguste ALLOU, Evêque de Meaux, par le Clergé et les fidèles de son Diocèse, le 28 mai 1875, 50e anniversaire de son ordination sacerdotale". IVR11_20087701212NUC4A
    Structures :
    oculus de réseau
  • Verrière de sainte Geneviève
    Verrière de sainte Geneviève Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Dans la partie inférieure de la verrière apparaissent la signature de l'artiste (""Henri Plée"", en receveur des finances et son épouse Mme Cécile Barthe ont donné les vitraux de cette chapelle. 1869"". Dans , en lettres imitées du Moyen Age. Ce sont essentiellement des noms de saints et parfois, une identification de la scène représentée (par exemple ""Nativitas Ste Genovefae"").
    Représentations :
    Clément. Puis les médaillons figurés montrent dix scènes de la vie de sainte Geneviève, à laquelle est consacrée la verrière. On reconnaît, de bas en haut : la naissance de la sainte, que deux anges prennent dans leurs bras au-dessus de la mère allitée ; saint Germain d'Auxerre bénissant sainte Geneviève, à qui il remet une médaille, ici en présence de ses parents dans une église (et non dans les champs Geneviève nourrissant le peuple en temps de famine ; sainte Geneviève à Meaux : poursuivie par le fiancé de Geneviève guérissant deux paralytiques à Meaux ; exorcisant les démons ; la mort de sainte Geneviève ; on
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    La chapelle Sainte-Geneviève est ornée de cinq verrières assorties, pour la plupart ornementales hagiographiques et panneaux décoratifs, développe essentiellement l'iconographie de la sainte à laquelle est scènes figurées, elle fait l'économie de certains épisodes miraculeux tels que le chandelier soufflé par
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 77, Meaux
    Titre courant :
    Verrière de sainte Geneviève
    Texte libre :
    A la suite de la restauration des chapelles rayonnantes, celles-ci reçurent de nouveaux vitraux des verrières de la chapelle Sainte-Geneviève, sur le côté sud, exécutées en 1869 grâce à un don du
    Illustration :
    Vue d'ensemble des verrières de la chapelle Sainte-Geneviève, oeuvres d'Henri Plée (1869). Seule la Partie inférieure de la verrière, avec son inscription dédicatoire : "M. Clément Petit receveur des finances et son épouse Mme Cécile Barthe ont donné les vitraux de cette chapelle. 1869". En bas à droite Partie inférieure de la verrière : panneaux représentant les saints patrons des commanditaires Scènes de la vie de sainte Geneviève : naissance de la sainte (à gauche) ; saint Germain d'Auxerre Scènes de la vie de sainte Geneviève : sainte Geneviève gardant ses moutons (à gauche) ; sainte Scènes de la vie de sainte Geneviève : en bas à gauche, sainte Geneviève nourrit les pauvres ; en
    Structures :
    oculus de réseau
  • baiser de paix, par les frères Demarquet, 2e moitié 19e siècle
    baiser de paix, par les frères Demarquet, 2e moitié 19e siècle Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître
    Dénominations :
    baiser de paix
    Représentations :
    agneau de Dieu
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Emplacement dans l'édifice :
    baiser de paix n°1
    Titre courant :
    baiser de paix, par les frères Demarquet, 2e moitié 19e siècle
  • ciboire de François-Joseph Bertrand-Paraud, 1819 (?)
    ciboire de François-Joseph Bertrand-Paraud, 1819 (?) Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Quatre poinçons sont visibles sur la coupe : les deux poinçons de titre et de garantie (Paris, 1819 dame grecque dans un ovale, avec un P) et enfin le poinçon de maître : FJB avec burette.
    Historique :
    parisien François-Joseph Bertrand-Paraud, fait probablement partie de la commande passée par la fabrique à cet orfèvre en 1819, au même titre que la paire de baisers de paix (dossier IM77000378) et sans doute
    Référence documentaire :
    p. 386-388 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    ciboire de François-Joseph Bertrand-Paraud, 1819 (?)
    Illustration :
    Détail des poinçons de titre et de garantie, sur la coupe. IVR11_20107700088NUC4A
  • Verrière de saint Jean
    Verrière de saint Jean Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Inscription en bas à droite de la verrière, en grisaille sur fond jaune : "Mgr AUGUSTE ALLOU Evêque de Meaux a donné les vitraux de cette Chapelle 1866". Inscription latine en lettres gothiques jaunes sur fond noir, sur le 5e médaillon : "Dominus est", paroles de saint Jean reconnaissant le Christ
    Historique :
    l'évêque de Meaux Mgr Allou, dont les armes figurent en haut de la baie. Son iconographie est liée à la titulature de la chapelle, consacrée à saint Jean l'Evangéliste.
    Représentations :
    course de Pierre et de Jean mort de saint Jean l'Evangéliste La verrière représente 12 scènes de la vie de saint Jean l'Evangéliste : la vocation de saint Jean , la Cène, saint Jean au pied de la croix, saint Jean arrive le premier au tombeau, saint Jean , saint Jean est envoyé en exil à Patmos, saint Jean écrit l'Apocalypse, l'épreuve de la coupe empoisonnée , la scène du voleur, la mort de saint Jean.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    La baie centrale de la chapelle Saint-Jean est la seule à présenter une verrière figurative, les autres baies (non étudiées) étant garnies de grisailles ornementales.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 77, Meaux
    Titre courant :
    Verrière de saint Jean
    Texte libre :
    A la suite de la restauration des chapelles rayonnantes, celles-ci reçurent de nouveaux vitraux des verrières de la chapelle Saint-Jean l'évangéliste, sur le côté nord, exécutées en 1866 grâce à un don de l'évêque, Monseigneur Allou.
    Illustration :
    Vue d'ensemble des verrières de la chapelle Saint-Jean (2e chapelle rayonnante nord Détail du registre inférieur : l'inscription dédicatoire et les deux premiers épisodes de la vie de pour Patmos, il écrit aux sept Eglises (début de l'Apocalypse), il écrit l'évangile Détail de la partie supérieure de la verrière : les deux derniers médaillons de la vie de saint Jean (épisode du voleur et mort du saint) et l'oculus de réseau avec les armoiries du donateur, Mgr
    Structures :
    oculus de réseau
  • paire de baisers de paix, par François-Joseph Bertrand-Paraud, 1819
    paire de baisers de paix, par François-Joseph Bertrand-Paraud, 1819 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Cette paire de baisers de paix porte les poinçons de titre et de garantie parisiens de la période 1819-1838 : le vieillard barbu de profil, tourné vers la droite avec le chiffre 1, dans un cadre hexagonal vertical (=1er titre Paris 1819-1838), et la tête de femme couronnée de profil, tournée vers la (""Bertrand"") confirme l'identification du poinçon de maître : FJB avec burette, François-Joseph Bertrand
    Historique :
    Cette paire de baisers de paix fait partie d'un ensemble d'oeuvres de l'orfèvre parisien François
    Référence documentaire :
    p. 386 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région AD Seine-et-Marne, 5 V 162. Archives de la fabrique de la cathédrale de Meaux. AD Seine-et-Marne , 5 V 162. Archives de la fabrique de la cathédrale de Meaux.
    Dénominations :
    baiser de paix
    Représentations :
    Chaque baiser de paix porte une figure en pied placée sous un arc : la Vierge à l'Enfant sur le encadrées par deux volutes ornées d'une tête d'ange. Le sommet du baiser de paix est marqué par une corniche
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Les deux baisers de paix sont identiques, sauf pour la figure centrale.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    paire de baisers de paix, par François-Joseph Bertrand-Paraud, 1819
    Illustration :
    Vue du baiser de paix représentant la Vierge à l'Enfant (Bertrand-Paraud, 1819 Vue du baiser de paix représentant saint Etienne (Bertrand-Paraud, 1819). IVR11_20107700099NUC4A
  • calice des frères Demarquet, vers 1884
    calice des frères Demarquet, vers 1884 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître La coupe porte deux poinçons : la Minerve et un poinçon d'orfèvre, celui de Demarquet frères. Sur le pied est gravée l'inscription : ""A.B. 25 ANS DE SACERDOCE 1859 1884 11 DECEMBRE"".
    Historique :
    ans de sacerdoce d'un prêtre désigné par ses initiales A.B. L'oeuvre porte le poinçon de Demarquet
    Référence documentaire :
    p. 395 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Calice néo-gothique à décor filigrané sur le pied et la fausse-coupe, rehaussé de neuf petites
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Illustration :
    Détail de l'inscription gravée sur le pied : "A.B. 25 ans de sacerdoce 1859 1884 11 décembre
  • burettes et plateau d'Alexandre Thierry, entre 1823 et 1838
    burettes et plateau d'Alexandre Thierry, entre 1823 et 1838 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Le plateau porte 3 poinçons. Deux d'entre eux sont les poinçons de titre et de garantie parisiens de la période 1819-1838 : le vieillard barbu de profil, tourné vers la droite avec le chiffre 1, dans un cadre hexagonal vertical (=1er titre Paris 1819-1838), et la tête de femme couronnée de profil celui de l'orfèvre Alexandre Thierry (insculpé en 1823 et biffé en 1853) : un losange vertical avec les lettres AT, un coeur percé de deux flèches au centre, et deux étoiles.
    Historique :
    1823 (début de son activité) et 1838 (date d'abandon des poinçons de titre et de garantie trouvés sur
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
  • calice et patène de Maurice Chéret, vers 1926
    calice et patène de Maurice Chéret, vers 1926 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître La patène porte deux poinçons : la Minerve et le poinçon de l'orfèvre, Maurice Chéret (une croix de la coupe, ainsi qu' un poinçon de maître illisible sur la coupe.
    Historique :
    d'Eglise M. Chéret successeur de A. Cabaret. 8 rue du Vieux-Colombier et 9 rue Madame." Un autre document carte de visite du chanoine E. Bourgeois, Meaux, 4 place Henri IV, probable commanditaire du calice.
    Référence documentaire :
    p. 396 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Description :
    Calice néo-gothique avec patène assortie, de style très simple. Pied circulaire, tige réduite , coupe avec petite fausse-coupe. Poids de la patène : 90 g. Poids du calice : 256 g.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice et patène de Maurice Chéret, vers 1926
    Dimension :
    Dimensions du calice : h=20,6 ; d pied=11,7 ;d coupe = 8,9. Diamètre de la patène : d = 13,1 cm.
    Illustration :
    Le calice et la publicité de l'orfèvre Chéret (Paris). IVR11_20107700051NUC4A
  • ornement en velours noir de la maison Biais Aîné et Noirot-Biais, fin 19e-début 20e siècle
    ornement en velours noir de la maison Biais Aîné et Noirot-Biais, fin 19e-début 20e siècle Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Etiquette au verso de la chape : "Biais aîné et Noirot-Biais (Paris)".
    Historique :
    La raison sociale "Biais Aîné et Noirot-Biais", portée sur l'étiquette, indique une datation de la cathédrale de Meaux (dosssier IM77000328).
    Référence documentaire :
    p. 410 Les ornements liturgiques de la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014 FÖRSTEL, Judith. Les ornements liturgiques de la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir .), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 401
    Dénominations :
    voile de calice bourse de corporal
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    Cet ornement en velours noir rehaussé de broderies en fil d'argent comprend une chape, une chasuble , deux dalmatiques, des étoles et manipules, un voile de calice, une bourse de corporal.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le chapier de la petite sacristie (déplacé au Vieux-Chapitre en 2010)
    Titre courant :
    ornement en velours noir de la maison Biais Aîné et Noirot-Biais, fin 19e-début 20e siècle
    Dimension :
    h = 108, la = 68 (dimensions de la chasuble).
    Illustration :
    Détail de la chasuble : le motif brodé au centre de la croix (chrisme dans une mandorle, entouré de Détail du chrisme brodé sur le dos de la chasuble. IVR11_20097700461NUC4A Détail des joncs brodés sur le dos de la chasuble. IVR11_20097700462NUC4A Vue de l'une des dalmatiques. IVR11_20097700463NUC4A
  • calice de Porcher, vers 1762
    calice de Porcher, vers 1762 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de décharge qu'une tête de chien, poinçon de décharge pour Paris, or et menus ouvrages d'argent, des années 1762-1768 , et sur le rebord du pied, une rose épanouie, poinçon de décharge pour Paris, destiné aux gros ouvrages d'argent, des années 1762-1768. Ni la lettre-date de Paris, ni le poinçon d'orfèvre ne sont visibles. Mais une inscription gravée sous le rebord du pied nous donne le nom de l'orfèvre : « PORCHER
    Historique :
    Les poinçons de décharge indiquent que le calice a été fabriqué à Paris entre 1762 et 1768. La signature gravée sur le pied indique qu'il est l'oeuvre de "Porcher". Mais quatre Porcher sont actifs entre 1762 et 1768, Alexis Porcher et ses trois fils : Jean, joaillier, actif de 1759 à 1780 ; Louis-Claude , spécialisé dans le bijou de fantaisie de 1762 à 1791, et enfin Charles, actif de 1761 à 1776, qui s'était taillé une réputation dans l'orfèvrerie d'église. Ce calice est probablement à mettre à l'actif de père, qui l'hébergeait. Ce calice se rapproche de plusieurs autres, contemporains, réalisés par l'artiste, et aujourd'hui conservés à Bar-sur-Aube (Aube), à Saint-Laurent-de-Gosse (Landes), ou encore à
    Référence documentaire :
    p. 379-381 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , 2014, p. 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    du pied, assez prononcé, est formé de trois plaques sur lesquelles sont rapportés les médaillons représentant le Croix, l'Agneau de Dieu et le Pélican mystique, et trois têtes d'angelot en haut relief, le tout maintenu par des rivets. Sur la doucine, sont ciselées des grappes de raisin et des gerbes de blé . Le nœud, original, est rehaussé par trois volutes végétales d'où tombent des guirlandes de laurier souffrant, entouré de la Vierge de douleur et de saint Jean, rappelant le Calvaire du Golgotha.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice de Porcher, vers 1762
  • ciboire d'Hippolyte-François Bertrand-Paraud, entre 1838 et 1844
    ciboire d'Hippolyte-François Bertrand-Paraud, entre 1838 et 1844 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître
    Historique :
    parisien Hippolyte-François Bertrand-Paraud, parent de François-Joseph Bertrand-Paraud auquel la fabrique orfèvres ont d'ailleurs eu recours aux mêmes médaillons pour le calice n°12, oeuvre de François-Joseph 1838 (début d'utilisation de la Minerve comme poinçon de titre et garantie) et 1844, date de biffage du poinçon d'orfèvre. La forme un peu aplatie de son couvercle se retrouve dans le ciboire exécuté en 1837 par le même orfèvre pour la cathédrale de Chartres.
    Référence documentaire :
    p. 390 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Représentations :
    Portement de Croix Le pied est orné de trois médaillons représentant la Flagellation et la Dérision du Christ et son Portement de croix. La fausse-coupe porte également trois médaillons figurant le Christ, la Vierge et saint Joseph. Sur le couvercle, décor de blé, vigne et roseaux. Sur le noeud, bande guillochée à décor de
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Illustration :
    Détail d'un médaillon sur le pied : Portement de croix. IVR11_20107700036NUC4A Détail de la signature gravée sur le pied : "BERTRAND PARAUD PARIS". IVR11_20107700033NUC4A
  • calice de Pierre Paraud et François-Joseph Bertrand-Paraud, 1er quart 19e siècle (?)
    calice de Pierre Paraud et François-Joseph Bertrand-Paraud, 1er quart 19e siècle (?) Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Le pied porte trois poinçons : celui de garantie (grosse garantie argent Paris 1819-1838), celui de titre (1er titre argent Paris 1819-1838) et la marque de l'orfèvre François-Joseph Bertrand-Paraud : FJB , où l'on reconnaît un P et une buire : il s'agit de Pierre Paraud, actif de 1800 à 1815 environ. La fausse coupe porte le poinçon d'orfèvre de François-Joseph Bertrand-Paraud et le poinçon dit ""d'essai
    Historique :
    Ce calice est dû à l'orfèvre parisien François-Joseph Bertrand-Paraud, dont la cathédrale de Meaux
    Référence documentaire :
    p. 386 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice de Pierre Paraud et François-Joseph Bertrand-Paraud, 1er quart 19e siècle (?)
    Illustration :
    Détail du poinçon de l'orfèvre François-Joseph Bertrand-Paraud : FJB et burette Détail du poinçon de l'orfèvre Pierre Paraud, sur la coupe : PP et buire (partiellement effacé
  • calice et patène de Pierre Paraud, entre 1798 et 1809
    calice et patène de Pierre Paraud, entre 1798 et 1809 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Inscription gravée au revers du pied : ""Denis Claudin curé de St Jean les Deux Jumeaux"" (canton de la Ferté-sous-Jouarre). La coupe comme la patène portent quatre poinçons : poinçon de maître
    Référence documentaire :
    p. 386 L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux, in : La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, 2014, p . 375-400. FÖRSTEL, Judith et PLOUVIER, Martine. L'orfèvrerie dans la cathédrale de Meaux. In CHARON , Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    calice et patène de Pierre Paraud, entre 1798 et 1809
  • ostensoir d'Alexis Renaud, entre 1838 et 1847
    ostensoir d'Alexis Renaud, entre 1838 et 1847 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Sur le pied de l'ostensoir sont insculpés deux poinçons : la Minerve 1 et le poinçon d'orfèvre, ""A est insculpée une tête de sanglier (poinçon de petite garantie, Paris, après 1838).
    Historique :
    L'ostensoir porte le poinçon de l'orfèvre parisien Alexis Renaud, insculpté en 1831 et biffé en 1847, ainsi que le poinçon de titre et de garantie employé à Paris à partir de 1838. Il a donc été réalisé entre 1838 et 1847. Une étiquette placée dans la boîte de cet ostensoir signale qu'il appartient à l'hôpital de Meaux.
    Représentations :
    Un ange en ronde bosse, le bras droit levé, forme la tige de l'ostensoir.
    Statut :
    propriété de la commune
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Illustration :
    Détail de l'ange sur le pied. IVR11_20097701719NUC4A La boîte de l'ostensoir. IVR11_20097701717NUC4A