Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

préfecture du Val-d'Oise

Dossier IA95000410 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénomination du Val-d'Oise
Dénominations préfecture
Aire d'étude et canton Cergy-Pontoise
Adresse Commune : Cergy
Adresse : 5 avenue Bernard Hirsch
Cadastre : 2010 AY non cadastré ; domaine public

Premier équipement de la ville nouvelle, la préfecture du Val d'Oise devait être un geste d'architecture contemporaine. Dans ce dessein, les principales caractéristiques et le style de l'édifice furent l'objet de consultations entre les services du ministère de l'Intérieur et du ministère des Affaires culturelles. Début 1965, un arbitrage du Premier ministre fixa les besoins qui avaient été préalablement élaborés en conseil interministériel. Henry Bernard (1912-1994) architecte premier grand prix de Rome en 1938 qui édifia notamment la maison de la Radio à Paris en 1963, fut chargé de concevoir le projet. L'architecte, conscient de l'importance de ce « premier geste de l'Etat » qui était « parachuté en pleins champs avant tout autre réalisation », chercha à concevoir un édifice « symbolique par sa situation, par son esprit, par sa structure, et par les techniques de pointe utilisées » . Assurés par les entreprises Quillery, Fourre et Rhode, les travaux de construction débutèrent fin juillet 1967 et furent perturbés en 1969 par des agriculteurs opposés à l'expropriation de leurs terres qui occupèrent le chantier. La nouvelle préfecture fut finalement inaugurée en juillet 1970 par Raymond Marcellin, alors ministre de l'Intérieur.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1970, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bernard Henry, architecte, attribution par source
Auteur : Motte Joseph-André,
Joseph-André Motte (1925 - 2013)

1925-2013

Joseph-André Motte fut l'une des grandes figures du design français des Trente Glorieuses. Inventeur de formes nouvelles, il fut un pionnier dans l'utilisation de matériaux industriels comme le latex, le plexiglas et le formica. Soucieux d'optimiser les coûts, Motte a également recours à des matières peu onéreuses comme le rotin auquel il donne ses lettres de noblesse.

Né en 1925 à Saint-Bonnet dans les Hautes-Alpes, il effectue ses études secondaires au lycée de Gap, avant de s'inscrire à l’École des arts appliqués à l'industrie à Paris où il suit les cours de René Gabriel, Louis Sognot et Albert Guénot. Sorti premier de sa promotion en 1948, il est immédiatement engagé par Guénot à l'atelier d'art du Bon Marché.

Influencé par les travaux de l'architecte-designer Charles Eames (1907-1978), Motte fonde en 1954 avec Michel Mortier et Pierre Guariche l'Atelier de Recherche Plastique (ARP), étape déterminante qui marque le début d'importantes commandes publiques. Il participe, entre 1954 et 1961, au chantier de l'aéroport d'Orly puis aménage, en 1963, la gare maritime du Havre. Parmi ses réalisations importantes figurent la décoration de l'aérogare de Roissy 1 et 2, celle de la Préfecture du Val d'Oise à Cergy-Pontoise, l'hôtel de ville de Grenoble ou encore le bâtiment du Conseil de l'Europe à Strasbourg.

A partir de1973 la RATP fait appel à Motte et Paul Andreu pour redécorer les stations du métro parisien. En une décennie, les décorateurs aménagent une centaine de stations et remodèlent durablement le paysage du métropolitain. Le style "Andreu-Motte" impose son esthétique de l'épure où la blancheur des murs se voit contrebalancée par un mobilier urbain aux lignes sobres en coque métallique de couleur vive.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte d'intérieur, attribution par source

La préfecture du Val d'Oise prend place au sud de la dalle, elle domine un parc éponyme de huit hectares qui fut aménagé postérieurement par Alain Provost. Le parti architectural imaginé par Henry Bernard repose sur l'encorbellement, l'édifice formant une pyramide renversée de 26 700 mètres carrés de planchers et de vingt mètres de haut pour six étages. Quatre tours qui abritent les circulations verticales de fluides et de personnes, occupent les angles. Les étages sont construits en encorbellement sur le précédent ce qui crée une succession de balcons qui s'ouvrent sur le vide central. Celui-ci abrite au rez-de-chaussée un grand hall éclairé zénithalement et dont la couverture est conçue comme un « plancher-champignon » qui repose sur quatre piles. La mezzanine du hall dessert le « niveau du commandement » qui est occupé par les bureaux du Préfet et de son cabinet ainsi que par une grande salle destinée au Conseil général. Ces deux espaces sont séparés par des salons de réception qui leur sont communs. La totalité de l'étage est libéré de tout élément structurel afin de permettre un aménagement « plus esthétique ». Les quatre niveaux suivants sont occupés par les surfaces de bureaux standards et le dernier étage abrite trois logements de fonction dont celui du Préfet. Lorsqu'il conçu cet édifice, Bernard rejeta les « solutions antérieures », c'est-à-dire les « bâtiments hermétiquement clos au fond d'une place » et proposa une « maison de verre » qui est « transparente et accessible en permanence » . De plus, la préfecture devait s'ouvrir sur la ville et ses habitants et dépasser son cadre administratif. De ce fait, le hall de l'édifice accueillait de nombreux services tels qu'un bureau de Poste, qu'une régie des tabacs ou que des guichet SNCF et Air France. Le premier sous-sol qui s'ouvre au sud-ouest sur le parc était quant à lui occupé par un drugstore. En outre, un soin tout particulier fut apporté aux espaces intérieurs dont l'aménagement fut assuré par le décorateur de Joseph-André Motte (1925-). Le second œoeuvre possède également un intérêt esthétique, notamment par la disposition de claustras sur le second niveau du hall. La forme inhabituelle de cette préfecture à l'allure monumentale n'est pas s'en rappeler le City Hall de Boston édifié en 1969 par l'agence Kallmann McKinnell & Wood.

Murs béton armé
Toit béton en couverture
Escaliers escalier dans-oeuvre
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Cueille Sophie
Sophie Cueille

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Noyer-Duplaix Léo - Philippe Emmanuelle
Emmanuelle Philippe

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.