Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

portail du Jugement Dernier

Dossier IM77000331 réalisé en 2011

Fiche

La façade occidentale de l'église Saint-Eliphe de Rampillon présente un décor sculpté remarquable. Ce chef d’œuvre de la sculpture gothique, assez inattendu dans une petite église paroissiale de campagne, remonte au milieu du XIIIe siècle. Le thème principal est celui du Jugement dernier, représenté au tympan.

Dénominations portail
Titres Jugement Dernier
Aire d'étude et canton Nangis
Adresse Commune : Rampillon
Adresse : place de la Commanderie
Emplacement dans l'édifice sur la façade occidentale

L'analyse stylistique permet de distinguer deux ensembles dans ce portail sculpté. D'un côté, les statues en ronde-bosse et le Jugement Dernier au tympan : les visages aux yeux en amande, au nez droit, à la bouche mince sont empreints de sérénité et d'équilibre ; l'expression dominante des figures est assez hiératique, impression renforcée par le traitement symétrique des chevelures et des barbes. Les silhouettes sont allongées, les épaules étroites. Les drapés sont caractérisés par un traitement très plat des bustes, à peine marqués de quelques plis verticaux, tandis que dans le bas du corps les plis sont beaucoup plus affirmés, formant parfois des becs prononcés. Ces sculptures peuvent être situées dans la mouvance du style "classique" de la sculpture des années 1240. Elle sont particulièrement proches du portail de Villeneuve-l'Archevêque. On peut sans doute dater cet ensemble des années 1240-1250. Le second ensemble de sculptures est d'un style beaucoup plus naturaliste, attaché à rendre le mouvement, les expressions, la réalité des corps nus au linteau. On peut le comparer au portail central de la cathédrale de Bourges, exécuté vers 1255. Les sculptures du tympan ayant dû être retaillées pour s'adapter à leur emplacement, alors que les arcatures et la frise du calendrier sont parfaitement proportionnées à la façade qui les abrite, l'ensemble du décor a dû être mis en place vers 1255-1260. Cette date correspond à une période particulièrement faste pour la commanderie de Rampillon, qui accueillit deux chapitres généraux des Hospitaliers de la province de France en 1261-1262 et fut un des lieux de résidence d'Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, à la fin des années 1260.

Période(s) Principale : milieu 13e siècle

Le portail occidental de Rampillon est une oeuvre de grande ampleur, qui comprend un tympan sculpté mais se développe aussi sur les murs latéraux. Alors que l'église est construite avec un grès local, le portail est sculpté dans un calcaire à millioles fin typique des calcaires du Lutétien aux environs de Paris.

Catégories sculpture
Matériaux calcaire, taillé, décor en bas-relief, décor en haut-relief, peint
Précision dimensions

h = 700 environ ; l = 1200 environ (dimensions totales du portail et des piédroits). Dimensions du portail seul : h = 700 environ, la = 340 environ. Dimensions de la statue au trumeau : h = 200 environ, la = 44. Hauteur totale du décor sur les piédroits (statues d'apôtres, frise du calendrier et arcatures) : 300 environ. Dimensions de la frise inférieure (calendrier et autres scènes) : h = 65, l = 430 environ (de chaque côté).

Iconographies Jugement dernier, couronne d'épines
Résurrection des morts
sein d'Abraham
saint Michel peseur d'âmes
apôtres
saint Eliphe
mois
Adoration des Mages
Présentation au temple
roi, assis, trône, femme
ange, couronne, cierge, encensoir, palme, livre, goupillon
Précision représentations

Au tympan : le Jugement Dernier. Le Christ-Juge, portant la couronne d'épines, trône entre deux anges en pied, tenant les instruments de la Passion ; de chaque côté sont agenouillés des intercesseurs, la Vierge et saint Jean ; le soleil et la lune sont représentés en haut de la scène. Au linteau : la Résurrection des morts, la Pesée des âmes et les Justes dans le sein d'Abraham. A la voussure intérieure : treize anges, tenant un attribut (livre, cierge, goupillon, phylactère, encensoir, couronne, palme). Deux autres anges leur font écho au départ de la voussure extérieure. Au trumeau : statue de saint tonsuré, tenant un livre (saint Eliphe ?) ; sous ses pieds se trouve un un personnage dont les bras sont dévorés par deux dragons. Dans les ébrasements : le collège apostolique. Sur l'arcature abritant ces statues d'apôtres : anges en buste jaillissant d'une nuée ; plusieurs d'entre eux tiennent une couronne dans chaque main. Sous les apôtres, frise sous arcature : les Mois, l'Adoration des Mages, la Présentation au Temple et une scène non identifiée avec un personnage assis (Jugement de Salomon?). Sur l'arcature basse, têtes et plantes en bas-relief.

Précision état de conservation

Le portail a fait l'objet de plusieurs restaurations au 19e et au 20e siècle. Les statues des ébrasements avaient été mises à l'abri dans l'abside et furent replacées à l'extérieur au 19e siècle, mais selon un ordre aléatoire. Elles ont fait l'objet d'un grattage qui leur a sans doute fait perdre la majeure partie de leur polychromie, mais il en demeure des traces, notamment pour les pupilles. Dans les voussures, l'un des anges a été refait par le sculpteur Chapot en 1886-1887. Depuis 1991, le portail est protégé par un porche en bois mis en place pour remédier aux dégradations dues aux lichens et aux intempéries.

à signaler

Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH au titre immeuble, 1846

Annexes

  • Documentation sur le portail du Jugement Dernier de Rampillon

    Sources d’archives

    Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

    -81/77/90 : travaux de restauration, 1844 à 1988.

    -ETU/0002, Etude préalable à la restauration des portails ouest et sud, par J. Moulin, 1987.

    - 1998/042/11, 2004/002/0032 et DOE/199 : restauration des portails sculptés et

    construction du porche, 1989-1992.

    Documents figurés

    - Photographies d’Eugène Atget, 1921. BnF, Département des Estampes, Eo 109b, boîte 32.

    Bibliographie

    - J. Baschet, « Le sein d’Abraham : un lieu de l’au-delà ambigu », dans Y. Christe (dir.), De l’art comme mystagogie : iconographie du Jugement dernier et des fins dernières à l'époque gothique : actes du colloque de la Fondation Hardt tenu à Genève du 13 au 16 février 1994, Poitiers : CESCR, 1996, p. 71-93 et plus précisément p. 84-85.

    - Y. Blomme, « La construction de la cathédrale de Poitiers au temps de l’évêque Jean de Melun (1235-1257) », dans Y. Gallet (dir.), Art et architecture à Melun au Moyen Âge, Paris : Picard, 2000, p. 259-272.

    - F. Boudon et J. Moulin, « Seine-et-Marne. Rampillon, restauration du portail occidental de l’église », Bulletin monumental, 150-I, 1992, p. 59. (voir rubrique « liens web »)

    - H. F. Brabenec, Dating the Portal Sculpture at the Church of Rampillon, thèse en histoire de l’art, University of Michigan, 1974 (non consulté).

    -N. Guedj, Datation du portail occidental de l’église de Rampillon, mémoire de licence sous la direction de Jean Wirth, Université de Genève, 2005.

    - L. Guillot, Rampillon. Etude de la sculpture du portail occidental, mémoire de maîtrise sous la direction d’Anne Prache, Université Paris IV, 1980.

    - F. Joubert, La sculpture gothique en France, XIIe-XIIIe siècles, Paris : Picard, 2008, p. 113, ill. p. 143.

    - P. Kurmann, « Himmelsboten aus Amiens. Bemerkungen zu den Engeln der Blandarkatur in der oberen Sainte-Chapelle », dans C. Hediger (dir.), La Sainte-Chapelle de Paris, royaume de France ou Jérusalem céleste ?, actes du colloque tenu à Paris, Collège de France, 2001, Turnhout : Brepols, 2007, p. 393-411.

    - F. Louveaux, L’église de Rampillon (Seine-et-Marne). Sa décoration peinte et sculptée, mémoire de maîtrise en

    histoire de l’art et archéologie médiévale sous la direction de L. Grodecki, Paris, 1969.

    - Ch. Oulmont, «Notes sur l’église de Rampillon », Revue archéologique, 1912, p. 313-318.

    - W. Sauerländer, La Sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris : Flammarion, 1972 (traduction de l’édition allemande de 1970), p. 148-149.

    - J. Schelstraete, « Rampillon, sourire de l’âme », Monuments et sites de Seine-et-Marne, n°30, 1998.

    Liens web

    - Photographies anciennes du portail (Médiathèque du patrimoine) :

    http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/memoire_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_5=LBASE&VALUE_5=PA00087252

    - Photographies du portail par Atget, tirées de l’album Le département de la Seine-et-Marne, 1921-1923 (sur Gallica) :

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b31000914/f12.item.r=Rampillon

    (et photos suivantes)

    - Sur la restauration du portail en 1991 :

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bulmo_0007-473x_1992_num_150_1_4404

    - Sur une comparaison du linteau de Rampillon avec l’art antique :

    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1940_num_64_1_2668

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.