Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport

Dossier IA78002130 réalisé en 2011
Précision dénomination pont routier
Appellations dit Pont de Rangiport
Dénominations pont
Aire d'étude et canton OIN Seine-Aval
Hydrographies Seine la
Adresse Commune : Gargenville
Précisions oeuvre située en partie sur la commune Epône

En 1883 est construit un pont qui relie Epône à Gargenville en s'appuyant sur l'Ile de Rangiport afin de remplacer le bac existant. Dans les années 1930, Gargenville présente un projet d'élargissement de la chaussée des deux ponts pour améliorer la circulation qui est strictement règlementée en 1934, les véhicules les plus lourds devant passer par les ponts de Mantes ou de Meulan pour traverser la Seine. Toutefois, les ingénieurs estiment que ces travaux sont inutiles et que le pont existant suffit à assurer une bonne circulation des personnes et des marchandises. En 1940, les deux ponts qui reliaient Gargenville et Epône par l'île de Rangiport sont détruits pour freiner l'avancée des troupes allemandes. En 1941, des passerelles en bois sont installées pour les remplacer. Accrochées aux vestiges des anciens ponts sur les rives, elles étaient dotées de haubans. Pendant plus de vingt ans, les travaux se multiplient en raison de leur dégradation constante. Au début des années 1960, le maire de Gargenville y interdit même toute circulation. En 1965, les travaux commencent pour la construction d'un nouveau pont, réalisé par les Ponts et Chaussées de Seine et Oise.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1883, daté par travaux historiques
1945, daté par travaux historiques

Le premier pont était construit sur le modèle d'un pont rigide avec des arcs de fer. Le nouveau pont est composé de deux ponts métalliques à poutre en treillis de Warren. Il s'agit d'un assemblage de barres verticales, horizontales et diagonales formant des triangles, de sorte que les risques de déformation sont plus faibles lorsqu'il est soumis à un effort. Du côté d'Epône, un pilier central en béton soutient le tablier, tandis que du côté de Gargenville, le petit bras de la Seine est enjambé par un petit pont à travée unique.

Murs fer
brique
pierre

Annexes

  • Documentation - IA78002130

    Sources d'archives

    AD. 78, Série S Transports, sous-série 2S Ouvrages d’art, 2S 129

    AD. 78, série W : 1592W 5, 1592W 6, 1592W 7.

    AD. 78, IT Mono, 4/7 « Monographie de la commune d'Épône »,1899,

    Bibliographie

    BRICON, Daniel, Épône raconté aux Épônois, histoire d'une petite ville de l'ouest parisien, Édition ville d'Épône », 2002 (2e édition).

    MARREY, Bernard, Les ponts modernes, XVIIIe- XIXe siècles , Picard, 1990.

    MARREY, Bernard, Les ponts modernes, XXe siècle, Picard, 990.

    VACANT, Claude, Routes et ponts en Yvelines du XVIIe au XIXe siècle, Presses de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, 1996.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Bussière Roselyne
Roselyne Bussière

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Coulaud, Hélène - Valléry, Claire