Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les trois Parques

Dossier IA93000634 inclus dans Cimetière intercommunal des Joncherolles réalisé en 2016

Fiche

Dénominations monument
Aire d'étude et canton Pierrefitte-sur-Seine
Adresse Commune : Villetaneuse
Adresse : 95 rue Marcel-Sembat

L’architecte Robert Auzelle, qui avait déjà travaillé avec Maurice Calka au cimetière du Parc de Clamart, sollicite de nouveau le sculpteur pour le monument qu’il projette à l’entrée des Joncherolles. La commande passée en 1973 est réceptionnée deux ans plus tard.

Le Marché de gré à gré passé entre le syndicat intercommunal et Calka stipulait que les trois sculptures monumentales devaient être « entièrement rehaussées de mosaïque de marbre et pâte de verre » et précisait que l’œuvre devait être réalisée « sous la direction de l’architecte, afin d’obtenir une parfaite harmonisation avec l’ensemble des bâtiments ».

La société Weser, implantée à Mazières-de-Touraine, spécialiste du béton, celle-là même qui fabriqua les enfeus, les niches individuelles de l’ossuaire et les caveaux préfabriqués, réalisa les trois statues.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1973, daté par source
Auteur(s) Auteur : Calka Maurice, sculpteur, signature

Auzelle implante le monument à l’entrée principale du cimetière, souhaitant lui conférer à la fois la place d’un signal et le rôle d’un élément de transition entre l’extérieur, le monde des vivants, et l’intérieur du cimetière, le monde des morts et de l’éternité. L’architecte explique ainsi le monument « Les trois déesses de la mythologie grecque (Clotho, Lachésis, Atropos) qui filent, dévident et tranchent le fil des vies humaines et désignent par métaphore, la vie, la destinée et la mort ». L’œuvre est baptisée « les Trois Parques », équivalent dans la mythologie romaine des « trois moires », déesses de la destinée humaine de la mythologie grecque.

Elle se compose de trois sculptures monumentales en béton moulé (dans des « moules métalliques chaudronnés, soudés et raidis sculptés », laissé brut, probablement pour une raison de coût. Calka était un ardent défenseur de l’art urbain, fruit de la collaboration entre architectes et plasticiens, afin de ne pas cantonner les beaux-arts aux galeries mais de les porter auprès du plus grand nombre, dans la vie quotidienne de chacun. Il réalise ici un ensemble très stylisé, choisissant des formes arrondies apaisantes, seulement soulignées de quelques fonds creux évoquant des drapés antiques. Les trois femmes tournées vers l’entrée, s’inscrivant dans une perspective aujourd’hui composée d’arbres majestueux, semblent attendre et accueillir, visiteurs et convois, avec calme et bienveillance.

Murs béton
Précision dimensions

3 m environ

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 IFA, Carton 51, affaire RA 17 ; Carton 52, Affaire RA 17 ; Carton 53, affaire RA 17.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Duhau Isabelle
Isabelle Duhau

Conservatrice du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.