Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

immeubles à logements à loyer modéré, dit Tour Bleue des Cerclades

Dossier IA95000415 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénomination à loyers modérés
Appellations Tour Bleue des Cerclades
Dénominations immeuble à logements
Aire d'étude et canton Cergy-Pontoise
Adresse Commune : Cergy
Adresse : place des Cerclades
Cadastre : 2010 AX 10

Edifiée en 1974 par les architectes Philipe et Martine Deslande pour le compte de « l'Ocil, La Lutèce », la Tour bleue des Cerclades est un immeuble de logements à loyer modéré. Elle était destinée aux jeunes ménages qui, faute de moyens financiers, ne pouvaient équiper leur foyer. Du fait de l'exiguïté des appartements, l'édifice fut surnommé « tour des célibataires » et « tour des jeunes mariés ».

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1974, daté par source
Auteur(s) Auteur : Deslandes Philippe, architecte), Deslandes Martine, attribution par source

La tour prend place à l'est de la dalle, le long du mail des Cerclades, non loin du centre commercial des Trois Fontaines. Sur quinze niveaux, soixante studios, trente deux-pièces et trente trois-pièces s'organisent autour d'un noyau central qui abrite les circulations verticales. A chaque étage, un palier circulaire distribue ainsi huit appartements, le rez-de-chaussée étant réservé à l'origine au logement du gardien, à une garderie, à une laverie et à un service de vente de plats cuisinés. Le parti architectural de la tour bleue des Cerclades réside dans ses formes curvilignes ; à l'exception des cloisons de séparation des appartements qui sont rectilignes, la ligne droite est partout absente. La sinuosité des formes complexifia d'ailleurs le chantier : pour l'élévation des murs en béton armé, des banches courbes furent spécialement créées. A l'intérieur, les appartements sont entièrement équipés et meublés, la chambre circulaire possédant un lit arrondi alors que la cuisine semi-circulaire peut être dissimulée par un placard mobile. Qualifié d'expérimental, cet édifice devait être le lieu de « l'étude de l'influence des formes nouvelles d'habitat et, en particulier, de l'architecture curviligne sur le mode de vie . Son architecture courbe fut d'ailleurs à l'origine d'analogies avec des formes végétales : la tour serait alors comme une marguerite dont la tige abriterait les circulations et les pétales les appartements.

Murs béton armé
Toit béton en couverture
Escaliers escalier dans-oeuvre
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Cueille Sophie
Sophie Cueille

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Noyer-Duplaix Léo