Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 50 - triés par pertinence
  • tableau : saint Michel terrassant le démon
    tableau : saint Michel terrassant le démon Andrésy
    Titre courant :
    tableau : saint Michel terrassant le démon
    Description :
    Le tableau est une copie fidèle de celui de Guido Reni.
    Dimension :
    h= 184 ; la=144 (dimensions prises avec le cadre)
    Historique :
    Le tableau porte en bas à gauche la signature très difficilement lisible de Lepic. Il se trouve
  • tableau : Le Christ et la veuve de Naïm
    tableau : Le Christ et la veuve de Naïm Andrésy
    Titre courant :
    tableau : Le Christ et la veuve de Naïm
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • maison de notable de villégiature dite le manoir Denouval
    maison de notable de villégiature dite le manoir Denouval Andrésy - 147, 149 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AM 466, 468, 245, 246
    Titre courant :
    maison de notable de villégiature dite le manoir Denouval
    Description :
    L'entrée comporte un vestibule de forme circulaire desservant un vestiaire, un petit salon, le hall et la salle de billard (disparus). Le hall était à l'anglaise (il a été divisé en deux appartements habituelles, le manoir comportait une grande terrasse panoramique au devant du hall, deux vérandas une dite donnaient sur une cour anglaise et leur vue était masquée par une treille. Le belvédère abrite une petite dessus de la Seine) mais cette pièce n'est pas aménageable. Dans le jardin, une maison préexistante a été transformée en centrale thermique et pour que sa vue ne masque pas le panorama le toit a été enlevé au profit d'une terrasse avec une vaste pergola (le bâtiment existe toujours au 18 quai de l'Ecluse). La véranda
    Illustration :
    La pergola aménagée sur le toit de l'usine électrique. Photographie imprimée. Tiré de Vue intérieure : l'orgue qui se trouvait dans le grand hall. Le plafond à poutres subsiste encore Le belvédère. IVR11_20067800384XA Le belvédère vue en contre-plongée depuis une terrasse de la façade sud. IVR11_20067800806XA Panorama sur la Seine vers l'amont depuis le belvédère. IVR11_20067800392XA Panorama sur la Seine vers l'aval depuis le belvédère. IVR11_20067800394XA Le vestibule d'entrée de plan circulaire. IVR11_20067800810XA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Simon Hure Patino. Le manoir change à plusieurs reprises de propriétaires entre 1915 et la guerre. Le verger potager, de l'autre côté de la rue est vendu à un lotisseur en 1933. En 1945 le manoir, vendu à , il sert de grand séminaire aux Pères Salésiens. En 1974, le manoir est le siège d'une importante le parc.
  • verrière figurée : les Pélerins d'Emmaus, le baptême du Christ (baie 2)
    verrière figurée : les Pélerins d'Emmaus, le baptême du Christ (baie 2) Andrésy
    Titre courant :
    verrière figurée : les Pélerins d'Emmaus, le baptême du Christ (baie 2)
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    refait aussi par Lorin. Au tympan, le Christ et les anges ont été complétés en 1986 par l'atelier Hermet
  • église paroissiale Saint-Germain
    église paroissiale Saint-Germain Andrésy - 10 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AT 116
    Description :
    archaïque que dans le bas coté occidental. Les voûtes d'ogives du collatéral nord ont un profil beaucoup C'est un édifice à chevet plat sans transept qui se compose d'une nef centrale flanquée de deux bas -côtés d'inégale largeur. Le collatéral sud est deux fois plus étroit que le collatéral nord. Des , l'église a connu plusieurs phases de construction et remaniements qui expliquent certaines disparités. Le plan avec le désaxement de la nef par rapport au chœur en est une. L'élévation, à trois niveaux dans tout l'édifice, présente des variations de détail qui sont à noter ; côté sud, le triforium dans le ch toutes authentiques puisque le relevé fait par Baudin en 1874 pour les Monuments Historiques montre que donne pas sur un quelconque passage. Les ouvertures hautes sont toutes en arc brisé de ce côté. Le continue la mouluration de la base du triforium, ce qui n'est pas le cas dans le chœur où les colonnettes dans les quatre travées les plus occidentales du bas-côté sud. Elles sont composées de simples tores en
    Illustration :
    Vue d'ensemble des travées de la nef ouvrant sur le bas-côté. IVR11_20067800704VA Intérieur de l'édifice : vue du bas-côté gauche. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Vue de l'église depuis le cimetière. IVR11_20067800586XA Le chevet plat de l'église. IVR11_20067800152XA Le porche d'entrée de la façade occidentale. IVR11_20067800154VA Vue d'ensemble depuis la tribune de l'orgue. On remarquera le désaxement du choeur Vue d'ensemble de la nef vers le choeur prise depuis l'entrée occidentale. IVR11_20067800156VA Vue d'ensemble de la nef depuis le choeur vers la tribune d'orgue. IVR11_20067800158VA Vue d'ensemble du bas-côté nord vers l'ouest. IVR11_20067800160VA Vue d'ensemble du bas-côté sud. IVR11_20067800162VA
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    paroissiens demandent l'autorisation d'agrandir le chœur en 1517 ce qui peut correspondre au bas côté sud ancienne, c'est-à-dire les quatre travées les plus occidentales du bas-côté sud à une époque antérieure (3e chevet plat, sont du premier quart du 13e siècle. Le porche en avant du portail occidental pourrait dater (piles ondées) et en 1538 à nouveau ils agrandissent en construisant le collatéral nord. Des travaux de 1873 une voûte d'un bas-côté s'est effondrée. Des travaux ont alors été réalisés sous la direction de selon le procédé Heurteaux, des tailloirs en encorbellement sont retaillés ainsi que des arcs formerets . Il s'agit donc probablement du collatéral nord dont les voûtes ont ainsi été reprises et dont le ), le porche ouest, ouverture de la baie murée sur la façade est du collatéral nord et en 1987
  • verrière historiée : la parabole du mauvais riche
    verrière historiée : la parabole du mauvais riche Andrésy
    Illustration :
    Lancette droite, détail : le festin et Lazare harcelé par les chiens. IVR11_19867800094XA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Dimension :
    h = 350 ; la = 200 (dimensions données par le Corpus vitrearum)
    Représentations :
    scène biblique : le mauvais riche, repas, pauvre, enfer, âme, ange ; ornementation : à arcature, à couronne végétale, à mascaron, à cuir découpé ; Dieu le père ; Le mauvais riche rentre chez lui ; la table est dressée pour le festin ; le pauvre à la porte tandis que les hommes festoient. Au registre inférieur, l'âme du mauvais riche brûle en enfer tandis que celle du pauvre est portée vers le ciel par deux
    Historique :
    trouvait la naissance de Jean-Baptiste. Le bas était composé de trois panneaux décoratifs semblables à Cette verrière mise en place lors de l'édification du collatéral dans le 2e quart du 16e siècle a été recomposée. Selon un cliché Durand (date) seul le panneau central est à sa place d'origine. A la
  • portail
    portail Andrésy
    Illustration :
    Vue d'ensemble du portail s'ouvrant sur le chevet. IVR11_20067800696XA Détail du culot surmontant la niche du portail s'ouvrant sur le chevet. IVR11_20067800698XA
    Représentations :
    sont placées dans des niches dont la voûte est en forme de coquillage ; sur le culot qui la soutient
    Historique :
    Le portail date de la construction du bas-côté. Une date très effacée figure sous la console de
  • autel retable de la chapelle de la Vierge
    autel retable de la chapelle de la Vierge Andrésy
    Description :
    Le bas de l'autel comporte trois niches de style renaissance avec des balustres, des rinceaux, des comportait trois niches abritant des sculptures. Le tabernacle est en forme d'édifice à plan centré avec dôme.
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire
    Dimension :
    la=240 ; pr=104 ; h=99 (dimensions de l'autel ; le tabernacle : h=100 ; la= 95)
    Historique :
    décombres.... L'autel retable de la Vierge fait partie de cette reconstruction nécessaire puisque le bas En 1875 le conseil de fabrique déclarait que sortie de ruine l'église réclame aujourd'hui ses bouche aussi la moitié de la porte qui mène vers le quai et par laquelle pénètrent aujourd'hui la plupart
  • maison actuellement Bar des Sports
    maison actuellement Bar des Sports Andrésy - 22 avenue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AS 259
    Description :
    Ensemble de bâtiments emboîtés les uns dans les autres et distribués autour d'une cour. Le bâtiment siècle, il avait une boutique en rez-de-chaussée. Le corps au dessus de la porte charretière est placé perpendiculairement et ne comprend qu'un étage, la pièce qu'il abrite est dans le prolongement de A. Le bâtiment C qui abritait la charcuterie ne comporte qu'un étage, il est parallèle à la rue. Le bâtiment D, actuel bar des la cour de trois bâtiments aux toitures emboitées. Le bâtiment en fond de cour (F) donne sur la rue dans la cour, sous le bâtiment F ; On y accède par un escalier très profond. Il permettait aussi
    Illustration :
    Le revers du bâtiment sur rue. IVR11_20057800116XA Descente vers le cellier donnant sur la cour. IVR11_20057800120XA Le cellier, vue d'ensemble. IVR11_20057800122XA Le cellier, vue en direction de l'entrée. IVR11_20057800124XA Alvéole donnant sur le cellier. IVR11_20057800125XA
    Historique :
    à monsieur Henry qui y habite, sauf la partie droite de la cour qui est occupée par le pressoir du maison, on peut penser à une importante activité de viticulture. En 1821 la parcelle appartient à Antoine Claude Savin aubergiste. Le pressoir est toujours signalé à cette date. En 1894 une charcuterie appartenant à M. Despois était installée (demande d'autorisation d'un abattoir) dans le bâtiment juste à
  • maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque Saint-Exupéry
    maison de campagne dite château de la Princesse, mairie-école de garçons, actuellement bibliothèque Saint-Exupéry Andrésy - 40 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AS 205 1983 AT 144, 258 1983 AI 1-28
    Description :
    Le château du 18e siècle est connu par un inventaire de 1783 : au rez-de-chaussée (en réalité étage , une orangerie et une serre chaude. Le jardin régulier dans l'île et se composait de quatre parterres d'un cabinet avec panneaux de bois ornés de papiers de la Chine. Le château est remanié au 19e siècle , en fonction de ses divers usages. Une cheminée d'usine y est ajoutée lorsque le château devient
    Illustration :
    Plan du jardin dans l'île : détail avec le kiosque. Dessin plume aquarellé. (AN, F 13 1400 B Le campanile. IVR11_20057800156XA
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    1728 à Marc Antoine Pourroy, négociant à Paris qui l'a vendu à Charles François Michel, écuyer. C'est sans doute lui qui a aménagé le jardin régulier, aujourd'hui disparu, qui se trouvait sur l'Île Nancy , avocat au Parlement, agent des affaires du duc d'Orléans, qui le revend l'année suivante. Confisqué en l'an II, il est vendu à François Joseph Mouchy. En 1817, la veuve de Monsieur Mouchy le vend à Pierre Joseph Geoffroy. Sa fille, la comtesse Lepic en hérite en 1825 et le vend au colonel Lepic, son beau qui vend le château à la municipalité d'Andrésy en 1875 pour y transférer la mairie, l'école de garçons et le presbytère. L'édifice est devenu uniquement école en 1947 quand la mairie a été transférée
  • ensemble de 11 chapiteaux
    ensemble de 11 chapiteaux Andrésy
    Description :
    pilastre. Les chapiteaux du bas côté (e, f, g, h, i, j, k) sont tous des demi-chapiteaux car ils sont adossés au mur. Le traitement d'ensemble est le même : abaques à cornes, gorgerins plus ou moins ornés. La plus grande variété règne dans le décor des angles. On trouve des figures masculines (a, c, g, i), des
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Les chapiteaux datent de l'adjonction du bas-côté méridional. Ils sont directement inspirés de ceux
  • maison de notable, dite château Lepic
    maison de notable, dite château Lepic Andrésy - 2, 4 avenue d' Eylau - en ville - Cadastre : 1983 AV 215, 216
    Description :
    chambres. Le château construit par le comte Lepic en 1864 et divisé aujourd'hui en deux maisons distinctes
    Illustration :
    Le général Comte Lepic. Photographie, vers 1855 (Collection particulière). IVR11_20077800170XA Le peintre Ludovic Lepic. Photographie. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    frimaire an IV à Jean Antoine Destreaux, habitant à Versailles, lequel la vend le 30 germinal an V à Pierre Selon la tradition, le général napoléonien Louis Lepic se serait installé définitivement dans cette comme bien national le 12 vendémaire an IV à Jean Louis Durupt Boileau qui l'a aussitôt revendue le 28 payée 70 000 francs en numéraire le négociant et sa femme empruntent 73 840 francs par devant le notaire pas encore été transformé. Lepic meurt le 7 janvier 1827. A la mort de la comtesse, en 1863, elle a sont ses héritiers. C'est le comte qui hérite du château (ainsi qualifié mais cette dénomination est déclaration d'augmentation de construction. Selon les matrices cadastrales, Ludovic Napoléon Lepic, le fils du contre le paiement de ses dettes. Un plan de 1894 (donc postérieur d'un an à la mort de Louise Faure ) porte le tracé de la rue d'Eylau qui scinde en deux la propriété définitivement. Le château est encore entier. Il est coupé en deux maisons distinctes avant 1899 (comme le montre la photographie de
  • barrage mobile à fermettes et aiguilles, écluse de Denouval (détruits), barrage à hausses mobiles
    barrage mobile à fermettes et aiguilles, écluse de Denouval (détruits), barrage à hausses mobiles Andrésy - en ville - Cadastre : 1983 AL domaine public
    Description :
    d'en bas, de même qu'un déversoir. Une écluse lui était accolée côté rive droite. Le barrage de 1980 Le barrage à fermettes et aiguilles présentait une seule passe de 78 m qui s'appuyait sur l'île
    Illustration :
    Le barrage d' Andrésy-Denouval. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800573XB Le déversoir de Denouval. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800560XB
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Carrières-sous-Poissy avec deux écluses si bien que celle de Denouval dont le seuil était trop élevé devient
  • chapiteau : acrobate
    chapiteau : acrobate Andrésy
    Description :
    l'ogive du bas côté. Mais le chapiteau dont il fait partie a subi des transformations comme l'atteste le
  • rivière aménagée
    rivière aménagée Andrésy - Fin d'Oise - en ville - Cadastre : 1983 AI domaine public 1983 AL domaine public
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    trois îles de Nancy, de Devant et d'en Bas, et former ainsi un bras de navigation le long du bourg Depuis le début du 19e siècle l'amélioration de la navigabilité de la Seine est une priorité . Plusieurs solutions sont envisagées, le barrage submersible, le barrage fixe avec déversoir. L'Oise est d'Andrésy. A la sortie de ce bras on construit le barrage mobile de Denouval qui, lui, est éclusé. Le chemin de halage qui passait soit sur la rive droite soit, en période de basses eaux, sur la rive gauche entre Denouval et le confluent est fixé sur la rive droite. En 1866 on décide de porter à 2m le tirant un canal de dérivation dans le prolongement du bras d'Andrésy avec les deux écluses de Carrières-sous d'Andrésy sont exhaussés une deuxième fois en 1882. En 1950 on décide de reconstruire le barrage d'Andrésy navigation se fait désormais sur le bras gauche et les écluses de Carrières-sous-Poissy sont abandonnées en 1976. En 1980 le barrage à aiguilles de Denouval est déposé et remplacé par un barrage à hausses
  • verrière historiée : scènes de martyre (baie 14)
    verrière historiée : scènes de martyre (baie 14) Andrésy
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Représentations :
    de saint André) ; médaillon central : quatre personnages difficile à identifier ; médaillon du bas
    Historique :
    Ce vitrail a été réalisé en 1958 par le peintre-verrier Ripeau domicilié à Versailles qui a remployé deux copies de vitraux gothiques et les a entourés d'un réseau géométrique multicolore. Le
  • château du Faÿ
    château du Faÿ Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50, 53 à 85, 88 à 102, 104 à 107, 113, 115, 134, 135, 137 à 156, 162, 164, 166, 168, 180, 181 à 183, 185
    Description :
    On connaît par une description le château en 1777 : le château ou il y a chapelle attenante, une une cour en dépendant au bas de laquelle est un vivier commun avec l'abreuvoir qui a son entrée dans , d'un bâtiment pour le fermier, d'une grange, bergerie, étables à vaches, remises écuries et autres retour vers le midy, les jardins vergers et potagers et un pavillon dans l'angle du mur de clôture destiné pour le logement ordinaire du jardinier. Au midy du château un grand parterre aux cotés duquel sont plusieurs plantations et au bout le parc qui forme un taillis essence de chataigniers pour la au château actuel ni au précédent. En effet le pv de vente de 1827 décrit un bâtiment de 11 croisées aujourd'hui détruite ; le château actuel a gardé la même extension au sol et se compose d'un corps central et briques. Sur le toit en pavillon se trouve un belvédère. Les vestiges du parc présentent un petit lac araucaria. Dans la cour des communs, le vivier est toujours présent. Le colombier en pierre de taille et à
    Illustration :
    Plan du domaine du Faÿ en 1682 d'après une copie faite en 1822 : détail le château et sa chapelle Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 La façade sur le parc. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800485NUC2 Le site du château. IVR11_20077800325XA Le vestibule et l'escalier d'honneur. IVR11_20067800570VA Le colombier ou "toits à volailles" du XVIIe siècle, façade arrière. IVR11_20067800566XA Le portail d'entrée et sa grille. IVR11_20067800843XA Le plan d'eau. On aperçoit la cascade en rocaille au fond. IVR11_20067800871XA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Miotte de Ravannes en hérite de son père en 1777 et le vend en 1779 à Armand Domilliers de Thésigny qui reconstruire le château avant de revendre la propriété en 1855 à Louis Napoléon Lepicqui fait quelques aménagements. Selon la monographie de l'instituteur il aurait fait réaménager le parc par les frères Bühler effectués à cause du sous-sol humide et de la reconstruction des communs par l'architecte Nénot en 1893. Le
    Localisation :
    Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50
  • maison d'architecte, 60bis rue du Général-Leclerc
    maison d'architecte, 60bis rue du Général-Leclerc Andrésy - 60bis rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AO 215
    Illustration :
    Façade antérieure : vue d'ensemble depuis le jardin. IVR11_20067800574XA Façade antérieure : le corps central. IVR11_20067800576XA Le patio. IVR11_20067800582VA Les pièces distribuées par le patio. IVR11_20067800584VA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    de l'agencement de volumes simples, elle affirme un refus déterminé de l'ornement. Le plan comporte de multiples décrochements comme le montre la photographie prise depuis le jardin qui surplombe la construction. On voit que la partie centrale est distribuée autour d'un patio sur lequel donnent le salon et crée des perspectives inattendues et variées. Le personnage de Raymond Fischer comporte de multiples
  • maison de campagne, 1 rue du Général-Leclerc
    maison de campagne, 1 rue du Général-Leclerc Andrésy - 1 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AS 270
    Description :
    , sur la rivière, un grand jardin d'hiver en saillie sur le jardin a été ajouté dans les années 1980 . Son toit sert de terrasse pour le salon du premier étage. Le jardin est en terrasse et donne sur la
    Illustration :
    Le vestibule et l'escalier. IVR11_20057800221XA Le départ de la rampe et sa console à enroulement. IVR11_20057800223XA Le départ de la rampe : détail de l'enroulement. IVR11_20057800225XA L'escalier : le palier du premier étage. IVR11_20057800227XA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • école professionnelle dite école d'apprentis d'Andrésy, actuellement centre d'apprentissage de la C.C.I.P.
    école professionnelle dite école d'apprentis d'Andrésy, actuellement centre d'apprentissage de la C.C.I.P. Andrésy - 25 avenue des Robaresses - en ville - Cadastre : 1983 AE 216, 217 1983 AV 9, 12
    Description :
    sur sous-sol partiel, un étage de comble et un belvédère. Le toit, à longs pans avec croupe, est couvert de tuiles mécaniques. En 1932, elle comportait un garage à camion, une remise et une resserre, le (dortoir à l'étage de combles, réfectoire dans l'ancienne écurie-étable). Le belvédère existait dès
    Illustration :
    Plan de lotissement de la parcelle où se trouvait le premier atelier. (AD Yvelines, O Lotissements Ancien bâtiment de la ferme-école transformé en internat : le belvédère. IVR11_20067800680XA Ancien bâtiment de la ferme-école transformé en internat : le belvédère et l'ancien internat dans Ancien bâtiment de la ferme-école transformé en internat : au rez-de-chaussée se trouvait le réfectoire et le dortoir à l'étage de comble. IVR11_20067800684XA Ancien bâtiment de la ferme-école transformé en internat : le pavement en marbre d'un couloir Le belvédère : vue intérieure de la salle panoramique qui a été réaménagée dans les années 50 Le belvédère : la vue panoramique. IVR11_20067800694XA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Une ferme-école a été construite en 1919 pour le quincailler parisien Paul Duflos. C'est l'actuel bâtiment appelé ex internat. Paul Duflos achète en 1922 cinq lots sur le terrain de l'autre côté de la rue autre ferme modèle (plan par J. Fouret en 1932). La chambre de Commerce ouvre dès le 1er octobre 1931 un
1 2 3 Suivant