Logo ={0} - Retour à l'accueil

Montreuil - Patrimoine industriel - Présentation générale de l'étude : dossier collectif "usines"

Dossier IA93000001 réalisé en 2000

Fiche

Voir

Cette étude thématique de l'Inventaire général consacrée au patrimoine industriel de Montreuil a été conduite de 2000 à 2002 par Jérôme Decoux, dans le cadre du Protocole de décentralisation culturelle de la Seine-Saint-Denis. Elle reprend et approfondit l'étude réalisée par Cécile Katz (CAUE 93) en 1991-1992, et se distingue des précédents repérages du patrimoine industriel conduits par l'Inventaire général en Île-de-France (dans le Val-de-Marne de 1985 à 1988, puis dans les Hauts-de-Seine jusqu'en 1997) par la prise en compte systématique des PME et TPE. Il s'agissait en effet de comprendre et de valoriser le tissu industriel dans sa relation avec la morphologie urbaine, face à la menace représentée par les opérations d'aménagement et leur cortège de démolitions. Cette prise en compte extensive a été rendue possible par l'emploi conjoint d'une source homogène (l'Enquête industrielle de 1954) et du système d'information géographique mis à disposition par le Département de la Seine-Saint-Denis, et par un arpentage systématique du territoire communal.

En 2002, sur les 600 sites ainsi documentés, 220 avaient été repérés, puis 70 sélectionnés pour étude, offrant la documentation nécessaire à la publication d’un ouvrage de la collection Itinéraires du Patrimoine : https://fr.calameo.com/read/00220236223d19160bfae. Les dossiers ont été conjointement versés sur la base Mérimée du Ministère de la Culture (https://www.pop.culture.gouv.fr/) et sur l'Atlas du Patrimoine de la Seine-Saint-Denis (https://patrimoine.seinesaintdenis.fr/Montreuil).

En 2021, le versement des dossiers dans la base Gertrude de la Région Île-de-France invitait à dresser un nouveau bilan patrimonial : en 20 ans, parmi les sites étudiés, une dizaine a été réhabilitée, soit pour d'autres activités de production, soit, plus fréquemment, en logement ou en bureaux. D'autre part, quinze ateliers et usines ont été détruits - essentiellement des sites couvrant de grandes superficies dans le quartier du Bas-Montreuil - ramenant le nombre de sites étudiés et conservés à 51 unités. Ce bilan contrasté témoigne à la fois de la très forte pression foncière et d'un intérêt accru pour les éléments du patrimoine industriel de Montreuil.

Nicolas Pierrot et Jérôme Decoux, 2021.

Aires d'étudesSeine-Saint-Denis
Dénominationsusine
AdresseCommune : Montreuil

Les usines repérées et étudiées dans la commune de Montreuil datent du milieu du XIXe siècle, jusqu'au milieu du XXe siècle. Dans cette commune, l'industrie se caractérise par le nombre important des établissements industriels et leur taille réduite, au regard des sites industriels du département de Seine-Saint-Denis. L'étude d'inventaire en a dénombré près de 200 à la fin du XIXe siècle, et l'enquête économique de 1954 en compte 778. Aujourd' hui, le Service économique de la municipalité en dénombre 620. En 1954, la majeure partie emploie moins de 20 personnes. L'implantation de ces sites touche l'ensemble de la commune, avec une concentration particulière dans le secteur du Bas-Montreuil. D'abord structurée autour de trois pôles, chimie, céramique et travail du bois, l'industrie se diversifie après 1870 avec l'apparition de la peausserie, puis de la petite métallurgie et de la construction mécanique. L'Entre-deux-Guerres voit se développer le secteur alimentaire et la mécanique de précision. A partir des années 1960, la désindustrialisation touche la commune ; nombre d'établissements ferment alors, mais l'activité industrielle se maintient, d'autant que certains édifices sont réhabilités en hôtel industriel.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Edifiés avec les matériaux usuels de l'architecture industrielle des départements de la première couronne, les usines de la commune peuvent être divisées en trois types caractérisés par la superficie, le nombre d'ouvriers et la présence ou non d'habitat sur le site.

Le premier groupe, et le plus nombreux (la moitié du corpus étudié), comprend les usines dont la superficie au sol couvre plus de 1500 m2. Outre les ateliers de production, ces usines sont majoritairement dotées d'une cour, et comprennent des bâtiments de bureaux, et parfois, des logements patronaux. Présente sur l'ensemble de la période, elles se caractérisent encore par un nombre d'employés élevés (entre 75 et 600).

Le second groupe compte seize usines d'une superficie moyenne plus réduite, comprise entre 250 et 750 m². Elles emploient entre 5 et 50 personnes, et associent ateliers de production et bureaux, sans logement. Présent sur l'ensemble de la période étudiée, ce groupe forme aussi le contingent le plus récent.

Le dernier groupe est donc, logiquement, caractérisé par l'association des ateliers de production et d'un logement, patronal ou locatif. Ces établissements emploient rarement plus de 20 personnes. Apparu vers 1880, ce groupe décline à partir de l'Entre-deux-Guerres.

Décompte des œuvres repérées 220
étudiées 70

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossiers de permis de construire, Archives Municipales de Montreuil

    Archives municipales, Montreuil : nc
  • Service municipal d'hygiène. Enquêtes de comodo-incomodo.

    Archives municipales, Montreuil : 286 W 1-22
Bibliographie
  • Enquête industrielle : activité économique de Montreuil en 1954, Ville de Montreuil, 1955.

    Musée de l'histoire vivante, Montreuil : non coté
  • Annuaire du groupement interprofessionnel des industries de la région Est de Paris,1943.

  • ANONYME : Paul Dumas,Montreuil-sous-Bois, vers 1930.

  • ANONYME, Etablissements Pernod, maison Pernod fils, Hémard et Pernod, vers 1930.

  • BARDINON, Jean : Société anonyme des anciens établissements C et E Chapal frères et cie, 1932.

  • BARRAS Annie. Montreuil, industrialisation d’une banlieue–Paris, mémoire, Université Paris I, 1969

  • BASTIE Jean, la croissance de la banlieue parisienne, 1964

  • BOURNON Fernand, Etat des communes du département de la Seine à la fin du 19e siècle. Montreuil, notice historique et renseignements administratifs. 1906

  • Annuaire du commerce Didot-Bottin, 1857-1950.

  • DUPASQUIER G, L'évolution de l'industrie dans les secteurs de Pantin et Montreuil, 1974.

  • FRANÇOIS Pascal, le phénomène de désindustrialisation à Montreuil-sous-Bois, Maitrise, 1980.

  • KARMAN, Marcel, Montreuil et l'évolution urbaine. Institut d'urbanisme de l'Université de Paris, 1939.

  • KATZ Cécile, Inventaire du patrimoine industriel de Montreuil, CAUE 93, 1992, 2 volumes.

  • DECOUX Jérôme, LALEU (de) Thibaut, SCHOON Gilbert : Usines en ville, architecture et histoire des ateliers et usines à Montreuil, Musée de l'histoire vivante, Montreuil, 2004.

Liens web

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Decoux Jérôme
Decoux Jérôme

ingénieur d'études chargé de l'inventaire du patrimoine industriel en Ile-de-France de 1999 à 2001


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.