Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 151 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot
    maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot Enghien-les-Bains - 17 boulevard Sadi Carnot - en ville - Cadastre : 1995 AD 67
    Historique :
    Maison construite par les architectes Thion et fils en 1905 pour monsieur Burgasser.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Cette maison est à l'image de l'opulence architecturale que les architectes Thion ont pu déployer reprise par un frise et une corniche en fort ressaut ainsi que par un fronton exceptionnellement saillant souvent chez les Thion du vocabulaire rocaille réactualisé au goût des années 1900, se caractérise par la
    Auteur :
    [architecte] Thion et fils
    Illustration :
    Thion et fils en 1905 pour M. Burgasser. IVR11_20099500415NUC4A Détail de girouette ornant le toit de la maison construite en 1905 par les architectes Thion et fils IVR11_20099500408NUC4A
  • maison de villégiature, localisation inconnue
    maison de villégiature, localisation inconnue Enghien-les-Bains - localisation inconnue - en ville
    Historique :
    Thion et fils vers 1903, auteurs de nombreuses villas et immeubles dans la ville.
    Description :
    Thion, un grand soin est porté au décor : épis de faîtage, jeu de brique, motifs de céramique et balcons et une grande terrasse ouvrant sur le paysage et le jardin. Les deux façades publiées offrent des l'escalier, l'autre, la façade antérieure, est asymétrique. Elle présente à droite une large travée et sur la
    Auteur :
    [architecte] Thion et fils
    Illustration :
    Elévations, plans du rez-de-chaussée et du premier étage, 1904. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/19-230, en
  • maison de villégiature, localisation inconnue
    maison de villégiature, localisation inconnue Enghien-les-Bains - localisation inconnue - en ville
    Dossier :
    Elévations, plans du rez-de-chaussée et du premier étage, 1904. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/19-230, en
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Thion et fils (architectes)
  • Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains
    Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains Enghien-les-Bains
    Historique :
    Les maisons et les immeubles repérés ont été bâtis dans une fourchette chronologique assez réduite faut ajouter à l'ensemble des bâtiments repérés et étudiés plusieurs dossiers d'oeuvres détruites. La typologie des maisons du 19e siècle et de mieux comprendre l'évolution du bâti de la ville. D'autre part, le quelques compléments de terrain et surtout plus de recherche dans les fonds d'archives, permettant une attribution et une datation plus fine de nombreux bâtiments. Ces recherches ont ainsi permis de dégager des ensembles d'édifices construits dans la ville par un même architecte et de définir des caractères inhérents à la production de ces derniers. Celui dont la production a été la plus abondante et la plus indiqué comme bâti INSEE est le nombre de logements en 2007 dans la ville dont 24% de maisons et 72, 5
    Description :
    travées enduites, des maisons de type chalet et, pour la fin du siècle, de maisons empruntant à des styles
    Auteur :
    [architecte] Thion et fils [entrepreneur] Nizard et fils [architecte] Carreau et Fenzi [architecte] Latapy A et Corret L [entrepreneur] Lebefaude et Cie [entrepreneur] Merle-Delfond et Drago [entrepreneur] Porcher Valz et May [architecte] Thion Emile
    Titre courant :
    Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains
    Annexe :
    Enghien - Maisons et immeubles - Sources et bibliographie Plans, élévations et photographies de construites dans les nouveaux quartiers de la capitale et dans ses environs. Paris : 1837-1849, 3 vol., in-4 °, 159 pl. ; t. 1 et t. 3. - L'architecture pittoresque au XIXe siècle. Recueil de villas, pavillons , écuries, kiosques, volières, parcs et jardins. Paris : A. Lévy, 1877 [ca 1880], 6 p., 36 pl. lith., 45 cm de campagne. Paris et ses environs. Paris : François Delarue, London-Moore, Mr Queen et Co, [ca 1880 ) - Petites habitations françaises : maisons, villas, pavillons. Paris : Vve A. Morel et Cie, 1881, 103 p . Deuxième série. Maisons de campagne, villas et châteaux. Paris : Dujardin et Cie, [ca 1890], 150 pl. ; 48 . Répertoire de l'habitation. Maisons de ville et de campagne, chalets, cottages, habitations à bon marché . Villas et cottages. Paris : Librairie René Colas, [1913], 3 p., 80 pl. ; 27 cm, pl. 70. (Bibliothèque plans et devis, sous la direction de M. Bourniquel. La maisonnette, le cottage, la villa, la grande
    Texte libre :
    L'ensemble de l'étude sur les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains, ainsi que la publication "Enghien-les-Bains, Architecture et décors", sont disponibles en format pdf dans la rubrique Documentation
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade antérieure. Photographie. (AD Val d'Oise, 20Fi 59 Vue du lac un jour de régate. En arrière plan figure une maison, son jardin et son embarcadère Plans et élévation de la maison, 15 rue Portal. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de Elévations et coupe d'une maison pour monsieur Solovecik, construite en 1924, 17 boulevard Sadi Elévation sur rue, coupes et plans de la maison élevée en 1926 pour monsieur Tisson, avenue de Elévation, coupe et clôture d'une maison construite pour monsieur Avisse, Villa de la Croix Blanche Elévation et coupe d'une maison construite pour monsieur ""R"", en 1923 (non localisée). (AM Plan, coupe et élévation d'une maison, construite en 1927, 12 rue Saint-Louis. (AM Enghien-les Elévation et coupe d'une maison construite pour madame Le Luau en 1914 (non localisée). (AM Enghien rue Péligot et rue du Temple. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de permis de construire
  • Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand
    Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 8 rue Marcel Fouque 66 rue Fernand Bodet - en ville - Cadastre : 2014 AY 80-81
    Historique :
    1959. Pendant cette phase du chantier, Raymond Lopez décède et son fils Rémi Lopez est chargé de d’aviation rachetés par la ville en 1954. Une partie est dévolue à la construction d’un stade et l’autre lycée, établis à partir de 1954, et en suivre l’exécution. Il intervient ici au titre d’architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux (BCPN), qualification indispensable pour se voir confier , et pour l’aménagement du Val-Fourré notamment) et ses liens avec la municipalité ont également dû et collaborateur régulier de Lopez depuis l’Entre-deux-guerres, est aussi officiellement mentionné comprenant la construction d’un lycée mixte pour 700 élèves et de deux internats (un pour 124 filles et première pierre intervient en avril 1956, et l’inauguration du lycée, au terme d’une première tranche de travaux conséquente, en 1959. Sont alors construits l’externat et son portique d’accès, les logements de fonction, les deux bâtiments d’internat et l’infirmerie, le réfectoire circulaire, les ateliers du centre
    Précision dénomination :
    lycée général et technologique Saint-Exupéry
    Description :
    l'externat Est-Ouest et les deux barres de l'internat (garçons et filles) orientées Nord-Sud et reliées par scolaires. Le rez-de-chaussée regroupe l’administration et la salle des professeurs, ainsi que les anciennes salles de travaux manuels et ménagers. Les deux premiers étages comprennent vingt-six salles de classes celles des étages inférieurs. Elles sont légèrement plus espacées, et ne sont pas munies d’allège colorée abritant des logements est implanté perpendiculairement à la barre, et relié à celle-ci par un portique l’administration du lycée ainsi qu’à la salle polyvalente construite en rez-de-chaussée sur un plan triangulaire et distinctes. L’ancien internat des filles (aujourd’hui classes préparatoires et BTS) s’élève sur deux étages l’origine l’infirmerie. Au rez-de-chaussée des internats étaient regroupés les foyers et salles d’études tandis que les étages étaient divisés en dortoirs et en boxes. Le tout a été remplacé par des salles de -chaussée et à l'ouest du bâtiment des classes non spécialisées élevé de deux étages. il est composé de deux
    Titre courant :
    Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand
    Texte libre :
    architecte, Raymond Lopez, (puis après sa mort par son fils Rémi) et construits en deux phases entre 1956 et
    Illustration :
    classes et les deux internats qui lui sont perpendiculaires. (Fonds Bertin). IVR11_20177800571NUC2B des garçons et au fond l'externat. (Fonds Bertin). IVR11_20177800576NUC2B Au premier plan la rotonde qui abrite le réfectoire et à l'arrière-plan les premiers bâtiments du et BTS. La façade antérieure tournée vers l'ouest. IVR11_20177800277NUC4A été remaniée entre 1988 et 1993. IVR11_20177800279NUC4A Lycée saint-Exupéry : ancien accueil, logements de fonction et galeries formant un patio le long du Lycée Saint-Exupéry : plaques commémoratives de l'inauguration du lycée en 1959 et de sa Vue d'ensemble de l'intérieur du réfectoire. On distingue la partie centrale très élevée et un bas Lycée Rostand : on notera le fort contraste entre les murs pignons aveugles et les façades-écran crémallère centrale et sans contre-marche. IVR11_20177800331NUC4A
  • maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot
    maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot Enghien-les-Bains - 17 boulevard Sadi Carnot - en ville - Cadastre : 1995 AD 67
    Dossier :
    Détail de girouette ornant le toit de la maison construite en 1905 par les architectes Thion et fils maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot
  • tableau : Le Christ et la veuve de Naïm
    tableau : Le Christ et la veuve de Naïm Andrésy
    Représentations :
    résurrection du fils de la veuve
    Titre courant :
    tableau : Le Christ et la veuve de Naïm
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • les ateliers et les usines de Melun
    les ateliers et les usines de Melun Melun
    Historique :
    sources a permis de recenser pas moins de 225 ateliers et usines en activité entre le début du 19e siècle et la fin des années 1930. Les principales branches d'activité étaient l'agro-alimentaire, la construction (tuileries briqueteries, fours à chaux et à plâtre) et le travail du métal (forgerons, serruriers galéniques Vernin et la Cooper. Si cette dernière est toujours en activité, la plupart des sites recensés ont Cabaret et Grimaud sont cependant mentionnés à propos de la Société des Lits militaires, de l'usine de cartons Blériot-Devoisselle et de l'usine de stores métalliques Baumann.
    Titre courant :
    les ateliers et les usines de Melun
    Illustration :
    Façade de l'imprimerie Legrand et fils (désaffectée). IVR11_20037700668X Cartographie des usines et des ateliers en activité à la fin du Premier Empire Cartographie des usines et des ateliers en activité sous le Second Empire. IVR11_20077700166NUDA Projet d'installation de la brasserie par Jacob. Calque aquarellé, 1851. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp Plan au sol de l'usine (aujourd'hui disparue) vers 1925, avec emplacement des machines, et coupes . (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700305XA Publicité pour l'usine de stores Baumann. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700307X Papier à en-tête des établissements Dardel, fin du XIXe siècle. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294 Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700292X Publicité pour la fabrique de machines agricoles J. Durand et cie. Papier imprimé. Tiré de
  • 7 verrières historiées et figurées :Sainte famille, Nativité, Fuite en Egypte, prophètes et rois (baies 0, 1, 3, 5, 2, 4 et 6)
    7 verrières historiées et figurées :Sainte famille, Nativité, Fuite en Egypte, prophètes et rois (baies 0, 1, 3, 5, 2, 4 et 6) place Cardinal Mercier
    Inscriptions & marques :
    cum eis et venit Nazareth et erat subdictus iliis ; inscription concernant l'iconographie : venite gentes et adorate dominum quia hodie descendit lux magna super terram alleluia ; inscription concernant l'iconographie : surge et accipe puerum et matrem ejus et fuge in Aegyptum fuiorum est emim ut Herodes querat
    Historique :
    une verrière de Notre-Dame de Combourg (Ille-et-Vilaine) en 1883. Bien que non signées, on peut également lui attribuer les quatre oculis disposés de part et d'autre sur les murs latéraux du choeur.
    Représentations :
    Sainte famille : Marie filant regarde son fils apporter à Joseph devant son établi les clous, la pince et Scènes de l'enfance de la vie du christ et de Joseph : au centre la Nativité avec l'adoration des bergers et celle des rois mages, à droite le massacre des innocents et la fuite en Egypte, à gauche la assurent la transition entre le monde terrestre et celui du miracle de la translation de la maison de d'arcatures supportées par des colonnettes et ornées de palmettes avec dans la partie centrale la représentation symbolique du Christ l'agneau. Dans les oculis du ch¿ur sont représentés au nord les rois David et Salomon, au sud les prophètes Isaïe et Malachie, représentés en buste, tenant des phylactères et pour le
    Emplacement dans l'édifice :
    4 et 6
    Titre courant :
    7 verrières historiées et figurées :Sainte famille, Nativité, Fuite en Egypte, prophètes et rois (baies 0, 1, 3, 5, 2, 4 et 6)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la verrière axiale du choeur (baies 0, 1 et 2), oeuvre du maître verrier parisien Claude Lavergne en 1860. De gauche à droite : la Sainte famille, la Nativité et la fuite en Egypte
  • maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot
    maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot Enghien-les-Bains - 17 boulevard Sadi Carnot - en ville - Cadastre : 1995 AD 67
    Dossier :
    Thion et fils en 1905 pour M. Burgasser. maison de notable, 17 boulevard Sadi Carnot
  • mairie, actuellement maison des associations et office du tourisme
    mairie, actuellement maison des associations et office du tourisme Draveil - centre - 11 place de la Division-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AE 257 2011 AE 722
    Historique :
    ferme, un terrain de 6910 m2 est acquis auprès de la société Bernheim frères et fils pour permettre la création d'une place publique, le dégagement de la mairie et l'élargissement des rues de la Mairie et de abrite désormais l'office du tourisme et les associations de la commune.
    Titre courant :
    mairie, actuellement maison des associations et office du tourisme
    Annexe :
    Draveil, mairie, actuellement maison des associations. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I et historique de Draveil, avril 2001, p. 43 et 54.
  • Fontainebleau - usine de serrurerie et de construction métallique Périchon, puis Bécheret-Collin, puis Sauvage, puis Métallerie Montégut, actuellement logement et atelier d'artiste
    Fontainebleau - usine de serrurerie et de construction métallique Périchon, puis Bécheret-Collin, puis Sauvage, puis Métallerie Montégut, actuellement logement et atelier d'artiste Fontainebleau - 5 rue Victor-Hugo - Cadastre : 2012 AP 71
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en Seine-et-Marne
    Historique :
    des années 1930, l'établissement, qui s'est agrandi, porte la raison sociale Périchon fils . Cette des travaux de serrurerie et de menuiserie métallique tels que des portes, châssis, garde-corps et serrurerie et fabrique des charpentes métalliques, en fer et en aluminium. Cette activité se poursuit à en logement et la halle métallique abritant les postes de travail, après avoir été tronquée, est soudure et 1 compresseur d'air. Entre les années 1950 et 1970, l'usine de serrurerie emploie une dizaine
    Description :
    porche d'entrée, aménagé dans la partie occidentale du bâtiment à l'aide de voûtains de briques et l'usine, et de larges baies délivrant un éclairage naturel à l'établi installé contre le pignon. Les tôles de plexiglas de la toiture, et des néons, permettaient l'éclairage des autres postes de travail. La tirage. La charpente métallique, également réalisée dans l'usine, supporte un pont roulant et des rails . Les vestiaires et toilettes occupent le fond de la parcelle. L'espace de l'atelier a été tronqué lors
    Titre courant :
    Fontainebleau - usine de serrurerie et de construction métallique Périchon, puis Bécheret-Collin , puis Sauvage, puis Métallerie Montégut, actuellement logement et atelier d'artiste
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Pignon et toiture de l'atelier de transformation, depuis le toit terrasse des anciens bureaux
  • Samois-sur-Seine - usine de construction mécanique (usine d'auto-tamponneuses et de manèges) Reverchon
    Samois-sur-Seine - usine de construction mécanique (usine d'auto-tamponneuses et de manèges) Reverchon Samois-sur-Seine - La Mare Maguet - 121,123 route de Courbuisson - Cadastre : 2007 AH 177, 179, 262, 264, 289, 290, 305, 306, 307
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en Seine-et-Marne
    Historique :
    Reverchon, rejoint par ses fils Christian et Michel, fait construire, suivant les plans de l'architecte Gentilly (94). Dès 1932, l'activité se spécialise dans la construction pour manèges tournants et auto l'Est et les Etats-Unis à partir de 1968. En 1951, anticipant une éventuelle expropriation, Gaston Philippe Delrieu de Verrières-le-Buisson, une nouvelle unité de production et un bâtiment administratif sur réservé à l'assemblage et au montage des grands ensembles (manèges tournants, kiosques de scooters puis procédés de fabrication et les matériaux évoluent ; l'entreprise fabrique des pièces moulées en polyester attractions pour fêtes foraines et parcs d'attraction (montagnes russes). Reverchon International Design rencontrent des difficultés avec la baisse des commandes en provenance des Etats-Unis et l'émergence de qui se consacre à la fourniture de pièces détachées et à la maintenance de manèges de parcs fabrication des pièces. Par ailleurs, la production s'est diversifiée (contrats avec la SNECMA et Matra
    Précision dénomination :
    usine d'auto-tamponneuses et de manèges
    Description :
    entre 4 groupes de construction : trois ensembles d'ateliers et un bâtiment administratif. Les ateliers construits entre 1951 et 1970 se composent de 3 nefs. La première nef, une structure métallique de 54 x 20 m administratif, abrite à l'origine l'atelier de montage. Les deux autres nefs, construites en métal et béton dans la façade sur rue. La nef 3 (54 x 20 m), réservée au montage et à l'assemblage des manèges, sert aujourd'hui de stockage des pièces détachées et d'anciens modèles. Après l'incendie des nefs 2 et 3, la structure métallique est reconstruite et entièrement habillée d'un bardage métallique, à l'identique des rectangulaire et une aile arrière en retour. Le rez-de-chaussée surélevé est conçu pour abriter les bureaux de l'entreprise et les 2 autres étages, divers logements pour le personnel. Le bâtiment est revêtu d'un parement de pierres calcaires sur les deux premiers niveaux et d'un crépi sur le troisième. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont de larges baies en bandeau et se distinguent des ouvertures plus traditionnelles
    Titre courant :
    Samois-sur-Seine - usine de construction mécanique (usine d'auto-tamponneuses et de manèges
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Plan de la localisation de l'usine de construction mécanique Reverchon. (AD Seine-et-Marne, 5MP453 Plan du bâtiment administratif et de l'atelier projetés. (AD Seine-et-Marne, 5MP453 Elévation du bâtiment administratif. (AD Seine-et-Marne, 5MP453) IVR11_20097701555NUC2A Elévation et coupe du bâtiment administratif. (AD Seine-et-Marne, 5MP453) IVR11_20097701556NUC2A Coupes du bâtiment administratif. (AD Seine-et-Marne, 5MP453) IVR11_20097701557NUC2A Plan du bâtiment administratif, cave et rez-de-chaussée. (AD Seine-et-Marne, 5MP453 Plan du bâtiment administratif, premier et deuxième étages. (AD Seine-et-Marne, 5MP453 Plan, élévation et coupe de l'atelier. (AD Seine-et-Marne, 5MP453) IVR11_20097701554NUC2A Plan de l'extension projetée, composée de nouveaux magasins et d'une halle réservée au montage Bâtiment administratif abritant, à l'orgine, bureaux et logements. IVR11_20097700381NUC4A
  • Héricy - forge, puis usine de serrurerie et usine de construction métallique Lebrun, actuellement logement
    Héricy - forge, puis usine de serrurerie et usine de construction métallique Lebrun, actuellement logement Héricy - hameau de La Brosse - 45 rue Paul-Allaine - Cadastre : 2007 F 1534, 1554
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en Seine-et-Marne
    Historique :
    d'autres productions métalliques et l'atelier « Lebrun Fils », devenu maréchalerie-serrurerie, propose des -guerres, les ateliers Lebrun Fils se spécialisent également dans la construction de voitures et de comme entrepôt (et magasin ?). Au début du siècle suivant, l'activité initiale de maréchalerie s'étend à « ferrures à l'anglaise et à la française, quincaillerie, grillages et fil de fer ». Une facture de l'époque montre que l'atelier répond encore à la demande des agriculteurs de ferrer boeufs et chevaux mais fournit
    Description :
    travail et lieu de stockage des matières premières et des produits finis (cornières). Construits sur le même modèle, leur ossature, en bois et en métal, avec un remplissage en brique, supportaient un toit à , éclairé par de larges baies rectangulaires, abritait l'espace de forge et l'étage de comble, accessible
    Titre courant :
    Héricy - forge, puis usine de serrurerie et usine de construction métallique Lebrun, actuellement
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Vue de l'usine de serrurerie et de construction métallique Lebrun au début du 20e siècle. Carte Papier à entête de l'entreprise de serrurerie et de construction métallique Lebrun. (Collection Atelier de l'usine de serrurerie et de construction métallique Lebrun, aujourd'hui occupé par un
  • Samois-sur-Seine - usine de serrurerie et de construction métallique Oudiou, puis Bataillès, actuellement atelier d'artiste
    Samois-sur-Seine - usine de serrurerie et de construction métallique Oudiou, puis Bataillès, actuellement atelier d'artiste Samois-sur-Seine - 46 place de République - en village - Cadastre : 2007 AN 722
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en Seine-et-Marne
    Historique :
    pavillon comme l'attestent les ouvertures murées du pignon ainsi que la corniche moulurée et le chaînage connu. Au tournant du 20e siècle, son fils prend sa succession sous la raison sociale « G. Oudiou, Fils électriques, à air), de construction de charpente en fer et de vente et réparation de bicyclettes. Il trouve un important débouché avec la construction des villas de bord de Seine, à la fin du 19e et au début maison G. Oudiou est chargée, entre 1896 et 1910, des travaux menés à la villa des Fontaine-Dieu au Bas ainsi que la charpente métallique et son lanterneau vitré éclairant la galerie des tableaux. Au cours de d'entretien et de restauration des nombreuses résidences secondaires implantées à Samois-sur-Seine. Entre le début des années 1930 et le début des années 1950, Mr. Bataillès occupe les locaux. A cette époque, le face (détruit dans les années 1960), un magasin de vente de pièces électriques et la maison première moitié du 20e siècle, la serrurerie Bataillès employait 3 ouvriers, 2 à la forge et un électricien.
    Description :
    L'ancienne serrurerie Oudiou se trouve à l'angle de la place de la Mairie et de la place de la Mairie. Le portail, faisant face à l'atelier et posé dans les années 1960 après destruction du hangar , porte la plaque de la maison Oudiou installée à Melun. Celui faisant face à la maison est plus ancien et grenier agricole mais il comporte également des casiers de rangements et un soufflet de forge construit
    Titre courant :
    Samois-sur-Seine - usine de serrurerie et de construction métallique Oudiou, puis Bataillès
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Papier à entête de l'usine de serrurerie Oudiou. (AD Seine-et-Marne, J856) IVR11_20097701615NUC2A Mur de clôture et mur pignon de l'atelier de serrurerie. IVR11_20097700051NUC4A Vue générale de l'atelier et de la maison d'habitation. IVR11_20097700055NUC4A Villa des Fontaines-Dieu, travaux de serrurerie et construction métallique exécutés par Villa des Fontaines-Dieu, travaux de serrurerie et construction métallique exécutés par Villa des Fontaines-Dieu, travaux de serrurerie et construction métallique exécutés par Villa des Fontaines-Dieu, travaux de serrurerie et construction métallique exécutés par
  • école de commerce ; école supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC)
    école de commerce ; école supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) Cergy - avenue Bernard Hirsch - en ville - Cadastre : 2010 AY 44
    Historique :
    supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) cherchait un nouveau site d'implantation. La débuta en 1971.Il s'adjoindra Valoire pour les vitraux et Martin Fourquin pour les espaces verts. Le 11 par le fils de l'architecte, Marc Seiffert (1963-), au sud-ouest, à l'angle du boulevard Bernard Hirsch et du boulevard de l'Hautil.
    Précision dénomination :
    école supérieure des sciences économiques et commerciales (essec)
    Description :
    hectares. Caractérisé par son vaste hall aménagé en gradins, par son patio central et par sa succession de la disposition des cergynois. En échange, les étudiants disposaient des équipements et des logements , bibliothèques, laboratoires de langues et centre informatique. Une chapelle aux murs courbes dite "oratoire constant à des espaces végétalisés et à la lumière. C'est l'architecte Seiffert qui a lui même réalisé la décoration intérieure et l 'ameublement. Les toits plats qui selon l'architecte constituent "la cinquième
    Titre courant :
    école de commerce ; école supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC)
  • revêtement mural, décor de l'élévation extérieure : Christ, Joseph, Vierge, saint et saintes
    revêtement mural, décor de l'élévation extérieure : Christ, Joseph, Vierge, saint et saintes place Cardinal Mercier
    Historique :
    , l'atelier est repris par ses trois fils Maurice (1870-1951), Charles (1876-1938) et Victor (1879-1925) ainsi que par son gendre et collaborateur, Albert Borel. C'est à la production de ces derniers que l'on doit
    Description :
    centre le buste du Christ au Sacré C¿ur encadré de la Vierge et de Saint Joseph, également en buste. Ils frontons : des lys pour saint Joseph, des roses pour la vierge et du blé et de la vigne pour le Christ dix arcatures où se déploie un cortège de saints et saintes. Ils sont disposés par quatre, de part et et sur l'autre un ostensoir. De gauche à droite sont présentés sainte Bernadette, saint Antoine de Padoue, Jeanne d'Arc et saint Vincent de Paul, saint Louis, le curé d'Ars, saint Michel et sainte Thérèse
    Titre courant :
    revêtement mural, décor de l'élévation extérieure : Christ, Joseph, Vierge, saint et saintes
    Illustration :
    gauche à droite figurent sainte Bernadette Soubirou, saint Antoine de Padoue, Jeanne d'Arc et saint gauche à droite figurent saint Louis, saint Vianney curé d'Ars, saint Michel archange et sainte Thérèse
  • Bois-le-Roi - usine de serrurerie, puis usine de construction métallique et usine de construction électrique Lefèvre, puis usine de menuiserie Les Dérivés du Bois et bureau d'études Mafco
    Bois-le-Roi - usine de serrurerie, puis usine de construction métallique et usine de construction électrique Lefèvre, puis usine de menuiserie Les Dérivés du Bois et bureau d'études Mafco Bois-le-Roi - 1 rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 2007 B 3129, 3130, 3132
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en Seine-et-Marne
    Historique :
    de fabrication et les bureaux. En 1933, son fils, Georges Lefèvre, reprend l'activité et répond aux l'activité en ajoutant au travail du fer forgé (production de petites charpentes métalliques, de tonnelles et vérandas), l'électricité (sonnettes et sonneries électriques). En 1923, il achète un terrain de 1762 m d'origine, et en fait sa maison d'habitation. En 1928, il construit un nouveau bâtiment abritant l'atelier commandes liées à la villégiature qui se développe à Bois-le-Roi et ses alentours. Résistant durant la à la plomberie (rachat de l'entreprise De Petro en 1968) et au dépannage à l'aide de voitures maintient : entre 1962 et 1972, la société Corning France lui sous-traite la fabrication d'appareils automatiques. L'entreprise est cédée en 1976 et le dépôt de bilan est déposé par le successeur en 1979. Une , l'entreprise emploi 6 à 8 personnes, 25 à 30 en 1960, 45 à 50 en 1968 et 80 en 1970. A la fin des années 1940
    Observation :
    l'entreprise présentent un très bon état de conservation et donne à voir le travail soigné des entreprises de également une reconversion originale et soignée à signaler.
    Description :
    fabrication et les bureaux, d'un hangar (au sud de l'atelier) et d'une cour. Le logement patronal, situé au , également en fer forgé et portant le nom du serrurier Lefèvre, sont conservées. L'une représente un forgeron dont le motif principal est une clé. Le bâtiment des ateliers, en parpaings et structure métallique . L'éclairage se fait par les verrières des sheds et par la verrière percée dans la façade orientale du bâtiment . Le matériel nécessaire au travail du métal, dont la forge à deux foyers, les étaux et enclumes, a été portants métalliques fixés sur le mur occidental pour le stockage des produits semi-finis et finis et originalité, en bureaux par la société Mafco au début des années 1980. L'espace a été cloisonné horizontalement et verticalement : il est occupé par plusieurs pièces et mezzanines, sur supports métalliques
    Titre courant :
    Bois-le-Roi - usine de serrurerie, puis usine de construction métallique et usine de construction électrique Lefèvre, puis usine de menuiserie Les Dérivés du Bois et bureau d'études Mafco
    Appellations :
    usine de serrurerie, puis usine de construction métallique et usine de construction électrique
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    1936. (AD Seine-et-Marne, 5MP20) IVR11_20097701578NUC2A Vue générale de l'usine de serrurerie dite serrurerie Lefèvre, ateliers et logement patronal Atelier de fabrication, portants métalliques pour le stockage des produits semi-finis et finis Marquise et garde-corps du logement patronal, décor de ferronnerie. IVR11_20097700912NUC4A Marquise et garde-corps du logement patronal, décor de ferronnerie. IVR11_20097700911NUC4A
  • immeuble, 53 rue du Général-de-Gaulle
    immeuble, 53 rue du Général-de-Gaulle Enghien-les-Bains - 53 rue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 1995 AC 220
    Historique :
    Immeuble construit entre 1904 et 1905 par l'architecte Emile Thion pour monsieur Pauly et réalisé en béton armé par l'entreprise Pauchot et frères. Pour cette commande, Thion reprend l'une de ses l'une des travées : on y retrouve le même fronton curviligne et un décor très proche.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    l'architecture et le décor du grand escalier droit à retour rampe sur rampe et au mur noyau ajouré. A la manière des 16e et 17e siècles, les rampes sont soutenues par des colonnes au fût galbé d'ordre composite. Les et réinterprété par l'ajout de chutes de roses et d'enroulements de style rocaille. Ces derniers et à la rampe.
    Auteur :
    [architecte] Thion Emile
    Illustration :
    Plans du rez-de-chaussée et des étages (1904) (AM Enghien-les-Bains) IVR11_20099500534NUC4A colonnes et que le décor de l'escalier se poursuit jusqu'au dernier niveau. (AM Enghien-les-Bains Vue d'ensemble de deux volées de l'escalier et du mur noyau ajouré IVR11_20099500045NUC4A
  • Immeuble
    Immeuble Le Perreux-sur-Marne - 77 avenue Ledru-Rollin - en ville - Cadastre : 1985 U 7
    Historique :
    Immeuble construit 1er quart 20e siècle par Georges Nachbaur et ses fils, architectes à Nogent-sur
    Auteur :
    [architecte] Nachbaur Georges et fils
1 2 3 4 8 Suivant