Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 5310 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • dalle funéraire de Jehan de Marcilly
    dalle funéraire de Jehan de Marcilly Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    marcilly pbre et ch]anoi(n)e et ca(n)tre de l'egl(is)e de meaulx natif de Varedes lequel [a fondé une Epitaphe gravée en lettres gothiques sur les côtés de la dalle, en partie cachée par le lambris du mur ouest et par la chaire dite "des Trinitaires" (restitution du texte complet d'après les travaux de Pierre Noël, Michel Veissière et Jean-Pierre Andry) : "[Cy gist venerable et discrete person(n)e Jehan chapelle en ladite egl(is)e en l'oneur de (l'annonciation) nostre dame et (...). Et trespassa le dimenche XXe] jour de octobre l'an mil cinq cens et six. Priez Dieu pour luy et pour tous trespass(és)." Les armoiries du défunt, placées au milieu de la date de son décès, sont effacées et peu lisibles (on distingue
    Historique :
    Jehan de Marcilly, chantre de la cathédrale, fut inhumé en 1506 dans la chapelle de l'Annonciation qu'il avait fondée quelques mois avant sa mort. Il était également représenté sur le vitrail de cette
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle de l'Annonciation (1ere chapelle nord de la nef)
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jehan de Marcilly
    Dimension :
    h = 260 (environ) ; la = 129. Le haut de la dalle est caché par le lambris de la chapelle, la
    Appellations :
    de Jehan de Marcilly
    Illustration :
    Vue générale, depuis la chaire des Trinitaires (qui recouvre la partie inférieure de la dalle
  • tombeau de la famille Marcilly-Burgeat
    tombeau de la famille Marcilly-Burgeat Meaux - - Cadastre : 2014 BV 125
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Cette chapelle funéraire est ornée d'un vitrail représentant André Marcilly, mort le 8 septembre 1918 au champ d'honneur. Elle est signée du marbrier meldois Louis Lelu, également auteur de la chapelle Scharff-Clergé (dossier IA77000851) et de la chapelle de sa propre famille (dossier IA77000856
    Représentations :
    Portrait de poilu.
    Titre courant :
    tombeau de la famille Marcilly-Burgeat
    Appellations :
    de la famille Marcilly-Burgeat
    Illustration :
    Vue générale de la chapelle funéraire. IVR11_20077700067XA Verrière représentant André Marcilly, mort au champ d'honneur le 8 septembre 1918
  • bannière de procession : Jeanne d'Arc
    bannière de procession : Jeanne d'Arc Maurecourt
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    Sainte Jeanne d'Arc
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    bannière de procession : Jeanne d'Arc
  • Verrière de saint Jean
    Verrière de saint Jean Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    sur fond noir, sur le 5e médaillon : "Dominus est", paroles de saint Jean reconnaissant le Christ Inscription en bas à droite de la verrière, en grisaille sur fond jaune : "Mgr AUGUSTE ALLOU Evêque de Meaux a donné les vitraux de cette Chapelle 1866". Inscription latine en lettres gothiques jaunes
    Historique :
    titulature de la chapelle, consacrée à saint Jean l'Evangéliste. l'évêque de Meaux Mgr Allou, dont les armes figurent en haut de la baie. Son iconographie est liée à la
    Représentations :
    course de Pierre et de Jean mort de saint Jean l'Evangéliste La verrière représente 12 scènes de la vie de saint Jean l'Evangéliste : la vocation de saint Jean , la Cène, saint Jean au pied de la croix, saint Jean arrive le premier au tombeau, saint Jean , saint Jean est envoyé en exil à Patmos, saint Jean écrit l'Apocalypse, l'épreuve de la coupe empoisonnée , la scène du voleur, la mort de saint Jean. saint Jean l'Evangéliste, flagellation, bourreaux, roi, trône saint Jean l'Evangéliste, huile : chaude, ébouillantement, bourreaux, roi, trône saint Jean l'Evangéliste, bateau, exil saint Jean l'Evangéliste écrivant, chandeliers
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    La baie centrale de la chapelle Saint-Jean est la seule à présenter une verrière figurative, les autres baies (non étudiées) étant garnies de grisailles ornementales.
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 77, Meaux
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle Saint-Jean l'évangéliste (2e chapelle rayonnante nord)
    Titre courant :
    Verrière de saint Jean
    Texte libre :
    des verrières de la chapelle Saint-Jean l'évangéliste, sur le côté nord, exécutées en 1866 grâce à un A la suite de la restauration des chapelles rayonnantes, celles-ci reçurent de nouveaux vitraux don de l'évêque, Monseigneur Allou.
    Illustration :
    Vue d'ensemble des verrières de la chapelle Saint-Jean (2e chapelle rayonnante nord Jean (épisode du voleur et mort du saint) et l'oculus de réseau avec les armoiries du donateur, Mgr Détail du registre inférieur : l'inscription dédicatoire et les deux premiers épisodes de la vie de saint Jean l'évangéliste (sa vocation à gauche, la Cène à droite). IVR11_20087701216NUC4A Détail des médaillons 3 et 4 : saint Jean assiste à la Crucifixion (à gauche), il arrive le premier Détail des médaillons 5 et 6 : saint Jean reconnaît le Christ ressuscité (à gauche), il est Détail des médaillons 7 à 11 : saint Jean est plongé dans l'huile bouillante, il prend le bateau pour Patmos, il écrit aux sept Eglises (début de l'Apocalypse), il écrit l'évangile Détail de la partie supérieure de la verrière : les deux derniers médaillons de la vie de saint
    Structures :
    oculus de réseau
  • statue de Jeanne d'Arc
    statue de Jeanne d'Arc Melun - 36 rue Saint-Barthélemy - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    la vénérable Jeanne d'Arc, en mémoire de son passage aux fossés de Melun. Ecole Saint-Aspais.
    Historique :
    Cette statue de Jeanne d'Arc fut érigée dans la cour de l'Institution Saint-Aspais le 21 juin 1896 . Elle provient de la fonderie Tusey de Vaucouleurs (Meuse). Ainsi que le rappelle l'inscription portée sur le socle, Jeanne d'Arc vint à Melun en avril 1430 ; ce passage est également commémoré par un médaillon de bronze au chevet de l'église Saint-Aspais (IM77000119), et par une statue de marbre place Chapu
    Représentations :
    Jeanne d'Arc, en pied
    Titre courant :
    statue de Jeanne d'Arc
  • portail de gauche de la façade occidentale : vie de saint Jean-Baptiste
    portail de gauche de la façade occidentale : vie de saint Jean-Baptiste Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    D'après l'historien mauriste de Meaux, Dom Toussaints du Plessis, "le chantre Jean de Marcilly , mort en 1506, fit faire le portail de dessous la tour" ; ce chantre est également le fondateur de la chapelle de l'Annonciation (1ere chapelle nord de la nef), où se trouve toujours sa dalle funéraire (voir dossier IM77000259). Le style confirme cette datation : on peut notamment comparer le tympan au relief de la Dormition de la Vierge de l'église Saint-Jacques de la Boucherie à Paris, daté de 1510 (aujourd'hui conservé au musée du Louvre). Toutefois, au cours des travaux de restauration menés en 2007 sur la tour nord, ont été retrouvés des fragments de dais et de voussure qui attestent de l'existence d'un portail plus ancien, contemporain des deux autres portails de la façade (milieu du XIVe siècle). Sans doute en mauvais état, il a été remplacé par le portail actuel au moment de la construction de la tour
    Représentations :
    naissance de saint Jean-Baptiste prédication de saint Jean-Baptiste mort de saint Jean-Baptiste Salomé portant la tête de saint Jean-Baptiste Les deux registres inférieurs du tympan sont consacrés à la vie de saint Jean-Baptiste. La lecture , entourée par trois sages-femmes. Dans la scène de la prédication, saint Jean-Baptiste, debout, s'adresse à linteau montre la mort de saint Jean-Baptiste : à gauche, un soldat l'emmène hors de sa prison et le Agneau de Dieu, ange thuriféraire , contrairement à l'habitude, s'effectue de haut en bas. Au registre médian sont représentées la naissance du . Dans la scène de la naissance, Zacharie écrit le nom de l'enfant tandis qu'Elisabeth est allongée
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Titre courant :
    portail de gauche de la façade occidentale : vie de saint Jean-Baptiste
    États conservations :
    nombre de pertes : têtes ou membres disparus, et vide au niveau des 2e claveaux (gauche et droit) de la
    Texte libre :
    Le portail gauche de la façade occidentale de la cathédrale de Meaux est consacré à saint Jean -Baptiste, comme à la cathédrale de Sens. Alors que les deux autres portails de la façade meldoise datent du
    Illustration :
    Détail du tympan (partie gauche du registre médian) : la naissance de saint Jean-Baptiste Les sculptures du portail Saint-Jean-Baptiste, vues depuis l'échafaudage dressé pour la restauration de la base de la tour nord (2008) : le tympan. IVR11_20087700349XA Les sculptures du portail Saint-Jean-Baptiste, vues depuis l'échafaudage dressé pour la restauration de la base de la tour nord (2008) : les registres supérieurs du tympan. IVR11_20087700350XA Les sculptures du portail Saint-Jean-Baptiste, vues depuis l'échafaudage dressé pour la restauration de la base de la tour nord (2008) : les registres inférieurs du tympan (scènes de la vie de saint Jean Baptiste). IVR11_20087700351XA Partie supérieure du tympan et de la première voussure. IVR11_20097700215NUC4A Détail du tympan (partie gauche du linteau) : saint Jean-Baptiste est emmené par un soldat et
  • dalle funéraire de Jean Dantan
    dalle funéraire de Jean Dantan Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    L'épitaphe est gravée en lettres majuscules au centre de la dalle, dans un médaillon ovale : "HIC figuraient en haut de la dalle mais ont disparu. La dalle est signée tout en bas : "FAICT A SENLIS PAR BOUCHE".
    Référence documentaire :
    p. 40-41 Musée Bossuet à Meaux. Pierres tombales. Pierres gravées. Inscriptions. Bulletin de la Société littéraire et historique de la Brie, t. 10, 1931, p. 35-53. LEBERT, Fernand. Musée Bossuet à Meaux. Pierres tombales. Pierres gravées. Inscriptions. Bulletin de la Société littéraire et historique de la Brie, t. 10, 1931, p. 35-53. p. 328 Sépultures, pierres tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint -Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 327-361.
    Représentations :
    Contrairement aux dalles médiévales qui représentaient le défunt, l'iconographie de cette oeuvre du 17e siècle est purement symbolique. Des larmes sont gravées au-dessus de l'épitaphe. Une guirlande de feuilles de chêne court sur les quatre côtés de la dalle. Une autre de même type, mais de forme ovale , entoure l'épitaphe au centre de la dalle. En bas, un trophée mortuaire est composé de flambeaux fumants , de faux et de pelles en sautoir autour d'une urne.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Auteur :
    [sculpteur] Boucher Jean
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean Dantan
    Appellations :
    de Jean Dantan
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,77,Meaux,sous-sol du Vieux-Chapitre
    Texte libre :
    Cette dalle funéraire du chanoine Jean Dantan, mort en 1660, fait partie de l'ensemble des dalles très certainement Jean Boucher, auteur de nombreuses dalles funéraires dans les années 1640-1660. Deux de la cathédrale déplacées à l'occasion des restaurations du 19e siècle : d'abord entreposées au Vieux-Chapitre, elles furent présentées au musée en 1926 avant de revenir dans le sous-sol du Vieux -Chapitre, leur lieu de conservation actuel. Cette dalle a été commandée par le neveu du défunt, Pierre Hannier, également chanoine de Meaux (il donna les lambris et le tableau de la chapelle Sainte-Geneviève ). Outre son iconographie emblématique caractéristique de l'art funéraire du 17e siècle, cette dalle présente l'intérêt d'être signée. Pierre Hannier s'est adressé à un "tombier" de Senlis : "Bouché", qui est de ses oeuvres sont conservées à Gesvres-le-Chapitre, cure dépendant du chapitre cathédral de Meaux.
    Illustration :
    Dalle provenant de la cathédrale, et déposée au sous-sol du Vieux Chapitre. Vue d'ensemble Détail : les larmes gravées au-dessus de l'épitaphe. IVR11_20087701044NUC4A
  • dalle funéraire de Jean Phelipeaux
    dalle funéraire de Jean Phelipeaux Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    L'épitaphe, en lettres majuscules, couvre l'essentiel de la dalle : "D.O.M. JOANNES PHELIPEAUX
    Historique :
    Jean Phelipeaux, docteur en Sorbonne, grand vicaire de Bossuet et trésorier du chapitre de la sud de la nef.
    Référence documentaire :
    p. 25 Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux, 1839 ALLOU, Auguste. Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux. Meaux : A. Dubois, 1839. p. 49 Les pierres tombales de la cathédrale de Meaux. Bulletin de la société d’histoire et d’art du diocèse de Meaux, t. 22, 1971, p. 39-57. NOËL, Pierre. Les pierres tombales de la cathédrale de Meaux . Bulletin de la société d’histoire et d’art du diocèse de Meaux, t. 22, 1971, p. 39-57. p. 330 Sépultures, pierres tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint -Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 327-361.
    Représentations :
    L'iconographie de la dalle se réduit aux motifs funéraires gravés dans le bas : autour d'un crâne couronné de lauriers sont disposées deux torches fumantes et des ailes de chauve-souris.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral sud de la nef
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean Phelipeaux
    Appellations :
    de Jean Phelipeaux
  • dalle funéraire de Jean de Pierrepont
    dalle funéraire de Jean de Pierrepont Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    L'épitaphe est gravée sur les bords de la dalle : "Hic jacet venerandus magister et dominus Joannes de Pierrepont quondam Meldensis episcopus qui obiit anno Domini millesimo quingentesimo decimo . Ave Maria." Elle est partiellement effacée, de même que les armoiries. D'après la description de la dalle funéraire en 1723, les deux écus de part et d'autre de l'évêque étaient incrustés de marbre et représentaient un pont de pierre de marbre blanc sur du noir.
    Historique :
    Cette dalle est celle de Jean de Pierrepont, évêque de Meaux de 1500 à sa mort en 1510. Elle se tombe était probablement un artiste parisien. On peut en effet rapprocher la dalle de Jean de Pierrepont cathédrale, plutôt qu'à celle de Jean de Pierrepont comme le proposait Françoise Baron. trouvait à l'origine dans le sanctuaire de la cathédrale, au nord du maître-autel. Lors du réaménagement du nord du déambulatoire. Elle fut à nouveau enlevée à l'occasion des travaux de restauration du chevet de Musée Bossuet, comme la dalle de Guillaume de Saint-Remy (IM77000395). Le tombier qui a réalisé cette d'un contrat passé en mai 1518 par Martial Gallicier, archidiacre de Brie, avec les tombiers parisiens Contesse, veuve de Philippot Prisé, et son fils André, pour la fourniture d'une "tombe de liais de 8 pieds Saint-Etienne de Meaux (Coyecque, "Recueil d'actes notariés"..., tome I, 1905, n° 127) ; ce contrat doit se rapporter à la dalle funéraire (perdue) de Louis Pinelle, mort en 1516 et inhumé lui aussi dans la
    Représentations :
    L'évêque Jean de Pierrepont est représenté en vêtements pontificaux, avec la mitre et la crosse. Il
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Description :
    blanc et un reste de marbre noir subsiste encore sur l'un des écus.
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean de Pierrepont
    États conservations :
    La dalle est en partie effacée et les incrustations de marbre dans les écus armoriés sont en
    Appellations :
    de Jean de Pierrepont
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,77,Meaux,salle basse du Musée Bossuet
  • dalle funéraire de Jean de Chaumette
    dalle funéraire de Jean de Chaumette Meaux -
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    L'épitaphe gravée sur les quatre côtés de la dalle, en lettres gothiques, est aujourd'hui très difficilement lisible. Nous reprenons donc ici la transcription de F. Lebert : "HIC JACET MAGISTER JOHANNES DE
    Référence documentaire :
    p. 46-47 Musée Bossuet à Meaux. Pierres tombales. Pierres gravées. Inscriptions. Bulletin de la Société littéraire et historique de la Brie, t. 10, 1931, p. 35-53. LEBERT, Fernand. Musée Bossuet à Meaux. Pierres tombales. Pierres gravées. Inscriptions. Bulletin de la Société littéraire et historique de la Brie, t. 10, 1931, p. 35-53. p. 328 Sépultures, pierres tombales et inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa inscriptions dans la cathédrale Saint-Etienne de Meaux, dans : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint -Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 327-361. p. 43 Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux, 1839 ALLOU, Auguste. Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux. Meaux : A. Dubois, 1839.
    Représentations :
    d'un gâble ajouré d'une rose. Dans la partie supérieure de la dalle se font face deux anges thuriféraires. Les colonnettes latérales sont animées par de petits personnages, qui sont les clercs assistant à l'office funèbre. Aux angles de la dalle sont placés les symboles des évangélistes. Une certaine verve
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean de Chaumette
    Appellations :
    de Jean de Chaumette
    Déplacement :
    lieu de dépôt Ile-de-France,77,Meaux,sous-sol du Vieux-Chapitre
    Texte libre :
    Cette dalle funéraire du chanoine Jean "de Calmeta", mort le 8 décembre 1334, provient de la de conservation actuel. Comme la plupart des autres dalles de chanoines meldois, celle de Jean de chapelle Saint-Fiacre (1ere chapelle rayonnante sud). Elle fait partie de l'ensemble des dalles de la , elles furent présentées au musée en 1926 avant de revenir dans le sous-sol du Vieux-Chapitre, leur lieu comparable à celui de la dalle d'Adam de Précy, son contemporain, lui aussi inhumé dans la chapelle Saint
    Illustration :
    Dalle provenant de la cathédrale, et déposée au sous-sol du Vieux Chapitre, en deux fragments. Vue
  • Médaillon : Jeanne d'Arc
    Médaillon : Jeanne d'Arc Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions identifiant le sujet de ce médaillon : Jeanne d'Arc, Souvenir de la délivrance de
    Historique :
    , commémorant le passage de Jeanne d'Arc à Melun en avril 1430. L'oeuvre est inaugurée le 9 août 1868 Jeanne d'Arc en jeune bergère, écoutant ses voix (1ere version en plâtre, 1870), présentée au Salon de (panégyrique de la Pucelle par l'historien Henri Martin). Henri Chapu est également l'auteur d'une statue de
    Représentations :
    portrait : Jeanne d'Arc, en buste, de profil
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Médaillon : Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Vue du bas-relief de la façade orientale, commémorant le passage de Jeanne d'Arc à Melun
  • chapelle Jean Rose
    chapelle Jean Rose Meaux - 65 rue Saint-Remy - - Cadastre : BP 122
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    . Elles furent élevées sous l'épiscopat de Jean de Belleau, dont les armes figurent sur une clé de voûte Jean Rose, riche marchand meldois dont la dalle funéraire se trouve dans la cathédrale, institue en 1356 au lieu-dit "le Donjon" un hôtel-Dieu placé sous le vocable de la Passion, pour accueillir 25 aveugles, 12 pauvres passants et 10 enfants. De cet établissement hospitalier subsiste la chapelle, dont le choeœur est reconstruit à partir de 1515, en style gothique flamboyant, sur les ordres de l'administrateur de l'hôpital Rémy du Bocquet. Les quatre travées occidentales de cette chapelle datent de 1636 . Deux autres clés portent le chiffre des administrateurs alors en charge de l'hôpital : Antoine de
    Représentations :
    Le décor des clés de voûte du choeur rappelle la titulature de l'hôpital par la représentation des instruments de la Passion et de la Flagellation du Christ.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La chapelle s'élève le long de la rue Saint-Remy. C'est un édifice de plan très simple : un vaisseau unique de cinq travées, couvert d'un toit à longs pans, et une abside, couverte d'une croupe à trois pans. La partie orientale de l'édifice présente un décor flamboyant qui se déploie sur les baies
    Auteur :
    [] Belleau, de Jean [commanditaire] Marleu, de Antoine [commanditaire] Rose Jean
    Titre courant :
    chapelle Jean Rose
    Appellations :
    Jean Rose
    Illustration :
    Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire : le Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire ; retirage Détail d'une clé de voûte : armes de Jean de Belleau, évêque de Meaux de 1624 à 1637 Plan dressé par Charles Genuys, en 1913. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077 Relevés de P. Barniaud, en 1943 : plan d'ensemble, plan des toitures, coupe axiale, coupes longitudinale et transversale. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine. 0082/077/2019, document n°81975 Photographie ancienne du portail nord, vers la rue Saint-Remy, avec la statue de l'Ecce homo Détail du pan coupé nord de l'abside. IVR11_20127700976NUC4A Détail de la clé de voûte de l'abside : la Flagellation du Christ (XVIe siècle
  • place Saint-Jean
    place Saint-Jean Melun - Place Saint-Jean - en ville - Cadastre : 1895 AR non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La place Saint-Jean est créée en 1737, à l'emplacement de l'ancienne porte Saint-Jean et de son proximité dans le lieu couvert du Mail Gaillardon, et la place Saint-Jean est réduite au rôle de parking et ouvrage avancé, par l'intendant Achille de Harlay. Ce dernier souhaite y établir un marché pour les beurre , fromages, herbages, légumes, gibier, volaille et autres denrées au lieu de la rue de Boissettes où il se tient actuellement et où il y est trop serré. Les travaux de terrassement sont effectués par corvée , sous la direction de Pestel. La porte médiévale est remplacée par deux pilastres de grès attribués à Germain Boffrand (1743), dont demeurent aujourd'hui des vestiges. La partie sud de la place est occupée par une plantation d'arbres (ormes) ou quinconce. La partie nord est traversée par la route royale de Paris à Lyon. A l'époque révolutionnaire, on s'efforce de donner à la place (rebaptisée place de la , dont la première pierre est posée par Alexandre de La Rochefoucauld, premier préfet de Seine-et-Marne
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [commanditaire] Harlay, de Achille
    Localisation :
    Melun - Place Saint-Jean - en ville - Cadastre : 1895 AR non cadastré domaine public
    Titre courant :
    place Saint-Jean
    Appellations :
    Place Saint-Jean
    Illustration :
    Projet (non réalisé) de colonne commémorative place Saint-Jean, vers 1800. Gravure de Normand. (BNF Vue de la place Saint-Jean, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun Vue de la place Saint-Jean, vers 1905. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.214 Vue de l'angle nord-ouest de la place Saint-Jean (au coin de la rue de l'Hôtel-de-ville, act. Paul Vue de la place Saint-Jean, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun Projet de colonne commémorative pour la place Saint-Jean. (AM Melun. 1 Fi 1415 Vestiges de la porte Saint-Jean (18e siècle), au débouché de la rue Paul-Doumer Vue de la partie occidentale de la place Saint-Jean : de gauche à droite s'ouvrent le boulevard Plan de la place de la Reünion, rüe du Cimetière, rüe des Fossés, porte Paris et du Département , rüe des Fossés à la place de la Reunion et places vagües. Partie inférieure du document : la place
  • monument à Jeanne d'Arc
    monument à Jeanne d'Arc Melun - square Jeanne d'Arc place Chapu - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1930, un monument est érigé en souvenir du passage de Jeanne d'Arc à Melun 5 siècles plus tôt . Ce monument est placé au milieu de la place Chapu, dans le square Jeanne d'Arc. La statue est
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Melun - square Jeanne d'Arc place Chapu - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine
    Titre courant :
    monument à Jeanne d'Arc
    Appellations :
    Jeanne d'Arc
  • statue : Jeanne d'Arc
    statue : Jeanne d'Arc Aubergenville - place de Louvain
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    sainte Jeanne d'Arc
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
    Titre courant :
    statue : Jeanne d'Arc
    Illustration :
    La statue de Jeanne d'Arc agenouillée la tête posée sur son sabre dans un geste de recueillement
  • monument commémoratif Jean Mermoz
    monument commémoratif Jean Mermoz Enghien-les-Bains - rue Peligot rue du Départ rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1995 AB 206
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le monument est constitué d'un socle sur lequel est disposé un bas-relief à l'effigie de l'aviateur , œuvre du sculpteur Paul Ducuing (1867-1949) accompagné de l'inscription : Le souci rapproche les cœurs . Ce sculpteur toulousain est l'auteur de nombreux monuments funéraires et commémoratifs, la plupart dans l'Aude. En Île-de-France, le musée du quai Branly conserve une série de bustes de personnalités cambodgiennes et l'on peut voir dans les jardins de la cité-jardin de Suresnes, la statue grandeur nature de parisienne Susse frères, alors reconnue pour ses éditions de bronzes et de marbres, propose en 1959 une œuvre
    Représentations :
    Sur le bas relief figure le portrait en buste de Jean Mermoz, de profil, en tenue d'aviateur.
    Titre courant :
    monument commémoratif Jean Mermoz
    Appellations :
    Jean Mermoz
    Illustration :
    Statue du sculpteur Andréï, ""Eros"", proposée par la maison d'édition de bronze Susse frères pour
  • institution Sainte Jeanne d'Arc
    institution Sainte Jeanne d'Arc Melun - 30 rue Bancel - en ville - Cadastre : 1985 AS 19
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le pensionnat des Sœurs de la Sainte-Enfance de Jésus et de Marie est fondé en 1863, grâce aux libéralités de Napoléon III. Il accueille les filles de la bourgeoisie, celles de la classe ouvrière fréquentant plutôt l'école Sainte-Marie. Les bâtiments de la chapelle et du pensionnat sont construits vers 1894 par l'architecte Roblot (1831-1904), architecte diocésain de Sens, également auteur de nombreux groupes scolaires en Bourgogne. La chapelle est ornée de vitraux dus à Émile Hirsch (disparus). Après 1905 , l'institution est sécularisée et devient le pensionnat Jeanne d'Arc. Vers 1948, l'école est tenue par la congrégation des Sœurs de Nevers. Depuis 1982, la direction de l'établissement est assurée par un laïc, la congrégation n'assurant plus que la tutelle spirituelle. L'école accueille aujourd'hui plus de mille élèves (contre 200 en 1950). Les bâtiments anciens ont été conservés, avec quelques remaniements : le volume de la chapelle est aujourd'hui divisé, le rez-de-chaussée étant transformé en foyer pour les élèves
    Représentations :
    La chapelle est orné de vitraux abstraits datant de la 2e moitié du 20e siècle.
    Description :
    L'institution Sainte Jeanne d'Arc comprend deux corps de bâtiments de la fin du 19e siècle. Le plus -sol et deux étages carrés plus comble. Les murs emploient le moellon de calcaire enduit en gros-oeuvre , et la brique en décor et confortement (pilastres, chaînages d'angle, encadrement de baies, bandeaux couverte en ardoise (croupe polygonale au chevet). A l'ouest de ce grand bâtiment s'élève le réfectoire , beaucoup plus bas : c'était initialement un petit bâtiment en rez-de-chaussée, construit en briques et moellons de meulière. Il a été surélevé au 20e siècle. Les petits médaillons visibles en façade révèlent la
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    institution Sainte Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Bannière de procession à l'effigie de sainte Jeanne d'Arc, dans la chapelle. IVR11_20067700058XA Le bâtiment principal : élévation sud, avec l'entrée de la chapelle. IVR11_20067700052VA Détail de la façade du réfectoire : médaillon en fonte. IVR11_20067700063XA Détail de la façade du réfectoire : médaillon en fonte. IVR11_20067700064XA La chapelle : détail de la ferrure de la porte d'entrée. IVR11_20067700056XA
  • pont Jeanne d'Arc
    pont Jeanne d'Arc Melun - Pont Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    siècle, Jean-Rodolphe Perronet proposa de reconstruire le pont sur un plan ambitieux, à arche unique son tour détruit en 1944. Le pont actuel, baptisé pont Jeanne d'Arc, fut construit de 1948 à 1950 en Melun était un lieu de passage de la Seine dès l'époque gallo-romaine. Au Moyen Age, deux ponts reliaient les rives de la Seine, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont jeté sur le petit bras de la Seine était appelé pont aux fruits ou pont du Châtelet car la prison royale se trouvait d'âne prononcé sur la deuxième pile proche de la rive droite. Jusqu'en 1210, ce pont a porté un moulin maison sise sur le pont-aux-fruits, du côté d'amont, tenant au Châtelet et murs de ville en 1445). Au 18e pont de pierre (par opposition au pont de fer plus au sud), construit par l'entrepreneur Lejeune -Gaillard sous la direction de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées Dejardin. Tous deux sont également les auteurs, au même moment, du pont suspendu établi sur le grand bras de la Seine. Ce pont de pierre fut à
    Description :
    Le pont Jeanne d'Arc relie l'île Saint-Etienne à la rive droite de Melun. Il franchit le petit bras de la Seine, non navigable. Il comprend trois arches reposant sur deux piles.
    Auteur :
    [ingénieur] Perronet Jean Rodolphe
    Localisation :
    Melun - Pont Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Titre courant :
    pont Jeanne d'Arc
    Appellations :
    Pont Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Le pont de pierre (act. pont Jeanne d'Arc) vu de la Courtille, vers 1906. Carte postale. (Musée Le pont de l'ancien Châtelet (act. pont Jeanne d'Arc), pendant la crue de 1910. Carte postale Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle), détail : le pont nord, dit ""pont-aux-fruits"" ou ""pont du Châtelet"". Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv Projet d'une arche de 150 pieds d'ouverture et de deux arches collatérales chacune de 30 pieds , projetté pour être construit sur l'un des deux bras de la Seine à Melun. Cette gravure illustre le projet (non réalisé) de Perronet pour la reconstruction du pont-aux-fruits, sur le petit bras. Gravée par Berthault sous la direction de Lesage, elle fait partie des ""Oeuvres complètes"" de Perronet. Gravure, 18e Coupe et nivellement faits sur la ligne de projet des nouveaux ponts à construire à Melun : projet pour le pont à construire sur le petit bras de la Seine. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et
  • groupe scolaire Jean-Jaurès
    groupe scolaire Jean-Jaurès Draveil - centre - 11bis-15 rue du Docteur-Débordes - en ville - Cadastre : 1983 AE 351
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Une 1ère école mentionnée dans le terrier de 1753 aurait été reconstruite en 1757 (sur le même royale du 10 février 1819. La classe unique de cette école, située à l'angle des deux rues de Mainville et du Docteur-Débordes devenant insuffisante, un terrain est acheté en 1840 auprès des hospices de Paris pour y édifier une école de garçons et de filles. Mais ce terrain situé au lieu-dit Les Hayes Saint-Rémi s'avère trop éloigné du centre de la commune, et la commission des bâtiments civils juge les frais de construction hors de proportion avec la population de la commune. Un nouveau projet, limité à la construction d'une école de garçons selon les plans de Louis Laroche, architecte de l'arrondissement de Corbeil, est présenté au conseil municipal le 7 février 1841, après l'acquisition d'un autre au sieur Caffard, maitre maçon à Draveil, sont achevés en juin de la même année, et financés en partie par la vente de l'ancienne école (13 novembre 1842). Ce bâtiment est situé au 15, rue du Docteur
    Titre courant :
    groupe scolaire Jean-Jaurès
    Appellations :
    groupe scolaire Jean-Jaurès
    Annexe :
    Draveil, groupe scolaire Jean-Jaurès. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . A. D. Essonne, 2 O 445, 447, 448 : construction d’une école de garçons, agrandissements , construction de l’école des filles, installation de classes provisoires, 1839 – 1933. II. Iconographie en Essonne, Comité de recherches historiques sur les révolutions en Essonne, 1999,p. 88-96 - Draveil, chemins d’antan…rue du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 45, 53 . - Monographie communale de l’instituteur, 1899, chapitre « Instruction publique ».
    Illustration :
    Plan de l'école communale à classe unique située à l'angle des rues de Mainville et du Dr-Débordes Plan du jardin et de la cour de l'école, 1870. (AD Essonne, 2 O 445) IVR11_20059101677XA Vue de l'entrée sur la rue du Docteur-Débordes. Ces bâtiments sont ceux de la première école de Vue latérale sur la cour de récréation de l'école de garçons construite en 1842 Vue d'ensemble sur la cour de récréation, en direction des bâtiments construits en 1930 au fond de Vue des bâtiments construits en 1879 pour agrandir la première école de garçons. Au fond, l'édifice de logement qui porte la signature de l'entrepreneur E. Chaponnay. IVR11_20069101215XA Signature de l'entrepreneur Chaponnay dessinée dans l'enduit en cailloux de mâchefer correspondent à l'extension de 1879 (?). IVR11_20069101221XA Bâtiments situés à l'arrière de la construction principale : détail de l'enduit rocaillé. Les blocs
  • dispensaire Jeanne d'Arc
    dispensaire Jeanne d'Arc Vigneux-sur-Seine - avenue Henri-Charon 1 rue du Maréchal-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AT 158
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dispensaire ouvert en 1927-1928, à l'initiative de la famille de Courcel. Une douzaine de religieuses y donnaient des soins tout en gérant un centre de consultation de nourrissons ; cinq médecins spécialistes y étaient attachés. En 1982 le dispensaire est passé aux mains de l'Ordre de Malte qui y a ouvert
    Titre courant :
    dispensaire Jeanne d'Arc
    Appellations :
    dispensaire Jeanne d'Arc
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, dispensaire Jeanne d'Arc. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I . Bibliographie - Le Texier, Robert. Vigneux, chronologie d’un siècle, 1900-2000. Ville de Vigneux-sur-Seine , 2000 (année 1930). - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 136