Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1295 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Gares de Mantes-la-Jolie
    Gares de Mantes-la-Jolie Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Historique :
    Lors de la création de la ligne de chemin de fer de Paris-Rouen en 1843, la gare Mantes-station , située sur le territoire de Mantes-la-Ville est, avec Vernon, la principale station intermédiaire entre -Sémard. En 1892 deux voies nouvelles sont créées en lien avec l'ouverture de la ligne Paris-Mantes par petite, comme la gare actuelle reconstruite dans les années 1860, et la ligne est encaissée. C'est pourquoi en 1855, lorsque l’embranchement vers Caen est construit, la gare est déplacée d’un kilomètre vers la construction d'une cité cheminote appelée la cité Buddicom, le long de l'actuelle rue Pierre Argenteuil et un nouveau bâtiment est élevé de l'autre côté des voies, sur la place. Il est inauguré en 1896 . Une rotonde pour locomotives fut construite en 1948 sur le modèle de la "rotonde unifiée type P
    Référence documentaire :
    De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre BOCARD, Hélène. De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre. Images du patrimoine n° 239. Paris : APPIF, 2005
    Description :
    La gare de Mantes-station, reconstruite à l'identique dans les années 1860, est un petit bâtiment de un étage et trois travées avec chaîne d'angle, actuellement enduit. La voie ferrée se trouve en par un escalier droit extérieur. La gare de 1855 est un grand bâtiment de 5 travées et 1 étage carré . Il est actuellement entièrement enduit mais était peut-être en brique et pierre à l'origine. La gare de 1896 qui donne sur la place est un bâtiment en brique et pierre en rez-de-chaussée. Les couvertures sont des toits à longs pans et croupes. Celui de la gare de 1896 est très plat et dissimulé derrière une sorte de balustrade pleine. La nouvelle rotonde type P en béton armé de 1948 regroupait 23 de sorties y aboutissaient. Un atelier était accolé à la rotonde qui comprenait 2 voies pour levage et un vérin pour la descente en fosse des essieux.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Titre courant :
    Gares de Mantes-la-Jolie
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    La ville de Mantes-la-Jolie est desservie par deux gares : Mantes-station et Mantes-la-Jolie. Cet sur le territoire de Mantes-la-Ville et en 1855 Mantes-Embranchement sur celui de Gassicourt. avantage est le résultat d'une longue histoire car à la création de la ligne en 1843 la gare se trouvait
    Illustration :
    Vue de la première gare de Mantes-la-Jolie construite en 1855. Carte postale (Région Ile-de-France La gare de Mantes-station, la première construite à Mantes-la-Ville. Carte postale (Région Ile-de Vue de la voie ferrée venant de Mantes-la-Ville. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP Vue du dépôt de Mantes. On aperçoit au premier plan deux réservoirs et à l'arrière la remise des Vue de la gare construite en 1892. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La place de la gare au début du XXe siècle. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La façade de la gare. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP) IVR11_20157800134X Vue de la rotonde. (Fonds Bertin). IVR11_20177800596NUC2B La rotonde et les voies ferrées. (Fonds Bertin). IVR11_20177800597NUC2B Vue de la gare dans les années 50 (?). (Fonds Bertin). IVR11_20177800655NUC2B
  • La ville de Mantes-la-Jolie
    La ville de Mantes-la-Jolie Mantes-la-Jolie
    Historique :
    l’hypothèse de l’antériorité de l’existence de Mantes-la-Ville dont Mantes-la-Jolie serait un démembrement. Il ont eu un impact dans la construction de logements à Mantes-la-Jolie. Cette première extension est plus importante. En 1953, le nom de Mantes-Gassicourt est abandonné au profit de Mantes-la-Jolie. Jean relevée de ses ruines aurait été appelée Mantes-la-Jolie. En réalité, aucun document ancien n’atteste que recensé à Mantes, mais la présence humaine est attestée par du matériel archéologique dans les environs proches. Il est à noter que le réseau routier antique connu ne passait pas à Mantes. La tradition émet -Germain-des-Prés, ait été Mantes-la-Ville. Aucun vestige ne permet de connaître l’occupation du sol au haut Moyen-Âge. Des sources bien ultérieures parlent du « château » à Mantes, de la tour de Gannes ou s'empare des biens du comte du Vexin,dont dépendait Mantes, il rattache la ville au domaine royal et y marchandises qui passent sur la Seine ou traversent Mantes par voie terrestre. Cette prospérité entraîna la
    Référence documentaire :
    Mantes-la-Jolie, Limay, Yvelines BRESSON Lucien. Mantes-la-Jolie, Limay, Yvelines. Paris et Pessac chemin de fer. Mantes-la-Jolie, GREM, 2013, 63 pages. Gassicourt, identité d’un village des origines à 1930. Mantes-la Jolie, Ville de Mantes-la-Jolie Mémoire en Images. Mantes-la-Jolie COUDURIER, Aurélien. Mémoires en Images. Mantes-la-Jolie Mantes en images Mantes en images. Mantes-la-Jolie, Mantes Animation, 1978, 280 pages. Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Paris, Somogy. 2000. Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du XIe siècle jusqu'à la Révolution. Durand, A .,Grave, E., 1883. La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du IXe siècle jusqu'à la Révolution Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie
    Titre courant :
    La ville de Mantes-la-Jolie
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    La ville de Mantes-la-Jolie a une histoire multiséculaire que l'on peut diviser en trois phases , puis Mantes-la-Jolie depuis 1953. , celle d'une commune cherchant à s'agrandir aux dépens de sa voisine, Mantes-la-Ville ce qui est fait en 1855 (dossier quartiers périphériques du XIXe siècle IA78002256). En 1930, enfin, la ville fusionne avec Gassicourt, multipliant sa superficie par 6 (dossier Gassicourt IA78002212). La ville qui s'appelait simplement Mantes en 1810, est appelée ensuite Mantes-sur-Seine, puis Mantes-Gassicourt en 1930
    Illustration :
    Vue de la ville. Gravure par Chastillon, 1641. (AM Mantes-la-Jolie, 1Fi 640) IVR11_20157800522NUC4A . (AM Mantes-la-Jolie n.c.) IVR11_20157800537NUC4A de Mantes-sur-Seine (quartier des Martraits) (AM Mantes-la-Jolie 3 D 1) IVR11_20157800450NUC4A Plan de la ville de Mantes vers 1910, avant l'annexion de Gassicourt. (AM Mantes-la-Jolie 1 O 6 Plan de l'agglomération mantaise vers 1930. (AM Mantes-la-Jolie 1 O 6). IVR11_20157800438NUC4A Plan de l'agglomération Mantaise vers 1930. (AM Mantes-la-Jolie 1 O 6) IVR11_20157800439NUC4A Plan de la "maison de l'Ile" détruite. AM de Mantes-la-Jolie 2 S1 (Région Ile-de-France. Fonds Plan de la galiotte. AM de Mantes-la-Jolie 2 S1 (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP Mantes-la-Jolie n.c.) IVR11_20157800523NUC4A Mantes-la-Jolie n.c.) IVR11_20157800526NUC4A
  • Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977
    Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977 Mantes-la-Jolie
    Historique :
    campagne photographique sur la ville de Mantes-la-Jolie. Elle a été conçue en collaboration entre le Comité sont photographiés. Les sacristies sont fouillées de fond en comble et la poussière retirée des objets décortiquent maisons et hôtels particuliers de la cave au grenier. La place de l’architecture domestique, des
    Référence documentaire :
    , Catalogue d'exposition, Mantes, CREDOP, 1978
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie
    Titre courant :
    Campagne photographique sur le patrimoine de Mantes-la-Jolie en 1977
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    L'inventaire du patrimoine de la ville de Mantes-la-Jolie, a été réalisé en partenariat avec le Architecture du Mantois » avait donné lieu à une campagne photographique sur la ville de Mantes-la-Jolie. Cette CAUE des Yvelines et en convention avec la ville. En 1977 l’exposition « Richesses d’art et
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la ville. Carte postale. IVR11_19777800504X Vue de la ville depuis le pont. Carte postale. IVR11_19777800505X Pêcheurs sur la Seine. Carte postale. IVR11_19777800507X Le quai de la Tour. Carte postale. IVR11_19777800498X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis le quai. Carte postale. IVR11_19777800497X La place de la République. Carte postale. IVR11_19777800510X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis la rue du Fort. Carte postale. IVR11_19777800495X Porte de ville : la porte aux prêtres. Vue depuis la rue du Fort. Carte postale. IVR11_19777800500X Hôtel de ville. Vue de la façade au début du XXe siècle. Carte postale. IVR11_19777800494X Hôtel de ville. Vue de la fontaine et de la place de l'hôtel de ville au début du XXe siècle. Carte
  • Fontaine
    Fontaine Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : Domaine public. Parcelle non cadastrée
    Historique :
    Trouillot reçoit la somme de 300 livres. Peu avant le maire de Mantes passe marché avec un maçon pour faire La construction de la fontaine devant l'hôtel de ville s'inscrit dans la préoccupation des échevins d'approvisionner la ville en eau qu'on allait chercher sur la rive droite à Limay. Les guerres avaient rendu , l'auteur attesté de la Porte aux comptes. Le bassin de la fontaine a été refait à plusieurs reprises . Actuellement la fontaine est dans les réserves du musée et a été remplacée par une copie.
    Référence documentaire :
    p.303-307 La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du XIe siècle jusqu'à la Révolution. Durand , A.,Grave, E., 1883. La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du IXe siècle jusqu'à la Révolution . Mantes : Le Petit Mantais.
    Description :
    la fontaine se compose d'un bassin octogonal d'où émerge un pilier octogonal sculpté puis deux vasques. La plus grande, de deux mètres de diamètre, repose sur un chapiteau orné de feuilles d'acanthe
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place de l' Etape - en ville - Cadastre : Domaine public. Parcelle non
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Déplacement :
    oeuvre déplacée Mantes-la-Jolie - 1 rue Thiers - en ville - Cadastre :
    Illustration :
    La place de l'Hôtel-de-ville avec la fontaine en 1852. Dessin par Maugendre. (Région Ile-de-France La place de l'hôtel-de-ville avec la fontaine. Lithographie. (BNF. Topo Va 78, fol. tome V. B 7205 L'hôtel-de-ville, l'auditoire et la fontaine. Gravure. (BNF. Topo Va 78, fol. tome V. B 7204 La fontaine en 1863 (BNF. Topo Va 78, fol. tome V. B 7207). Gravure. IVR11_20157800176Z Vue de la fontaine et de la place de l'hotel de ville au début du XXe siècle. Carte postale Vue de la fontaine au début du XXe siècle. Carte postale IVR11_19777800494X Vue de la fontaine au début du XXe siècle.Photographie. Extrait d'un album (à compléter Vue de la copie de la fontaine place de l'Etape. IVR11_20187800716NUC4A Vue de la copie de la fontaine. IVR11_20187800642NUC4A
  • Les Bas quartiers
    Les Bas quartiers Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    Mantes dès 1920. La municipalité avait alors décidé d’aérer ce quartier en perçant une rue nouvelle entre La préoccupation d’assainir les bas quartiers de la ville se fait jour au conseil municipal de la rue de la Gabelle et la rue Potard, et pour ce faire en 1928, avait acquis un immeuble insalubre . Cette préoccupation est à nouveau exprimée lors de la séance du 3 juin 1938 qui récapitule les actions véritables taudis, véritables foyers de tuberculose ». Cela fait probablement suite à la loi du 24 mai 1938 qui complétait celle du 15 février 1902 et précisait la procédure à suivre pour la déclaration d’insalubrité. Par ailleurs, une fois la guerre éclatée, l’État français se préoccupe du « relèvement moral » de la France et de l’aménagement des quartiers insalubres. C’est ce qu’exprime André Gutton, architecte urbaniste en chef du département lors d’une conférence faite le 21 janvier 1941 à la préfecture de Seine-et Vergniaud. Il prévoit une première tranche de travaux qui concerne les immeubles de la place Saint-Maclou
    Référence documentaire :
    AM Mantes-La-Jolie, 7M 12 AM Mantes-la-Jolie, Dossier Quai de la Tour AM Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, PC 72/59 AM Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, PC 61/60 AM Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, Permis de construire, 66/70 AM de Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, PC 4/68
    Description :
    . Mais on y trouvait aussi des bâtiments plus importants, notamment dans la partie occidentale. Près de la rue Nationale, se trouvait la gendarmerie à l'emplacement de l'ancien couvent des Ursulines.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    A Mantes-la-Jolie, les "Bas Quartiers" ont fait l'objet d'une campagne de résorption de l'habitat reconstruits sous l'autorité de Raymond Lopez. Ce fut l'occasion d'introduire les principes de la charte d'Athènes au centre de la ville. Deux autres dossiers ont été ouverts pour traiter des ces opérations : le dossier Quartier de la Reconstruction (IA78002186) avec deux sous-dossiers Immeubles ISAI de l'îlot A par les résidences de la Tour et Saint-Maclou (IA78002219).
    Illustration :
    Plan des îlots insalubres par Roger Thomas, géomètre (1941?). (AM Mantes-La-Jolie 7M 12 Les îlots et les parcelles insalubres en 1946. (AM Mantes-la-Jolie n.c.) IVR11_20157800531NUC4A Localisation des lots projetés.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12) IVR11_20157800443NUC4A Projet non réalisé du lot A, façade sur la place Saint-Maclou.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot A, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, façade sur la rue des Ursulines.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade côté Seine.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, maisons individuelles et petits collectifs.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M Les Bas quartiers : au premier plan la partie bombardée et au second celle reconstruite en 1960
  • École maternelle Les Capucines
    École maternelle Les Capucines Mantes-la-Jolie - 34 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 374
    Historique :
    Mademoiselle Goust, fille du maire de Mantes-la-Jolie, Auguste Goust. La désignation de Robert Vassy , architecte résidant à Mantes-la-Jolie (5 Place de l'Etape), est approuvée par délibération du conseil La création de l'école Les Capucines est le résultat du transfert de l'école maternelle sise à d'effectifs de la petite école de filles de la rue de Levesque et de prévenir l'accroissement de population municipal du 26 mars 1962. L'adoption du projet architectural définitif intervient le 31 janvier 1967 et la une démarche globale d'appellation des écoles maternelles de la ville par des noms de fleurs.
    Référence documentaire :
    Ecole maternelle Les Capucines Archives municipales, Mantes-la-Jolie, 5 M 36(2) Archives municipales, Mantes-la-Jolie, 114 SB Archives municipales, Mantes-la-Jolie, 114 SB
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    établissement, une salle de motricité, une salle de propreté et une bibliothèque. La structure d'ensemble est en béton armé et la toiture à un pan en légère pente est couverte en zinc. Deux espaces ont été rajoutés ultérieurement à la construction initiale : une cantine placée au fond de la cour de récréation à l'extrémité du bâtiment initial et un dortoir accolé à la façade arrière. La façade sur cour est rythmée de vingt-six
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 34 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 374
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Illustration :
    Plan de situation et plan de masse de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2 Plans et coupes de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2 Elévations et coupes de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2 Clôtures de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2)) IVR11_20167800509NUC4A Plans du sous-sol, du rez-de-chaussée et de l'étage de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la -Jolie, 5M 36(2)) IVR11_20167800512NUC4A Vue d'ensemble de l'école depuis la rue Saint-Bonaventure IVR11_20167800571NUC4A Vue d'ensemble de la façade sur cour IVR11_20167800573NUC4A
  • Bibliothèque Georges Duhamel
    Bibliothèque Georges Duhamel Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Historique :
    Le projet de la nouvelle bibliothèque de Mantes-la-Jolie est dû Raymond Lopez. Le permis de construire est accordé en novembre 1963 et l'adjudication des travaux a lieu en février/mars 1964. A la mort de Raymond Lopez en 1966, la fin du chantier est assumée par Henri Longepierre et Rémi Lopez. Lors de la construction une salle avait été prévue pour une discothèque. Cette salle a été aménagée à partir
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) et (2) Archives municipales de Mantes-la -Jolie. 5 M 48 (1) et (2)
    Description :
    Le plan de la bibliothèque est extrêmement simple : il s'agit de trois carrés superposés. Le carré dont la répartition à l'étage suit un schéma carré. La façade de ce niveau est formée d'un mur rideau de panneau d’aluminium alternant avec les hautes et étroites fenêtres. Selon l'article de la revue l'architecture d'aujourd'hui l'organisation intérieure était la suivante en 1966 : les locaux accessibles au de 80 000 volumes. La discothèque, les vestiaires-sanitaires, la salle des entrées et un atelier de un escalier placés au centre du bâtiment. Cette organisation a changé et la salle de lecture du
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    La médiathèque Georges Duhamel cristallise la quête de modernité qui règne à Mantes-la-Jolie dans les années 1960. Elle a fait l'objet d'un article dans le numéro spécial de la revue "Architecture côté de la fameuse bibliothèque pour enfants de Clamart "La joie par les livres", mais aussi de
    Illustration :
    global de centre administratif et commercial. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800509NUC4A Vue des façades est et ouest. Plan d'exécution par Raymond Lopez. 1963. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 Vue des façades nord et sud. Plan d'exécution par Raymond Lopez. 1963. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 l'étage. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800512NUC4A Détail de la composition de la façade rideau. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800513NUC4A Plan d'exécution de l'étage par Raymond Lopez. 1963. On voit la trame ayant servi à la structure de Salle de lecture pour la jeunesse. (Fonds Bertin). IVR11_20177800619NUC2B La salle d'accueil. (Fonds Bertin). IVR11_20177800620NUC2B La façade principale de la bibliothèque et le square dans lequel elle se trouve Vue de l'entrée avec son auvent se développant à la fois à l'intérieur et à l'extérieur
  • Sous-Préfecture
    Sous-Préfecture Mantes-la-Jolie - 17 avenue de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 16
    Historique :
    -arts et chargé de la restauration de la collégiale. Lorsque Mantes n'a plus été sous-préfecture en 1926 La sous-préfecture, qui se trouvait auparavant à l'angle des rues Nationale et de la Pêcherie, a été édifiée en 1863 avenue de la République par l'architecte Alphonse Durand formé à l'école des Beaux , la municipalité a loué le bâtiment pour y installer une école. Le bâtiment est redevenu sous -préfecture en 1946. La sous-préfecture a été récemment installée dans un nouveau bâtiment 18, rue de Lorraine . La parcelle fait l'objet d'une restructuration totale par les deux promoteurs Interconstruction et commerciale sur le thème des loisirs-culture et un une résidence habitat jeune incubateur de Start'Up dans la
    Référence documentaire :
    6 M 4 (1 et 2) Sous-Préfecture AM Mantes-la-Jolie, 6 M 4 (1 et 2) Sous-Préfecture
    Représentations :
    Les chutes de feuilles sculptées sur la façade sont un motif républicain qui symbolise la justice . Avec l'olivier (la paix), ils sont associés à la fonction de préfet et de sous-préfet dont les habits
    Description :
    architecture en brique et pierre avec toiture en ardoise est très classique. La façade principale est ornée de bâtiment, la sous-préfecture ayant été supprimée en 1926, montre qu'au rez-de-chaussée les fonctions publiques et privées étaient mêlées, puisque s'y trouvaient à la fois le bureau du sous-préfet et ses pièces contenu dans un jardin clos avec une grille sur l'avenue de la République. L'espace est aujourd'hui ouvert.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 17 avenue de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 16
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    L'ancienne sous-préfecture de Mantes-la-Jolie se trouve à l'entrée du centre ville, sur l'avenue de la République. Avec le Palais de Justice construit en face en 1906, elle affichait le pouvoir de
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée de la sous-préfecture. Tirage non daté. (AM Mantes-la-Jolie 6M4 (1 Plan du sous-sol de la sous-préfecture. Tirage non daté. (AM Mantes-la-Jolie 6M4 (1 Plan du premier étage de la sous-préfecture. Tirage non daté. (AM Mantes-la-Jolie 6M4 (1 Plan des combles. Tirage non daté. (AM Mantes-la-Jolie 6M4 (1)) IVR11_20157800388NUC4A La sous-préfecture et le palais de justice en vis-à-vis. IVR11_20177800226NUC4A La façade antérieure. Le parc qui l'entourait a été construit. IVR11_20177800225NUC4A La façade latérale est désormais bordée par une allée publique. IVR11_20177800224NUC4A La façade postérieure. IVR11_20177800223NUC4A Décor de cuir découpé de style rocaille surmontant les baies de la façade principale La façade principale est ornée de chutes de feuilles de chêne, symbole de la République
  • Sculpture : la Ronde
    Sculpture : la Ronde Mantes-la-Jolie - - en ville
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - - en ville
    Titre courant :
    Sculpture : la Ronde
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Z.U.P. du Val Fourré
    Z.U.P. du Val Fourré Mantes-la-Jolie
    Historique :
    1959 et aussitôt confiée à la Société d'Equipement de la Région de Mantes (SERM). Un nouveau plan masse . Vassy et O. Caplain pour la société coopérative HLM de l’arrondissement de Mantes( quartier 2), Legrand L'histoire du Val Fourré commence avant la création des ZUP puisque le terrain de 90 ha de Lopez approuvé par le conseil municipal en 1958. La ZUP du Val Fourré a été légalement créée le 3 août et E. Wassermann mandatés par le Logement Français, (quartiers 1) et la Société coopérative interprofessionnelle de la région parisienne (quartier 5), O.Caplain, J. Rolland, M. Gojard, M. David mandatés par les HLM de l’arrondissement de Mantes et l’Office communal de HLM de Mantes (quartier 2), Y.Houdard, R et Rabinel pour la Société Centrale immobilière de la Caisse , SCIC (quartiers 2 et 4), Henry Pottier pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille (quartier 3), Delavigne et Rimbaud (quartiers 7 et 7 bis) pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille, Longepierre pour la SCIC (quartier 1). En 1977
    Référence documentaire :
    Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire 97/63 Archives Municipales, Mantes-la Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 50/63 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 94/63 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 51/63 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 27/65 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 77/65 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, 7 A 8 Enquête auprès des habitants du Val Fourré Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, 7 A 8 Enquête auprès des habitants du Val Fourré -la-Jolie, Permis de construire PC 50/63 -la-Jolie, Permis de construire PC 94/63
    Description :
    ), auxquels s'ajoutent le quartier 7 bis des garennes et le "village d'artistes". La structure urbaine est l’axe urbain principal de la ZUP. Le long de cet axe, sont implantés plusieurs équipements scolaires et plus le centre commercial central sont aménagés. Le centre social Chopin, la maison des jeunes et de la culture dite "la Pagode", l'ECM le Chaplin. Par ailleurs trois maisons de retraite sont disséminées dans les quartiers 3, 4 et 6. Enfin une patinoire et une piscine sont à la périphérie. (Pour plus de détail
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    Réalisé dans les années 60 mais conçu dans les années 50, le Val Fourré, dans son principe, est la par le maire Jean-Paul David épris de modernité. Lopez peut appliquer les grands principes de la programme initial de 5780 logements est porté finalement à 8230 faisant de cette Z.U.P. la plus grande de France. Grandes sont aussi les difficultés quand la crise économique bat son plein et des émeutes
    Illustration :
    . (AM Mantes-la-Jolie 1 Fi 42) IVR11_20157800544NUC4A . Thomas géomètre. Légende avec les noms des organismes de H.L.M. (AM Mantes-la-Jolie 1 Fi 42 Quartier 1. Projet de 5 tours par R. Lopez. Non réalisées. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 27 . Mantes-la-Jolie. Permis de construire 27/65. IVR11_20167800240NUC4A Quartier 1. Façade Est des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Façade Ouest des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Façade Nord des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Façade Sud des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Nouveau projet de tours par H. Longepierre. Plan de localisation. 1969. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Nouveau projet de tours par H. Longepierre. Façades. 1969. Mantes-la-Jolie. Permis de
  • Centre social, actuellement centre médico-social Frédéric Chopin
    Centre social, actuellement centre médico-social Frédéric Chopin Mantes-la-Jolie - rue Chopin - en ville - Cadastre : 2015 AR 174
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, PC 15/66 AM Mantes-la-Jolie, PC 15/66
    Description :
    repose est adapté à la pente. Il était prévu pour abriter un bureau d'animateur, une salle de réunion
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue Chopin - en ville - Cadastre : 2015 AR 174
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Illustration :
    Plan masse.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800249NUC4A Façade Est.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800250NUC4A Façade Sud.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800251NUC4A Façade Nord.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800252NUC4A Façade Nord.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800253NUC4A Vue du bâtiment sud du centre. Au fond le mur en brique de la salle de projection Vue de la façade arrière. IVR11_20177800712NUC4A Portique faisant la jonction entre le centre social et la crèche. IVR11_20177800713NUC4A
  • Quartier des Martraits
    Quartier des Martraits Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre : 2014 AD
    Historique :
    impact dans la construction de logements à Mantes-la-Jolie. À partir du début du 20e siècle, la phase Mantes-la-Jolie. La nécessité de reloger les sinistrés est alors urgente et vient se superposer au orale, appartenait jusqu’en 1855 à la commune de Mantes-la-Ville. Le cadastre napoléonien de cette locale jusqu’à la fin du 19e siècle. Dans la première moitié du 19e siècle, Mantes demanda une extension Cordeliers. Cette proposition fut catégoriquement rejetée par Mantes-la-Ville en vertu du caractère juillet 1854, le conseil municipal de Mantes-la-Ville s’opposa à nouveau à la demande d’extension faite par la ville de Mantes (délibération du conseil municipal de Mantes du 29 juin 1854), défendant qu ’ « on ne voit pas pourquoi l’intérêt privé de la ville de Mantes l’emporterait sur l’intérêt privé de la commune de Mantes-la-Ville ». Cette demande était motivée notamment par la mise en place de la ligne de chemin de fer Paris-Rouen en 1843 qui avait coupé le territoire de Mantes-la -Ville en deux. Mantes
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie? Extrait du Conseil municipal de Mantes-la-Ville du 5 juillet 1854 AM Mantes -la-Jolie, 3D1, Extrait du Conseil municipal de Mantes-la-Ville du 5 juillet 1854 Mantes en images. Ville de Mantes-la-Jolie : Maury imprimeur. 1978 Mantes en images. Ville de Mantes-la-Jolie : Maury imprimeur. 1978 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Paris, Somogy. 2000. BOURSELET, V., CLERISSE, H., 1933. Mantes et son arrondissement. Paris : Editions du Temps . BOURSELET, V., CLERISSE, H., 1933. Mantes et son arrondissement. Paris : Editions du Temps. Souvenirs de Mantes Acte II : Trente ans d'aventure urbaine de 1945 à 1975 Souvenirs de Mantes
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre : 2014 AD
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    exemple de la politique expansionniste menée par la ville de Mantes-la-Jolie depuis le milieu du 19e
    Illustration :
    . Richard (géomètre), (AM Mantes-la-Jolie, 3D 1). IVR11_20157800450NUC4A des eaux aux Martraits, 1930, H. Chicoineau (géomètre), (AM Mantes-la-Jolie) IVR11_20157800439NUC4A Plan de la ville de Mantes, 1787 (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP). IVR11_20157800015X Cadastre napoléonien de Mantes-la-Ville, section D de Saint-Lazare. IVR11_20167800796NUC4A Tableau d'assemblage du cadastre napoléonien de la ville de Mantes. IVR11_20167800797NUC4A Plan de Mantes et Mantes-la-Ville indiquant le nouveau périmètre souhaité par Mantes, 1842, M Plan des limites entre Mantes et Mantes-la-Ville, 1826-1855, M. Richard (géomètre), (AM Mantes-la Cadastre napoléonien de Mantes, section B, Centre. IVR11_20167800795NUC4A -Jolie, 3D 1). IVR11_20157800451NUC4A Carte postale de l'ancienne usine à gaz, située à l'angle de la rue des Martraits et du quai de la
  • Square Bourgeois-Brieussel
    Square Bourgeois-Brieussel Mantes-la-Jolie - place République (de la) - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Historique :
    Le square a été légué à la ville de Mantes en 1902 par testament par Madame Clara Bourgeois, veuve d'Achille Brieussel. Il comportait une maison neuve sur la rue Gambetta, un parc, un jardin potager, une maison de jardinier et ses dépendances. Le legs était fait à la condition d’affecter le rez-de-chaussée de la maison neuve rue Gambetta à un musée et le premier étage à une bibliothèque. C'est dans le la construction de l'hôtel-de-ville en 1948. Le square avait sa plus grande façade du côté de la rue Murier en 1906. La grille a été réalisée par le serrurier Saintard.
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 3 O 8 AM Mantes-la-Jolie, 3 O 8
    Description :
    Le square s'étend de la place de la République à la rue de Lorraine. Il comportait des fabriques
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place République (de la) - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    Don d'une habitante de Mantes, le square Brieussel-Bourgeois occupe une place importante dans le centre ville. C'est à la fois un lieu de détente, de desserte d'édifices publics, et de passage.
    Illustration :
    musée-bibliothèque détruit alors. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800407NUC4A bibliothèque légué par madame Bourgeois-Brieussel. AM Mantes-la-Jolie, 3 o 8. IVR11_20177800518NUC4A Plan du square en 1933. AM Mantes-la-Jolie, 3 O 8. IVR11_20177800519NUC4A L'auditorium vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800488NUC4A l'agrandissement de l'hôtel-de-ville. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800487NUC4A Vue d'ensemble du square en direction de la rue de Lorraine. Carte postale. IVR11_20157800140X Du côté de la place de la république, le square était peu ouvert. On voit ici le rocher L'entrée du square du côté de la rue Gambetta vers 1910. A droite le mur du bâtiment de la Le square sous la neige. On aperçoit un kiosque soutenu par des faux arbres écotés en ciment. Carte La roseraie aménagée par Raymond Marabout. (Fonds Bertin). IVR11_20177800608NUC2B
  • Ecole primaire de garçon puis de filles, actuellement école élémentaire Marie-Curie
    Ecole primaire de garçon puis de filles, actuellement école élémentaire Marie-Curie Mantes-la-Jolie - place Armand-Cassan - en ville - Cadastre : 2014 ab 777
    Historique :
    sont acquises par la ville, place de l'Ancien marché aux veaux. Mais le projet est retardé par la réalisés par l'architecte voyer de Mantes, Philippe Pinho. En 1884, elle devient école de fille, l'école de , la ville fait abattre des immeubles lui appartenant pour réaménager l'entrée de l'école. En 2009-2010
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 5 M 10. Ecole de filles rue l'Evesque AM Mantes-la-Jolie, 5 M 10. Ecole de AM Mantes-la-Jolie, 4 M 16. Ecole de filles rue l'Evesque. AM Mantes-la-Jolie, 4 M 16. Ecole de AM Mantes-la-Jolie, 5 M 38. Ecole de filles rue l'Evesque. AM Mantes-la-Jolie, 5 M 38. Ecole de
    Description :
    gros-oeuvre, entièrement enduit aujourd'hui. La sculpture et l'ornementation d'origine (disparus de classe, en rez-de-chaussée étaient à l'arrière, le long de la rue. Toutes les baies du rez-de -chaussée étaient cintrées. L'aile le long de la rue L'Evesque a été complètement restructurée et rehaussée celle du bâtiment d'entrée du côté de la même rue. L'étage aux fenêtres en bande est recouvert d'un
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place Armand-Cassan - en ville - Cadastre : 2014 ab 777
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Illustration :
    Plans et élévations de l'école. Dessins de Ph. Pinho, architecte, 1873 (AM Mantes-la-Jolie, FI2 64 Plan de l'école. Dessin de l'architecte (illisible) 1884. (AM Mantes-la-jolie, 1Fi 265 Mantes-la-Jolie, 1 Fi 265) IVR11_20157800518NUC4A (AM Mantes-la-Jolie, 1 Fi 269) IVR11_20157800519NUC4A Plan et élévation de l'école vers 1940 dressé par R. Marabout. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1 Vue de la façade rénovée sur la place Cassan. IVR11_20157800355NUC4A
  • Sculpture : la Ronde
    Sculpture : la Ronde Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville
    Historique :
    a été agréé par le préfet, en revanche la commission scolaire avait trouvé cette œuvre "pas assez figurative". Le maire J.P. David a demandé à la commission de réexaminer sa décision. Et l'ensemble a été
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 114 SB AM Mantes-la-Jolie, 114 SB
    Description :
    en train de faire la ronde.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville
    Titre courant :
    Sculpture : la Ronde
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Présentation de l'étude
    Présentation de l'étude Mantes-la-Jolie
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    L'inventaire du patrimoine de la ville de Mantes-la-Jolie, réalisé en partenariat avec le CAUE des Yvelines et en convention avec la ville, a été réalisé de 2015 à 2018.
    Illustration :
    La centrale de Porcheville est un élément identitaire du paysage de Mantes. IVR11_20187800739NUC4A Le site de Mantes vue depuis les hauteurs de Limay. IVR11_20187800613NUC4A Vue du site de Mantes. IVR11_20187800614NUC4A Vue de la ville dans son site. IVR11_20187800616NUC4A Vue d'ensemble de la ville et de son site. IVR11_20187800624NUC4A Le site de Mantes entre Seine et coteaux boisés. IVR11_20187800596NUC4A Vue de la ville dominée par la collégiale IVR11_20157800185NUC4A La collégiale dominant la ville reconstruite. IVR11_20187800788NUC4A L'impact visuel de la halle Sulzer. IVR11_20187800737NUC4A Les falaises de Guerville et la centrale de Porcheville. IVR11_20187800738NUC4A
  • Hôtel de ville
    Hôtel de ville Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Historique :
    À la suite de la destruction de l'ancien hôtel de ville en 1944, la municipalité décide de le reconstruire à un autre emplacement. La mairie provisoire se trouvait rue Gambetta. Les architectes chargés du projet sont Raymond Lopez, l'architecte de la reconstruction du centre ville, et Raymond Marabout été réalisées par l'entreprise Hennebique. C'est la société mantaise de Construction et de Travaux publics qui est chargée de la construction. La réception définitive des travaux a lieu en 1953. Dès 1963 un projet d'extension est envisagé ainsi que des expropriations. En effet, la création de la ZUP du rachat d'immeubles place de la République. Une enquête d'utilité publique est menée en 1963, l'avant Henri Longepierre. Le projet est voté en 1969. La superficie de l'ensemble est de 4000m2.
    Référence documentaire :
    AM de Mantes-la-Jolie, 1M.9.12. Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M AM Mantes-la-Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969 AM Mantes-la AM Mantes-la-Jolie, 1M14-15-17. Extension de l'hôtel-de-ville, 1967-1968 AM Mantes-la-Jolie AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8, Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8 AM Mantes-la-Jolie, 1 M. Dossier hôtel de ville reconstruction AM Mantes-la-Jolie, 1 M. Dossier -Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969
    Description :
    Le bâtiment de 1948 est en béton armé, les allèges sont en calcaire de Beauvilliers. La partie pleine de la façade nord-est est composée d'une combinaison réalisée avec 3 natures de pierre selon le verre. L'entrée se faisait par la façade côté rue (comme aujourd'hui) par un portique ouvert qui conduisait à l'entrée qui se trouvait à droite de la façade, et non dans l'axe de l'auvent comme c'est le cas desservir la bibliothèque du deuxième étage. Le sous-sol éclairé par une cour anglaise comportait une vaste salle de réunion sous le hall central. Il semble toutefois que ce n'était pas la salle du conseil, des l'architecte au rez-de-chaussée, il n'est pas fait mention du bureau du maire. L'extension de 1969 a englobé la principale avec accueil du public dans l'axe du hall de la partie la plus ancienne. Le portique de la façade du bâtiment de 1948 a été supprimé. Dans la partie la plus longue de l'adjonction se trouve l'entrée escalier en échelle de perroquet desservait à la fois la salle des mariages de l'étage et la salle du
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    Détruit en 1944, l'hôtel de ville est reconstruit en 1948 puis agrandi en 1969. La municipalité fait preuve alors d'un parti pris de modernité comme lors de la reconstruction du centre ville. Le choix de l'architecture et de la décoration intérieure lui valent l'appellation de "plus belle mairie de France" dans la revue "Connaissance des Arts" de 1973.
    Illustration :
    Avant projet (non réalisé). Vue à vol d'oiseau. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Façade principale. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Façade latérale et coupe. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du rez-de-chaussée. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du premier étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du 2e étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du 3e étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du sous-sol. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Plan masse du centre administratif. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800406NUC4A Plan d'implantation. 1948 Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800407NUC4A
  • Fortification d'agglomération
    Fortification d'agglomération Mantes-la-Jolie - en ville
    Historique :
    Très tôt la ville a été fortifiée en plus du château. C’est la première enceinte que les archéologues restituent par déduction appuyée sur la morphogenèse. A la suite des pillages normands, Charles le Chauve renforce les fortifications du château et fait reconstruire les murailles de la ville. La 1087. Les habitants reconstruisirent la ville et « firent clore leur dite ville de murailles et tours ». On peut considérer que cette période fut celle de l’édification de la seconde enceinte. Luc Bourgeois en a reconstitué le tracé qui se confond avec la muraille postérieure au nord, de la tour Saint Roch à la Tour Brayant. A partir de cette dernière le tracé se resserre pour rejoindre la rue de la porte Cadotte puis la rue de la Sangle (Luc Bourgeois lui fait néanmoins faire un détour par la rue Maurepas , plus au sud, avant de rejoindre la rue de la Sangle puis les bords de Seine). La prospérité de la ville au XIIe siècle entraîna la croissance de la population, qui selon les données du Pouillé de Chartres
    Référence documentaire :
    : un port carolingien nommé "le port", in : Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville, Paris , l'essor d'une ville médiévale", in : Mantes médiévale, la collégiale au cœur de la ville, Paris, Somogy Entre réfection et aménagement, l'enceinte de Mantes sous la domination anglaise LAVALL, David , "Entre réfection et aménagement, l'enceinte de Mantes sous la domination anglaise", in : Mantes médiévale la Tour Saint-Martin, un monument emblématique de la présence anglaise à Mantes FAUCHERRE , Nicolas, "la Tour Saint-Martin, un monument emblématique de la présence anglaise à Mantes", in, Mantes Aux origines de Mantes: un port carolingien nommé "le port" DUFAY,Bruno, "Aux origines de Mantes Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver , Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792, Meulan , la collégiale au coeur de la ville, Paris, Somogy, 2000, p.42-46
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - en ville
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    La ville de Mantes-la-Jolie a été enserrée dans une enceinte urbaine qui a laissé de nombreuses traces tangibles et plus cachées sur le territoire de la ville.
    Illustration :
    Plan des fortifications de Mantes. XVIe siècle. (AM Mantes-la-Jolie 1Fi 44). Dessin Vue de la ville et de ses fortifications. Gravure par Chastillon, 1641. (AM Mantes-la-Jolie, 1Fi "Mante". Vue de la ville avec ses fortifications au XVIIe siècle. Gravure, par Mérian vers 1650. On "Mantes au XVIIIe siècle d'après un plan manuscrit aux archives de l'hôtel de ville". Gravure, 1ère moitié 20e siècle. La ville avec ses fortifications et son Vieux Pont. (BNF, Va 78, fol.,tome V, Yvelines La porte Chante-à-l'oie en 1839. Dessin (BNF. Topo Va 78, fol. tome V. B 7203). IVR11_20157800173Z La reconstitution de la porte de Rosny en 1903. Carte postale. (Région Ile-de-France, fonds CREDOP La reconstitution de la porte de Rosny en 1903. Carte postale. (Région Ile-de-France, fonds CREDOP Vue de la porte Chante à l'Oie détruite. Carte postale. (Région Ile-de-France, fonds CREDOP Vue de la tour Saint-Martin en 1977. IVR11_19777800815X
  • Couvent de Bénédictines, immeuble HBM
    Couvent de Bénédictines, immeuble HBM Mantes-la-Jolie - - 13 Boulevard Victor-Duhamel - en ville - Cadastre : 2014 AD 80
    Historique :
    , propriétaire fortunée à Mantes-la-Jolie. En 1924-1925, Antoinette du Bouzet les transfère dans sa propriété Pochet, notaires à Mantes, avec la ville de Mantes pour l'achat du bâtiment et de toutes les de fer à la gare et au dépôt de Mantes. Compte tenu du coût estimé de l'opération (730 000 francs Une première communauté bénédictine s'installe à Mantes dès le 17e siècle, par acte du 4 avril 1650 la fin du 17e siècle, s'installent dans le prieuré de Sainte Marie-Madeleine (sis dans l'actuel rue Gambetta). La liquidation de leurs biens intervient en 1792. Une nouvelle communauté bénédictine est connue à Mantes au début du 19e siècle. Nommées "bénédictines de Bray" -du nom de l'ancienne maison seigneuriale de Bray qui les avaient accueillies à la Révolution- et originaires de Villarceaux, ces Sœurs sur la rue des Métairies qui appartenait à Mme Lefort, propriétaire du château des célestins à Limay . Par un avis favorable du conseil municipal (délibération du 16 juin 1859), la mère Supérieure obtient
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie. 1 D 15. Délibération du 16 juin 1859. AM de Mantes-la-Jolie. 1 D 15 AM Mantes-la-Jolie. 1 D 24. Délibération du 15 janvier 1921. A. M. Mantes-la-Jolie. 1 D 24 AM Mantes-la-Jolie. 1D24. Délibération du 16 février 1922. Nomination de M. Marabout comme chef du service des travaux en remplacement de M. Desbordes. AM Mantes-la-Jolie. 1D24. Délibération du 16 février AM Mantes-la-Jolie. 1D24. Délibération du 23 avril 1921. Approbation de la convention avec l'Office départemental d'HBM. AM Mantes-la-Jolie. 1D24. Délibération du 23 avril 1921. Approbation de la AM Mantes-la-Jolie. 5M 13(2). Ecole maternelle et garderie boulevard Victor Duhamel, construites AM Mantes-la-Jolie. 7M 2(1). Location des boutiques du rez-de-chaussée de l'immeuble pour familles nombreuses. AM Mantes-la-Jolie. 7M 2(1). Location des boutiques du rez-de-chaussée de l'immeuble pour AM Mantes-la-Jolie. 7M 2(2). Projets d'architecture 1920-1921. AM Mantes-la-Jolie. 7M 2(2
    Description :
    de Mantes au centre du linteau surplombant la porte d'entrée. Des ferronneries en volutes rappellent trois étages carrés et d'un comble. Il compte dix-neuf travées en façade, la travée de chaque extrémité perpendiculaire, placé à l'arrière. La modénature s'organise autour de chainages d'angle, d'une corniche et d'un , entre lesquelles est fixée une table portant l'inscription : "OHBM de Seine-et-Oise, Ville de Mantes des boutiques. On notera que la boutique à l'extrémité droite est une boulangerie, comme c'était le
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - - 13 Boulevard Victor-Duhamel - en ville - Cadastre : 2014 AD 80
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Texte libre :
    Cet immeuble placé à l'entrée de la ville est remarquable par ses dimensions et son statut : c'est
    Illustration :
    , dessin (AM Mantes-la-Jolie, 2S 1) IVR11_20157800024X laïc, Cauzard, Desbordes (architectes), 1920, (AM Mantes-la-Jolie, 7 M2(2)). IVR11_20167800526NUC4A Mantes-la-Jolie, 7M 2(2)). IVR11_20167800518NUC4A Mantes-la-Jolie 7M 2(2)). IVR11_20167800520NUC4A (architectes), 1921 (AM Mantes-la-Jolie, 7M 2(2)). IVR11_20167800521NUC4A (AM Mantes-la-Jolie 7M 2(2)). IVR11_20167800528NUC4A Mantes-la-Jolie, 7M 2(2)). IVR11_20167800527NUC4A daté (AM Mantes-la-Jolie 7M 2(2)). IVR11_20167800523NUC4A , Marabout, Cauzard (architectes), non daté (AM Mantes-la-Jolie 7M 2(2)). IVR11_20167800525NUC4A , Marabout, Cauzard (architectes), non daté (AM Mantes-la-Jolie 7M 2(2)). IVR11_20167800524NUC4A
  • Hôtel des postes
    Hôtel des postes Mantes-la-Jolie - 17 rue Gambetta - en ville - Cadastre : 2014 ab 305
    Historique :
    En 1912, le conseil municipal a décidé la construction de l'hôtel des postes sur l'emplacement d'un , demeurant à Mantes. Le 1er juillet 1913, l’administration des postes entre en jouissance de l'immeuble qui lui est loué par la ville. La réception des travaux n'a lieu qu'en 1918. En 1937, des travaux
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 1M 63 à 66. Hôtel des postes, construction et extension. AM Mantes-la-Jolie AM Mantes-la-Jolie, 1M 71. Hôtel des postes, extension. AM Mantes-la-Jolie, 1M 71. Hôtel des
    Description :
    pan coupé de l'entrée est orné d'un cartouche sculpté portant la date et d'un fronton cintré sculpté aux armes de la ville. Il est couvert d'un toit en pavillon. L'aile qui s'étend le long de la rue
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 17 rue Gambetta - en ville - Cadastre : 2014 ab 305
    Dates :
    1912 daté par source porte la date
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Illustration :
    Façades sur rue. Dessins de J. Deschamps. 1912. (AM Mantes-la-Jolie, Fi 160 Coupes transversales et longitudinales. Dessins de J. Deschamps. 1912 (AM Mantes-la-Jolie, Fi 161 Plan du rez-de-chaussée et du sous-sol. Dessin de J. Deschamps. 1912. (AM Mantes-la-Jolie, Fi 162 Plan du 1er étage et du 2e étage. Dessin de J. Dechamps. 1912. (AM Mantes-la-Jolie, Fi 163 Plan du projet d'agrandissement. Le rez-de-chaussée. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 1M 71 Plan du projet d'agrandissement. Le 1er étage. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 1M 71 Elevation et plan vers 1940. (AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1) IVR11_20177800483NUC4A Détail du décor sculpté qui couronne le pan coupé de l'entrée. On voit les armes de la ville L'aile le long de la rue Gambetta. On voit la différence entre le rez-de-chaussée qui date de 1912 Vue de la façade arrière qui est très différente de la façade principale. IVR11_20157800318NUC4A
1 2 3 4 65 Suivant